Aba

Nom(s) OB : Aba, Habum

Zone : D, E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 76 (une montagne ? ; « Perhaps its name is preserved in the toponym Toual A(a)ba which today attaches to a range of low hills east of the Balich. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 84 (s.v. Ḫabum, Abā)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 187 n. 64
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 344 n. 99, 346 et n. 109 (p. 344 n. 99 : « La mention du mont Habum, qui correspond au (kur) Abâ de l’itinéraire de Yale (…) indique que le Yapṭurum pourrait se situer sur le piémont oriental du Tektek Dağ. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 49, 82 (p. 49 : s.v. Abā ; montagne ; ≠ Ḫabum ; p. 82 : s.v. Ḫabum ; = Ḫabūm ; ≠ Abā ; ≠ Ḫaba’um [1] et [2] ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 133 n. 465 (montagne)
  • N. Ziegler, (AIL : mont entre Mammagira et Samum selon l’itinéraire de Yale, YBC 4499)

Résumé : Montagne mentionnée en relation avec la ville de Talhayum (1). Les « itinéraires paléo-babyloniens » contiennent une étape entre les montagnes Hasam (= Tektek) et Aba – donc probablement en rase campagne. Cette étape suit celle de Mammagira (à l'est) et intervient avant celle de Samum (à l'ouest). Une identification avec les Toual Aba paraît probable mais repose essentiellement sur la proximité phonétique des noms.


Abattum

Nom(s) OB : Abattum    Certitude OB : 2

Zone : B

N° HIGEOMES : 217

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Thadayain, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 11 n. 32 (= Siffin)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 3 (« Sur l’Euphrate, entre l’embouchure du Balīḫ et Meskéné »)
  • K. Kohlmeyer, MDOG 116, 1984, p. 112 (= Tall Thadayain)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 409 n. 153 (sur l’Euphrate, entre le Balih et Tall Meskene, d’après ARMT 16, p. 3)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 160-161 (= Siffin, en rive droite de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 42, 45-46 et 48 (= Qala’at Djabar, en rive gauche de l’Euphrate)
  • D. Charpin, NABU 1993/32, 1993 (en rive droite de l’Euphrate)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329, 333-335, 346 (= Sura(?), en rive droite de l’Euphrate)
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 394, 395 n. 12 (= Sura)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 189, 445 (en rive droite de l’Euphrate, en amont de Tuttul (1))
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 213-328
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (sur l’Euphrate, en amont de Tuttul (1))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 41, 64, 182, 272 (p. 41 : en rive droite de l’Euphrate, entre Tuttul (1) et Imar)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83, 84
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127, 161, 168, 171, 172 n. 339, 173 n. 344 (p. 161 : en amont de Tuttul (1) ; p. 173 n. 344 : constitue une porte sur l’Euphrate pour Qaṭna)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 173 (= Tall Thadayain)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 51 (à l’extérieur du royaume de Mari, appartient à l’ethnie yaminite des Rabbéens)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 175 (= Tall Thadayain)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 186-188, 192 (= Tall Thadayain, en rive droite de l’Euphrate ; entre Tuttul (1) et Imar ; ≠ Siffin ou Qala’at Djabar précédemment proposées)

Résumé : Ville fortifiée par Dadi-hadun (selon le texte A.13 cité par J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 168 n. 320) attribuée aux Yamina rabbéens. Abattum, située sur un gué de l'Euphrate, selon ARM 1 91, est l'aboutissement d'une des routes vers Qaṭna (= Tall Mishrifeh, n° HIGEOMES 728). Elle est identifiée avec Tall Thadayain, en rive droite de l'Euphrate.


Abi-ili

Nom(s) OB : Abi-ili, Abi-il

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 77-78
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, NABU 1992/65, 1992
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 236, 243, 258 (au sud de Kahat ; Kahat ≠ Tall Barri ; Abi-ili = Tall Barri)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 228
  • M. Guichard, NABU 1995/51, 1995
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 413 (= Tall Barri, sur le Djaghdjagh (le “Hirmaš”), dans l’Ida-Maraṣ)
  • A. Archi, Subartu 4/2, Turnhout, 1998, p. 8
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 651-652 (= Tall Barri)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 49-50 (s.v. Abi-ili ; = Apilum ; capitale du royaume de Qa et Isqa)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 53-54, 265 (dans l’Ida-Maraṣ)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119 n. 42 (toute proche de Nagar)
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 99 (proche de Kahat)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, proche de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23). Capitale du royaume de Qa et Isqa.


Abi-nakar

Nom(s) OB : Abi-nakar

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 179, 182, 183 (p. 179 : clan sim’alite)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite.


Abul-šarrim

Nom(s) OB : Abul-šarrim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 143 (« La “Grand’Porte du Roi” attestée dans un autre texte de Mari (M.12607, inédit), désigne la Grand’Porte de la ville. »)
  • M. Sauvage, NABU 1994/37, 1994

Résumé : Nom d'une porte de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) située à proximité d'un réservoir.


Abullat

Nom(s) OB : Abullat

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 11 (faubourg de Mari)
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 256, 258
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 418-419 notamment n. b (faubourg à la grand’porte de Mari)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 178-180 (« Gûrû-Addu, Abullât et Appân appartiennent à l’aharâtum (Chamieh) »)
  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 321
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 654-655 notamment n. c (lieu-dit, certainement à la grand’porte de Mari)

Résumé : Faubourg situé à la grand'porte de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Adallaya

Nom(s) OB : Adallaya, Adalla

Zone : E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 3 (s.v. Adalla)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 264 n. 3, 265 (p. 264 n. 3 : « Toutes ces villes sont à situer dans l’Ida-Maraṣ oriental, au-dessus du Sindjar, dans la zone à forte population hourrite, traditionnellement disputée entre Kurdâ, Andarig, Razamâ, et Ilân-ṣurâ. » ; p. 264-265 : siège d’Adallaya par Atamrum)
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 16 (en Haute-Djézireh)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 111
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 51 (s.v. Adallāia)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 233
  • N. Ziegler, (AIL : thèse publication : frontière Kurda-Andarig-Karana)

Résumé : Ville disputée par les rois de Kurda, Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) et Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64), probablement au nord du Djebel Sindjar.


Adalšanaya

Nom(s) OB : Adalšanaya

Zone : G

Résumé : Lieu de culte de la déesse Išhara, mentionné dans un document administratif de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), peut-être situé à l'est du Tigre.


Adamu

Nom(s) OB : Adamu

Zone : D, E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 132-134 (lien éventuel entre le pays d’Adamu et Admum (1) ; p. 132 : « entre le Balih et la partie occidentale du “Triangle du Habur” d’une part et entre le Tigre et le Habur supérieurs d’autre part » ; p. 133 : « territoire composé de plusieurs cités autonomes » ; p. 134 : « rivière pérenne (…) qui aurait donné son nom au territoire qui la borde »)

Résumé : Nom d'une région, probablement située dans la région du Balih ou à l'est de celui-ci, à laquelle se rattachaient plusieurs rois.


ADkirum

Nom(s) OB : ADkirum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, NABU 1995/82, 1995 (: correction de la lecture LÚ sé-ke-ri-im en LÚ AD-KI-ri-im(ki)*)

Résumé : Toponyme attesté par un seul texte de l’époque de Yahdun-Lim.


Admatum

Nom(s) OB : Admatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 168, 176 (p. 168 : fait partie du royaume d’Ašlakka)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 236
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117-122, 124
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 154, 634 (p. 154 : ville d’Admum, sans doute une variante d’Admatum, une des villes du Hurmiš)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 45 n. g
  • N. Ziegler, RA 93, 1999, p. 1-26
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 51 (s.v. Admatum ; ≠ Atmum [1] et Atmum [2])
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 132 (fait partie du royaume d’Ašlakka)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 239 (pillage de la ville en ZL 13)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 5 et n. 27 (dans le triangle du Habur, dépendant du royaume d’Ašlakka ; ≠ Admum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 130 (sur la rive gauche du Hirmaš/Djaghdjagh)
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217, 220, 221 (p. 217 : en Ida-Maraṣ)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 82 n. 38, 83

Résumé : Une des principales villes du royaume d'Ašlakka. Sa population fut déportée lors de la guerre menée par Zimri-Lim contre Ibal-Addu, en ZL 13.


Admum (1)

Nom(s) OB : Admum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Lewy, Or 21, 1952, p. 265 n. 2 (= « Açma (?) » à 57 km à l’est de Mardin)
  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 61 sq. (à la limite nord de la grande plaine mésopotamienne)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 2-3
  • W. J. Van Liere, AAS 7, 1957, p. 94 (= Tall Huera (n° HIGEOMES 62))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 3 (« Sicherlich nicht = Tall “Ḫuera”, weil der Tall keine aB Besiedlungsschicht aufweist. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 71-72 (s.v. Atmum [1] et [2] ; ≠ Admatum)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 133-134 (distinction Adamu, nom d’un territoire, d’Admum, nom d’une ville ; discussion sur Udumu du récit de Keret)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Localité dans le Zalmaqum : voir ARM I 103 (= LAPO 17 469) : Samsî-Addu quitte Nihriya pour Admum. L’inédit A.3594+ montre qu’Išme-Dagan fixe à Yasmah-Addu rendez-vous à Admum avant d’attaquer Aparhâ (réf. N. Ziegler). Cette Admum est mentionnée dans l’itinéraire d’Urbana/Yale à deux étapes de Harrân (A. Goetze, JCS 7, p. 53 iii : 11). »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408 et n. 16, 413 (p. 408 n. 16 : = « Edessa/Urfa » avec renvoi à A. Harrak, « The Ancient Name of Edessa », JNES 51, 1992, p. 219-214, « in un lessico arabo-siriaco del decimo secolo si ricordava ancora quest’antico nome di Edessa (‘DM’) ; questa ulteriore prova conferma una posizione che si poteva già dedurre dall’itinerario di Urbana. » ; p. 413 : proche de Nihriya)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 205 (probablement à identifier avec l’actuelle Șanlıurfa et la ville classique d’Edessa suivant la proposition de M. Forlanini)
  • N. Ziegler, (AIL : une étape de Nihriya, ARM 1 103)

Résumé : Ville située à une étape de Nihriya (probablement = Kazane Höyük, n° HIGEOMES 78), peut-être à chercher à l'endroit de l'actuelle ville de Şanlıurfa. À distinguer d'Admum (2), proche de la frontière du royaume de Karana (1).


Admum (2)

Nom(s) OB : Admum

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 295 (proche de Karana (1), voir ARM 26/2 416 : 8 ; « elle marquait à l’époque de Samsi-Addu la limite entre les districts de Šaššarânum, gouverneur du pays d’Apqum, et de son voisin Addu-napsi, d’après la lettre inédite A.3281. »)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 21 (s.v. *Atmum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Localité proche de Karanâ : F. Joannès, ARM XXVI/2, p. 295 (qui n’a pas signalé qu’il s’agissait d’un homonyme de l’Ad/tmum précédemment connue). C’est elle selon toute vraisemblance qui est mentionnée dans les textes paléo-assyriens (RGTC 4, p. 21). »)
  • M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 154, 155 n. 38 (commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien ; 155 n. 38 : « on pourra proposer pour Admû par exemple Tall ‘Uwaynat (= Tall Uwaynat, n° HIGEOMES 129) sur le Wadi Murr »)

Résumé : Ville proche du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), probablement au nord de celui-ci. À distinguer d'Admum (1), proche de Nihriya.


Adum

Nom(s) OB : Adum
Nom(s) MA : Adiu

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • E. Forrer, RlA 1, Berlin/New York, 1928, p. 36
  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 64
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 122 (s.v. Atim)
  • B. Parker, Iraq 23, 1961, p. 60
  • J. Reade, Iraq 30, 1968, p. 237 n. 5 (= Tall Addaya)
  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 4-5 (existence d’une route qui passe par Gadaššum puis rejoint le Tigre à Ad/tum ; station placée par les « itinéraires paléo-babyloniens » sur la route de Šubat-Enlil à Sippar)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 3 (s.v. Adûm)
  • Kh. Nashef, RGTC 5, Wiesbaden, 1982, p. 4-5 (s.v. Adiu)
  • P. Fronzaroli, OrS 33/35, 1984-86, p. 139-140
  • B. Lafont, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 193 n. 19
  • M. Bonechi, RGTC 12/1, Wiesbaden, 1993, p. 23-24 (s.v. Adu(m))
  • P. Marello, MARI 7, 1993, p. 279 n. 22
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994 (près du Tigre)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 198
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340 (au bord du Tigre, en rive gauche)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 121 (la ville mentionnée dans ARM 5 50 pourrait être une homonyme)
  • S. Parpola & M. Porter, 2001/, Helsinki, 2001, p. 5 (s.v. Adia ; = Mossul ; proposition jugée peu sûre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 51-52 (s.v. Adūm ; = Adē ; = Adū)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 265, 270 (dans la région de Mossoul, point de franchissement du Tigre)

Résumé : Ville située sur les bords du Tigre, proche de Ninet (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94). Lieu de traversée du Tigre. La ville est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Sanipatum et Kamilhu, variante du nom de Kawalhum, Kalhu, l'actuelle Nimrud (= n° HIGEOMES 170). Une identification avec Adiu médio-assyrienne et Adia néo-assyrienne a été proposée.


Aga

Nom(s) OB : Aga

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 122 (dans la zone située entre le Djebel Sindjar et la plaine du Habur)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 52 (s.v. Agā)

Résumé : Localité située dans la région comprise entre le Djebel Sindjar et le triangle du Habur.


Agap-šeni

Nom(s) OB : Agap-šeni

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 4 (s.v. Agabšeni)

Résumé : Localité mentionnée dans un texte des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Ah-Habur

Nom(s) OB : Ah-Habur

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112 (Bords du Habur)

Résumé : Voir Habur (1).


Ah-Idiqlat

Nom(s) OB : Ah-Idiqlat

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112 (Bords-du-Tigre)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 107 (Bords-du-Tigre ; correspond au royaume d’Ekallatum)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 221 (Bords-du-Tigre ; royaume d’Ekallatum ; « Que le royaume des “Bords du Tigre” ait été appelé comme tel est confirmé par Hammu-rabi de Babylone. Sa 32e année porte le nom : “Année : Hammu-rabi le héros qui proclame les triomphes de Marduk défit en combat avec son arme puissante l’armée d’Ešnunna, du Šubartu et du Gutium, et rivalisa avec Mankisum et le pays des bords du Tigre, jusqu’au Šubartu”. Le “pays des bords du Tigre” est intercalé entre Mankisum, plus au sud, et le Šubartu, nébuleuse géographique, qui, ici, désigne sans doute la région allant du Tigre peut-être à partir de Ninive et la région au nord du Sindjar. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 33 n. 25, 144, 241 n. 682 (Bords-du-Tigre ; royaume d’Ekallatum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 194

Résumé : Ah-Idiqlat pouvait désigner à l'époque de Zimri-Lim de Mari et de Hammu-rabi de Babylone le royaume d'Ekallatum.


Ah-Purattim

Nom(s) OB : Ah-Purattim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112, 130 n. 108
  • J.-R. Kupper, MARI 6, 1990, p. 337-338
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 573-574
  • P. Villard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 297 n. 33
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 324
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334-336 ((route de l’Euphrate))
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 n. 38
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 107 (Bords-de-l’Euphrate ; royaume de Mari)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 221 (Bords-de-l’Euphrate ; royaume de Mari)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 128, 144, 241 n. 682 (Bords-de-l’Euphrate ; royaume de Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 148, 153, 158, 163, 165, 166, 177, 180, 192 (Bords-de-l’Euphrate)

Résumé : Désignation du royaume de Mari au 18e s. av. J.-C., littéralement les « Bords-de-l'Euphrate ».


Ahanda

Nom(s) OB : Ahanda

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 105
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 52 (s.v. Aḫanda)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 305 (« minor settlement closer to the core of Apum »)

Résumé : Lieu de pâture situé dans le royaume de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Ahlamu

Nom(s) OB : Ahlamu
Nom(s) MA : Ahlamu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 5-6 (s.v. Aḫlamû)
  • D. Charpin, OBO 160/4, Fribourg/Göttingen, 2004, p. 369 et n. 1931 (références paléo-babyloniennes aux Ahlamu)
  • M. Herles, AoF 34, 2007, p. 320-322 (ethnique Ahlamu à l’époque paléo-babylonienne)

Résumé : Pour l'ethnique Ahlamu à l'époque paléo-babylonienne, voir M. Herles, AoF 34, 2007 (qui n’a pu connaître la référence de Haradum 2).


Ahuna

Nom(s) OB : Ahuna    Certitude OB : 2

Zone : D

N° HIGEOMES : 271

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Saman, Tall es-

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 53 (sur le Balih)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 34 (« in die Gegend des antiken Ichnae, das in der Nähe des heutigen Chnēz gesucht wird »)
  • W. J. Van Liere, AAS 13, 1963, p. 109-122 (= Tall es-Saman)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 6 (« A. liegt zwischen Zalpaḫ und Tuttul am oder in der Nähe des FN Balīḫ »)
  • J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 360-378 (= Tall es-Saman ; à 8-9 heures de voyage à dos de cheval de Tuttul (1) (= Tall Bi’a, n° HIGEOMES 27))
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274 n. 9 (il paraît peu probable de situer Ahuna sur le Balih)
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • P. Marello, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 117, 122-123 (p. 123 : sur le Balih, entre Tuttul (1) et le Zalmaqum selon les « itinéraires paléo-babyloniens » ; « entre la boucle de l’Euphrate et le Balîh »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 568 (« Azarâ devait se trouver sur la rive gauche de l’Euphrate, au sud du Zalmaqum, mais à l’ouest du Balikh nord, où se trouvait Ahunâ. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 229 (« Ville d’importance sur le Balih, ville royale des Yarihéens, en amont de Tuttul »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 86 (appartient au district de Tuttul (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 52-53 (s.v. Aḫunā ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (« sur le Haut-Balih »)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 150, 153 (p. 150 : dans la région du Balih)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 273 n. 301
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 105, 151, 182, 203 (p. 182 : sur le Haut-Balih)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 115, 126, 127, 159, 162, 163, 168, 169 n. 325, 170, 1 (p. 115 : « Campements » ; p. 126 : sur le cours inférieur du Balih, en territoire yaminite ; p. 170 : sur le Balih ; p. 171 n. 333 : « à l’amont de Tuttul, mais à l’aval de Zalpah »)
  • E. Cancik-Kirschbaum, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 127 (= Tall es-Saman)
  • D. Crasso, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 224 (ville du pays d’Aštata, en rive ouest de l’Euphrate)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 172 (= Tall es-Saman, sur le Balih)
  • N. Ziegler, (AIL : proche de Zihlalum selon ARM 10 178)

Résumé : Ville du Zalmaqum et important lieu de réunion des Yamina. Ahuna peut être identifiée à Tall es-Saman (n° HIGEOMES 271).


Akkade

Nom(s) OB : Akkade

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Weiss, JAOS 95, 1975, p. 442-451 (= Īšān Mizyad)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 7
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Miziyad ?)
  • Ch. Wall-Romana, JNES 49, 1990
  • J. Reade, ZA 92, 2002, p. 269
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 112, 114, 139, 155
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 157-158 et n. 126 ; p. 281
  • L. Marti, BBVO 24, Gladbeck, 2014
  • S. Paulus, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 200, 206 (terroir d’Akkade situé à proximité de la ville ; proximité avec le canal du roi (nâr šarri) et lien avec la province Bit-Per’i-Amurru ; p. 206 : « Zur Lage kann gesagt werden, dass die Ruine in der Nähe des Zusammenflusses des Nār-šarri mit dem antiken Radānu, wahrscheinlich östlich des Tigris, zu suchen ist. »)
  • W. Pethe, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 197
  • R. Pirngruber, BBVO 24, Gladbeck, 2014
  • W. Sommerfeld, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 174-175 (dans la région de Samarra ; « Die Analyse der schriftlichen Überlieferung der Akkade-Zeit hat ergeben, dass die Akkade-Dynastie zwei wichtige Stützpunkte in der Region unterhielt, die sich nördlich an das babylonische Kernland mit dem Zentrum Kiš anschließt: Tutub im Dijala-Gebiet und Gasur samt der „Königsburg“ Dūr-šarrim im mittleren Osttigrisland. (…) Die Annahme der unmittelbaren Nähe von Akkade und Tutub im Raum des Dijala-Gebietes wirft die erklärungsbedürftige Frage auf, welcher Anlass für die Herrscher bestanden haben soll, in direkter Nachbarschaft zur Hauptstadt noch einen weiteren aufwändigen Stützpunkt zu unterhalten. Samarra ist sowohl von Tutub als auch von Gasur ungefähr gleich weit entfernt (ca. 120-130 km Luftlinie). (…) Das Gebiet von Samarra lässt sich folglich als plausible Ortung für die Lage von Akkade identifizieren. »)
  • N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 190 (sur un cours d’eau et lieu de passage, probablement sur le cours ancien du Tigre à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale irakienne ; la documentation de l’époque de Zimri-Lim de Mari montre qu’Akkade faisait partie du royaume d’Ešnunna, proche de la frontière avec le royaume de Babylone)

Résumé : À l'époque des archives de Mari, Akkade était une ville située à la frontière occidentale du royaume d'Ešnunna, qui fut incorporée au royaume de Haute-Mésopotamie pendant quelques années. Cf. le dossier concernant la localisation d'Akkade réuni dans BBVO 24, 2014. Les attestations du pays de « Sumer et Akkade » ne sont pas répertoriées ici.


Al-kaminiya

Nom(s) OB : Al-kaminiya

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • au Nord de : Sippar-Yahrurum
  • au Nord de : Sippar-Amnanum
  • au Sud de : Šitullum

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 64b (« The reading of the name is problematic. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 12 (s.v. Alkaminia (?))

Résumé : Al-kaminiya est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Sippar et Maqilan.


Al-kapim

Nom(s) OB : Al-kapim, Yabliya Al-kapim    Certitude OB : 3

Zone : B

N° HIGEOMES : 682

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Shishin

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 353 n. 44 (M.15103)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261-274 (= Shishin ; avec tout l’état de la question et notamment l’historique des précédentes propositions)
  • S. S. Rumaiydh, ZOrA 3, 2010, p. 26-43 (fouilles de Shishin)

Résumé : Ville du Suhum, identifiée par D. Charpin et A. Millet Albà au site de Shishin (n° HIGEOMES 682), en rive gauche de l'Euphrate. En lien étroit avec Yabliya (= Al-Judafia, n° HIGEOMES 734).


Alama (1)

Nom(s) OB : Alama

Zone : E

Résumé : Localité attestée par des textes de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83), à distinguer d'Alama (2) attestée par les archives d’Alalah.


Alama (2)

Nom(s) OB : Alama

Zone : C

Résumé : Localité attestée par les archives d’Alalah, à distinguer d'Alama (1) connue par les textes de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83).


Alan

Nom(s) OB : Alan, Ala

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • W. J. Van Liere, AAS 7, 1957, p. 92 (= Tall ‘Ailūn (= Tall Aylun, n° HIGEOMES 17), sur la frontière turque)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 75 (= Tall Hanwa (= Tall Hanoua, n° HIGEOMES 232), sur le cours moyen du Wadi al-A‘wağ)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 10 (s.v. Alān)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (dans la partie occidentale du triangle du Habur)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 53 (s.v. Alā et s.v. Alān ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406, 409 (p. 409 : près d’Arada/Akgoğan ?)

Résumé : Ville constituant une étape à l'ouest d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) d'après les « itinéraires paléo-babyloniens ».


Alatru

Nom(s) OB : Alatru

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 120 (s.v. Alatrû ; « dans la région de Šapânazim et Šudâ »)
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 28, 33
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 4
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 10-11 (s.v. Alatrû)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 237-239, 247, 251-252, 335
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 49 n. b (dans le nord-ouest de la Djézireh ; « Si Heššum est réellement Chagar Bazar comme nous l’avons proposé D. Ch. et moi-même (…), Alatrû devrait être un des tells importants qui se trouvent entre Chagar-Bazar et la frontière turco-syrienne et pour lesquels sont attestés des niveaux d’occupation Habur. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 53-54 (s.v. Alatrū)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 112, 148 (p. 148 : dans le Zalmaqum)

Résumé : Forteresse située dans le Zalmaqum. Sa population fut déportée à Nihriya (probablement = Kazane Höyük, n° HIGEOMES 78) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.


Alilanum (1)

Nom(s) OB : Alilanum

Zone : E, F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 4 (en Haute-Mésopotamie)
  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 122
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 21 n. 112 (« located in the Ṭūr ʿAbdīn […] modern Halilan, about 19 km. north of Hazak »)
  • M. Anbar, MARI 7, 1993, p. 390
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 54 (s.v. Alilanum ; ne distingue pas deux Alilanum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 210
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Localité située entre le nord-est du Sindjar et le Tigre, près de Razamâ-du-Yussân (ARM XXVII 72-bis. Noter aussi J. Eidem, RA 85, 1991, p. 122 : le roi d’Andarig rassemble ses troupes à Alilânum pour attaquer Razamâ-du-Yussân) » selon PIHANS 117 138 ; à distinguer d’Alilanum (2), URU.DINGIR.MEŠ, dans les textes de Nuzi)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 293 (Mašum-adal des archives de Mari encore attesté par les archives de Tall Leilan)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 22-23 et 34-35

Résumé : Ville située dans l'est du triangle du Habur. À distinguer d'Alilanum (2), connue par les archives de Nuzi, à l'est du Tigre.


Allahad

Nom(s) OB : Allahad    Certitude OB : 1

Zone : F

N° HIGEOMES : 716

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hadhail, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. M. Sasson, JCS 25, 1973, p. 63 n. 21 (difficile à localiser, peut-être proche d’Andarig)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 12 (bibliographie)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 235-236 (= Tall Hadhail)
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 4 (= Tall Hadhail)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323, 340-341, 343, 351-352, 413
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 459, 468-469 (une des villes majeures au sud du Djebel Sindjar)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 115
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 54-55 (s.v. Allaḫada ; avec bibliographie antérieure)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 184
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 201-210 (dans la région du Djebel Sindjar)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 257 (= Tall Hadhail)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 198, 216, 228-229, 237-238 (= Hadhail)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132, 136 n. 150 (p. 132 : grande place à l’est (du royaume d’Andarig ?))

Résumé : Ville importante du royaume d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) à l'époque de Zimri-Lim. Elle fut parfois une capitale indépendante : voir par exemple les événements qui suivirent la mort du roi Atamrum (cf. D. Charpin et N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 238). Une identification avec le Tall Hadhail (n° HIGEOMES 716) a été proposée à titre d'hypothèse par F. Joannès.


Almutum

Nom(s) OB : Almutum, Allamutu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 12 (« Einer der Stämme der Sutäer ? » ; cite également la référence à « ṣāb al-la-mu-ti-i Habiru 178, 9 »)
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 408 (clan sutéen)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 67 (clan sutéen ; « Les Sutéens sont théoriquement “les gens du Sud”, donc ceux qui occupent tout le désert entre l’Euphrate et l’Arabie Séoudite actuelle. »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 107 n. 52 (ethnique)
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 218-219 (mise au point de la documentation de Mari sur les Sutéens)

Résumé : Les Almutum sont une des trois tribus sutéennes connues, avec les Mehalisayu et les Yahmamum.


Alum

Nom(s) OB : Alum    Certitude OB : 3

Zone : G

N° HIGEOMES : 111

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Qalat Sherqat

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 117 (« la Ville » = Ekallatum)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 214-217 (« la Ville » = Aššur)

Résumé : Pour âlum comme désignation de la ville d'Aššur dans les textes datant du royaume de Haute-Mésopotamie, voir N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.


Amarhi

Nom(s) OB : Amarhi

Zone : D

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 187, 196 (hapax ; soit à rapprocher d’Aparha, soit le nom d’un clan actuellement inconnu)

Résumé : Un homme d'Amarhi a reçu des cadeaux diplomatiques lors de la campagne de Yahdun-Lim en Haute-Mésopotamie. Le toponyme doit peut-être être corrigé en Aparha.


Amatum

Nom(s) OB : Amatum

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 51 (dans le royaume de Mari, dans la région de Der (4))
  • N. Ziegler, (rive gauche : ARM 26/1 158)

Résumé : Localité située dans le district de Našer selon ARM 23 591. La graphie a-ma-tim(ki) a parfois entraîné une confusion avec Abattum (a-ba-tim(ki)).


Amaz

Nom(s) OB : Amaz

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 13 (« J. Lewy, OrNS 21, 393 = zwischen al-Hanūqa und Tall al-Manāhir; identisch mit aA Amaz ? : ibid. 272. A. Goetze, JCS 7, 67 : zwischen —> FN Ḫabur und —> Adum ; M. Falkner, AfO 18, 35 und S. 3 mit Lit. : am Ḫābūr ; vgl. AOAT 12, 13 Anm. 5. Zu aA Amaz s. K. R. Veenhof, AATT 242. Identisch mit nA Amasaki = Masak ? (…) A. gehörte zeitweise zu Zimrilims Reich. Es wurde von Šupram, König von Šudā, geplündert. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343, 352 (p. 343 : sur la voie transversale « haute » de l’est de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 88, 186 (dans le pays de Šuna ; ville de l’Ida-Maraṣ (1), proche d’Ašnakkum et d’Ašlakka)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 55-56 (s.v. Amaz [1] ; ≠ Amaz [2] ; ≠ Amasakku ; ≠ a(!)-ma-az(ki)/sa(?)-ma(?)-az(ki?) ; ≠ Amursakkum ; ≠ Amazzik ; avec bibliographie antérieure ; existence de 2 Amaz homonymes d’après l’édit d’Ammi-ṣaduqa)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116, 222-223 n. 484, 237 (p. 116 : au sud de Nithum ; p. 237 : au nord du Djebel Sindjar)
  • D. Charpin, NABU 2003/79, 2003 (pas d’homonymie)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32 (faux cas d’homonymie : « M. Wäfler, OBO SA 21, p. 55. Le passage de l’édit d’Ammi-ṣaduqa auquel renvoie cet auteur est très cassé ([x x x x x] x az(ki)) et j’ai proposé récemment de le lire [ka-za-al-l]u-uk(ki) (NABU 2003/79). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123 (en-dessous de Šuna, qui est à l’ouest, et proche de Tall Leilan ; à l’ouest du Djebel Sindjar)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405, 406 (proche de Šuna)
  • J. Eidem, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 40 (découverte d’un fragment d’enveloppe par les fouilles archéologiques polonaises à Tall Arbid « found in a Mitanni period pit in steptrench S, (it) preserves part of a text in clearly OA script and language (…) and must reflect some OA activity at Arbid. » ; «Tell Arbid could be identical with ancient Amaz. This town is known to have been a potential next stop for OA traders leaving Apum (the Leilan region) en route to Anatolia. » (Tall Arbid, n° HIGEOMES 15))
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 300 (étape du commerce paléo-assyrien entre Apum identifié à Tall Leilan et Nahur, donc à l’ouest de Tall Leilan ; à l’époque des archives de Mari et de Tall Leilan Amaz n’était pas une puissance majeure ; vassal de Till-Abnu de Šehna)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14, 15, 25 (entre Apum et Nahur, sur la route entre Aššur et Hahhum ; p. 25 : sur la route centrale allant d’Apum à Hahhum)

Résumé : Une des capitales du triangle du Habur, située à l'ouest de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Amazzik

Nom(s) OB : Amazzik

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 14 (s.v. Amazzik)

Résumé : Localité mentionnée dans un texte des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Amiyan

Nom(s) OB : Hamiyan, Amiyan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 30 (s.v. Ṣamiyān ; à corriger en Amiyan)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 260 (s.v. Zamijān ; à corriger en Amiyan)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 42 n. 120 (dans le district de Terqa (1) ; aussi attestée sous la forme ha-mi-ia-an(ki) ; à identifier avec ha-me-an(ki) ?)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 231, 232 (p. 227 : ville du clan des Yarihu ; en rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 : au sud de Terqa (1))

Résumé : Ville du district de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16), appartenant au clan yaminite des Yarihu. Sur la rive gauche de l'Euphrate, au sud de Terqa (1) selon A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004.


Amnanum

Nom(s) OB : Amnanum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 106 et s.
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 49 et s.
  • M. B. Rowton, JNES 32, 1973, p. 214
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 14 (« Die A. gehören zum Stammesverband der —> Jaminiten (ARM 3, 50) ; (…) Sie siedelten in der Gegend von —> Sip(p)ir zur Zeit des Jaḫdunlim auch in der Gegend von —> Tuttul am —> FN Balīḫ. »)
  • M. Anbar, Mél. Birot, , Paris, 1985
  • P. Marello, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 122 n. 11
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 68
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 353
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 389
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 41, 103, 118 n. 359, 202 n. 288 (clan yaminite des Amnanéens)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83, 84, 89
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 134, 158, 161, 162, 164, 168 n. 313, 170, 171, 174 (p. 134 : Bédouins, p. 158 : une des 5 tribus yaminites)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 230 (p. 230 : toutes les villes amnanéennes se trouvent sur la rive droite de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 175
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 160-202

Résumé : Nom d'une tribu yaminite.


Amum

Nom(s) OB : Amum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, NABU 1993/28, 1993 (dépression d’Umm Rahal)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 341 (salines situées autour de la dépression d’Umm Rahal)

Résumé : Le texte A.19 atteste le lac saumâtre hammum de Qaṣa. Il a été identifié par F. Joannès, NABU 1993/28, avec la dépression d'Umm Rahal. Il n'est pas sûr qu'Amum soit un toponyme au sens propre du terme.


Amurrum

Nom(s) OB : Yamurrum, Amurrum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116 n. 53 (« Occidentaux », identiques aux « Hanéens », divisés en différents clans : les Sim’alites et les Yaminites)
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 10
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 113
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 46-50, 59 n. 86 (les Amorrites, « Occidentaux », par opposition aux Akkadiens ; « amorrites » fonctionne aussi comme le nom d’un sous-clan des Sim’alites)
  • A. Lemaire, Amurru 1, Paris, 1996, p. 428
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 574 (« Région-de-la-Mer » ; désigne la côte méditerranéenne)
  • B. Lyonnet, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 138
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 296
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 220 (parle des rois du pays d’Amurru)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 29, 32 n. 13 (p. 29 : « région montagneuse située à l’est d’Ugarit (Djebel Ansariyeh) jusqu’au Djebel Bishri »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 120, 122, 179, 181, 182, 185 n. 399 (p. 120 : pays ; p. 179 : clan sim’alite)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 19-20 (musiciens « amorrites » originaires de Qaṭna et Haṣor)

Résumé : RETIRER MANUELLEMENT DU MTT


Amursakkum

Nom(s) OB : Amursakkum, Amur-asakki    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Amasakku

Zone : E

N° HIGEOMES : 473

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Muhammad Kabir, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 17 (« Da in Verbindung mit —> Nurrugum genannt und zum Einzugsgebiet der Turukkäer gehörend, wohl am Tigris gelegen und nicht identisch mit —> nA Amasaki, falls dieses zu Recht in der Nähe von Nusaybin angesetzt wird. »)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980 (Amasakku, dans la région de Nusaybin (Nisibe))
  • S. Eichler et al., OBO SA 4, Freiburg/Göttingen, 1985, p. 49 (occupation principale de Tall Muhammad au 2e millénaire av. notre ère)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 245 n. 41
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 185 (Amurasakki = Amursakki = Amasakku médio-assyrienne et Masakku néo-assyrienne ; « Elle était voisine de Šudduhum, Ta’idum, Hurrâ et Kahat et faisait partie en gros de la province de Naṣibina (Qameschliyé). Il faut donc chercher cette ville dans les alentours de la ligne représentée par le Wadi Djaghdjagh ou à son confluent avec le Wadi ar-Radd. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 89
  • S. Parpola & M. Porter, 2001/, Helsinki, 2001 (localisation de Masakku à Tall Muhammad)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 56 (s.v. Amursakkum ; ≠ Amaz [1] ; ≠ Amaz [2] ; ≠ Amasakku ; ≠ a(!)-ma-az(ki)/sa(?)-ma(?)-az(ki)(?) ; ≠ Amazzik ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 114-116, 115 n. 331, 148, 272 (= Tall Muhammad, près de Nusaybin (Nisibe/Qameshli))
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413 n. 48
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 301
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 99 n. 194 (« Ville qui se situe entre Ašnakkum et Šubat-Enlil comme le montrent les textes de Mari »)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur occupée par des Turukkéens déportés à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie. L'identification de la ville paléo-babylonienne avec l'Amasakku médio-assyrienne et la Masakku néo-assyrienne a favorisé l'identification avec Tall Muhammad Kabir (n° HIGEOMES 473). Cette hypothèse doit encore être confirmée.


Anamaššum

Nom(s) OB : Anamaššum, Anamaš

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 469-470
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 56 (s.v. Anamaš)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 86, 112-115
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 83, 85-86, 91 (« Une lettre d’Itūr-Asdu montre qu’entre Ašnakkum (Tell Chagar Bazar ?) et Zalluhān se trouvait Anamaššum, petit royaume sûrement dans l’ombre des rois d’Ašnakkum » d’après le texte inédit A.498)

Résumé : Capitale d'un petit royaume situé entre Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) et Zalluhan.


Andarig

Nom(s) OB : Andarig, Addarig    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Addarig

Zone : F

N° HIGEOMES : 64

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Khoshi, Tall

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 17 (bibliographie ; « A. wird im Gebiet von —> Šubartu in Nordmesopotamien vermutet (…) A. wird parallel genannt zu —> (māt) Ḫarbê ; Schafzuchtgebiet ; angrenzend an —> Karanā ; bewohnt von halbnomadischen —> Jamutbaläern. Zur geschichtlichen Entwicklung vgl. O. Rouault, RA 64, 107ff. »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 402 n.105
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 58 n. m (proposition de lire Andarig et non Andarik)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 235 (= « Tell Huwaish/Khoshi »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105, 235, 265-286
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 46-49 n. 74 (p. 49 : = Tall Hadhail ou Tall Khoshi)
  • D. Charpin, Mémoires de NABU 2, Paris, 1992, p. 99 n. 8 (« on sait par ARMT XXVI 392 : 23-24 qu’Andarig et Allahad ont formé un royaume bicéphale et, par ibidem : 61-62, qu’Andarig était fort proche de Kurdâ. On observera que les ll. 9-11 de A.2119 confirment que Kurdâ était située au sud du Sindjar et permettent donc d’écarter définitivement une localisation dans la région de Hasseke »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 95, 248
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 57-61 (s.v. Andarig ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 56, 117, 136, 143, 154, 189 n. 146, 198-200, 207, 210 n. 365 (p. 189 n. 146 : TH 82.221: 6)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 115 n. 20, 117, 123, 132, 133, 134, 136, 138, 152, 175 n. 359, 179, 196
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 294 (Buriya roi d’Andarig à l’époque des archives de Tall Leilan)
  • G. Chambon, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 329, 333-334
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 122

Résumé : Capitale d'un royaume situé au sud du Djebel Sindjar. L'identification d'Andarig avec Tall Khoshi (n° HIGEOMES 64) a été proposée par F. Joannès, ARM 26/2, 1988.


Anzawawa

Nom(s) OB : Anzawawa

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 63
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 62 (s.v. Anzawawa)

Résumé : Ville d'origine d'un homme attesté par un texte de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Aparha

Nom(s) OB : Aparha

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 5
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 18 (s.v. Aparḫā)
  • M. Anbar, Mél. Finet, Akkadica Sup. 6, Louvain, 1989, p. 10
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 187 (« ville située près de Nihriya » ; peut-être à rapprocher de l’hapax Amarhi)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 110, 112, 334
  • D. Charpin, Mél. von Soden 2, AOAT 240, Neukirchen-Vluyn, 1995, p. 43-47
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 38
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 121
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 62 (s.v. Aparḫā ; ≠ Amarḫi)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 102-103, 108-109, 111, 114, 120 n. 375, 124, 230, 272 (p. 272 : « entre le Balih et l’Euphrate »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 n. 79, 134 (p. 124 n. 79 : dans le Zalmaqum)
  • N. Ziegler, (AIL : proche de Zihlalum selon ARM 10 178)

Résumé : Capitale d'un royaume qui s'est révolté contre Samsi-Addu. Cette ville est à chercher dans la grande région du Balih (= Zalmaqum).


Apišal

Nom(s) OB : Apišal

Zone : C

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, MARI 8, 1997, p. 243-247 (dossier du mekum, souverain d’Apišal ; production locale de vin)
  • M.-V. Tonietti, MARI 8, 1997, p. 231-232 (depuis la Méditerranée entre Antioche et Gaziantepe jusqu’à l’Iran, le long de la frontière turco-syrienne)
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 50
  • W. Sallaberger, NABU 2003/39, 2003 (ép. médio-babylonienne)
  • G. Chambon, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 233-238 (historique des propositions d’identification du site ; p. 233 = Abarsal des textes d’Ebla, non loin de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) ; p. 234 : Apišal du Nord, au nord de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) ; p. 235 : à l’ouest de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) ; p. 237-238 = Tilmen Höyük (n° HIGEOMES 777))
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 10, 13 (p. 10 : « “Apišal” et “zizkibum” renvoient à une même realité géographique, Apišal, qui désigne peut-être la ville antique de ’Ain Dara, située dans la vallée de l’Afrin creusée dans le mont Amanus, et zizkibum peut être le nom ancien d’un terroir de cette région, voire le nom de la vallée elle-même. »)
  • A. Archi, Syria Sup. 2, 2014, p. 163 n. 12 (refuse l’identification d’Apišal avec Abarsal et estime que Tilmen Höyük est la Zalba(r) des textes hittites)

Résumé : Capitale d'un royaume situé au nord de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) dont le souverain porte le titre mekum. La ville est également mentionnée par les textes d'Alalah et se trouvait dans l'horizon géographique de cette dernière, probablement à l'ouest de l'Euphrate. L'identification avec Tilmen Höyük (n° HIGEOMES 777), proposée par G. Chambon, BBVO 20, 2009, reste hypothétique.


Appan

Nom(s) OB : Appan    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 273

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Saiyal nord 1, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 5 (« Sur l’Euphrate, dans le district de Mari »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 19 (« Nicht lokalisierbar, erwähnt im Zusammenhang mit —> Ḫutnum und —> Ḫumzān. — Es ist möglich, daß es sich um einen Ort im Bezirk von Mari handelt, da von Arbeiten am Kanal —> IGI.KUR die Rede ist (ARM 6, 5), die von Leuten aus —> Appān und —> Ḫumzān ausgeführt werden sollen. Der Kanal —> IGI.KUR versorgt —> Mari mit Wasser und scheint durch den Distrikt —> Terqa zu laufen vom —> FN Ḫabur ausgehend (…) Appān liegt entweder an diesem Kanal oder am Euphrat (?) (ARM 2, 98). »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 115-116 n. 52, 137, 138 (« première agglomération importante qui succède à la région de Mišlân. Il s’agit, sans doute, d’une ville bensim’alite et non plus benjaminite. Une situation dans la région des Tells Saiyal (n° 14-15, n° 5-6, n° 55) conviendrait assez bien. »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 94, 98-99
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 178-180 (« Gûrû-Addu, Abullât et Appân appartiennent à l’aharâtum (Chamieh) »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 169, 520, 625-626 (tell n° 15 du relevé de Geyer-Monchambert = Tall Saiyal nord 1 (n° HIGEOMES 273) (cf. MARI 5, p. 339), avant-poste sim’alite face à Mišlan)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 162 (p. 154 : localité sim’alite)
  • A. Jacquet, Mémoires de NABU 13, Paris, 2011, p. 176 (localité du nord de Mari)
  • N. Ziegler, (Au nord de Mari, cf. A.511; cité par J.-M. Durand CRRAI 46, 2004, p. 162)

Résumé : Ville appartenant au district de Mari, située au nord de cette dernière. Le texte A.250 = LAPO 17 813 établit qu'Appan était située sur un canal en amont de Der (4), avec Humsan et Šehrum. Il s'agit probablement d'un avant-poste sim'alite, en face de Mišlan (peut-être = Tall ar-Ramadi, n° HIGEOMES 100 ; cf. J.-M. Durand, LAPO 17). Une localisation à Tall Saiyal nord 1 (n° HIGEOMES 273) a été proposée.


Apparum

Nom(s) OB : Apparum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469 (sur les bords du Habur)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 68 (peut-être un simple lieu-dit, dont l’étymologie signifie « marécage » ; sur le Habur)

Résumé : Localité à chercher le long du Habur, en aval de Tarnip. Il s'agit peut-être d'un lieu-dit « marécage » et non pas d'une ville.


Appaya

Nom(s) OB : Appaya

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 121
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 5
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 19 (s.v. Appaja)
  • Kh. Nashef, RGTC 5, Wiesbaden, 1982, p. 33 (s.v. Appaju)
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (en Haute-Mésopotamie, vers Karana (1), Qaṭṭara, Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3))
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 226
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 62 (s.v. Appāia)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 73 (« Appaya appartenait sous Yasmah-Addu au district de Haṣidanum, dont les contours exacts ne sont pas connus, mais dont le centre se trouvait à Karana. Or [M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : i 6], qui date également du temps de Samsi-Addu, énumère parmi les villes du mât Karana une ville de Ape. (… ce texte) invite très fortement à considérer que Ape = Appaya. »)

Résumé : La ville fortifiée d'Appaya, mentionnée par les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), pourrait être identique à celle d'Apum (3) selon une hypothèse de D. Charpin, BBVO 24, 2014.


Appum ša Dagan

Nom(s) OB : Appum ša Dagan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 7, 69 (p. 7 : ce « Cap de Dagan » était situé dans l’horizon géographique de Tuttul (attesté par ailleurs en KTT 47 : 3) ; p. 69 : Appum désigne un « promontoire rocheux qui s’enfonce dans la mer ou dans un fleuve »)

Résumé : Lieu d'extraction de pierres ; promontoire rocheux sur l'Euphrate dans l'horizon géographique de Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27).


Apqum (1)

Nom(s) OB : Apqum, Apqum ša Addu    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Apku, Apqu

Zone : F

N° HIGEOMES : 3

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Abu Maria, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 52
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 73 (= Tall Abu Maria (lu par l’auteur Bumariyah))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 19-20 (« Zur Identität von A. mit A. ša (d)IŠKUR vgl. W. W. Hallo, JCS 18, 73 ; A. Goetze, JCS 7, 57 ; F. J. Stephens, JCS 7, 73f vermuten A. = Tall Abī Māriya; vgl. zu Schürfungen in Tall Abī Māriya S. Lloyd, Iraq 5, 128. 135f ; D. O. Oates, Iraq 30, 128 (…) Vgl. M. Falkner, AfO 18, 5. »)
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (= Tall Abu Maria)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339-340, 345, 347
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 120 (dans le district confié à Šaššaranum, gouverneur de Samsi-Addu)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 247 (étymologie)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97 (= Tall Abu Maria)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 62-63 (s.v. Apqum [1] ša (d)iškur ; ≠ Apqum [2] ša baliḫā [1] ; ≠ Apqum [3] ša ḫabur [1])
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 228, 235, 265 (= Tall Abu Maria)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Apqum du dieu Addu : A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 52 ii 1 : ap-qum ša (d)IM. Cette dernière a été localisée à Tell Būmāriyah, à environ 40 km à l’ouest de Ninive ; cf. W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 73. Elle apparaît dans les textes de Mari seulement comme Apqum. Elle appartenait au district confié à Šaššarânum du temps de Samsî-Addu (P. Villard, Amurru 2, p. 97). »)
  • M. Guichard & N. Ziegler, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 244 n. 44

Résumé : Cette ville, identifiée avec Tall Abu Maria (n° HIGEOMES 3), constituait l'étape des « itinéraires paléo-babyloniens » entre Sanipa et Kiškiš. Elle est à distinguer d'Apqum (2) du Balih et d'Apqum (3) du Habur.


Apqum (2)

Nom(s) OB : Apqum, Apqum ša Balih    Certitude OB : 1

Zone : D

N° HIGEOMES : 977

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Ain Arus

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 53
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 5
  • A. Goetze, JCS 18, 1964, p. 119 (= Tall Abyad (n° HIGEOMES 216))
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 60 (= Tall Jidlah (n° HIGEOMES 69))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 20 (bibliographie)
  • J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 361 (= Ain Arus (écrit ’Ain al-Arūs))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 338-340, 345-347
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 63 (s.v. Apqum [2] ša baliḫā [1] ; ≠ Apqum [1] ša (d)iškur ; ≠ Apqum [3] ša ḫabur [1] ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« A. Goetze, JCS 7, p. 53 iii 7 : [a]p-qum ša (d)KASKAL.KUR ; W. W. Hallo, JCS 18, p. 60 : 33 ap-[qú]-ú ša ba-li-ha-a. Je ne vois pas ce qui permet à M. Wäfler (OBO SA 21, p. 63) d’attribuer l’Apqum de ARM XXVIII 62 : 10 à A. (2) plutôt qu’à A. (1). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125, 138, 170 n. 331 (p. 170 n. 331 : Apqu du Balih)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 169 (= Ain Arus (écrit ‘Ain al-Arus))
  • N. Ziegler, (AIL : entre Zalpah et Harran selon UIOM 2134 ; entre Harran et Sahlala selon YBC 4499)

Résumé : Apqum (2) est définie comme « celle du Balih » dans les « itinéraires paléo-babyloniens ». La ville constitue une étape entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Sahlala (probablement = Tall as-Sahlan, n° HIGEOMES 103), à l'aller, et entre Zalpah (1) (probablement = Tall Hammam al-Turkman, n° HIGEOMES 55) et Harranum, au retour. Une localisation à Ain-Arus (n° HIGEOMES 977) nous semble possible. À distinguer d'Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3).


Apqum (3)

Nom(s) OB : Apqum, Apqum ša Habur

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 327 n. 153
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 63 (s.v. Apqum [3] ša ḫabur [1] ; ≠ Apqum [1] ša (d)iškur ; ≠ Apqum [2] ša baliḫā [1])
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 183 n. 100
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (dans la vallée du Habur (1))
  • M. Guichard, NABU 2005/99, 2005 (lecture ìs-qí-im(ki) du toponyme auparavant lu Apqum ; « Isqûm se rapporte ici à la ville orientale du Yapṭur Supérieur (voisin occidental d’Ašlakkâ). »)

Résumé : Localité située dans le royaume d'Ašlakka. À distinguer d'Apqum (1) (= Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3) et Apqum (2) (= Ain-Arus, n° HIGEOMES 977).


Apum (1)

Nom(s) OB : Apum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 2 (s.v. Abum)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 284 (= Leilan ?)
  • D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 129-140 (Šehna = Šubat-Enlil, capitale du pays d’Apum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105 (« la Cannaie »)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 11-12
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 112
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 203
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 241-242
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343-344
  • J. M. Sasson, Amurru 2, Paris, 2001, p. 333 n. 7
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 63-64 (s.v. Apūm [1] ; pays dont la capitale est Šubat-Enlil/Šehna ; ≠Apūm [2] ; ≠ Apūm [3] ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 22-23, 37 n. 65, 192, 197, 200, 216, 218
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (pays d’Apum, ayant Šubat-Enlil/Šehna pour capitale)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84 n. 7
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123, 132, 146, 147, 157 (p. 123 : région de Leilan ; p. 146 : pays dont Šubat-Enlil était la capitale)
  • J. Eidem, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 33 (= Tall Aid (n° HIGEOMES 282) ? ; « Since Apum should be a relatively large and important place this allows virtually only a single candidate, namely Tell Aid, c. 15 km due west of Leilan, and c. 15 km southeast of Qamishli. » ; « Apum almost certainly was a town distinct from Šeḫnā/Šubat-Enlil identified with Tell Lailan. »)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. passim ; p. 326-327 (Belet-Apim)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 74 (commente l’itinéraire paléo-assyrien « Le texte CCT 5 44c donne la séquence : Qaṭṭara — Daraggum — Apum — Amaz — Nahur — Luhâ/Luhayân — Abrum — Hakka : on en a conclu que Apum devait être située au nord du Sinjar. Le problème qui se pose est de savoir comment relier cette Apum située au nord du Sindjar, qui semble être une localité, avec le pays d’Apum, dont la ville de Šehna/Šubat-Enlil était la capitale. »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14, 16 (p. 14 : entre Daraqum et Amaz, sur la route entre Aššur et Hahhum ; p. 16 : = Tall Muhammad Diyab (n° HIGEOMES 89))

Résumé : Nom du pays situé autour de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). À distinguer d'Apum (2), dans la région de Damas, et Apum (3), dans la région du Djebel Sindjar.


Apum (3)

Nom(s) OB : Apum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 138 (Joannès apud Charpin)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 112
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 64 (s.v. Apūm [3] ; ≠ Apūm [1] ; ≠ Apūm [2])
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 251 n. 182, 252 n. 186
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Ville d’Apû, au sud du Djebel Sindjar, voisine d’Allahad et d’Andarig : ARM XXV 622 : 1 ; inédit A.2137+ : 13’ (cité par N. Ziegler, FM VI, p. 251 n. 182). »)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014 (Apum (3) peut-être identique à Appaya)

Résumé : Ville située au sud du Djebel Sindjar, à la frontière entre les royaumes d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) et de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). Elle pourrait être identique à la ville d'Appaya, mentionnée dans les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), selon une hypothèse de D. Charpin, BBVO 24, 2014. À distinguer d'Apum (1), autour de Šubat-Enlil/Šehna, et d'Apum (2), dans la région de Damas.


Aqraba

Nom(s) OB : Aqraba

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 58

Résumé : Localité, mentionnée dans le texte M.5581, appartenant au district de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.


Ara’itum

Nom(s) OB : Ara’itum

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 20
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 (en rive gauche de l’Euphrate)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 178-179 (en rive gauche de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 455 (« se trouvait donc être l’enclave benjaminite sur le canal-râkibum de Zurmahhum » ; en rive gauche de l’Euphrate)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 66 (s.v. Arattum ; ≠ Ara’itum)
  • M. Guichard, NABU 2003/8, 2003 (« dans une zone que devait contrôler Yadihâbu comme l’indique la “construction” de la ville d’Ara’itu mentionnée dans un nom d’année (TFR I 1) et qui, autrefois, avait fait partie du cœur du royaume de Mari (cf. M. Guichard, FM III, p. 178-179). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167 n. 311 (sur la rive gauche de l’Euphrate)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 231, 232 (p. 227 : sur la rive gauche de l’Euphrate ; appartient au clan des Yarihu ; p. 231 : dans le district de Mari)
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 43 (localité de l’alvéole de Mari)

Résumé : Ville de la tribu yaminite des Yarihum située dans le district de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56), sur le canal-rakibum de Zurmahhum, en rive gauche de l'Euphrate (cf. ARM 2 55 = LAPO 17 705). Elle est mentionnée dans un nom d'année de Yadih-abum de Hana.


Aramanum

Nom(s) OB : Aramanum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • I. J. Gelb, JCS 15, 1961, p. 35
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 245 n. e) au n° 401, 258 (pas attestée ailleurs dans la documentation mariote ; à rapprocher peut-être du nom de la ville d’Arramu (YOS 13 35 : 2) ; « devait se trouver au Sud du royaume de Karanâ »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 64-65 (s.v. Aramanum ; ≠ Arramu)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 256-257 (« ville-frontière qui se trouvait entre les royaumes d’Andarig, Ekallâtum et Karanâ. Il s’agit vraisemblablement d’un site non loin de Razamâ et à chercher également dans la région du Haut-Tharthar »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 229 (dans l’Ida-Maraṣ)

Résumé : Ville frontière entre les royaumes d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64), d'Ekallatum (1) et de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Aranzih

Nom(s) OB : Aranzih

Zone : C, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 275 (s.v. Aranziḫ : « Der hurritische Name des Tigris ist bisher aB nur in PN belegt ; vgl. zu A. I. J. Gelb, HS 21 ; W. von Soden, ZA 43n 235. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 2, 1983, p. 79 (attestations des NP en Aranzih-/Aranzah-)

Résumé : Nom hourrite du Tigre attesté par l'onomastique.


Ardihum

Nom(s) OB : Ardihum

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 58

Résumé : Localité mentionnée dans le texte M.5581 et appartenant au district de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.


Arduwan

Nom(s) OB : Arduwan

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Ghouti, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 61-68, notamment 64 (dans le Zalmaqum)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 182, 197 (p. 182 : dans la région du Balih)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 103-104
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 349 (vers le Balih)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 65 (s.v. Arduwanum)
  • N. Ziegler, (AIL : proche de Der (2), selon A.2995+)

Résumé : Localité mentionnée avec Der (2). Elle est à chercher dans la zone de partage des eaux entre les bassins du Habur et du Balih.


Arhinanum

Nom(s) OB : Arhinanum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 21 (s.v. Arḫinān(um))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 65 (s.v. Arḫinanum)

Résumé : Localité agricole située dans les environs de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Arrahru

Nom(s) OB : Arrahru

Zone : D, E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 21 (s.v. Arraḫru)
  • F. van Koppen, MDAR, , Vienne, 2004, p. 29b

Résumé : Localité d'origine d'une esclave du Šubartum.


Arramu

Nom(s) OB : Arramu

Zone : D, E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 21 (s.v. Arramu)
  • F. van Koppen, MDAR, , Vienne, 2004, p. 29b

Résumé : Localité d'origine d'une esclave du Šubartum.


Asna

Nom(s) OB : Asna

Zone : F, G

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 23 (s.v. Asnā)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 491 (la lecture n’est pas certaine ; cela pourrait être x-uk-na-a(ki))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 65-66 (s.v. Asna ; ≠ Ašan ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 256 n. 202

Résumé : Toponyme dont la lecture reste à confirmer. Ville assiégée par les Turukkéens à la fin du règne de Zimri-Lim et située à trois heures de marche de Ninet (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94) selon la lettre ARM 26/2 518.


Ašal

Nom(s) OB : Ašal

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 23 (« Zwischen —> Apqum (ša IŠKUR) und —> Ešnunna ? ; —> Sanduwatum, —> Talmuš, — > Zanipā. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 120 (dans la région au nord-est de Tall Rimah)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 135 n. 482

Résumé : La ville d'Ašal est probablement à chercher au nord-est de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). Elle est peut-être identique à la ville d'Ašan.


Ašan

Nom(s) OB : Ašan

Zone : F, G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 297 n. c) au n° 415 (d’après une suggestion de J.-M. Durand, à lire peut-être a-ša-ìl(ki), et à identifier avec Ašal, située dans les environs de Talmuš et Ninive ; envisage aussi une identification possible avec as-na-a(ki))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 66 (s.v. Ašan ; ≠ Asnā ; ≠ Ašanum)

Résumé : Ašan du Numha fut attaquée par Išme-Dagan avec la ville de Buratum. On doit la chercher à proximité de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). Elle est peut-être à identifier avec la ville d'Ašal.


Ašarugayum

Nom(s) OB : Ašarugayum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 205 (grande division tribale regroupant différents clans sim’alites)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 181 (clan sim’alite)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87, 94
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127, 130, 143, 157, 180, 181, 182, 183, 184, 194, 195 (p. 127 : Bédouins sim’alites ; p. 130 : Sim’alites au sud du Djebel Sindjar ou du Suhum ; p. 143 : Sim’alites ; p. 157 : dans le Suhum ; p. 180 : signifie « celui qui appartient à l’*Ašarugum » ; p. 181 : « On ne peut exclure en tout cas a priori qu’*ašarugum ait été le nom d’un terroir précis, voire d’un wadi où l’on se serait ainsi procuré l’eau qui faisait besoin » ; p. 182 : « aux Ašarugâyu sont à attribuer : - les Nihadûm, - les Man-napsu, - les Ya’um.ma-hammu, - les Ibâl-Ahum, - les Yar’û, - les Kî-hibru-Ila » ; p. 184 : correspondent à « la partie orientale [de la Haute-Djéziré], le Sud-Sindjar et le Suhum » ; p. 195 : à identifier aux Sarugu de l’époque araméenne ?)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 62 (division tribale comprenant le clan yaminite des Nihadum, celui des Yum-hammu et celui des Ibal-ahum)
  • J.-M. Durand, RA 105, 2011, p. 160 (division tribale installée au sud du Suhum)
  • L. Rovira, NABU 2012/61, 2012

Résumé : Nom d'une tribu sim'alite.


Ašihum (1)

Nom(s) OB : Ašihum, Azihum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 5 n. 37
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 24 (s.v. Ašiḫum ; ne distingue pas Ašihum (1) et (2). « Vgl. zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 5.37. Sie unterscheidet drei A., von denen eines nahe bei —> Uršum, eines am —> FN Ḫabur, und das dritte im Lande —> Izallu lag. Für aB A. vgl. J. Lewy, OrNS 21, 2: = “Azech” bei Ğazīrat ibn‘Umar (Cizre); A. Goetze, JCS 7, 58: am —> FN Ḫabur, unweit von ‘Arbān = Tall ‘Ağağa ; vgl. aA Ašihum: P. Garelli, Assyriens 90-91 = aA Usuḫinim?. A. ist dritte Station auf dem “Itinerar” des Šamši-Adad von —> Šubat-Enlil nach —> Mari und zwei Tagesreisen von —> Šubat-Enlil entfernt. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 472
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 66 (s.v. Ašiḫum [1] ; ≠ Ašiḫum [2] ; ≠ Ašiḫum [5] ; ≠ Ašiḫum [6] ; ≠ Ašuḫ ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 125 (« Ašihum du Zalmaqum »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 113-114 et n. 318
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Ašihum du Zalmaqum »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 411-412
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 10-11 ((documentation paléo-assyrienne))
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 199-200 (au nord ou nord-est du royaume de Karkamis ; p. 200 : « Eine Lokalisierung von Ašiḫum kann derzeit nicht vorgeschlagen werden. Ich würde sein Territorium in den Vilayet Halfeti oder eventuell Bozova der Provinz Șanlıurfa suchen, d.h. im Euphratbogen. »)

Résumé : Capitale d'un royaume au nord de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22). À distinguer d'Ašihum (2), dans la région du Djebel Sindjar.


Ašihum (2)

Nom(s) OB : Ašihum
Nom(s) MA : Ašihu

Zone : E, F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 5 n. 37
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 24 (s.v. Ašiḫum ; ne distingue pas Ašihum (1) et (2). « Vgl. zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 5.37. Sie unterscheidet drei A., von denen eines nahe bei —> Uršum, eines am —> FN Ḫabur, und das dritte im Lande —> Izallu lag. Für aB A. vgl. J. Lewy, OrNS 21, 2: = “Azech” bei Ğazīrat ibn‘Umar (Cizre); A. Goetze, JCS 7, 58: am —> FN Ḫabur, unweit von ‘Arbān = Tall ‘Ağağa ; vgl. aA Ašihum: P. Garelli, Assyriens 90-91 = aA Usuḫinim?. A. ist dritte Station auf dem “Itinerar” des Šamši-Adad von —> Šubat-Enlil nach —> Mari und zwei Tagesreisen von —> Šubat-Enlil entfernt. »)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 264 et n. 3 (« Toutes ces villes sont à situer dans l’Ida-Maraṣ oriental, au-dessus du Sindjar, dans la zone à forte population hourrite, traditionnellement disputée entre Kurdâ, Andarig, Razamâ, et Ilân-ṣurâ. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329, 344, 352 (juste au nord du Djebel Sindjar)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 115 n. a au n° 23 (devait contrôler la région au sud de la passe de Kasapa)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 64 (s.v. Ašiḫum [1] est cité Ašiḫum [2] avec bibliographie)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 183
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 126, 210, 233
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (« Ašihum du Sindjar : deuxième étape sur la route entre Šubat-Enlil et Saggarâtum d’après l’itinéraire décrit par Samsî-Addu dans ARM I 26 (LAPO 16 23) : 17-18. La ville est disputée entre Hammu-rabi de Kurdâ et Atamrum d’Andarig d’après ARM XXVI/2 405 ; elle devait contrôler la région au sud de la passe de Kasapâ (J.-M. Durand, LAPO 16, p. 115 no. 23 n. a). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135 n. 148
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 54 (« sud-ouest du Sindjar car c’est une ville disputée entre Kurdâ et Andarig, en rapport avec la passe de Kasapa »)

Résumé : Ville située au nord-ouest du Djebel Sindjar, à chercher entre les localités d'Iyatum (peut-être = Tall Umm Aqrubba, n° HIGEOMES 181), au sud, et Tilla (1), au nord. À distinguer d'Ašihum (1), au nord de Karkamis.


Ašlakka

Nom(s) OB : Ašlakka

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 24 (s.v. Ašlakkā. Bibliographie. Note des éditeurs : la graphie áš-la-ka-an(ki) est uniquement attestée par les noms d’années, voir par exemple ARM 9 5 : 12, ARM 11 17 : 8, ARM 12 15 et 4 repas du repas inédits, ainsi que ARM 23 54 : 7, ARM 25 85 : 8, M.5834 : 11 et M.12248 : 4’ que l’on peut ajouter à ARM 11 12 : 6 signalé par B. Groneberg)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336, 343, 345 (dans l’Ida-Maraṣ occidental)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423, 634 (p. 423 : « Les incessants conflits d’Ašnakkum avec Ašlakkâ montrent leur proximité. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 166 (dans l’ouest de l’Ida-Maraṣ)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 462 (ville majeure de l’Ida-Maraṣ de l’Ouest)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 66-68 (s.v. Ašlakkā ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121, 124, 125, 130, 147 n. 190, 148, 156 n. 241, 186, 192 (p. 124 : dans le Yapṭurum ? ; p. 130 : peut-être dans les montagnes)
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217, 218, 220, 221 (p. 217 : en Ida-Maraṣ, sur le cours supérieur du Habur)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 41, 205 (= Tall Arbid (n° HIGEOMES 15) ?)
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (en amont du Sarum (= Wadi Zerkan))
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 42
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 296
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 70 n. 48 (= Kızıltepe/Tall Ermen (n° HIGEOMES 36).)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 100 (au nord-ouest de l’Ida-Maraṣ)
  • M. Guichard, RA 103, 2009, p. 20 (dans le nord-ouest du triangle du Habur)

Résumé : Une des principales villes du triangle du Habur occidental, capitale d'un royaume. La ville a été prise et pillée à deux reprises pendant le règne de Zimri-Lim et sa population déportée. Ces événements sont commémorés dans certains noms d’année du règne de Zimri-Lim (an 4 et 13, cf. D. Charpin et N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 258). Le toponyme n’est plus attesté dans la documentation plus récente, par exemple celle des archives de Tall Rimah (n° HIGEOMES 101) ou Tall Leilan (n° HIGEOMES 83). Pour l’époque médio-assyrienne, voir l’entrée Azalaka (MTT I/2) et le commentaire concernant une possible identification.


Ašnakkum

Nom(s) OB : Ašnakkum    Certitude OB : 3

Zone : E

N° HIGEOMES : 66

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Chagar Bazar, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 74 (= Tall Chagar Bazar)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 25
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 328, 330, 336, 343-346 (partie centrale du triangle du Habur)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423 (« Ašnakkum est une des villes majeures de l’Ida-Maraṣ dont les rois Sammêtar, Šûb-Râm, Išme-Addu et Šaddûm-labû’a nous ont laissé une correspondante importante » ; « Les incessants conflits d’Ašnakkum avec Ašlakkâ montrent leur proximité. Le nord du royaume d’Ašnakkum est, à l’époque de Zimrî-Lîm, constitué par les deux villes sœurs d’Urkiš et de Šinah, ainsi que Hurrâ, qui ont des tendances constantes à accentuer leurs particularismes. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 318 (= Tall Arbid (n° HIGEOMES 15) ?)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 68-71 (s.v. Ašnakkum ; = ? Ašnak ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123 n. 6 et 10, 124, 125, 130, 144, 148, 152, 153, 173 n. 346 (p. 124 : dans l’Ida-Maraṣ (1) ; = Tall Chagar Bazar ? ; p. 130 : dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406 et n. 9 (= Tall Ailun (n° HIGEOMES 17) ?)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 205 (= Tall Chagar Bazar ?)
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (Sumu correspond au territoire d’Ašnakkum)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 303 (formes erronées Urgina et Aškakkum au lieu de Urgis et Ašnakkum)
  • Ö. Tunca et al., 2008/, Louvain/Paris/Dudley, 2008, p. 145-154 (= Chagar Bazar, avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 67-68 (= Tall Chagar Bazar ; sur l’une des branches principales du Djaghdjagh, le Wadi Khanzir, alias Wadi Amouda)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 78, 82, 96 (p. 78 : en Ida-Maraṣ (1) occidental ; p. 82 et 96 : Ašnakkum, avec ses dépendances, correspond au pays de Sumum)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 182 (« Chagar Bazar, das von D. Lacambre überzeugend mit Ašnakkum identifiziert wurde, war wohl eine der Provinzhauptstädte des zentralen Reichsgebietes, das als libbi mātim bezeichnet wird. »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 16 (= Tall Chagar Bazar ; sur la route moyenne du triangle du Habur, entre Šubat-Enlil/Šehna et Ilan-ṣura)

Résumé : Centre majeur situé dans le triangle du Habur. L'identification avec Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66), déjà proposée antérieurement parmi d'autres identifications, a été établie par D. Lacambre et A. Millet Albà, Chagar Bazar 3, 2008, pour des raisons prosopographiques aussi bien que géographiques. Ašnakkum était le chef-lieu du pays de Sumum. Plusieurs rois de cette ville sont connus, voir FM 5, 2003, p. 265-266.


Aššur

Nom(s) OB : Aššur    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Aššur

Zone : G

N° HIGEOMES : 111

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Qalat Sherqat

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 25-26 (= Qalat Sherqat)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 213-217, 237-239 (p. 213-217 : âlum comme désignation de la ville d’Aššur dans les textes de l’époque de Haute-Mésopotamie ; p. 237-239 : Aššur dans le royaume d’Ekallatum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 112, 113, 139, 145, 194, 195
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405 n. 2
  • M. Guichard, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008 (caravane de marchands d’Aššur retenue à Nahur)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011 (commerce cappadocien, routes pratiqués depuis Aššur)

Résumé : À l'époque des archives de Mari, Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111) dépendait de la capitale politique Ekallatum (1). Les marchands de cette ville sont mentionnés par de nombreux textes, cf. ex. gr. M. Guichard, OAAS 3, 2008. La documentation de l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie désigne cette ville par âlum, selon l'habitude attestée par la documentation paléo-assyrienne.


Ašuh

Nom(s) OB : Ašuh

Zone : C, D, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 26 (s.v. Ašuḫ)

Résumé : Lieu d'origine d'une esclave.


Ašušik

Nom(s) OB : Ašušik, Azuzik

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 255
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 6
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 26 (s.v. Ašušik)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 471 (dans le royaume d’Ašlakka)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 71 (s.v. Ašušik)
  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (le nom d’Aziki apparaît dans des textes hittites en contexte hourritisant ; « “Aziki” (= Ašušik/Azuzik, avec peut-être chute du -u- qui entraîne une prononciation Azzik ?) »)
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (« la frontière occidentale d’Ašlakkâ était défendue par la forteresse d’Azuzik (= Ašušik) qui faisait face au Yapṭur »)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 89 (Azuzik ; à la frontière entre le pays d’Ašlakka et le Yapṭurum (1))
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 32 (frontière entre le Yapṭurum (1) et le royaume d’Ašlakka)

Résumé : Ville frontière du royaume d'Ašlakka avec le Yapṭurum (1).


Atamrum

Nom(s) OB : Atamrum

Zone : B

Résumé : Localité située dans le district de Našer selon ARM 23 591.


Atmuraše

Nom(s) OB : Atmuraše

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 72 (s.v. Atmuraše(?))

Résumé : Toponyme attesté par un texte de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83). Sa lecture n'est pas assurée.


Ayyabum

Nom(s) OB : Ayyabum

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 6 (« zwischen Rabiqum und Mari »)
  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Pu-li-Ila occupe les villes de Harbe (1), Ayyabum et Yabliya)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 59 (en amont de Harbe (1) ; « signifie certainement “Le Lac” »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333 (en rive droite de l’Euphrate entre Harbe (1) (écrit ici Harbû et identifié par l’auteur à Khan Baghdadi) et Yabliya (= Al-Judafia, n° 734))
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 353 n. 44 (M.15103)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 89, 110 n. 286
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156, 157 (dans le Suhum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 93 (en amont de Harbe (A) ; d’après l’étymologie, signifie « lacustre »)

Résumé : Ville du Suhum en amont de Harbe (1) (peut-être = Khan Baghdadi, n° HIGEOMES 988), en rive droite de l'Euphrate.


Azamhul

Nom(s) OB : Azamhul    Certitude OB : 1

Zone : E

N° HIGEOMES : 89

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Muhammed Diyab, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • I. J. Gelb, JCS 15, 1961, p. 35
  • D. O. Edzard et al., RGTC 1, Wiesbaden, 1977, p. 20 (s.v. Atamḫul)
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 561
  • D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 132 (ville du district de Šubat-Enlil/Šehna (dont le nom est noté Ašamhul dans un texte paléo-akkadien de Tall Brak))
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 127 n. a au n° 354
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 315 n. a au n° 422
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 119-120 (= Tall Muhammed Diyab)
  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 128
  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 140
  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 310
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 242 (= Tall Muhammed Diyab)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 81
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323 (= Tall Muhammed Diyab ; « localisation probable sinon tout à fait sûre »)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 392 n. 62
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 520, 573 (= Tall Muhammed Diyab)
  • J. M. Sasson, Amurru 2, Paris, 2001, p. 334
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 72-73 (s.v. Azamḫul)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 270 n. 7, 301 (proximité de Daragum (1) et Azamhul ; deux villes situées à l’est de Tall Leilan ; p. 301 ville importante d’Apum, pas à Tall Mohammad Diyab mais plus à l’est, à la frontière orientale du pays d’Apum)
  • N. Ziegler, (AIL: ARM 26/2 357, proche de Šubat-Enlil)

Résumé : Ville des environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Une identification avec Tall Muhammed Diyab, fouillé par une équipe française dirigée par J.-M. Durand puis Chr. Nicolle, a été proposée par D. Charpin mais reste une hypothèse. Le texte ARM 28 132 fait de Yumraṣ-El le « roi de Daragum et d'Azamhul » à l'époque de Zimri-Lim.


Azara

Nom(s) OB : Azara

Zone : B, C, D

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 568 (« Azarâ devait se trouver sur la rive gauche de l’Euphrate, au sud du Zalmaqum, mais à l’ouest du Balikh nord, où se trouvait Ahunâ. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 381 (« Azarâ, au nord d’Ahunâ, était dans une région proche de Carkémish »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 73 (s.v. Azarā)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 33, 173 (p. 173 : « possession alépine sur la rive gauche de l’Euphrate »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 215

Résumé : Ville dont le roi Hammi-tibal a été vaincu par Yarim-Lim d’Alep avec l’aide d’une armée mariote. Des tours de siège utilisées lors de cette action militaire ont voyagé via le royaume de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22). Une localisation sur ou à l'ouest de l'Euphrate semble possible selon N. Ziegler, qui n'exclut pas une localisation sur le Sajur.


Aznibat

Nom(s) OB : Aznibat

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 88, 91

Résumé : Localité située dans le royaume de Zalluhan.


Azrahatum

Nom(s) OB : Azrahatum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 344-345 (étymologie)

Résumé : Localité du Suhum, mentionnée dans les environs de Sapiratum (= Bijan, n° HIGEOMES 195).


Azuhinnum (1)

Nom(s) OB : Azuhinnum

Zone : E, F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, Syria 20, 1939, p. 109
  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 67
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 6-7, 35
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 27-28 (s.v. *Azuḫīn(um))
  • D. Charpin, Mél. Steve, , Paris, 1986, p. 136 n. 51
  • D. Charpin, RA 84, 1990, p. 94-95
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 131-132 (s.v. Uzuhinum)
  • B. R. Foster, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 74 (une mention datant de l’époque de Naram-Sin d’Akkade)
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 59
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 175 n. 4
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423 et 549-550 (au nord-est du Djebel Sindjar ; forme un ensemble géographique avec Yašibatum et surtout Hamiqatum (1) d’après OBTR 145 ; à proximité immédiate d’Ašihum (2) d’après ARM 26/2 405 ; voisine de Tupham, non loin de Karana (1) et Qaṭṭara)
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 et n. 39
  • M. Salvini, Subartu 7, Turnhout, 2000, p. 288
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 73-74 (s.v. Azuḫinum [1] ; ≠ Azuḫinum [2] (à l’est du Tigre) ; ≠ Arzuḫini (vers Nippur) ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 135 n. 484, 198, 210, 226 n. 520, 229
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 11 et n. 69-70, p. 20 (« Localité au nord du Sindjar et à l’ouest du Tigre, non loin de Razamâ-du-Yussân (cf. D. Charpin, Mél. Steve, p. 136 n. 51) ; noter OBTR 145, qui mentionne un transport de grain à dos d’âne depuis Azuhinnum jusqu’à Tell Rimah. Tous les textes de Mari renvoient à cette ville (ARM XIV 106 : 10’, 17’ (Šadu-šarri d’A.) ; 108 : 8 ; 109 : 6 (Šadu-šarri d’A.) ; XXIV 30 : 5 (Šadu-šarri d’A.) ; 90 : rev. 8 (Šadu-šarri d’A.) ; XXVI/2 431 : [8’] (Šadu-šarri d’A.) ; 435 : 48 (Šadu-šarri d’A.) ; 437 : 4, 11, 14, 26 (proche de Tupham) ; XXVII 127 : 14 (proche de Tupham) ; XXVIII 155 : 23 (Šadu-šarri). Noter en particulier l’inédit A.4197, où Sumiya écrit à Yasmah-Addu : “Le pays de Nurrugûm derrière la montagne, Sanduwatum, le pays de Razama, les environs d’Azuhinnum, Šudâ et Šubat-Enlil, tous [sont calmes]” (cité par N. Ziegler, FM V, p. 135 n. 484). Ville mentionnée dans un texte paléo-assyrien sous la forme Uzuhinum ; cf. RGTC 4, p. 131-132. Pour une mention à l’époque de Narâm-Sîn d’Akkad, voir B. Foster, CRRAI 38, p. 74. »)

Résumé : Capitale d'un petit royaume situé au nord du Djebel Sindjar. À distinguer d'Azuhinnum (2), à l'est du Tigre, attestée par les archives de Nuzi.


Azzal

Nom(s) OB : Azzal

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 28 (s.v. Azzal)

Résumé : Localité du royaume de Mari attestée par un seul texte. La lecture n'est pas assurée.


Bab-Dagan

Nom(s) OB : Bab-Dagan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 36 (Le « champ de la porte de Dagan » est « repris dans le récapitulatif [M.8142] comme faisant partie des champs de “Našer” (…) »)
  • H. Reculeau, 2006/, Paris, 2006, p. 457-460 (KÁ = babum est sans doute à comprendre ici comme « district d’irrigation », plutôt que comme « porte (de ville) »)

Résumé : Nom d'un terroir aux environs de Našer et de Puzurran.


Bab-hinim

Nom(s) OB : Bab-hinim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 557 (ville de la région de Mari ; aux portes de Našer, sur le chemin de Hi(h)num)
  • J.-M. Durand, NABU 1987/105, 1987 (lieu-dit ; hinum signifiant source, Bab ‘inim serait donc la « Porte de la source » ; proche de Mari)

Résumé : Nom d'un terroir aux environs de Našer.


Bab-Itur-Mer

Nom(s) OB : Bab-Itur-Mer

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 20 (la « porte d’Itūr-Mêr, qui, du fait qu’elle est mentionnée en connexion avec la muraille, ne doit pas être considérée comme une porte du palais, mais comme une porte de la ville »)

Résumé : Nom d'une porte, probablement de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Bab-Mer

Nom(s) OB : Bab-Mer

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Thureau-Dangin, RA 33, 1936, p. 177-179 (édition de la brique du Šakkanakku Ilum-Išar)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 132 et n. 113 (« sans doute dans la région de Terqa »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 575 (localité attestée par un document de fondation d’époque Šakkanakku (3e millénaire) ; sur le Hubur, canal d’irrigation en rive droite de l’Euphrate ; localité n’est plus documentée à l’époque paléo-babylonienne « car il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’une forme du IIIe millénaire pour le Gûru-(d)IM amorrite. »)
  • L. Colonna d’Istria & A.-C. Rendu Loisel, 2013/645-655, 2013, p. 646 (« hapax, connu uniquement à travers ces inscriptions officielles d’Ilum-išar »)

Résumé : Toponyme attesté par une inscription royale d'Ilum-Išar (21e s.), en lien avec le canal Hubur. Il n'est plus attesté à l'époque paléo-babylonienne.


Bab-nahlim

Nom(s) OB : Bab-nahlim

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 32 (s.v. Bāb-naḫlim « Am —> FN Ḫabur ? »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35, 36 et 38 n. 32 (sur l’Euphrate en aval de Mari ; cité avec d’autres localités de l’alvéole de Mari dans les inédits T.322+355, T.282 et T.208)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 199
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 32 (A.2957)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 89 n. 109, 273 (sur l’Euphrate, à proximité immédiate de Mari, en aval de Mari)

Résumé : Localité de l'alvéole de Mari, probablement en aval de cette dernière et proche du canal Balih (2).


Bab-narim

Nom(s) OB : Bab-narim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 106

Résumé : Lieu d'origine d'un sugâgum du royaume de Mari.


Bab-Ṣilla-Akka

Nom(s) OB : Bab-Ṣilla-Akka

Zone : B, E

Résumé : Localité uniquement attestée par un texte de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) de l'époque des Šakkanakku.


Badrum (1)

Nom(s) OB : Badrum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 35
  • J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 456
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 74 (s.v. Badrum [1] ; ≠ Badrum [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 20 (localité dans la région de Qaṭṭara)

Résumé : Cette localité, attestée par les archives découvertes à Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), doit être cherchée à proximité de Qaṭṭara et de Yašibatum. À distinguer de Badrum (2), en Babylonie.


Bakitanum

Nom(s) OB : Bakitanum, Baktanu

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 184 (s.v. Paktanu ; = Tall Aṣafir (n° HIGEOMES 265) ou Tall Baram (n° HIGEOMES 961) selon une proposition de W. van Liere, AAS 7, p. 94)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (commentaire aux « itinéraires paléo-babyloniens »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 40-41 (ville liée au conflit avec le Zalmaqum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 127, 140 (s.v. Makitanu et Paktanu qui seraient identiques)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 139
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408, 409 n. 22 (= Yollarbașı ? (écrit Telgören, n° HIGEOMES 930))
  • J.-M. Durand, RA 105, 2011, p. 157 (ville plutôt attestée à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie)
  • N. Ziegler, (AIL : entre Kubšum et Musilanum selon UIOM 2134)

Résumé : Ville de Haute-Mésopotamie mentionnée entre autres par les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Kubšum et Musilan (2). Le toponyme a parfois été interprété comme Makitanum.


Balih (1)

Nom(s) OB : Balih    Certitude OB : 3

Zone : D

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Balih

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 57 et 61 (cf. Apqum ša Balih)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 65 et 78 (cf. Apqum ša Balih)
  • C. H. Gordon, JCS 21, 1967, p. 77
  • G. Dossin, RA 68, 1974, p. 25-34
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 277 (« Heutiger Balīḫ (…) zur Lesung von (d)KASKAL.KUR vgl. E. Gordon, JCS 21, 77. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333-334, 336-338, 338, 342, 346, 348-349, 365
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 403
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 40
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 130
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38, 83 n. 54, 103-104, 132 n. 459, 244
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (Balih (1) : « Affluent de rive gauche de l’Euphrate, qui a gardé son nom depuis l’Antiquité. »)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 127, 129 n. 105, 131, 138, 154, 159, 161 n. 271, 162, 169 n. 326, 170, 171, 196

Résumé : Affluent de l'Euphrate, identique à l'actuel Balih. À distinguer de Balih (2), un wadi.


Balih (2)

Nom(s) OB : Balih, Ba’ih, nahlum ša Der    Certitude OB : 1

Zone : B

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Wadi er-Radqa

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 125, 136 (canal de rive droite près de Mari)
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 94, 99-100 (wadi de Der = wadi d’Abu Kemal)
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 40
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 304 (cf. porte du Balih)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 623 n. b au n° 812 (cf. Ba’ih/Bah)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 177 (carte) (= Wadi er-Radqa)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (« Petit affluent de rive droite de l’Euphrate, en aval de Mari, appelé Balih (par ex. A.250 [FM I, p. 94] : 11, 20) ou Ba’ih (A.2 [LAPO 17 812] : 16), ou encore nahlum ša Dêr « wadi de Dêr » (ARM VI 3 [LAPO 17 815] : 5, 9 ; 6 [LAPO 17 795] : 6 ; 7 [LAPO 17 796] : 5). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 128
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 21c (« “Ba’ih” est la prononciation de la région de Mari pour “Balih” et désigne l’oued qui se jette dans l’Euphrate, à la hauteur de l’actuel Abu-Kemal »)

Résumé : Nom d'un wadi près de Mari (= Wadi er-Radqa), peut-être identique au wadi de Der.


Banu-Alal

Nom(s) OB : Banu-Alal

Zone : B, Z

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 103 (« Peut-être s’agit-il d’un NP en Banu- ou du nom d’un clan. Il n’y a aucun parallèle. »)
  • N. Ziegler, (JP : proche du Habur (1) selon ARM 14 22)

Résumé : Un terroir dans le district de Saggaratum est désigné d'après ce nom.


Banunum

Nom(s) OB : Banunum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 140 (commentaire TEXTELSEM : le toponyme ba*-nu-ni-im (collation sur photo) est attesté par la lettre de Hali-hadun A.988 : 5 et l’auteur indique qu’il se trouve entre Mahlatum et Qirdahat)

Résumé : Banunum est un lieu-dit située dans la steppe entre Qirdahat (dans la région de la ville moderne de Hassake n°HIGEOMES 960) et Mahlatum, qui servit de lieu de campement pour les nomades. Studia mariana, p. 56, n°16 enregistre ce toponyme dans un nom d’année du règne de Zimri-Lim mais il doit être corrigé en (d)IŠKUR ša ma-ah-ni-im, soit en une variante de la dixième année de Zimri-Lim, voir ci-dessous Mahanum.


Bar-Halanum

Nom(s) OB : Bar-Halanum

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 347 n. 24 (dans le Suhum)
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 408 (« un des 5 clans sutéens »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156-157 (« ils tenaient le qaṣum »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 118 n. f) au n° 34
  • B. Kärger & S. Minx, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13, p. 366 (« Zugehörigkeit zum Stamm (der Sutäer) (…) nicht gesichert »)
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 219 n. 15 (« There is actually no evidence that Pu-la-Ila and the Bar-Halanum, two clans of the Suhum region, were Suteans. »)

Résumé : Nom d'un clan attesté dans le Suhum. La proposition de F. Joannès, MARI 8, 1997 (p. 408), qu'il s'agisse d'un clan sutéen, n'a pas pu être confirmée.


Barhan

Nom(s) OB : Barhan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 38 (dans le district de Saggaratum)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 415 (dans le district de Saggaratum)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 339 (dans le district de Saggaratum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 230, 231, 232 (p. 228 : en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Saggaratum ; localité du clan des Rabbu, à quelques kilomètres au nord de Saggaratum ; p. 230 : plus de 600 habitants)

Résumé : Ville du district de Saggaratum.


Barikatum

Nom(s) OB : Barikatum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 162 (s.v. *Marikatum)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 n. 56

Résumé : Localité mentionnée par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), probablement située aux alentours de cette dernière. Ce toponyme, initialement lu Marikatum, est bien à lire Barikatum, selon un inédit de Mari, A.3281 (cf. J.-M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014).


Baṣum

Nom(s) OB : Baṣum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • E. Forrer, RlA 1, Berlin/New York, 1932, p. 431
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 39 (localisation inconnue ; le nom signifie le « banc de sable » ; « Etymologisch zusammenhängend mit bāṣum “Sandbank” und im Kontext nicht immer eindeutig als ON auszumachen (vgl. W. von Soden OrNS 22, 196). Lage von B. unbekannt, möglicherweise mehr als eine Ortschaft dieses Namens (eine bei —> Ḫalab, —> Emar und eine weitere bei —> Bābilim ?). B. bei Babylon wurde von Ḫammurabi gegründet (AbB 2, 84); vgl. nA —> Bīt Baṣi ? — Vgl. R. Borger, AfO 23, 22f ; zu Bazi vgl. J. Brinkman, AnOr. 43, 158 Anm. 956, s. ferner CAD B 135. »)
  • A. Finet, MARI 4, 1985, p. 43 (en amont de Sippar)

Résumé : Ville située sur l'Euphrate, probablement identique à la ville de Baṣ néo-babylonienne, à proximité de Sippar. Voir Ša-Baṣim.


Bazizi

Nom(s) OB : Bazizi

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, (Attesté en ARM 28 83 : 6’)

Résumé : Localité mentionnée dans une lettre de Haya-Sumu d'Ilan-Ṣura (ARM 28 83 : 6'). En raison de son expéditeur et de la mention du roi de Širwun, nous la supposons être dans le triangle du Habur oriental.


BEšannum

Nom(s) OB : BEšannum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 7 n. 2
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 40, 182 (p. 40 : s.v. Bešannum ; p. 182 : s.v. Nuša[nim] « Die Lesung Nušannim statt **Tilšannim geht zurück auf J.-R. Kupper, Nomades S. 7 Anm. 2. »)
  • Ph. Talon & H. Hammade, Akkadica Sup. 10, Bruxelles, 1997, p. 6, 70 n. 65 (p. 6 : « Three texts (…) mention the name of NUšannum. This name had already been singled out by Gadd (Iraq 7, p. 24), who stated that, although the first sign was difficult to ascertain (NU or BE), it was probably BEšannum. Gadd read it as Til-ša-annim, “Mound of the yes (answer to a divination inquiry)”? » ; p. 70 n. 65 : « A reading Til-ša-annim (Gadd) seems out of place in the 2nd millennium (see introduction). J.-R. Kupper proposed Nušannum, Nomades, p. 7 n. 2. Cf. RGTC 3, p. 182. We could perhaps read Úš-ša-an-nim ? cf. U’ušše etc. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 140 (s.v. Nušannum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 149 n. 567 (lieu d’engraissage proche de Tall Chagar Bazar)
  • Ö. Tunca et al., 2008/, Louvain/Paris/Dudley, 2008, p. 213-214 (lieu d’engraissage à proximité d’Ašnakkum [D. Lacambre & A. Millet Albà])

Résumé : Centre d'engraissage situé dans les environs d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66). On a longtemps cru que le premier signe du toponyme était NU (voir Nušannum), mais il s'agit d'un BE. Cette lecture rend l'interprétation du toponyme « Til(l)-ša-annim » proposée par C. J. Gadd possible.


Biddah

Nom(s) OB : Biddah, Biddaha, Bindaha

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 40 (s.v. Bidaḫ, Bidda : « Vgl. J. Nougayrol, RA 41, 43 Anm. 3 ; in der Nähe des —> FN Ḫabur ?, vgl. —> Dūr-Jaḫdunlim, Qaṭṭunān, Saggaratum ; s. J. Lewy, Eretz Israel, 5, 23-24 + Anm. 28 und vgl. zum Namenstyp F. Gröndahl St. Pohl 1, 170f. »)
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 20
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • D. Charpin, NABU 1995/23, 1995
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 778
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 348 (dans le district de Saggaratum ; lieu-dit d’une certaine importance)
  • D. Charpin, RA 96, 2002, p. 75
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 171, 186
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 337
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 196
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 57 (dans le district de Saggaratum, non loin de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Ville située dans le district de Saggaratum.


Bihilanu

Nom(s) OB : Bihilanu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 344 (clan hanéen)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 157 (clan sim’alite)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite.


Binum

Nom(s) OB : Binum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 352 (lecture sûre ; « il s’agit peut-être d’un descriptif “(la forêt de) tamaris” car le nom n’est pas suivi du déterminatif ki » ; pas d’autre attestation connue)

Résumé : Binum est probablement le nom d'une forêt de tamaris située dans le Suhum (mentionnée avec Harbe (1) (peut-être = Khan Baghdadi, n° HIGEOMES 988) et Yabliya dans ARM 26/2 498), par laquelle on coupait pour se rendre à Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64).


Birit narim

Nom(s) OB : Birit narim

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 83 et s. (à propos de l’Ida-Maraṣ bîrît nârim)
  • H. Klengel, AoF 5, 1977, p. 63 et s. (à propos de l’expression Ida-Maraṣ bîrît nârim dans un contrat d’achat d’esclave de l’époque de Samsu-iluna, VS 18 15)

Résumé : Une désignation de la Haute-Mésopotamie dans les textes de Babylonie (voir aussi Mat biritim).


Bisan

Nom(s) OB : Bisan

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mémoires de NABU 16, Paris, 2014, p. 36 (petite localité proche de Saggaratum)

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Bit-Abi-ištamar

Nom(s) OB : Bit-Abi-ištamar

Zone : E

Résumé : Lieu-dit situé à proximité d'un point d'eau et d'un gué, probablement sur le Habur.


Bit-Akkakka

Nom(s) OB : Bit-Akkakka

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 42 (s.v. Bīt-Akkaka : « Identisch mit —> Agagā ? (…) am —> FN Ḫabur ? »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (dans le district de Saggaratum ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 65
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226 n. 3, 228, 229, 231, 232 (p. 226 n. 3 : dans le district de Saggaratum ; peut-être rabbéen ; p. 228 : en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Saggaratum, clan des Rabbum ; p. 229 : au sud de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Ville du district de Saggaratum.


Bit-Bahilan

Nom(s) OB : Bit-Bahilan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 231 n. 21, 232 (p. 228 : appartient peut-être au clan des Yarihum, district de Terqa (1))

Résumé : Localité du district de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) attestée par des textes inédits des archives de Mari.


Bit-Bina-Tidah

Nom(s) OB : Bit-Bina-Tidah, Bit-Binatadah

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (« Bît-Bina.Tidah et Bît-Yaptaharna dans celui de Terqa » = dans le district de Terqa (1) ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 231, 232 (p. 227 : ville appartenant aux Rabbum ; en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1))

Résumé : Localité du district de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16).


Bit-Habdu-Il-hanni

Nom(s) OB : Bit-Habdu-Il-hanni, Il-han

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 72, 73 (fait certainement partie du district de Saggaratum ; à rapprocher d’Il-han, qui se trouve aussi dans la province de Saggaratum ?)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229, 232 (bourg ou lieu-dit yaminite du district de Saggaratum, sur la rive gauche de l’Euphrate, non loin de Saggaratum ; de la tribu des Yarihum ?)

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Bit-Huqbi

Nom(s) OB : Bit-Huqbi

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 264

Résumé : Localité mentionnée dans un texte juridique de l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie (ARM 8 6).


Bit-Kapan

Nom(s) OB : Bit-Kapan    Certitude OB : 1

Zone : E

N° HIGEOMES : 158

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Fiden, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 43 (s.v. Bīt-Kapān : « Zwischen —> Qaṭṭunān und —> Saggaratum, am —> FN Ḫabur (ARMT 13, 102). Station zwischen —> Kurdā, Mari (? ARM 2, 82) (…) »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (dans le district de Saggaratum ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336-337 (p. 336 : le long du Habur ; p. 337 : « La majeure partie du cours du Habur en aval de Hasséké était sous le contrôle du gouverneur de la province de Qaṭṭunan, entre Bît Kapân au sud, à une journée de Saggarâtum, jusqu’aux environs de Hasséké au nord, soit une distance évaluée à 80-100 km. »)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 399
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 421, 608 (p. 421 : entre Qaṭṭunan et Saggaratum, à une étape de Qaṭṭunan ; p. 608 : à la limite des provinces de Saggaratum et Qaṭṭunan)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 192, 467 (p. 192 : ville du Habur entre Qaṭṭunan et Saggaratum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 131
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 49, 51-52 (p. 49 : tout proche de Saggaratum ; p. 52 : un des tells qui font face à Rahatum (= Tall Abu Hait, n° HIGEOMES 159) ; peut-être à identifier avec Tall Katluma (n° HIGEOMES 926).)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 13 (= Tall Fiden ou, moins probablement, Tall Suwwar (écrit Ṣuwar, n° HIGEOMES 156) ; à une journée de marche de Saggaratum)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 129 n. 84 (= Tall Fiden, en aval de Qaṭṭunan, avec renvoi à Ziegler RA 105)

Résumé : Frontière méridionale du district de Qaṭṭunan, située à une journée de marche de Saggaratum. Une identification avec Tall Fiden a été proposée par N. Ziegler, RA 105 p. 13, à titre d'hypothèse. Une autre possibilité serait une localisation à Tall Suwar (n° HIGEOMES 156), qui n'est pas retenue ici.


Bit-Kusaya

Nom(s) OB : Bit-Kusaya

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 200 n. e au n° 56 (« Bît-kusaya est attesté par d’autres textes, tel A.4130+, comme se trouvant dans le district de Saggarâtum. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 665 (dans la région de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Localité du district de Saggaratum, située sur un canal.


Bit-Madin

Nom(s) OB : Bit-Madin

Zone : B, E

Résumé : Localité uniquement attestée par un texte de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) de l'époque Šakkanakku.


Bit-Nuh-ili

Nom(s) OB : Bit-Nuh-ili

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 51-52 (= Tall Suwwar ? (écrit Ṣuwar, n° HIGEOMES 156) ; « L’inédit A.3279 indique un itinéraire : Ya[tarum (?)] envoie sa lettre de Râhatum […] il compte continuer sa route jusqu’à Bît Nûh-ili(ki) » ; « Puisque Ṣuwar est indiqué comme l’endroit d’un gué important, il est vraisemblable qu’il faudrait chercher par là l’emplacement de Nûh-Ili » ; sur la route entre Qaṭṭunan et Saggaratum)

Résumé : Localité sur le Bas-Habur mentionnée avec Rahatum (peut-être = Tall Abu Hait, n° HIGEOMES 159).


Bit-Yabanni-ilum

Nom(s) OB : Bit-Yabanni-ilum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 608 (mentionne un ethnique Bit-Yabanni-…, à distinguer de Bit Yasitim)

Résumé : Une étape au nord de Bit-Kapan (peut-être = Tall Fiden, n° HIGEOMES 158). On peut chercher cette localité dans la vallée du Habur.


Bit-Yaptaharna

Nom(s) OB : Bit-Yaptaharna

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (dans le district de Terqa (1) ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 601 (« On considère d’habitude que Bît-Yaptaharna se trouvait dans le district de Terqa. Cette notation de Kibrî-Dagan devrait inciter plutôt à chercher ce toponyme très peu documenté dans la région de la Forteresse de Yahdun-Lîm d’amont, celle qui relève de Saggarâtum. »)

Résumé : Localité située sur le canal Išim-Yahdun-Lim, peut-être dans le district de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) puisque le gouverneur Kibri-Dagan mentionne des travaux à cet endroit, mais voir les objections de J.-M. Durand, LAPO 17, 1998.


Bit-Yasitim

Nom(s) OB : Bit-Yasitim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 43 (s.v. Bīt-Jaetim ; lecture à corriger)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (dans le district de Saggaratum ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 608 (dans la région de Dur-Yahdun-Lim, sur la rive droite de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 666 (dans la région de Dur-Yahdun-Lim)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229, 230, 232 (p. 229 : village ou lieu-dit yaminite, au nord du district de Saggaratum, mais vers le sud de la ville de Dur-Yahdun-Lim ; sur les bords du canal Išim-Yahdun-Lim, ce qui assure sa localisation sur la rive droite ; p. 230 : appartenait peut-être au clan des Yahrurum (1))

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Bit-Zabim

Nom(s) OB : Bit-Zabim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 231 n. 21, 232 (p. 228 : appartenait peut-être au clan des Yarihum)

Résumé : Localité du district de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) attestée par des listes de noms propres inédites. Une interprétation du toponyme comme Bit-ṣabim serait également possible.


Bit-Zarhan

Nom(s) OB : Bit-Zarhan, Bit-Zirhan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, RA 41, 1947, p. 160
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 45 (s.v. Bīt-Zarḫān : « Am —> FN Išīm-Jaḫdunlim, zwischen —> Terqa une —> Saggaratum ; vgl. J.-R. Kupper, RA 41, 160 : im Distrikt von Terqa. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 118 n. 65 (dans le district de Saggaratum ; résidence de nomades yaminites (de façon prépondérante) ou hanéens ; Bît (« Maison de ») + NP (ancêtre ou dénomination tribale))
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 188-189 (dans le district de Saggaratum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 184 (Cf. s.v. Zarḫanum ; = Zar’ānum ; distingue bien Zarhanum et « Bīt-Zarḫān, in Distrikt von Saggaratum »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32 ([Bit] Zarhan dans le district de Saggaratum ; à distinguer de Zarhanum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229

Résumé : Localité du district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim. À distinguer de Zarhanum.


Bunineyu

Nom(s) OB : Bunineyu, Binanu, Banine

Zone : F, G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 38, 45 (p. 38 : s.v. Baninê ; p. 45 : s.v. Bunineju)
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994 (proposition de lire TH 72.2: 39 a-lum-ma ni-ne-et(!)(?)(ki)/ni-ne-e(ki) et de traduire « the city there is Nineweh »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339, 347 (étape entre Ekallatum (2) et Saqa, sur l’itinéraire entre Aššur et Tarhuš ; en rive droite du Tigre)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 368 (Binanu est la première étape après Ekallatum (2) ; en rive droite du Tigre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 75 (s.v. Buninē ; = Baninē ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 223 n. 50, 228, 235, 265 (à l’ouest du Tigre ; appartenait au royaume de Karana/Qaṭṭara ; identique à Binanu ?)

Résumé : Bunineyu, sous sa forme Binanu, est une étape des « itinéraires paléo-babyloniens » entre Ekallatum (1) et Saqa. Ville fortifiée, elle appartenait au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). L'identification avec Banine est à abandonner selon une proposition de Wu Yuhong, NABU 1994/38.


Bur-dihim

Nom(s) OB : Bur-Dihim

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 192 (« Puits de la malaria » ; lieu-dit « sur une des routes désertiques par la falaise occidentale de l’Euphrate ou le Djebel ‘Abd el-Azīz » ; dernier avant-poste avant la steppe)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132 (« Puits de la malaria, étape ultime où cessait le contrôle des sédentaires vers le Djebel ‘Abd el-‘Aziz »)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 13

Résumé : Localité située entre le Habur et l'Euphrate ; probablement un point d'eau dans la steppe.


Buratum (1)

Nom(s) OB : Buratum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 46 (s.v. Būrātum)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 256 n. 202
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 151, 152, 153, 176 (p. 151 : « Les Puits »)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 60 (« ville fortifiée à la lisière méridionale du royaume de Karanâ »)

Résumé : Buratum est une ville attaquée par Išme-Dagan avec la ville d'Ašan du Numha (1). On doit la chercher à proximité de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Buratum (2), dans la région de Sippar.


Burullum (1)

Nom(s) OB : Purullum, Burallum, Burullum
Nom(s) MA : Buralli

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 7, 18, 24, 35 (p. 7 : bibliographie antérieure qui repose sur l’identification erronée de Haburatum avec un toponyme sur le Habur syrien ; distinction avec Burullum (2))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 46-47 (s.v. Burullum, Burullā : « Von M. Falkner, AfO 18, 7b werden zwei verschiedene Ortschaften B. angenommen, ein B. ö. des Tigris und ein B. am —> FN Ḫabur. Vgl. auch E. Weidner, AfO 21, 41 und A.R. Millard, Iraq 32, 173 Anm. 18. Eine Ortschaft B. gehört mit —> Razamā zu einem Distrikt (ARM 5, 67), —> Ḫaburatum. Wieweit ein zweites B. ö., in der Rama-Ebene als Hauptstadt des Landes —> Utêm hiervon zu trennen ist (J. Laessoe, JAOS 88, 122) hängt davon ab, wie weit östlich des Tigris Utûm und Ḫaburatum zu suchen sind. »)
  • J.-M. Durand, NABU 1987/98, 1987 (lieu d’origine de pierres précieuses)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 27 (dans la documentation paléo-assyrienne, sous la forme Burallum)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180-181, 187
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 348 (« à situer dans les environs du Haut-Tigre en amont de Mossoul »)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 395 (achat de pierres précieuses)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423 n. c au n° 272 (Burullum était peut-être vassal de Kurda)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 31 (commente le fonctionnaire du royaume de Haute-Mésopotamie, Sin-iddinam)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 75 (s.v. Burullum [1] ; ≠ Burullum [2] (dans le pays d’Utum) ; Burallum ; ≠ Burulā (Babylonie))
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 269-270
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 100 et n. 206, 106-107 et n. 257, 120, 149-150, 226 n. 520, 229, 273
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 11 et 21 (Burullum « (var. Burallum) près de Razamâ-du-Yussân et d’Azuhinnum (ARM XXVIII 155) ; voir FM V, p. 273. Dans la mouvance politique de Hammu-rabi de Kurdâ d’après ARM XIV 108 (= LAPO 16 272). Également mentionnée sous la forme Burallum dans les archives paléo-assyriennes (RGTC 4, p. 27). »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405 n. 2 (« L’inserimento di Buralum (Bura/ullum) come tappa fra Abrum e Haqa (Nashef 1991, 50) è arbitrario, perché l’itinerario N°23 (= testo N°26, Nashef 1987, 48-50), usato per ricostruire il precedente, richiede in realtà una diversa interpretazione […] non si tratta quindi di una sequenza ordinata di tappe ma di diversi capitoli di spesa e l’itinerario puo’ essere ricostruito, sulla base dei dati di Mari, piuttosto nel modoseguente : Aššur (ālum) — Burullum — Eluhut — Haqa — Zalpa — Kaniš. »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14 (entre Abrum et Haqa, sur la route entre Aššur et Hahhum)
  • N. Ziegler, (À l’est de Šubat-Enlil et à l’ouest d’Ekallatum selon A.562 (AIL))

Résumé : Ville située dans le nord-est du triangle du Habur, étape occasionnelle des marchands paléo-assyriens. Mentionnée avec Mardaman et Širwun, elle doit être cherchée à proximité de Razama (1) « du Yussan » (peut-être = Tall al-Hawa, n° HIGEOMES 59) et d'Azuhinnum (1). À distinguer de Burullum (2), à l'est du Tigre.


Burundum

Nom(s) OB : Burundum, Biruddum, Birundu
Nom(s) MA : Buruddu

Zone : E, N

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 47 (s.v. Burundum, Buruda)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 109
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117 n. 15
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 324, 345 (dans la limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ)
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 (A.4197)
  • P. Marello, MARI 8, 1997, p. 455-459
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 75-76 (s.v. Burundum ; = Birundum ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 120, 134, 149, 150
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 184, 193, 223, 243
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 186
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 26 (proche de Derik)
  • C. Michel, RlA 11, Berlin/New York, 2006-08, p. 116-118
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 112-113, 136, 143-144 (p. 112-113 : dans la haute vallée du Tigre)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14 (entre Zalpah (2) et Hahhum, sur la route entre Aššur et Hahhum ; p. 15 : sur la route septentrionale pour aller d’Apum à Hahhum par les montagnes Kašiyari, rejoignant probablement la passe qui longeait le Tigre)
  • N. Ziegler, (Au nord de Nahur cf. ARM 28 60)

Résumé : Capitale d'un royaume dans le Tur Abdin. Burundum était une étape des marchands paléo-assyriens vers Kaniš avant celle de Hahhum.


Busu

Nom(s) OB : Busu

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 274 (n. 302 : ville fortifiée entre Razama (2) et le Tigre)

Résumé : Ville fortifiée située entre Razama (2) (probablement = Tall Abta, n° HIGEOMES 908) et le Tigre, documentée par des textes de Mari inédits à l'heure actuelle.


Buš’anum

Nom(s) OB : Buzanum, Buš’anum, Buš’an, Bi’ušnum

Zone : E, N

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 62 (identique à Guzana = Tall Halaf ?)
  • A. Finet, Syria 41, 1964, p. 139
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 82 (Buzana ne peut pas être identique à Guzana, car Tall Halaf n’a pas de niveaux d’occupation paléo-babyloniens)
  • J. M. Sasson, RA 66, 1972, p. 177
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 14
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 8
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 47-48 (s.v. Buzānum et Bušān)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 240
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 480
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 83, 170
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 246
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 76-77 (s.v. Buš’ān et Buzanum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408 et n. 20-21, 409 n. 22 (p. 408 et n. 20 = antique Buš’ân ? ; p. 408 n. 21 = antique Guzzanum pour Guzana (Tall Halaf) ?) ; p. 409 n. 22 : sur le Büyükdere ?)
  • M. Guichard, NABU 2006/35, 2006 (ville du Yapṭurum (1))
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (appartient au Yapṭurum (1), à la frontière avec le Zalmaqum)

Résumé : Buš'anum ou Buzanum est citée comme étape des « itinéraires paléo-babyloniens » entre Musilan et Mašmianum. La ville appartenait au royaume de Yapṭurum (1).


Buzahi

Nom(s) OB : Buzahi

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 128
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 76 (s.v. Buzaḫi)

Résumé : Toponyme attesté par un texte administratif de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83). Sa lecture n'est pas assurée.


Buzullum

Nom(s) OB : Buzullum, Pusullum

Zone : N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 186 (s.v. *Pusullum)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 341 (« Buzullum (Puz/sullum) » ; « comme elle fait partie des conquêtes d’Išme-Dagan, on peut penser qu’il s’agissait d’une ville de la frontière Nord-Est, peut-être du Haut-Tigre »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 277 (son prince Zimra-Hammu arrive à Saggaratum selon la lettre ARM 14 41. « Il rentre ainsi dans la série des rois du Nord en pèlerinage à Terqa ou en visite à Zimrî-Lîm. Il est possible qu’il s’agisse d’une principauté montagnarde puisqu’elle n’est pas plus mentionnée parmi les lieux-dits de la plaine. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 142 (s.v. Pusullūm)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116 (pourrait être une ville de montagne)

Résumé : Capitale d'un royaume peu connu dont le roi Zimra-Hammu vint en visite dans le royaume de Mari. On peut la rechercher dans les montagnes du Tur Abdin.


Dabiš

Nom(s) OB : Dabiš, Dabišan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 9
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 49 (s.v. Dabiš(ā), Tabišā mais confusion entre Dabiš et Šabiša)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 220-221 (entre Terqa (1) et Saggaratum ; les pseudo Dabiriš, Dabiša et Tabiša sont à exclure tandis que Dabiš est certainement à identifier à Dabišan)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 117-120 (p. 120 : Dabiš est à distinguer de Dabišan ; appartient au district de Terqa (1) ou de Saggaratum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 148 n. 194, 154, 167
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 229, 231, 232 (p. 228 : ville du clan des Yahrurum ; en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Saggaratum ; p. 229 : au sud de Dur-Yahdun-Lim mais localisation incertaine ; peut-être à la frontière entre les districts de Terqa (1) et Saggaratum)

Résumé : La ville de Dabiš, probablement à identifier avec Dabišan, se trouvait dans le district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim.


Dagilan

Nom(s) OB : Dagilan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 49 (s.v. Dagilīn)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 626 (« Les Vigiles » ; lieu-dit, roches proéminentes situées à l’endroit d’un resserrement de l’oued ?)

Résumé : Lieu-dit du district de Mari, arrosé par le Wadi Haqat (cf. Haqat ci-dessous).


Dahizum

Nom(s) OB : Dahizum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168 n. 314

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Dahum

Nom(s) OB : Dahum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Syria 80, 2003, p. 214 (à propos d’ARM 28 136 : 16 : « Le toponyme -it-hi-im(ki) doit être corrigé en ⸢da⸣*-hi-im(ki), d’après l’inédit A.1184 relatif à la même région. Du reste, le signe intérprété comme « id » est en fait abîmé et peut sans difficulté être lu « da » (cf. copie p. 350). »)

Résumé : Localité attestée par les archives de Mari, selon M. Guichard, Syria 80, 2003, citée avec Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Damiqan

Nom(s) OB : Damiqan, Damequm, Damiqum, Dameqan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 50 (s.v. Dāmiqān, *Dāmiqum)
  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 168, 169 (p. 169 : dans le district de Terqa, probablement au nord de la capitale provinciale ; se trouve dans le hamqum, « un terme qui désigne les basses terres à proximité de l’Euphrate, sises dans l’alvéole de Mari »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 5 et n. 17 (Damiqum = Damiqan ; « l’alternance -ân / -um est elle aussi attestée, dans le cas de Dâmiqân / Dâmiqum »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 158, 167 (p. 158 : établissement yaminite ; toponyme formé sur le nom d’un ancêtre ?)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 231, 232 (p. 227 : ville du clan des Yarihum, en rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 et n. 8 : peut-être au sud de Terqa (1), comme Amiyan, mais plus probablement « plus au nord dans le district, il est même à envisager qu’il faille la situer au nord de la capitale, Terqa » (1))

Résumé : Localité du district de Terqa (1) (= Tall al-Ašhara, n° HIGEOMES 16), mentionnée en lien avec la coupe de bois.


Daragum (1)

Nom(s) OB : Daragum, Taraqum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 50 (ne différencie pas les deux Daragum)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 114 (s.v. *Taraqum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 77 (ne différencie pas les deux Daragum)
  • M. Guichard, Semitica 55, 2013, p. 69
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 74, 76 (p. 74 : entre Qaṭṭara et Apum (3), au sud du Djebel Sindjar ; p. 76 : il y aurait deux Daragum, alias Taraqum : l’une au nord du Djebel Sindjar et à l’ouest de Razama (1) du Yussan, l’autre dans les environs de Qaṭṭara, donc au sud du Djebel Sindjar)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14 (entre Adubazum et Apum (3), sur la route entre Aššur et Hahhum)

Résumé : Daragum (1) est une étape de la route des marchands paléo-assyriens vers Kaniš, après Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). Le toponyme est attesté par les archives de cette ville (OBTR 246) mais D. Charpin (BBVO 24, 2014, p. 74) n'exclut pas le fait qu'il s'agisse d'un homonyme ; voir Daragum (2). Le texte ARM 28 132 fait de Yumraṣ-El le « roi de Daragum et d'Azamhul » à l'époque de Zimri-Lim.


Daragum (2)

Nom(s) OB : Daragum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 50 (ne différencie pas les deux Daragum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 (attesté à Tall Rimah)
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 59 n. 86 (attesté à Tall Rimah)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 77 (ne différencie pas les deux Daragum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 74, 76 (p. 74 : entre Qaṭṭara et Apum (3), au sud du Djebel Sindjar ; p. 76 : il y aurait deux Daragum, alias Taraqum : l’une au nord du Djebel Sindjar et à l’ouest de Razama (1) du Yussan, l’autre dans les environs de Qaṭṭara, donc au sud du Djebel Sindjar)

Résumé : Ville mentionnée par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), qui serait située au sud du Djebel Sindjar et constituerait ainsi une homonyme de Daragum (1) selon une hypothèse de D. Charpin, BBVO 24, 2014.


Dašran

Nom(s) OB : Daširan, Dašran

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 305, 343
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 230, 231, 232 (p. 227 : ville du clan des Yahrurum, en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 230 : plus de 500 habitants)
  • A. Jacquet, Mémoires de NABU 13, Paris, 2011, p. 214, 240

Résumé : Ville du district de Terqa (1) (= Tall al-Ašhara, n° HIGEOMES 16). Lieu d'un sanctuaire de Dagan selon M.18095 (FM 12, p. 212).


Der (2)

Nom(s) OB : Der, Der du Balih
Nom(s) MA : Der

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Lewy, Or 25, 1956, p. 328 et n. 2 (ne distingue pas entre Der (2) et Der (4))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 55 (s.v. Dîr 1. ; ne distingue pas entre Der (2) et Der (4))
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 125
  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 161
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 182
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337, 349
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 399, 405 n. 155
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 39
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 540
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 77 (s.v. Dīr [2] ; ≠ Dīr [1] (près de Mari) et [3] (= Tall Aqar, n° HIGEOMES 718))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 53, 191
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 17 et 21 (p. 21 : Der (2) « Dans la vallée du Balih. Elle est généralement citée dans les archives de Mari avec son sugâgum nommé Hammân. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125-127, 184 (p. 125 : plus au sud et vers l’ouest par rapport à Zalluhan ; lieu important pour les Sim’alites ; p. 126 : l’étymologie du nom désigne un « campement de nomades », à rapprocher pour le sens de l’idéogramme BÀD.AN(ki) ; certainement pas sur le Balih lui-même ; « sur la route qui reliait, par le nord du Djebel ‘Abd-el-‘Azîz, Qirdahat (Ras el-‘Aïn ?) à Tuttul (= Raqqâ) par Mal(a)hatum » ; p. 127 : « à un point de convergence de la plaine qui sépare le Balih du Habur, sur une ligne reliant Ras el-‘Aîn à Soueira. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 et n. 23
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 11 (ARM 1 85+ décrit un itinéraire allant de Qirdahat via Der et Malhatum à Tuttul. Si l’identification de Qirdahat avec Hassake (n° HIGEOMES 960) se confirme, la route aurait pu passer au sud du Djebel ʿAbd el-Aziz « un tell avec traces d’occupation du Bronze Moyen est identifié dans la steppe au sud de la montagne : Tell Mu’azzar (…) cette proposition (…) ne représente qu’une simple hypothèse » (Tall Muezer, n° HIGEOMES 144)
    Commentaire TEXTELSEM : les attestations de Der rendent une localisation au sud du Djebel ʿAbd el-Aziz peu probable)

Résumé : Ville de Haute-Mésopotamie située sur une route entre Qirdahat et Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27). L'attribution de Der (2) au Balih ne signifie pas que la ville se trouvait sur cette rivière mais ne renvoie en réalité qu'à la région. À distinguer de Der (1), en Transtigrine, et de Der (4), dans la région de Mari. Peut-être identique à Der (3).


Der (3)

Nom(s) OB : Der, Der ša Apqim

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 247
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (« “Dêr d’Apqum” : ARM XIV 53 (= LAPO 18 1071). À distinguer de D. (2) selon J.-M. Durand, CRRAI 46, p. 127. » ; « Pour le dédoublement Dêr+Balih dans la région au nord de Tuttul (D. 2) et dans la région proche de Mari (D. 4), voir J.-M. Durand, CRRAI 46, p. 127-128. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127 (à distinguer de la Der (2) du Balih ; « la “Dêr de l’Apqum” est sans doute à retrouver dans la Dûru, qu’attestent les Inscriptions de Syrie et de Mésopotamie, Paris, 1907, p. 106-107, où H. Pognon a publié une inscription de l’assyrien Mušêzib-Šamaš, gouverneur d’une ville appelée Dûru, inscription qu’il avait pu lire dans le village d’Anaz, sis sur le Colap (“Djoullab”), sur la route qui va des Tektek Dağlari (Djebel Tektek = Hasam) à Ourfa. C’est un endroit important dans le système de distribution de l’eau. »)

Résumé : Ville de Haute-Mésopotamie, attestée par ARM 14 53 et peut-être identique à Der (2). À distinguer de Der (1), en Transtigrine, et de Der (4), dans la région de Mari.


Der (4)

Nom(s) OB : Der, Der de Mari

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Lewy, Or 25, 1956, p. 328 et n. 2 (ne distingue pas entre Der (2) et Der (4))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 55 (s.v. Dîr 1. ; ne distingue pas entre Der (2) et Der (4))
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 106, 114, 129, 136 (p. 114 : sur le wadi d’Abu Kemal ; p. 127 sur le wadi de Der : dans la partie la plus en aval de l’alvéole de Mari, là où il rejoint l’Euphrate)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 99
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 316
  • J. M. Sasson, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 303
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 404 n. 148
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 219 n. a au n° 26
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 29
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 711
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 5, Paris, 1999, p. 49
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 51 n. b au n° 912, 124
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 77 (s.v. Dīr [2] ; ≠ Dīr [1] « bei Mari » avec bibliographie antérieure)
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 296
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 140, 147, 155, 181, 195 n. 204, 210 n. 371, 239, 247
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 17 et 21 (près de Mari, à proximité de l’actuelle Abu Kemal)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 128 (« La Dêr au sud immédiat de Mari est au centre d’un terroir qui offre un exemple topique de “dénomination en miroir”. L’oued de Dêr reçoit l’appellation de “Balih” et, ce qui est remarquable, avec une forme réduite “Ba’ih”, alors que le Balih lui-même est toujours écrit à l’akkadienne » ; à quelques kilomètres au sud de Mari, dans l’alvéole, peut-être le premier « campement » (cf. étymologie) où les Sim’alites se seraient installés dans la région)

Résumé : Ville comportant le sanctuaire de la déesse Deritum située au sud de Mari, probablement proche du « wadi de Der » = Wadi er-Radqa, cf. ci-dessus Balih (2). On cherche donc la ville dans la région d'Abu Kemal. À distinguer de Der (1), en Transtigrine, Der (2) du Balih et Der (3) de l'Apqum.


Dizum

Nom(s) OB : Dizum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 55 (s.v. Dizum)

Résumé : Localité attestée par un texte juridique de Mari.


Dumatum

Nom(s) OB : Dumatum, Dimatum, Mat Dumatim

Zone : D, E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 123
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 9
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 56
  • J.-M. Durand, NABU 1990/82, 1990 (concernant le « mât Dumātim », de la région de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83), le terme est « certainement apparenté au toponyme Dumtân [Dumtên] de la région de Terqa, auquel il faut rapporter la variante Dimtân [Dimtên] de la région de Terqa également. Un toponyme Dimtum est aussi connu pour Saggarâtum. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 383
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 122 (« le pays des fermes » ; « au sud-est du pays d’Apûm » ; au centre de la Haute-Djézireh)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 24, 105, 523, 673 (« Pays des Fermes » ; p. 523 : « Les fermes établies sur la zone d’irrigation semblent avoir été dénommées dimtum (dimêtum) ou, selon un terme dialectal propre à la région de Mari et de Šubat-Enlil, dumtum (dumâtum). Pour l’instant le terme n’est attesté dans la région de Mari que par la toponymie et [doit] y avoir désigné des lieux-dits peu importants. Il est donc difficile d’en apprécier la valeur en ce qui concerne le mode d’occupation du sol. En revanche, le pays dit des “fermes”, le Mât dumâtim, est un endroit où il était possible de lever d’importants corps de troupes ; cf. [LAPO 17] (448) n. j) ; il est vraisemblable que cette région (qui n’est mentionnée qu’à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie) était une zone de colonisation par petites propriétés à population dense. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Dumātum ; ≠ Dumtān (= Dimatum = Dimten))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 103, 120 n. 375 (« Pays des fermes »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132 (zone « au sud du pays d’Apum »)

Résumé : Nom d'une région non localisable pour le moment, attestée uniquement à l'époque de Samsi-Addu.


Dumtan

Nom(s) OB : Dumtan, Dimtum, Dimtan, Dumtum

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 119 n. 67 (le nom indique une ferme-dimtum mais pas forcément fortifiée ; « à l’occasion, “Dimtum” peut dénoter un lieu-dit particulier, certainement bien plus important qu’une ferme fortifiée. Ces toponymes n’existent cependant que dans le cœur du royaume, non dans la Haute-Mésopotamie. Je connais ainsi l’existence d’un bourg-Dimtum dans le district de Saggaratum et d’un lieu-dit Dimtân (Dimtên) [“Les deux-Tours” ?] dans le district de Terqa (et sans doute aussi de Mari). Pour plusieurs raisons, cependant, il peut s’agir d’un autre terme que celui de “Tour”, Dimtum et Dimtân n’étant, par exemple, que des variantes phonétiques des bourgs Dumtum et Dumtân (Dumtên), ce dernier étant d’ailleurs dans le district de Terqa. »)
  • J.-M. Durand, NABU 1990/82, 1990 (à propos de Dumatum, de la région de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) et qu’il faut bien distinguer, le terme étant « certainement apparenté au toponyme Dumtân [Dumtên] de la région de Terqa, auquel il faut rapporter la variante Dimtân [Dimtên] de la région de Terqa également. Un toponyme Dimtum est aussi connu pour Saggarâtum. »)
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 64
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Dumātum est cité Dumtān (= Dimatum = Dimten) avec bibliographie)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 230, 231, 232 (p. 227 : ville du clan des Rabbum ; en rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 : à quelques kilomètres au nord des localités de Samanum et Kiretum ; p. 230 : plus de 500 habitants)

Résumé : Ville du district de Terqa (1).


Dunni-Ibaltim

Nom(s) OB : Dunni-Ibaltim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Millet Albà, 2001/, Paris, 2001, p. 271 n. 610 (« D’après le texte M.5463, il y avait au moins 3 Dunnum dans le Suhûm : Dunni-Ibaltim, Dunni-Kuptim et Dunni-Rahilim. »)

Résumé : Localité du Suhum.


Dunni-Rahilim

Nom(s) OB : Dunni-Ahli, Dunni-Rahilim, Dunnahilu, Dunni-Ahlim, Dunnu-Rahilim, Dunna-Rahlim

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • R. Zadok, RGTC 8, Wiesbaden, 1985, p. 258 (s.v. Raḫi-ilu ; île ; dans le Suhum)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 362-363 (p. 363 : A.203 ; Dunni-Rahilim « doit être rapprochée de (uru)ra-hi-i-lu qu’on trouve citée comme une île sur l’Euphrate dans la chronique néo-babylonienne (TCS 5, p. 93, Chronicle 3 : 33). Le roi Nabopolassar combattit en sa treizième année une révolte du Suhûm. Il remporta la victoire sur Rahilu, puis mit le siège à Hanat. »)
  • A. Millet Albà, 2001/, Paris, 2001, p. 271 n. 610 (« D’après le texte M.5463, il y avait au moins 3 Dunnum dans le Suhûm : Dunni-Ibaltim, Dunni-Kuptim et Dunni-Rahilim. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (dans le Suhum)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 181-182
  • N. Ziegler, (NZ: Pour Hanant, info Ier millénaire, cf. D.J. Wiseman, Chronicles of Chaldean Kings, p. 59, l. 33.)

Résumé : Ville du Suhum ; sans doute identique à Ra'il du 1er millénaire, une île de l'Euphrate, en aval de Hanat (= Ana, n° HIGEOMES 196) ; voir l'entrée Ra'īl du RlA 11, p. 232 (dans laquelle l'identification avec la ville paléo-babylonienne n'est pas mentionnée).


Dunnu-Kubbutim

Nom(s) OB : Dunnu-Kubtim, Dunnu-Kubbutim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Millet Albà, 2001/, Paris, 2001, p. 271 n. 610 (« D’après le texte M.5463, il y avait au moins 3 Dunnum dans le Suhûm : Dunni-Ibaltim, Dunni-Kuptim et Dunni-Rahilim. »)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 281, 285 (commentaire concernant Abi-ṣuri, un scheich-sugâgum de cette ville)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 182
  • A.-I. Langlois, NABU 2014/83, 2014 (BÀD habituellement lu en akkadien dûrum, « forteresse, muraille », expliquant la normalisation des toponymes en Dur-… ; BÀD peut également être lu en akkadien dunnum « forteresse » et c’est le cas du Dunnu-Kubbutim comme le montrent les variantes syllabiques du toponyme)

Résumé : Localité du Suhum.


Dunnum (1)

Nom(s) OB : Dunnum    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 277

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Khaumat Hajin, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 114, 117 et 123 (« La Forteresse » ; = Tall Khaumat Hajin)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 310 n. a au n° 1135 et p. 377 n. b au n° 1186
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 63
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (au nord du district de Mari, peut-être à localiser à Tall Khaumat Hajin)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156 n. 245, 167 (p. 156 n. 245 : ville du clan des Yarihum ; dans l’alvéole de Mari, en rive gauche)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 229 n. 17, 230, 231, 232 (p. 227 : ville appartenant au clan des Yahrurum ; en rive gauche de l’Euphrate ; p. 230 : en rive gauche, dans le district de Mari)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 259
  • A.-I. Langlois, NABU 2014/83, 2014 (BÀD habituellement lu en akkadien dûrum, « forteresse, muraille », expliquant la normalisation des toponymes en Dur-… ; BÀD peut également être lu en akkadien dunnum « forteresse » et c’est le cas du Dunnu-Kubbutim comme le montrent les variantes syllabiques du toponyme)

Résumé : Forteresse située dans le nord du district de Mari ; peut-être à identifier avec Tall Khaumat Hajin ; ville appartenant au clan yaminite des Yahrurum. À distinguer de Dunnum (2) du district de Saggaratum et de Dunnum (3) à (5) en Mésopotamie du Sud.


Dunnum (2)

Nom(s) OB : Dunnum

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 57 (distingue 4 villes nommées Dunnum : « 1. bei Iškun-Ištar; 2. bei Larsa; 3. bei Lasqum am Balih ; 4. bei Isin »)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 125-126 et n. 41
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334-335 et 342
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (entre Lasqum et Dur-Yahdun-Lim)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 259
  • A.-I. Langlois, NABU 2014/83, 2014 (BÀD habituellement lu en akkadien dûrum, « forteresse, muraille », expliquant la normalisation des toponymes en Dur-… ; BÀD peut également être lu en akkadien dunnum « forteresse » et c’est le cas du Dunnu-Kubbutim comme le montrent les variantes syllabiques du toponyme)
  • N. Ziegler, (en aval de Lasqum d’après ARM 26/1 259 [NZ]
    sur la rive occidentale d’après A.3835 (AIL))

Résumé : Localité du district de Saggaratum, située sur la rive droite de l'Euphrate, en aval de Lasqum, en face de Manuhatan et proche de Muban (cf. ARM 26/1 p. 126 n. 40, A.3835). À distinguer de Dunnum (1) du district de Mari et de Dunnum (3) à (5) en Mésopotamie du Sud.


Dur-Addu

Nom(s) OB : Dur-Addu

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 34 (s.v. BÀD-IŠKUR)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 271, 272, 274 (p. 272 : dans la zone frontière entre le Yamhad et le royaume de Haute-Mésopotamie ; en rive gauche de l’Euphrate ; = Till Barsip (?)/Tall Ahmar (n° HIGEOMES 6))
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 568
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 198
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 242 n. 141 (forme un couple de forteresses-frontières avec Dur-Samsi-Addu)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 79 n. 19, 82-83, 112, 118, 118 n. 356, 121-122, 149 (p. 79 n. 19 : dans la boucle de l’Euphrate ; p. 83 : « Face au Yamhad, Samsi-Addu construisit deux forteresses de part et d’autre de l’Euphrate ; nommées Dur-Addu et Dur-Samsi-Addu, en amont d’Imar »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101 et n. 7 (ville de la frontière du royaume de Haute-Mésopotamie)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 175-178 (résumé des données connues ; J.-M. Durand a proposé une identification avec Till Barsip/Tall Ahmar (n° HIGEOMES 6))
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 192-196 (p. 192 : = Tall Ahmar (n° HIGEOMES 6), selon J.-M. Durand ; p. 193 : « Es ist gewiss, dass Dūr-Addu direkt am Euphrat lag. Dies geht u.a. aus dem oben (§ 1.2.1) zitierten Brief Ḫimdī-Addus hervor, aus dem auch deutlich wird, dass Dūr-Addu auf dem Ostufer gelegen haben muss, da aus dem Yamḫad kommende Nomaden “gegenüber von Dūr-Addu” überqueren sollten. […] Weiter ist klar, dass sich Dūr-Addu und Dūr-Samsī-Addu in relativ geringer Distanz zueinander befunden haben müssen, da sie immer wieder gemeinsam genannt werden und häufig gleichzeitig von einer Armee erobert wurden. »)

Résumé : Forteresse située à la frontière du royaume de Haute-Mésopotamie et du Yamhad, sur l'Euphrate.


Dur-Daduša

Nom(s) OB : Dur-Daduša

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 58 (s.v. Dūr-Daduša ; attesté par les noms d’années de Daduša (Simmons JCS 15, p. 81, l. 137))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336 (citadelle contrôlant une entrée du royaume d’Ešnunna)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 134 (citadelle défendant le nord-ouest du royaume d’Ešnunna, plutôt sur la rive droite du Tigre ; identique à Dur-Ipiq-Addu ?)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 242 (en aval de Šitullum ; forteresse frontière d’Ešnunna, sur la rive gauche du Tigre)

Résumé : Forteresse située sur la rive gauche du Tigre, en aval de Šitullum (peut-être = Tikrit, n° HIGEOMES 777) et à la frontière septentrionale du royaume d'Ešnunna. Peut-être à identifier avec Dur-Ipiq-Addu.


Dur-Hunatanim

Nom(s) OB : Dur-Hunatanim, Dur-Hunadanim

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 60

Résumé : Localité attestée par le texte M.5581 et peut-être par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) selon la proposition de restitution de J.-M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014. Elle se situerait aux alentours de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Dur-Ipiq-Addu

Nom(s) OB : Dur-Ipiq-Addu

Zone : G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • à l’Ouest de : Ešnunna

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 59 (s.v. Dūr-Ipīq-IŠKUR)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 134 (citadelle défendant le nord-ouest du royaume d’Ešnunna, plutôt sur la rive droite du Tigre ; identique à Dur-Daduša ?)

Résumé : À l'époque du Daduša, Dur-Ipiq-Addu était une ville fortifiée à la frontière septentrionale du royaume d'Ešnunna, probablement située sur le Tigre. Dur-Ipiq-Addu est peut-être à identifier avec Dur-Daduša, suivant l'exemple de Dur-Yahdun-Lim renommée Dur-Yasmah-Addu.


Dur-Samsi-Addu

Nom(s) OB : Dur-Samsi-Addu

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • à l’Est de : Imar

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 271, 272, 274 (p. 274 : Chronique éponymale C3 : 6’ ; = Qal’at an-Najim ?)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 335-336
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 79-80 (dans les lettres de Samsi-Addu, « ma Forteresse » désigne « Dur-Samsi-Addu »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 242 n. 141 (forme un couple de forteresses, avec Dur-Addu, à la frontière nord-ouest du royaume de Samsi-Addu)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 79 n. 19, 82-83, 112, 118, 118 n. 356, 121-122, 145, (p. 79 n. 19 : dans la boucle de l’Euphrate ; p. 83 : « Face au Yamhad, Samsi-Addu construisit deux forteresses de part et d’autre de l’Euphrate, nommées Dur-Addu et Dur-Samsi-Addu, en amont d’Imar. »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101 et n. 7 (ville à la frontière du royaume de Haute-Mésopotamie)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 175-178 (résumé des données connues ; p. 176 : « Daher erscheint die Umbenennung von Dūr-Samsi-Addu in Dūr-Sumu-epuh eher unwahrscheinlich. »)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 192-196 (p. 193 : commentaire de la chronique éponymale de Mari ; « Weiter ist klar, dass sich Dūr-Addu und Dūr-Samsī-Addu in relativ geringer Distanz zueinander befunden haben müssen, da sie immer wieder gemeinsam genannt werden und häufig gleichzeitig von einer Armee erobert wurden. » ; p. 194 : « Dūr-Samsī-Addu und Dūr-Addu können einander gegenüberliegend, auf beiden Ufern des Eupfrat gesucht werden. (…) Dūr-Samsī-Addu war vielleicht wegen der Lage am Westufer zur Zeit des obermesopotamischen Reichs besonders gefährdet. » ; l’identification Dur-Samsi-Addu avec Dur-Sumu-Epuh semble probable)

Résumé : Forteresse située à la frontière nord-ouest du royaume de Haute-Mésopotamie probablement à identifier avec Dur-Sumu-Epuh, située à proximité de Dur-Addu. On suppose que les deux forteresses se trouvaient de part et d'autre de l'Euphrate.


Dur-Sumu-Epuh

Nom(s) OB : Dur-Sumu-Epuh

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 63 (s.v. Dūr-Sumu-epuḫ : « G. Dossin, RA 64, 101 Anm. 1 : s von Aleppo oder Jamḫad ? ; M. Astour, RA 67, 74 Anm. 10 : zum Lande Jamḫad ? »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 391, 395, 398 (le toponyme apparaît lors du voyage de Zimri-Lim à Ugarit ; voir carte p. 395 ; p. 398 : ville située sur la route d’Alep à Karkamis, peut-être sur le cours de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 272 (= Dur-Samsi-Addu ; dans la zone frontière entre le Yamhad et le royaume de Haute-Mésopotamie ; place à la frontière du Yamhad donnant accès au royaume de Karkamis)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 335-336 (porte orientale du Yamhad)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (« sur la rive droite de l’Euphrate, à la frontière nord du Yamhad avec le royaume de Carkémish »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 169 n. 327
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 175-178 (résumé des données connues ; « Dūr-Sumu-epuḫ ist am direkten Weg von Ḫalap nach Karkemiš zu suchen. » « Folglich postulierte er [= J.-M. Durand] für Dūr-Samsi-Addu alias Dūr-Sumu-epuḫ eine Lage in der Gegend von Qal’at an-Nadjm. Eine Identifikation mit Qal’at an-Nadjm selber ist deswegen unwahrscheinlich, da diese islamische Burg nicht auf einem Tall angelegt wurde, sondern auf einem natürlichen Fels. Unsere Begehungen des Ortes erbrachten keinerlei Relikte, die auf eine altorientalische Besiedlung schließen lassen würden. » ; « erscheint die Umbenennung von Dūr-Samsi-Addu in Dūr-Sumu-epuh eher unwahrscheinlich »)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 185, 192-196 (p. 185 : « im Euphratgebiet an der Ostgrenze des Königreichs von Aleppo » ; p. 192 = Dur-Samsi-Addu)

Résumé : Forteresse située à la frontière des royaumes d'Alep et de Haute-Mésopotamie, à proximité de la vallée de l'Euphrate ; probablement à identifier avec Dur-Samsi-Addu.


Dur-ṣabim

Nom(s) OB : Dur-ṣabim

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • C. Michel, RA 87, 1993, p. 90
  • W. Heimpel, RA 90, 1996, p. 90
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337 (sur le cours du Habur, en aval de Hassake ; citadelle de la frontière selon Birot)
  • J.-M. Durand, AuOr 17/18, 1999-2000, p. 191-196 (sur la route de Hassake aux sources du Balih)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Dūr-zabim)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 56 (sur le cours du Habur supérieur)
  • J.-M. Durand, StCh 1, Wiesbaden, 2010, p. 57-58 (relativement proche de Der ; important centre agricole ; sur le cours du Habur ou sur l’un des oueds qui le rejoignent ; hypothèse selon laquelle Dur-ṣabim est la redénomination de Qirdahat ou de Tarnip, « Qirdahat, placée du côté de Hasséké, formerait une bonne unité agricole avec Qaṭṭunân, Ṣilhân et Ṭâbatum, mais serait trop loin à l’Est de Dêr qui doit être entre Balih et Habur. Il est donc plus vraisemblable que Dûr Zabîm ait occulté Tarnip dans les textes de l’époque de Zimrî-Lîm. » ; étymologie et signification du toponyme)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 10-11 (dans le district de Qaṭṭunan, « mention récurrente de Dûr-ṣâbim en rapport avec la ville de Dêr (dite “du Balih”) ce qui indique une localisation bien en dehors de la vallée du Habur, à l’ouest » ; dans la steppe ou en bordure de celle-ci à l’ouest du Habur. « Une identification de Dûr-ṣâbim avec Tell Maraza, en bordure de la vallée du Habur paraît pour l’instant également hasardeuse. » « Je supposerais a priori que Dûr-ṣabim était plus près de la vallée du Habur que Dêr, mais […] il est impossible d’affiner d’avantage sa localisation. »)

Résumé : Ville fortifiée appartenant au district de Qaṭṭunan, située à la frontière nord-ouest de celui-ci, mais pas dans la vallée même du Habur.


Dur-šarrim

Nom(s) OB : Dur-šarrim

Zone : F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 35 (s.v. BÀD.LUGAL : cite l’attestation de BÀD.LUGAL(ki) dans Stuneck Hamm. 1, 17, 14 (cf. M.A. Stuneck, Hammurabi Letters from the Haskell Museum Collection. PH.D. dissertation, University of Chicago, 1927, p. 17 n°6 : 14) « Einziger aB Beleg, vgl. aber zu Dūr-Šarri in kass./mB Zeit und später, E. Ebeling, RlA 2, 249. »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 235, 236 (carte), 241 n. 136, 242-243 (p. 242 : la lettre inédite A.558+ « montre les difficultés, en temps de guerre, à s’approcher du front. Dûr-Dâduša, en aval de Šitullum, constituait le point ultime de l’avancée des espions. Son nom semble indiquer qu’elle était la forteresse frontière des Ešnunnéens, face à la frontière ekallâtéenne, et peut-être pourrait-on postuler que Dûr-šarrim était sur la rive droite du Tigre, plus ou moins en face, mais en tout cas en amont de Dûr-Dâduša, qui était en rive gauche. Dûr-Dâduša formait une étape pour les caravanes venant de Dûr-šarrim vers Mankisum. » ; possibilité d’identifier UIOM 2134 : iv 3’ BÀD-[x]-⸢ri⸣ avec Dur-šarrim, « si cette hypothèse est juste, le toponyme précédant Dûr-šarrim doit être Šitullum. Dûr-šarrim serait dans ce cas indubitablement à l’ouest du Tigre. La ville suivante était Maqâlâ »)
  • N. Ziegler, NABU 2002/48, 2002

Résumé : Dur-šarrim est mentionnée, selon une proposition de N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Šitullum (peut-être = Tikrit, n° HIGEOMES 777) et Maqilan. Elle est donc à chercher à l'ouest du Tigre.


Dur-Yahdun-Lim

Nom(s) OB : Dur-Yahdun-Lim, Dur-Yasmah-Addu    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 719

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Deir ez-Zor

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 60 (s.v. Dūr-Jaḫdunlim et Dūr-Jasmaḫ-Adad)
  • J. Safren, RA 78, 1984, p. 123-141
  • B. Geyer & J.-Y. Monchambert, MARI 5, 1987, p. 325, 329 (= Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222))
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 109, 122 n. 80, 123 n. 81 (Deir ez-Zor ou sa région, à deux journées pleines de Terqa (1) et trois de Mari en navigation descendante ; pas sur le Habur)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 79 n. 202
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 200
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 56, 57, 66, 68, 75, 79
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 204
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 35, 38
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334-336, 392-393 (= Deir ez-Zor)
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 256
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 170 n. 2
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 395, 398 (identique à Dur-Yasmah-Addu)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 79 (dans la région de Deir ez-Zor ; identique à Dur-Yasmah-Addu)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 147, 151-152, 181
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 12, 39, 50 n. 313, 63, 66-67, 126, 130-132
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (gouvernorat du royaume de Mari, région de Deir ez-Zor)
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 298, 303
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 386
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 43, 80-81, 139, 139 n. 520, 194, 196-197, 206, 272 (= Deir ez-Zor ; identique à Dur-Yasmah-Addu)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86 n. 26
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 154, 161, 165 n. 292, 167 n. 303 et 308, 168 n. 314, 173, 186 n. 406
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228 n. 9 et 11, 229 (p. 228 n. 9 et 11 = Deir ez-Zor)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 87, 172
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 43, 44-45, 48 (p. 43 : centre d’amont de la province de Saggaratum, sur la vallée de l’Euphrate ; p. 44-45 : « ville qui devait s’appeler simplement Durum » ; « à l’intérieur des terres, sur la haute terrasse, (…) approximativement dans la région de l’actuelle Dêr ez-Zôr », mais pas sur le fleuve lui-même ; pas du côté de Halébiyé. « Une situation à Tell Mohassen, comme cela a été proposé ignore complètement la réalité textuelle, mais encore plus celle qui mettrait la ville du côté de la passe de l’Euphrate » ; p. 48 : sur la rive droite de l’Euphrate)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 185 (« an oder nahe der Nordgrenze des Reichs von Mari »)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 255 (centre majeur)
  • N. Ziegler, (rive droite : ARM 26/1 158)

Résumé : Forteresse importante de la province de Saggaratum. L'identification de Dur-Yahdun-Lim, attestée dans les textes de l'époque de Yahdun-Lim et de Zimri-Lim, avec Dur-Yasmah-Addu, attestée dans les textes contemporains de Yasmah-Addu, ne fait pas de doute. Aucun texte n'atteste actuellement la graphie phonétique dûrum pour la forteresse qui est toujours écrite BÀD ; voir pour les interprétations de BÀD dans la toponymie A.-I. Langlois, NABU 2014/83. Cette forteresse était située dans la vallée de l'Euphrate, en rive droite, au niveau de l'actuelle Deir ez-Zor. La ville était dotée d'un palais.


Dur-Zamurim

Nom(s) OB : Dur-Zamurim

Zone : F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 64 (s.v. Dūr-Zamurim)

Résumé : Localité documentée par un texte économique de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66) en même temps qu'Ekallatum et Haštarriwe, et peut-être à chercher dans la région du Tigre.


Duraha

Nom(s) OB : Duraha

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 100 et n. 204 (dans la région de Nahur ; itinéraire Ašlakka–Duraha–Hamiqatum (2)–Susa ; Duraha connue par deux inédits (A.1940 et M.9093) de la correspondance d’Itur-asdu)

Résumé : Localité, attestée par des documents inédits de Mari, située dans les environs de Nahur.


Durum

Nom(s) OB : Durum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 33 (s.v. BÀD, BÀD.A, BÀD.AN)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 222 n. 47 (« Il doit s’agir du lieu que l’on trouve mentionné comme bàd(ki) ou peut-être d’une graphie incomplète de bàd(ki) til = dûrum labîrum (tous deux dans la région immédiate de Ṣuprum). »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 271 (ici bàd-ri, pour dûrî « ma forteresse », vaut pour Dur-Samsi-Addu ; « Le fait que l’écriture de toponymes comme Dûr Yasmah-Addu ou Dûr Yahdun-Lîm comporte le plus souvent le post-déterminatif de lieu ki après bàd = dûrum et non après le syntagme Dûr + nom royal, n’est certainement pas gratuit. Il est donc vraisemblable que le nom lui-même de la ville soit à comprendre comme Dûrum, complété éventuellement par le nom même du roi ou son titre (bêlum). »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 361, 442 (p. 361 : « Il ne s’agit pas ici de la “muraille”, comme le traduit M. B., mais du nom même de la ville, “Dûrum” signifiant, à l’occasion, la même chose que “Dûr Yahdun-Lîm” » ; p. 442 : « Ici, comme à d’autres endroits des lettres de Saggarâtum, bàd(ki) (dûrum) n’est qu’une façon courte d’écrire “dûr(ki) Yahdun-Lîm”. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Dūrum ; à distinguer de BÀD.TIL)
  • A.-I. Langlois, NABU 2014/83, 2014 ((graphie))

Résumé : Le toponyme écrit BÀD(ki) est à chercher dans les environs de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) ; il désigne parfois aussi Dur-Yahdun-Lim.


Durum-labirum

Nom(s) OB : Durum-labirum

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 283 (« “La Forteresse Vieille” est un bourg de l’alvéole de Mari, sur la rive gauche. »)

Résumé : La « Vieille Forteresse » se trouve entre Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) et Mišlan (peut-être = Tall ar-Ramadi, n° HIGEOMES 100).


Ebih

Nom(s) OB : Ebih, Abih    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Abeḫ, Ebeḫ

Zone : F, G

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Djebel Hamrin

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard & G. Farber, RGTC 2, Wiesbaden, 1974, p. 38 (bibliographie)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 2 (s.v. Abih ; = Djebel Hamrin « Gebirge Abiḫ = Ğabal Ḥamrīn. Erstidentifizierung von F. Thureau-Dangin, RA 31, 84ff. Vgl. I. J. Gelb, AJSL 55, 67-68 für Belege aus aA, präsarg. und Ur III-Zeit. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 384 (= Hamrin)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 119-168 (limite orientale de la pâture sim’alite)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123, 145 (p. 123 : montagne, = Djebel Hamrin ; p. 145 = le Hamrin)
  • M. Guichard, Mémoires de NABU 16, Paris, 2014, p. 37 (frontière orientale de la zone de pâturage sim’alite)

Résumé : Nom d'une montagne identifiée avec l'actuel Djebel Hamrin et son prolongement à l'ouest du Tigre, le Djebel Makhul.


Ekallatum (1)

Nom(s) OB : Ekallatum

Zone : G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, RA 42, 1948, p. 38
  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 107 n. 530 et p. 165 n. 890 (p. 107 : sur le Tigre, au sud du confluent avec le Zab inférieur ; p. 165 : sur le Tigre, en rive gauche, entre le Zab inférieur et la Diyala)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 72 (en amont d’Aššur ; = Tall Haikal (n° HIGEOMES 416))
  • D. Oates, 1969/, Londres, 1969, p. 38 n. 5 (= Tall Haikal (n° HIGEOMES 416))
  • J. J. van Dijk, AfO 23, 1970, p. 69
  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 4 (en amont d’Aššur, en rive gauche du Tigre)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 68 (s.v. Ekallātum ; selon OBTR 42 « sicher am Tigris; oberhalb von —> Aššur »)
  • P. Marello, MARI 7, 1993, p. 274-279
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994
  • W. Heimpel, NABU 1996/101, 1996
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 326, 329, 335, 338-341, 343, 347, 352-354
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 403, 409 n. 182, 412
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 368-370
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 101-102, 131-132
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 223-228 (discussion de la localisation d’Ekallatum ; l’identification avec Tall Haikal (n° HIGEOMES 416) est réfutée, une localisation sur la rive droite du Tigre est avancée, à environ 10 à 30 km au nord d’Aššur)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (dans la vallée du Tigre, au nord d’Aššur)
  • D. Charpin, OBO 160/4, Fribourg/Göttingen, 2004, p. 151 (consensus pendant longtemps pour Ekallatum = Tall Haikal (n° HIGEOMES 416), « sur la rive gauche du Tigre » mais peut-être plutôt à chercher à l’ouest du Tigre)
  • M. Guichard & N. Ziegler, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 242-243

Résumé : Une des capitales du royaume de Haute-Mésopotamie à chercher à une étape au nord d'Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111), probablement sur la rive droite du Tigre. L'identification avec Tall Haikal n'est pas retenue.


Ekallatum (2)

Nom(s) OB : Ekallatum, Yakaltum    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Ekalte

Zone : B

N° HIGEOMES : 90

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Munbaqa, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 396 (voir carte p. 395 ; p. 396 : ville située en amont de Tuttul (1) sur le Balih)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 58, 58 n. 106
  • Y. Wu, NABU 1992/51, 1992 (Yakaltum paléo-babylonienne = Ekalte médio-assyrienne = Tall Munbaqa ; entre Imar et Tuttul (1))
  • W. Mayer, RlA 8, Berlin/New York, 1993-97, p. 417
  • D. Charpin, NABU 1993/32, 1993 (équivalence Yakaltum / Ekalte / Ekallatum sur l’Euphrate, = Tall Munbaqa)
  • P. Villard, NABU 1993/120, 1993 (nouvelle attestation de l’Ekallatum de l’Euphrate, = Tall Munbaqa)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 182
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329, 336, 349
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 370 n. 24
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 493
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 457
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 226
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 89 n. 534
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 118 n. 356, 122 n. 381
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (= Tall Munbaqa ; « En amont de la grande boucle de l’Euphrate = Tell Munbaqa (alias Yakaltum = Ekalte). Wu Yuhong, “Yakaltum = Ekalte = Tell Munbaqa on the East Bank of the Euphrates”, NABU 1992/51 ; D. Charpin, “Tell Munbaqa, Ekallâtum-sur-l’Euphrate”, NABU 1993/32 ; P. Villard, “Une nouvelle attestation d’Ekallâtum de l’Euphrate ?”, NABU 1993/120. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 172 n. 339 (identique à Yakaltum ; = Tall Munbaqa)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 2, 31-32 (= Tall Munbaqa)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 68 (= Tall Munbaqa)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 189-192 (= Tall Munbaqa ; équivalence Ekallatum / Yakaltum / Ekalte de la 2e moitié du 2e millénaire)

Résumé : La ville paléo-babylonienne de Yakaltum peut aussi être dénommée Ekallatum. L'identification avec Ekalte (= Tall Munbaqa) de la deuxième moitié du 2e millénaire ne fait aucun doute.


Elali

Nom(s) OB : Elali

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 40
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 241 n. 19 (« Miškillum est à 3 doubles-lieues de Elali »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Elali ; à distinguer d’E/Ilaliya)
  • N. Ziegler, (Dans le royaume d’Ilan-ṣura : ARM 26/2 312)

Résumé : Ville du royaume d'Ilan-ṣura, proche de la frontière avec Hazzikkanum d'après les lettres ARM 26/2 312 et 313.


Elbum

Nom(s) OB : Elbum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 181
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 639 (« Ce toponyme est un hapax. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 78 (s.v. Elbum)

Résumé : Localité du royaume d'Ašlakka.


Eluhut

Nom(s) OB : Eluhut, Eluhtum, Ilahuttum, Elahuttum, Eluhuttum, Yalahuttum    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Eluhat

Zone : N

N° HIGEOMES : 127

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Üç Tepe

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 69 (s.v. Elaḫut(tum), Eluḫtum : « A. Goetze, JCS 7, 67-68 ; J.-R. Kupper, Nomades 254 Anm. 2 : nahe bei Derek bis hinunter zum Euphrat zwischen Gerger und Samosata ; M. Falkner, AfO 18, 8-10 und 35 mit P. Garelli, Assyrien 93 : zwischen Viranșehir und Derek ; E. Unger, RlA 2, 359a : = “Salah”, s von Mardin. Eine Gleichsetzung mit —> Luḫaja wird von M. Falkner abgelehnt. (…) Aufgrund der aB Textbelege ist —> Luḫaja sicherlich von E. zu trennen. (…) »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 50 (proche des pays de Šinamum et Tušhum)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 454 (dans les environs de Mardin)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 79-80 (s.v. Eluḫut ; ≠ Luḫaia [1] (Babylonie) et [2] ; ≠ Lūḫāia ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 50 n. 188, 116, 116 n. 339, 119, 195, 208, 208 n. 353, 237, 239-240, 240 n. 662, 273 (= Mardin ?)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121, 144
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405 n. 2, 406, 409 (p. 406 = Mardin ?)
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (royaume qui contrôlait une partie du Tur Abdin et la passe de Mardin)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 30
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 296-297 (les archives de Tall Leilan attestent Šukrum-Teššub comme roi d’Eluhut, le même que le contemporain de Zimri-Lim ; « near modern Mardin »)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014 (= Üç Tepe/Kurkh ; étude détaillée, avec histoire de la recherche, bibliographie antérieure et discussion des attestations ; p. 143 : « La ville et le royaume d’Eluhut appartenaient à un vaste ensemble géographique que les Anciens appelaient le Haut-Pays. (…) La ville d’Eluhut était (…) la capitale d’un royaume qui s’étendait sur la partie occidentale du Ṭur ʿAbdin. Deux rois au moins, portant tous deux des noms hourrites, sont attestés pour la période documentée, Šarraya et Šukrum-Teššub. » ; p. 144 : « La situation géographique et les données archéologiques d’Üçtepe/Kurkh en font un bon candidat : tell important dont les niveaux du Bronze moyen ont révélé l’existence d’un palais, Üçtepe est situé en rive droite du Tigre, entre Pornak et Ziyaret Tepe, sur la route antique menant de Diyarbakir à Mardin (la « route royale des Perses »). Le site est donc idéalement placé pour contrôler le débouché nord de la « passe de Mardin ». Proche d’un gué du Tigre, la ville située à Üçtepe se trouverait aussi contrôler un passage vers la route descendant vers l’aval en rive gauche du fleuve. »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14, 15 (p. 14 : entre Nahur et Abrum, sur la route entre Aššur et Hahhum ; p. 15 : route septentrionale pour aller d’Apum à Hahhum par les montagnes Kašiyari, rejoignant probablement la passe qui longeait le Tigre)

Résumé : Eluhut était la capitale d'un important royaume situé au nord de la Haute-Mésopotamie. Pour son histoire et sa localisation hypothétique à Üç Tepe, voir A. Jacquet, BBVO 24, 2014.


Eqletum

Nom(s) OB : Eqletum

Zone : B

Résumé : Localité mentionnée dans le texte ARM 23 595 comme lieu d'origine de déportés vers Šubat-Šamaš (peut-être = Tall Bandar Khan, n° HIGEOMES 440) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.


Eqlum-bana

Nom(s) OB : Eqlum-bana

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 221 (s.v. *Ebana(ki) ; « La véritable translittération de ce toponyme devrait être GÁN-ba-na(ki) ou aša₅-ba-na(ki) » ; cite de nombreux inédits attestant le toponyme ; dans les environs de Hurwaš)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104 (dans la région de Hurwaš)
  • B. Lion, Ktèma 22, 1997, p. 109-118
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 80 (s.v. Eqlum-bana)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 235
  • N. Ziegler, (AIL : collation JMD :
    eq-lu-um-ba-na(ki) dans A.4438+ : 5, 9, 12, 16, 21, 25? et M.5254+ : 3, 6, 9, 15, 20
    A.ŠÀ-b[a-na(ki)] dans M.15222 : R. 6’
    (d)AŠA₅-ba-na(ki) dans M.5315 : 3?, 7, 14, [17], [20], [24], 27, 30, 33, 35?, [38] ; M.6765+ : 8’, 13’ ; M.12251+ : viii 13’ ; ARM 7 266 : 5’ ; ARM 8 93+ : 3
    (d)AŠA₅-ba-[na(ki)] dans ARM 24 244+ : 65 (cité M.6518+ dans MARI 5 p. 221)
    [(d)AŠA₅]-ba-an[(ki)] dans M.5290 : 4)

Résumé : Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hurwaš, Hiršiphum/Širšiphi, Till-Abna, Ṣidqan et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l'étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997.


Ersum

Nom(s) OB : Ersum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 11 (s.v. Ersa ; « clan ḫanéen »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 73 (s.v. Ersa)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 65 (« l’homme (du clan) des Ersiyum »)

Résumé : Nom d'un clan.


Gadaššum

Nom(s) OB : Gadaššum

Zone : E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 4 (route qui passe par Gadaššum puis rejoint le Tigre à Adum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 77 (s.v. *Gadašum)
  • P. Marello, MARI 7, 1993, p. 279 n. 22 (sur le Tigre)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340 (sur le Tigre ; un itinéraire va de Gadaššum à Ekallatum (1))

Résumé : Ville située à l'ouest du Tigre, non loin de Ninet (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94).


Gadlum

Nom(s) OB : Gadlum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Millet Albà, 2001/, Paris, 2001, p. 341 (« La ville de Gadlum devait se trouver vers le sud du district de Terqa, en amont de la ville de Zurubbân. Elle est parfois citée avec les villes de Zurubbân, Hišamta et Hannâ. »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 230, 231, 232 (p. 227 : ville yaminite, en rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 : sans doute au sud de Terqa (1) ; p. 231 : district de Terqa (1), rive gauche, population yaminite)

Résumé : Localité du district de Terqa (1), en amont de Zurubban. Les attestations publiées (ARM 21 et 22) se réfèrent à des femmes originaires de cet endroit.


Ganibatum

Nom(s) OB : Ganibatum, Kanibatum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 78 (s.v. *Ganibatum « = Galabatha des Itinerars des Isidor von Charax : M. Burke, RA 55, 148ff und ARMT 11, 132 ; zwischen —> Terqa und Imār am Euphrat ; = modern Raqqa ? »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 146 (port de Dur-Yahdun-Lim)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229 (ville du district de Saggaratum proche de Dur-Yahdun-Lim)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 67i (ici Kanibatum, variante exceptionnelle pour Ganibatum ; port de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Port de la ville de Dur-Yahdun-Lim, à chercher sous l'actuelle Der ez-Zor (n° HIGEOMES 719) ou aux environs de celle-ci.


Gaššum (1)

Nom(s) OB : Gaššum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 124 (s.v. Gaššim ; « Aux environs de Mari ? »)
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 24 n. 2 (lieu de rassemblement des Bédouins)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 79 (s.v. *Gaššum ; selon A. Finet, ARM 15, dans les environs de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) ; lieu de réunion des Hanéens)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 56 n. 92
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 182 n. 41 (A.3292)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 349
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 80 (s.v. Gaššum ; ne différencie pas Gaššum (1) et (2))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 52, 128 n. 431
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21 (« Localité dans la vallée du Balih (1). A.1188 (cité par J.-M. Durand dans RA 82, 1988, p. 110) montre sa proximité avec Talhayum. A.3292 (cité par D. Charpin dans FM II, p. 182 n. 41), cite Ašnakkum, Gaššum et Zanasi, cette dernière étant proche du Zalmaqum. ARM XXVIII 120 montre également une situation occidentale (cf. J.-R. Kupper, ARM XXVIII, p. 170 et n. 186). Voir également dans ARM II 1 : 27 (coll. J.-M. Durand, MARI 5, p. 231 ; voir désormais LAPO 17 645), Gaššum mentionnée en même temps que Šur’â (2). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 138 (dans la région du Balih)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 80 n. 57 (ville du Yapṭurum (1))
  • J.-M. Durand, RA 105, 2011, p. 162 n. 29 (« dans la région nord-ouest de la Haute-Djéziré »)
  • N. Ziegler, (AIL : Gaššum appartint un temps au Zalmaqum (A.2126) ; à l’ouest d’Ašnakkum (A.3292))

Résumé : Ville de Haute-Mésopotamie qui doit être cherchée dans la zone de partage des eaux entre le bassin du Habur et celui du Balih. À distinguer de Gaššum (2).


Gaššum (2)

Nom(s) OB : Gaššum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 52
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 21-22 (« Localité dans la région du Sindjar. Dans la lettre du chef nomade Ibâl-pî-El ARM XXVI/1 180, où il est question des présages pour les nomades de la région du Sindjar, apparaît la ville de Gaššum. M. Birot avait considéré qu’on avait l’indication de l’étendue du territoire contrôlé par le merhûm. Mais ARM XXVII 32 semble montrer la proximité de Gaššum et de Hubšalum, cette dernière étant bien située dans la région au sud du Sindjar. Il peut difficilement s’agir de la Gaššum bien localisée dans la région du Balih : il y en aurait donc une seconde. Pour J.-M. Durand, CRRAI 46, p. 138-139, il serait question dans ARM XXVII 32 de la Gaššum occidentale ; mais ARM XXVI/1 180 documente bien “une seconde Gaššum au sud-est du Sindjar et qui était la porte conduisant au Tharthar”. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 138, 139 (p. 138 : « il existe une autre ville de ce nom » ; p. 139 : « au sud-est du Sindjar, à la porte conduisant au Tharthar »)

Résumé : Cette localité, à distinguer de Gaššum (1), se situait au sud-est du Djebel Sindjar, probablement non loin de Hubšalum.


Gidum

Nom(s) OB : Gidum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 157
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 80 (s.v. Gidum)

Résumé : Toponyme attesté par un texte économique de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) ; sa lecture doit être vérifiée.


Gurdabahhum

Nom(s) OB : Gurdabahhum

Zone : E

Résumé : Gurdabahhum est mentionnée dans deux textes des archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Il est probable qu'elle soit identique à Kurdubah mentionnée dans une lettre de Šubram de Susa (ARM 28 91), pour laquelle voir ci-dessous.


Guru-Addu

Nom(s) OB : Guru-Addu

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 83 (s.v. Guru-IŠKUR)
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 576
  • J.-M. Durand, Mél. Garelli, , Paris, 1991, p. 32 n. 38 (« On ne jure pas n’importe où. Pour le district de Mari, ce sont, semble-t-il, toujours Gûru-Ilim ou Gûru-Addu (à distinguer!) qui sont mentionnées. Les noms de ces deux lieux-dits, sur la rive droite de l’Euphrate, proches de la Capitale, sont sans doute construits sur une racine ouest-sémitiques qui comporte la notion d’« accueil fait à l’étranger ». Ces deux toponymes se rattachent donc au « Gurra » de Tell Ta‘anek ainsi qu’au « Gûr » et surtout au « Gûr-Ba‘al » de la Bible. »)
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 40
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 179 (appartient à l’aharatum [Chamieh] ; sur l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 66, 646-647 (p. 66 : bourgade en rive droite de l’Euphrate, proche de Mari ; souvent mentionnée ensemble avec Guru-Ilim ; p. 646-647 : nom d’une localité sim’alite proche de Mari, sur la rive droite)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 190 (p. 154 : localité sim’alite dans les environs de Mari ; p. 190 : place de réunion ; aux portes de Mari)

Résumé : Localité du district de Mari, probablement située en rive droite de l'Euphrate.


Guru-Ilim

Nom(s) OB : Guru-Ilim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 66 (bourgade en rive droite de l’Euphrate, proche de Mari ; souvent mentionnée ensemble avec Guru-Addu)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154 (localité sim’alite, dans les environs de Mari)

Résumé : Localité du district de Mari.


Habba’um (1)

Nom(s) OB : Habba’um

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 187 et n. 64 (« En outre, Mebidum de Habâ’um est mentionné au n° 113 [M.6684]. On connaît l’existence d’une montagne au nom voisin (kur-i ha-ba-im ; cf. RGTC 3 p. 84 s.n. Ḫabum, Abā) ; je ne suis pas sûr cependant que notre ville ait un rapport avec cette montagne, car cette dernière est située dans la région de Talhayum, ce qui ne semble pas compatible avec l’itinéraire ici reconstruit. Voir aussi l’inédit M.7878 : 16’’, qui situe une ville de ha-ba-ú-um à la frontière (pâṭum) du Yamhad. En tout cas, le rapprochement entre la montagne Habûm et le pays d’Apum suggéré par A. Finet (ARMT XIII, p. 172) est à abandonner. »)
  • Y. Wu, NABU 1994/67, 1994 (en corrigeant ARM 1 37, peut-être = Tall Chagar Bazar)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 n. 106
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 81 (s.v. Ḫaba’um ; ≠ Ḫaba’um [2] (frontière du Yamhad) ; ≠ Habba ; ≠ Ḫabum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (« Localité dans l’Ida-Maraṣ₁, qualifiée de « H. de Membida » en ARM I 37 (LAPO 16 280). Wu Yuhong a fait un rapprochement entre Membida et le nom de roi Mebbidum : la ville aurait été appelée d’après son roi (« Mebbidum of Hab(b)a’um in the tablets of Yahdun-Lim and Hab(b)a’um (not Haššum !) of Membida in ARM 1 37 », NABU 1994/67). J’ai personnellement collationné ARM I 37 et la partie supérieure du signe est en effet beaucoup plus sûrement celle d’un -⸢ba⸣- que d’un -⸢ši⸣-. » ; à distinguer de Habba’um (2) « de Syrie occidentale, à la frontière du Yamhad »)

Résumé : Localité située dans le triangle du Habur et mentionnée dans le contexte de la campagne militaire de Yahdun-Lim (voir D. Charpin, Mém. Birot, 1994). À distinguer de Habba'um (2), en Syrie occidentale. Pour l'occurrence éventuelle du toponyme dans le texte ARM 1 37 : 32-33, voir ci-dessous l'entrée Membida.


Habbanum

Nom(s) OB : Habbanum

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 182-183
  • A. Finet, NABU 1988/18, 1988 (ARM 1 93 n’atteste pas la ville Habbanum mais le fonctionnaire Hammanum)
  • F. Joannès, NABU 1988/19, 1988 (ville de la montagne Zara, mentionnée avec Zurra, Razama, Allahad ; elle est attestée par ARM 1 93)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330 n. 25
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 501 n. a au n° 318 (relecture d’ARM 1 93 et collation : il faut lire ha-ba*-nim*(ki) et traduire « le marchand de Habannum »)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 187 n. 92
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 81 (s.v. Ḫabbanum)

Résumé : Ville de la montagne Zara (= Djebel Ishkaft), mentionnée avec Zurra, une des deux Razama et Allahad (peut-être = Tall Hadhail, n° HIGEOMES 716) par l'inédit A.3292. Elle est donc à chercher dans le Djebel Ishkaft.


Habri

Nom(s) OB : Habri

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 84 (s.v. Ḫabri)

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), probablement située aux alentours de cette dernière.


Habše

Nom(s) OB : Habše

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 82 (s.v. Ḫabšē)

Résumé : Toponyme attesté par un texte économique de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83).


Habur (1)

Nom(s) OB : Habur    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Habur

Zone : E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Habur

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 284 (s.v. Habur, Hubur ; toutes références sans distinction entre Habur (1) et (2))
  • J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 151
  • J.-M Durand, MARI 6, 1990, p. 629
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105, 132
  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 137
  • B. Lion, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 225
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 323
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323-324, 326-328, 333, 336-337, 340, 342, 344-346, 349
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 399, 401 n. 125, 403, 422
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 778
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38, 114, 132 n. 459, 186, 188 (p. 114 : triangle du — ; p. 186 : région du Haut — ; p. 188 : sources du —)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (affluent de rive gauche de l’Euphrate, qui a gardé son nom depuis l’Antiquité ; à distinguer de Habur (2), canal de rive droite de l’Euphrate, et de Habur (3), affluent du Tigre attesté par le toponyme Haburatum)

Résumé : Affluent de l'Euphrate identique au Habur actuel. À distinguer du Habur (2), canal de rive droite de l'Euphrate, et du Habur (3), affluent du Tigre. Un nom d’année de Kaštiliaš, roi de Hana, commémore la modification du cours du Habur (BiMes 29 6-1 : 22).


Habur (2)

Nom(s) OB : Habur, Hubur

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 19, 284, 288 (p. 284: s.v. Habur, Hubur ; toutes références sans distinction entre Habur (1) et (2) ; p. 288 s.v. IGI.KUR « I. ist als Kanal mit dem —> FN Ḫabur verbunden. Er wird wie der FN Išim-Jaḫdunlim als Bewässerungskanal im Gebiet ö des Ḫābūr (bis Mari ?) verwendet (ARM 5, 5 und ARMT 14, 13, 37) » ; voir aussi p. 19 s.v. Appān.)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 115, 119, 125-126 ((d)IGI.KUR, canal Habur de la rive droite de l’alvéole)
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 100
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 575, 577 (p. 575 : « Hubur ne peut être que l’équivalent de ce que les textes de Mari notent (d)Hilib, donc le canal d’irrigation de rive droite » ; p. 577 : la région de “Hubur” = le nord de l’alvéole de Mari [rive droite])
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 133
  • H. Reculeau, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 518 (« canal de rive droite du nord de l’alvéole de Mari » ; « Il alimentait en eau Mari, sous la forme de son prolongement, le “canal de Mari”. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 43 n. 123, 61, 177 (carte) (p. 43 : canal ; n. 123 : « Bien que le nom d’année comporte parfois la variante Habur au lieu de Hubur, il ne s’agit pas de l’affluent de rive gauche de l’Euphrate, mais d’un oued situé à quelques kilomètres en amont de Tell Hariri et débouchant par l’ouest dans l’alvéole de Mari. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (canal de rive droite de l’Euphrate, appelé Hubur [écrit phonétiquement ou (d)IGI.KUR], dans le prolongement de l’actuel Wadi es-Souab)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 128 (« Le wadi es-Sou’ab au nord de l’alvéole reçoit, pour sa prolongation en canal d’irrigation, l’appellation de “Hubur”, qui devait être une façon dialectale de dénommer le Habur. »)
  • M. Guichard, Mémoires de NABU 16, Paris, 2014, p. 33 (il est « vraisemblable que “Habur” désigne “le canal de Mari” généralement désigné dans les textes par Hubur »)

Résumé : (d)IGI.KUR, à lire (d)hilib, désigne le canal Hubur (certainement une façon dialectale de dénommer le Habur), identifié par J.-M. Durand avec le prolongement canalisé du Wadi es-Souab, au nord de l'alvéole de Mari. À distinguer du Habur (1), affluent de l'Euphrate, et du Habur (3), affluent du Tigre attesté par le toponyme Haburatum.


Haduraha

Nom(s) OB : Haduraha, Adurihum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 85 (s.v. Ḫaduraḫā, d’après citation d’A.427+ par G. Dossin, Mél. Koschaker, SD 2, 1939)
  • D. Charpin, Mél. von Soden 2, AOAT 240, Neukirchen-Vluyn, 1995, p. 45-47
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 83 (s.v. Ḫaduraḫā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 230 (≠ Aparha ; petite localité)
  • J.-M. Durand & L. Marti, RA 98, 2004, p. 125 (identification attestation de KTT 31 : 4 avec « Haduraha, ville au sud du Zalmaqum »)

Résumé : Ville du royaume d'Aparha.


Hahhum

Nom(s) OB : Hahhum

Zone : C

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 85-86 (« Vgl. aA Ḫaḫḫum und heth. Ḫaḫḫa ; zur Lit. vgl. zuletzt K. Veenhof, AATT 243. Ḫ. liegt nach (a) P. Garelli. Assyriens 109f und A. Goetze, JCS 7, 68f in der Ebene von Elbistan ; näher am Euphrat sonst aber wie (a) : K. Veenhof, AATT 243 ; nach C. Orlin, ACC 39 ff und Anm. 53 : cirka 100 km nö von Malatya ; vgl. auch zum heth. Ḫaḫḫa (”Olive”), A. Archi u.a., Gaziantep S. 41 »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 n. 102
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 163
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 410, 413, 414 et n. 60, 414-415 (p. 414 et n. 60 : proche de Samsat ; p. 414-415 = Lidar Höyük ?)
  • D. Charpin, Mél. Sanmartin, AuOr Sup. 22, Sabadell—Barcelone, 2006, p. 226 (« Si l’on considère que Hahhum est dans la région de Samsat (sans doute à Lidar Höyük), le seul gué en aval avant Karkemiš est celui de Birecik, où on devrait situer Ursum. (…) Par ailleurs, une localisation d’Ursum à Birecik et de Hahhum à Lidar Höyük près de Samsat explique que les textes de Mari mentionnent bien plus souvent Ursum que Hahhum. »)
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 7-10 ((documentation paléo-assyrienne))
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 202-203 (à proximité de l’actuelle Gerger, en zone montagneuse)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011, p. 87-107, 216, 411 (plateforme du commerce assyrien vers l’Anatolie ; p. 106 : « Hahhum must have been located in the vicinity of both the river and the mountains. The fact that one always moves ‘up’ to Hahhum could be taken as an indication that the capital city or the ruler’s palace was (…) located above the surrounding plain. Hilltop forteresses are well known (…) » ; p. 216 « Hahhum should (…) be sought on a crossing of the Euphrates that gave easy access to the plain of Elbistan. Since the Euphrates between Pirot east of Malatya and Gerger Kalesi runs through a series of cataracts and down a narrow gorge with perpendicular limestone walls rising to a hight of some 100 m, this effectively prevents traffic from crossing the river and Hahhum must have been located either north or south of that canyon. » ; p. 411 = Samsat ou ses environs)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14 (selon Veenhof, peut-être dans la région de Samsat ou à Samsat-même, sur l’Euphrate turc.)

Résumé : Hahhum était pour les caravanes des marchands d'Aššur un des lieux de traversée de l'Euphrate, situé à l'ouest du fleuve.


Hakkulan

Nom(s) OB : Hakkulan

Zone : B, D

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 390, 395 (carte), 397, 404, 407 (p. 397 : entre le Balih et Alep (= Halab, n° HIGEOMES 721), peut-être à la limite des sphères d’influence des royaumes de Mari et d’Alep, sur l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 272 n. 8 (= Tall Munbaqa (n° HIGEOMES 90) ?)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334, 348 (p. 348 : Tuttul (1) « est reliée aussi directement au coude de l’Euphrate, par Hakkulân et Zalpah d’amont par une route de rive gauche »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 172 n. 339 (à l’époque de Zimri-Lim, « porte entre les deux royaumes (d’Alep et de Qaṭna ?) » ; « cette ville inattestée dans les textes ultérieurs, se trouvait au maximum à 3 jours de marche de Tuttul » ; entre Tall Munbaqa (n° HIGEOMES 90) et Tall Bi’a (n° HIGEOMES 27) ; « Hakkulân, situé à deux jours de marche en aval de Mumbaqat devrait être Tell Fray [n° HIGEOMES 41], sinon Qalat Ja’bar. »)

Résumé : Localité possédant un sanctuaire de Dagan, visitée par Zimri-Lim lors de son voyage à Ugarit (= Ras Shamra, n° HIGEOMES 773). La ville se trouve à trois étapes de Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27).


Halaba

Nom(s) OB : Halaba, Halabat

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 135, 358 n. b (près du Wadi Radd)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 106
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, NABU 1992/65, 1992, p. 52 (« sans doute à identifier avec la Halaba de la région du lac au sud de Šubat-Enlil »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 (« Il est facile de se rendre compte que cette toponymie a un sens grâce à des séries comme Halab, Halabît, Halaba à rapprocher de ḪaLBum “forêt”. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 83 (s.v. Ḫālabā ; ≠ Ḫālabat ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (dans le pays d’Apum (1), au nord du Djebel Sindjar)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 301

Résumé : Ce nom géographique sert à désigner un lac situé entre les deux villes de Saphum (1) et (2).


Halabit

Nom(s) OB : Halabit    Certitude OB : 2

Zone : B

N° HIGEOMES : 722

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Halabiye

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 86 (dans le district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 126 (= Halabiye)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 106, 110 (p. 106 = Halabiye ; p. 110 : « Il est facile de se rendre compte que cette toponymie a un sens grâce à des séries comme Halab, Halabît, Halaba à rapprocher de ḪaLBum “forêt”. »)
  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 163 (« située au pied des gorges de coulées basaltiques de l’Euphrate, dont le nom signifie “La Forestière” »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330, 334-335, 339, 342
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 389, 399, 407
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 395 (route moyenne partant de Halabit et rejoignant Qaṭna via Palmyre)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 41, 48, 66, 273 (= Halabiye)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (« J.-M. Durand avait proposé que la ville de Halabît (l’actuelle Halebiye) tire son nom de la même racine (CRRAI 38, p. 110) et que le triptyque Halab/Halabît/Halabâ soit à verser au dossier de la « toponymie en miroir » d’époque amorrite. Cependant, Halab est désormais sûrement attestée dès l’époque des archives d’Ebla, sous la forme ha-LAM ; récemment, on a en outre découvert que Halabît figurait également dans les archives d’Ebla sous la forme ha-a-bí-du(ki) (cf. en dernier lieu A. Archi & M. G. Biga, « A Victory on Mari and the Fall of Ebla », JCS 55, 2003, p. 1-44 [p. 15 n. 45]). Il ne saurait donc s’agir ici d’un écho des migrations amorrites, du moins telles qu’on les comprend jusqu’à présent. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 151, 159, 171 (p. 171 : « à Halabit cessent les terres directement soumises au contrôle policier de Mari »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228 (non loin de Zarri (2) Rabbiyum)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 45 (« une des portes au nord du royaume de Mari, dans la région de l’actuelle Halébiyé »)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 257-258
  • J. L. Montero Fenollós, RESANTIQ 1, 2010 (avec bibliographie antérieure)

Résumé : Halabit est à chercher sur l'Euphrate, à la limite nord du royaume de Mari à l'époque de Zimri-Lim, à proximité d'une zone boisée et de Lasqum. L'identification avec Halabiye proposée par J.-M. Durand se fonde sur la situation stratégique de ce site et la proximité phonétique des deux toponymes. La fortification de Halabit est commémorée par le premier des deux noms d'années de règne de Sumu-Yamam de Mari, cf. D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 66-68.


Halanum

Nom(s) OB : Halanum

Zone : E, F, G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 128
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 87 (s.v. Halanum, Halana)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 84 (s.v. Ḫalānum)

Résumé : Halanum est le nom d'un pays uniquement mentionné dans OBTR 137 (le passage d'OBTR 155: 9 a été collationné, voir Hatna). Halanum semble avoir appartenu, au moins pour un temps, au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Halita

Nom(s) OB : Halita

Zone : F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 198-199 (« Le toponyme (scil. Hilat) est sans parallèle à ma connaissance ; peut-être faut-il le rapprocher de Halita, hapax de ARM V 45 : 9 »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 115 (ville non attestée par ailleurs)
  • M. Guichard & N. Ziegler, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 232 (« Il faudrait chercher cette entité géographique dans les régions tigrines, et peut-être identifier Halita et le nisbé Hilatayû avec la ville de Hiwilat (proche de Tell Billa). »)

Résumé : Le district de Halita avait été recensé par Haṣidanum, selon sa lettre ARM 5 45, et doit donc se trouver dans l'horizon de ce gouverneur du sud-est du Djebel Sindjar à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.Voir aussi l’entrée Hilat ci-dessous.


Halṣum elum

Nom(s) OB : Halṣum elum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 47 (« district de l’amont de Mari », celui qui commence avec Terqa (1))

Résumé : Dans le royaume de Mari, le « district supérieur » désigne le district de Terqa (1).


Halṣum šaplum

Nom(s) OB : Halṣum šaplum

Zone : B

Résumé : Dans le royaume de Mari le « district inférieur » désigne la partie sud du Suhum.


Hamadanum (1)

Nom(s) OB : Hamadanum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 87 (ne connaît que les références d’OBTR, qui renvoient sûrement à (2))
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 23 et n. 100, p. 129 n. c au n° 64 (propose pour la première fois la possibilité d’une homonyme dans le Numha)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 84 (s.v. Ḫamadanum ; ne fait pas la distinction entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (localité du Yamutbal (1), cf. ARM 27 64)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 136 (appartient au Yamutbal (1))

Résumé : Cette localité, parfois dénommée celle « du Yamutbal » (1), doit être distinguée de Hamadanum (2) du Numha (1).


Hamadanum (2)

Nom(s) OB : Hamadanum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 180 ; p. 181
  • J.-M. Durand, RA 82, 1988, p. 109
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 306-307
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 23 et n. 100, 129 n. c au n° 604 (propose pour la première fois une possible distinction entre (1) et (2))
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 294 (à propos d’ARM 26/2 419)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 267-268, n. e au n° 604 (A.1610+ ; renvoie à ARM 26/2 419 ; voir aussi le n° 605 qui suit [A.1212])
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 84 (s.v. Ḫamadanum ; ne fait pas la distinction entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (« Localité du Numhâ (1) : ha-ma-da-nim(ki) a-lim ša [ia-a]n-ṣí-ib-(d)IM / ša nu-um-he-e ARM XXVI/2 419 : 6 :7. Sans doute est-ce celle-ci qui est mentionnée dans OBTR 246 : 27 et 247 : 9. »)

Résumé : Cette localité, appartenant au Numha (1), doit être distinguée de Hamadanum (1) appartenant au Yamutbal (1).


Haman

Nom(s) OB : Haman

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 87 (s.v. Ḫamān)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 42 n. 120 (« On note qu’un des manuscrits de l’inscription de Yahdun-Lim note le nom de la ville ha-me-an(ki) (l. 92). Or la ville de Amiyan [dans le district de Terqa] est attestée sous la forme ha-mi-ia-an(ki) […] ; il est possible que les deux soient à identifier. »)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83
  • J.-M. Durand, NABU 2004/101, 2004 (≠ Amiyan ; = Hen)

Résumé : Attestée par l'inscription de fondation de Yahdun-Lim pour le temple de Šamaš (RIME 4.6.8.2: 92-98), Haman était une ville « que tous les pères des nomades ont bâtie », manifestement un centre de rassemblement des nomades, et le lieu d'une victoire de Yahdun-Lim sur le roi Kaṣuri-Hala. La ville aurait été détruite et sa population déportée.


Hamiqatum (1)

Nom(s) OB : Hamiqatum, Hamikadum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 119 n. au n° 145, l. 9
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 13 (ne distingue pas entre (1) et (2))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 87-88 (ne distingue pas entre (1) et (2))
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 271 n. f au n° 405 (la localité attestée ici avec la graphie ha-mi-ka-di-im ne peut être identifiée à Hamiqadum, « ville de l’Ida-Maraṣ située dans la partie Nord-Est du Triangle du Habur » ; il s’agirait plutôt d’une « bourgade des environs immédiats de Ašihum »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 557 n. e au n° 360 (la Hamiqatum de la région du Djebel Sindjar)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 84-85 (s.v. Ḫamiqatum [1] ; ≠ Ḫamiqatum [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (« Dans la région de Rimah (OBTR 145 : 13) ; mentionnée en ARM VI 62 (LAPO 16 360) et XXVI/2 405 : 16. »)

Résumé : Cette localité, mentionnée dans les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), est située à proximité d'Ašihum (2), sur la route entre Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) et le royaume de Mari. À distinguer de Hamiqatum (2), dans l'Ida-Maraṣ.


Hamiqatum (2)

Nom(s) OB : Hamiqatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 124 (avec pour seule référence ARM 2 36)
  • A. Marzal, JNES 30, 1971, p. 199
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 13 (ne distingue pas entre (1) et (2))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 87-88 (ne distingue pas entre (1) et (2))
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 271 n. f au n° 405 (la localité attestée ici avec la graphie ha-mi-ka-di-im ne peut être identifiée à Hamiqadum, « ville de l’Ida-Maraṣ située dans la partie Nord-Est du Triangle du Habur »)
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 208 n. e au n° 118 (renvoie à Joannès ARM 26/2, p. 271 n. f)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 588 n. b au n° 399 (la Hamiqatum de l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 85 (*s.v. Ḫamiqatum [2] ; ≠ Ḫamiqatum [1])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (proche d’Urgiš)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 100 (limitrophe de Šuduhum, sur un itinéraire entre Ašlakka et Mari, étape entre Duraha et Susa)

Résumé : Ville de l'Ida-Maraṣ, située entre Ašlakka et Susa, selon M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 100. À distinguer de Hamiqatum (1), proche d'Ašihum (2).


Hanat

Nom(s) OB : Hanat    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Anat

Zone : B

N° HIGEOMES : 196

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Ana

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 90 (s.v. Ḫanat « E. Unger, RlA 1, 104-105 : = ʿAna am mittleren Euphrat (…) s. D. O. Edzard, ZZB 37 Anm. 160 ; D. Oates, Studies 55 Anm. 1 (hist. Überblick), vgl. zuletzt M. Anbar, IOS 5, 11ff ; A. Parrot, Archéologie Mésopotamienne 2, 372-374 ; Identität fraglich, nur aufgrund von Namensgleichheit. »)
  • B. Kh. Ismail et al., Sumer 39, 1983, p. 191-194
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 328, 334, 341 (= Ana)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 342, 344, 361, 362 (p. 342 : = Ana)
  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 335-336, 342
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 394, 411
  • D. Charpin, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 29
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 24, 146, 194 n. 196, p. 197, 210, 214, 247-248 (= Ana)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 89 (= p. 89 : il y a deux Suhum ; n. 37 : « Les deux Suhum sont à comprendre comme Suhum supérieur (autour de Hanat) et Suhum inférieur (autour de Yabliya). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 73 (dans le Suhum)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261-262 (p. 261 : « L’île de ʿAna et la ville de Hît ont conservé leur nom jusqu’à nos jours (les antiques Hanat et It respectivement) » ; étymologie « le lieu de la source »)

Résumé : Centre du Suhum supérieur ; à identifier avec la moderne Ana. N.B. Nous avons considéré que les références au « temple de Hanat » (É (d)ha-na-at) renvoyaient à la divinité, et pas directement à sa ville ; mais noter les graphies (d)ha-na-at(ki) du toponyme.


Hanna

Nom(s) OB : Hanna

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 90 (s.v. Ḫanna)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 36 (dans la région de Terqa (1))
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 57 (dans le district de Terqa (1))

Résumé : Ville du district de Terqa (1).


Hanum

Nom(s) OB : Hanum
Nom(s) MA : Hana

Zone : B, E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 88-89 (s.v. ḪA.NA, Hanû ; « Halbnomadische Bevölkerung : J. R. Kupper, RlA 4, 74f und Name des Landes Ḫana am mittleren Euphrat (—> RGTC 5, s.v.) », bibliographie et énumération des Hanum selon les sources disponibles)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986 (p. 152-156 : relation entre « Hanéens et Benê Sim’al », p. 153 « Hanéen est un terme plus général, qui peut englober Sim’alites et Yaminites » ; p. 155 « dans un certain nombre de cas, l’opposition qui est faite dans les textes n’est pas entre Sim’alites et Yaminites, mais entre Hanéens et Yaminites. Il est vraisemblable que c’est là qu’il faut trouver une opposition secondaire. »)
  • M. Anbar, OBO 108, Fribourg/Göttingen, 1991, p. 80-81, 86-88 et passim
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 97-128 (p. 113 : « L’ethnie “hanéenne” n’existe pas : il faut retrouver dans hanûm une épithète descriptive qui signifie “celui qui habite sous la tente” » ; n. 138 : « Contrairement à ce que nous avions proposé (RA 80, 1986, p. 155, n. 71), au vu de la gaphie hé-a-na du rituel du kispum babylonien, le terme dérive de la racine HN’ “habiter sous la tente”. “ha-na” n’est pas un pseudo-idéogramme mais la forme absolue du terme (moins vraisemblablement, le terme élargi par le “-a géographique”). »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 417-418
  • A. Jacquet, Mémoires de NABU 7, 2002, p. 59
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 111-198 (le terme n’est pas seulement une description du mode de vie mais peut être compris comme un ethnique. Le terme peut parfois être confondu avec l’ethnique « Sim’alite » ; p. 116 : « vivre sous la tente » ou plutôt « vivre de façon non sédentaire », générique pouvant qualifier les Yaminites ; peut aussi désigner les Sim’alites ; p. 122 : Hanum utilisé au lieu de Sim’alite ; p. 143-144 : Bédouins, (lú)hana ša nahali : Bédouins des oueds ; p. 147 : Hana(ki) prouvant qu’ils se sont au moins en partie sédentarisés ; p. 154 : Sim’alites ; p. 194 : mât Hana : royaume bédouin à Terqa après la chute de Mari)
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 46-47 (titulature « roi du pays de Hana »)
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 79-142

Résumé : Le mot akkadien hanûm désigne le « nomade » selon l'interprétation due à J.-M. Durand. Dans les textes de Mari, il sert généralement à désigner des Sim'alites ou des Yaminites. Pour la question du « mât Hana » à l'époque des rois de Hana, voir récemment D. Charpin, RA 105, 2011.


Hanzat

Nom(s) OB : Hanzat    Certitude OB : 1

Zone : D

N° HIGEOMES : 440

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Bandar Khan, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 90 (s.v. Ḫanzat)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 50 (Hanzat dans le Zalmaqum ; rive gauche de l’Euphrate, vers Harran (n° HIGEOMES 57))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 85 (s.v. Ḫanzat)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 129
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 51, 123 n. 389, 191, 197 (p. 51 : une des quatre capitales du Zalmaqum ; p. 123 n. 389 : « Il semble possible d’identifier Hamša avec Hanzat, une des quatre “capitales” du Zalmaqum, mais dont la localisation exacte reste à trouver. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 n. 79 (dans le Zalmaqum)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 206-207 (= Šubat-Šamaš = Bandar Khan ?)
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 268-271 (à identifier avec Šubat-Šamaš paléo-babylonienne, entre le Balih et l’Euphrate ; peut-être = Bandar Khan ; dans le Zalmaqum)

Résumé : Hanzat était une des capitales du Zalmaqum. Elle doit probablement être identifiée avec la capitale provinciale du royaume de Haute-Mésopotamie, Šubat-Šamaš. Pour cette hypothèse, voir I. Arkhipov BBVO 24, 2014. La question se pose de savoir si Hamša pourrait être une variante graphique de Hanzat.


Haqat

Nom(s) OB : Haqat

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 285
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 125 (p. 125 : = Wadi es-Souab ; étymologie incertaine ; p. 129 : « Le Wadi de Mišlân, le fleuve Haqat, est une structure originale de l’alvéole de Mari. »)
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 100 (wadi de Mišlan)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 517, 622, 626 (« On pourrait être tenté, dès lors, d’identifier l’oued de Mišlân avec celui qui se trouve entre le Souab et l’oued d’Abu Kemal. (…) le nom propre de cet oued de Mišlân était Haqqat, ce qui semble signifier « l’Étranglée ». Ḫanūqa, « étranglement », est d’ailleurs le nom que les Arabes ont donné au défilé de Halébiyé et en arabe ḫāniqu désigne le « défilé ». L’appellation d’« étranglée » pourrait de la même façon faire allusion à un resserrement très marqué à un moment du cours de l’oued »)

Résumé : Nom d'un wadi, qui passe à Mišlan (peut-être = Tall ar-Ramadi, n° HIGEOMES 100). Il s'agit peut-être du Wadi Bir el Ahmar.


Harbanum (1)

Nom(s) OB : Harbanum, Hurbanum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 180-181 ; p. 223 ; p. 246
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 91 (ne distingue pas entre (1) et (2))
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 147-148 n. 65 (possible identification de la Ha/urbanum, connue par les textes de Tall Rimah (n° HIGEOMES 101), avec la ville de [H]urban, « une des places les plus importantes du Moyen-Euphrate inférieur »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 86 (s.v. Ḫarbanum [1] ; ≠ Ḫarbā ; Ḫarbanum [2] (Babylonie) ; ≠ Ḫarbū [1] et [2] (moyen Euphrate) ; ≠ Ḫurbān)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (dans la région de Qaṭṭara ; la graphie utilisant systématiquement le signe HAR permet de lire le nom de la ville Hurbanum, à rapprocher peut-être de Hurban [Urban] dans le Suhum)

Résumé : Localité proche de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). À distinguer de Harbanum (2), en Babylonie.


Harbe (1)

Nom(s) OB : Harbe    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 988

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Khan Baghdadi

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

  • dans le royaume de : Mari
  • dans le district de : Suhum

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, ARM 4, Paris, 1951, p. II (« présence du roi d’Ešnunna à Harbê, au pays de Iabliya, situé dans la région de Tuttul-Hît »)
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 125 (s.v. Harbê, sans distinguer entre (1), (2) et (3) ; « ville située le long de l’Euphrate, en amont de Tuttul » lorsque l’on croyait que Tuttul était Hit)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 11 (confond (1) et (2))
  • G. Dossin, CIO 24, Munich, 1959, p. 115-116
  • M. C. Astour, JAOS 88, 1968, p. 738
  • M. Anbar, IOS 5, 1975, p. 9-10
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 14 (s.v. Harbê ; « sur l’Euphrate, en amont de Hit »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 91 (s.v. Ḫarbê, sans distinguer entre (1), (2) et (3))
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 559
  • D. Charpin, Mél. Birot, , Paris, 1985, p. 64
  • A. Finet, Mél. Birot, , Paris, 1985, p. 90 n. 23
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 157 et n. 79
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 291 n. p au n° 412 et p. 310 n. a au n° 420 (distingue par deux fois la Harbe (2) du Yamutbal (1), aux confins des royaumes d’Atamrum et d’Išme-Dagan, et la Harbe (1) proche de Yabliya, sur les bords de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 102 n. 2
  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Pu-li-Ila occupe les villes de Harbe, Ayyabum et Yabliya)
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 131
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 59
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333-334
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 395
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 353 n. 44, 360 (p. 353 n. 44 [M.15103])
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 411
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 17 n. i au n° 855
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 81
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 86 (s.v. Ḫarbū [1] est cité Ḫarbū [2] : « mittlerer Euphrat » avec bibliographie)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 85, 89, 110, 146, 194, 204, 247
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (localité du Suhum, située vraisemblablement à Khan Baghdadi)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 136, 156, 157 (p. 136 : Harbe [« les Ruines »] du Nord ; p. 157 : dans le Suhum)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 273 (« Dans la mesure où Yabliya s’avère située plus au sud [= au sud de Haditha], il est possible que l’on doive rechercher Harbê en aval de Khan Baghdadi. »)
  • N. Ziegler, (1 jour de distance de Yabliya selon ARM 26/2 477)

Résumé : Localité du Suhum, probablement à chercher à Khan Baghdadi (n° HIGEOMES 988) ou en aval de celle-ci. À distinguer de Harbe (2), dans le Yamutbal (1), et (3), dans le royaume d'Ašlakka.


Harbe (2)

Nom(s) OB : Harbe, Harbu

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 11 (ne distingue pas (1) et (2))
  • O. Rouault, RA 64, 1970, p. 107-108
  • M. Anbar, IOS 5, 1975, p. 9
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 91 (s.v. Ḫarbê, sans distinguer entre (1), (2) et (3))
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 157 et n. 79
  • J.-M. Durand, RA 82, 1988, p. 108
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 250, 266, 291 n. p au n° 412, 306, 310 n. a au n°? (distingue par deux fois la Harbe (2) du Yamutbal (1), aux confins des royaumes d’Atamrum et d’Išme-Dagan, et la Harbe (1) proche de Yabliya, sur les bords de l’Euphrate)
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 46-47
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 129 n. c au n° 64
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 405 (pays d’Andarig et de Harbe)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 267 n. b au n° 604 (Harbe (2) du Yamutbal (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 86 (s.v. Harbu [1] ; ≠ Ḫarbā ; ≠ Ḫarbanum [1] ; ≠ Ḫarbu [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 22 (« Localité du Yamutbal (1), voisine d’Andarig : ARM I 132 (LAPO 16 207). Disputée entre Hammu-rabi de Kurdâ et Atamrum d’Andarig : ARM XXVI/2 410 : 10’, 20’, 22’, 26’, 29’. Explicitement nommée Harbê ša Yamutbal dans A.1610+ (LAPO 17 604) : 14. Cf. F. Joannès, ARM XXVI/2 p. 291 n°412 n. p ; J.-M. Durand, LAPO 17, p. 267. »)

Résumé : Ville située dans le Yamutbal (1) disputée par les rois d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) et de Kurda. À distinguer de Harbe (1) (peut-être = Khan Baghdadi, n° HIGEOMES 988), dans le Suhum, et Harbe (3), dans le royaume d'Ašlakka.


Harbe (3)

Nom(s) OB : Harbe, Harba, Harbu

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 91 (s.v. Ḫarbê, sans distinguer entre (1), (2) et (3))
  • G. Bardet, ARM 23, Paris, 1984, p. 50
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 157 et n. 79
  • C. Kühne, Tell Chuera 1, , Sarrebruck, 1995, p. 203-205 et 207-211
  • H. Kühne, QGS 5, 1995, p. 72
  • N. Ziegler, RA 93, 1999, p. 10 (dans le royaume d’Ašlakka, citée par deux fois avec Kalbiya)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 85-86 (s.v. Harbā ; ≠ Ḫarbanum [1] et [2] ; ≠ Ḫarbū [1] et [2] ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (« Localité de l’Ida-Maraṣ (1) : ARM XXIII 85 : 11 ; inédit M.5885 (cité dans ARM XXIII, p. 50). Dans le royaume d’Ašlakkâ, citée par deux fois avec Kalbiya (N. Ziegler, RA 93, 1999, p. 10). On peut se demander si elle est identique à la Harbe que des textes médio-assyriens récemment découverts ont permis de localiser à Tall Huera » (n° HIGEOMES 62))
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 54 (ville appartenant à Zalluhan)

Résumé : Ville située dans le royaume d'Ašlakka. À distinguer de Harbe (1), dans le Suhum, et (2), dans le Yamutbal (1).


Harganum

Nom(s) OB : Arganum, Harganum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 645 n. f au texte 830 (« Ces lieux-dits, comme souvent à Mari, portent des noms d’arbes : d’après les dictionnaires, le silhum est l’« Artemisia » et le (H)arganu le « Mekka-Melissa ». »)

Résumé : Le « bosquet de (H)arganum » est mentionné dans ARM 2 28.


Hariṣanum (1)

Nom(s) OB : Hariṣanum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 125 (s.v. Ḫarizânim (ou Ḫarisânim) ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 28
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 14 (s.v. Ḫarizānum ; ne distingue pas entre (1) et (2) ; vraisemblablement en Haute-Mésopotamie)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 92 (s.v. *Ḫarizānum ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 133, 239 et 257 (ne distingue pas (1) et (2) ; dans le Zalmaqum)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 44 n. d au n° 469 (considère que cette lettre « n’indique pas la proximité de Hâriṣânum et du Hurmiš, mais la concomitance des deux fronts »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 87 (s.v. Ḫariṣanum ; ne distingue pas entre (1) et (2) ; ≠ Ḫarsi ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 n. 462 (proche d’Admum ; à distinguer de celle qui est dans l’est du royaume, dans la région du Tigre, contra J.-M. Durand qui suppose qu’il n’y a qu’une seule Hariṣanum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (« proche du Zalmaqum et du Hurmiš » ; à distinguer d’une homonyme à l’est du Tigre)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408 n. 17 (= Horzum (n° HIGEOMES 934) ?)

Résumé : Ville mentionnée dans une lettre de Samsi-Addu durant la campagne contre le Zalmaqum. Elle peut être cherchée dans la ligne de partage des eaux du bassin du Balih et le triangle du Habur, ou dans les montagnes à l'est de celle-ci. À distinguer de Hariṣanum (2), dans la région du Tigre.


Harradum

Nom(s) OB : Harradum, Harrada    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Harradu

Zone : B

N° HIGEOMES : 203

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Diniye, Khirbat ed-

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès et al., RA 77, 1983, p. 119-142 (= Khirbat ed-Diniye)
  • Ch. Kepinski & O. Lecomte, MARI 4, 1985 (= Khirbat ed-Diniye)
  • D. Beyer, MARI 6, 1990, p. 100 (= Khirbat ed-Diniye)
  • F. Joannès, MARI 6, 1990
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 (étymologie du toponyme sur harâdum, « veiller » > « La Guette »)
  • F. Joannès, Haradum 1, , Paris, 1993
  • Ch. Kepinski-Lecomte, 1993/, Paris, 1993
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 328, 334 (p. 334 : Khirbat ed-Diniye)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 347, 361, 362
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 440 (il y a deux formes possibles : ha-ra-da(ki) et ha-ra-di-im(ki))
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 187
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 549 (« Pour une interprétation de ce toponyme comme “La guette” sur HRD, cf. MARI 5, p. 170. XVI, p. 14 propose (en parallèle à Amattum) qu’il s’agisse d’un village de la province de Saggarâtum, non de la Harradum du Suhûm. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 24, 181, 182 n. 87 (= Khirbat ed-Diniye)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 139, 155 (p. 139 = Khirbat ed-Diniye)
  • D. Charpin, NABU 2006/89, 2006 (entre Babilim et Terqa (1), = Khirbat ed-Diniye)
  • F. Joannès et al., 2006/, Paris, 2006
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261 (= Khirbat ed-Diniye, avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 41, 43 (= Khirbat ed-Diniye, dans le Suhum, à 90 km en aval de Mari)
  • S. Yamada, RA 105, 2011, p. 137 (= Khirbat ed-Diniye)
  • D. Charpin, Diversity and Standardisation, Diversity and Standardisation , Berlin, 2013 (situation géopolitique)

Résumé : Identifiée avec certitude à Khirbat ed-Diniye, suite aux fouilles françaises dirigées par Ch. Kepinski et O. Lecomte, Harradum était une ville fortifiée à l'époque de Samsu-iluna, en raison de sa localisation à la frontière entre Babylone et le royaume de Hana.


Harranum

Nom(s) OB : Harranum    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Harranu

Zone : D

N° HIGEOMES : 57

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Harran

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. N. Postgate, RlA 4, Berlin/New York, 1972-75, p. 122-124
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 92 (s.v. Ḫarrānum)
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 567 n. 17
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336-338, 342-343, 346
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 198
  • B. Lyonnet, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 139
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 76-77
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 82, 84, 87, 89, 132
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 87-88 (s.v. Ḫarrānum ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 132
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 51, 83 n. 57, 104 n. 246, 123 n. 389, 133 n. 463, 133 n. 465, 191, 197 (p. 51 : il s’agit d’une des quatre capitales du Zalmaqum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 n. 79, 127 (p. 124 n. 79 : dans le Zalmaqum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 204 (histoire de Harranum dans le royaume de Samsi-Addu)
  • N. Ziegler, (AIL : à proximité de Zalpah (1), FM 3 21)

Résumé : Harranum, identifiée avec l'actuelle Harran, est l'une des capitales du Zalmaqum. À l'époque du royaume de Mari, il s'agit d'un important lieu de culte du dieu Sin et de réunion des nomades yaminites.


Harrašum

Nom(s) OB : Harrašum

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 92 (s.v. *Ḫarrašum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 88 (s.v. Ḫarrašum)

Résumé : Toponyme mentionné dans un texte administratif de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Harruwatum (1)

Nom(s) OB : Harruwatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 14 (s.v. Ḫarruwātum ; « En Haute-Mésopotamie ? »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 93 (s.v. Ḫarruwatum)
  • J.-M. Durand, ARM 21, Paris, 1983, p. 566 n. 9 (situe Lazapatum et Harruwatum dans le voisinage de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56))
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 561 (proche de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et de Kumulhum)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 363
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 227 n. c au n° 1054 (« Harruwatum est la ville du royaume de l’Euphrate à l’aval de Mari, non son homonyme du royaume d’Apum » ; voir cependant le doute de Charpin RA 97, 2003, p. 23 au sujet de cette identification)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 88 (s.v. Ḫarruwatum [1] ; ≠ Ḫarruwatum [2] (Suhum))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (dans le pays d’Apum (1))

Résumé : D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23, a distingué deux villes Harruwatum (1) et (2) et estimé que ARM 14 51 renvoyait à Harruwatum (1), située dans l'Ida-Maraṣ (1). Pour l'instant, cette identification ne peut pas être confirmée et il semble qu'aucun autre texte ne mentionne cette Harruwatum de l'Ida-Maraṣ (1).


Harruwatum (2)

Nom(s) OB : Harruwatum, Harratum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 92-93 (s.v. *Ḫarratum)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 125
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 363 (le texte A.2588, édité p. 362-363, mentionne deux hommes, l’un originaire de Harradum, l. 8 ; l’autre originaire de Harruwatum, l. 11 ; cf. le commentaire suivant, p. 363 : « Cette ville de Harruwatum est sans doute à identifier avec la ville de Hurratum […] et selon F. Joannès cette ville serait “probablement voisine de Harrâdum” » ; voir depuis Joannès Haradum 2, 2006, p. 71 n. d au n° 23)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 187
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 227 n. c au n° 1054 (« Harruwatum est la ville du royaume de l’Euphrate à l’aval de Mari, non son homonyme du royaume d’Apum » ; voir cependant le doute de Charpin RA 97, 2003, p. 23 au sujet de cette identification)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 88 (s.v. Ḫarruwatum [1] est cité Ḫarruwatum [2] dans le Suhum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (dans le Suhum)
  • F. Joannès et al., 2006/, Paris, 2006, p. 71 n. d au n° 23 (« Le nom de la ville de Hurrâtum, à rapprocher de Harruwâtum ou Harruyâtum, entre Harrâdum et Hanat […] est peut-être aussi une variante de Hurrânum … »)

Résumé : Localité du Suhum, à proximité de Harradum (= Diniye, Khirbat ed-, n° HIGEOMES 203) mais à distinguer de cette dernière. À distinguer de Harruwatum (1), dans l'Ida-Maraṣ (1).


Hasam

Nom(s) OB : Asam, Hasam    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Hasume

Zone : D, E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tektek

Propositions de localisation (historique) :

  • J. N. Postgate, RlA 4, Berlin/New York, 1972-75, p. 128
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 93 (s.v. Ḫasam, Asam « Vgl. zuletzt mit Lit. W. W. Hallo, JCS 18, 76 : 44 ; H. = Berg Aisuma (gr.) = mod. Karacali Dağ (L. Dillemann, HMO 34) ; zwei Doppelstunden von Šubat-Šamaš entfernt »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 338, 342, 346 (p. 338 : « le Tektek Dağ actuel »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 507 (« montagne du Hasam, sans doute une avancée sud-ouest du Ṭur-‘Abdîn en direction de la plaine de Harrân » ; signifie le « mont de la Muselière » ou le « Cul-de-Sac »)
  • S. Parpola & M. Porter, 2001/, Helsinki, 2001, p. 10 (= « Teke Daği »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 88-89 (s.v. Ḫasam ; = Asam ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 154 (= « Hasmi Tūrā, Teke Dagi »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 n. 454, 33 n. 465
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124, 125, 127 (p. 124 : « le mont Tektek, (le Hasam, “Muselière”) » ; pour L. Dillemann : entre Habur et Balih ; « partie la plus nord-occidentale du domaine bensim’alite »)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 70 (= Tektek (écrit par l’auteur Teke Dağ))
  • N. Ziegler, (AIL : à 2 doubles-lieues de Šubat-Šamaš, ARM 1 97)

Résumé : Montagne qui se trouve entre les villes de Šuda (2), dans le Zalmaqum, et de Mammagira. Elle peut être identifiée, à titre d'hypothèse, avec le Tektek.


Haṣura (2)

Nom(s) OB : Haṣura

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 93-94 (s.v. Ḫaṣurā ; ne distingue pas (1) et (2))
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 19 (Haṣor ; dans le district de Saggaratum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 112
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 67 n. b au n° 33
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (« dans le district de Terqa (et non dans celui de Saggarâtum, comme l’a indiqué M. Bonechi) »)

Résumé : Localité du district de Terqa (1). Son étymologie, « l'enclos », indique qu'il pourrait parfois s'agir d'une dénomination générale et non d'un site spécifique. À distinguer de Haṣura (1) (= Hazor, n° HIGEOMES 723). Par ailleurs, voir aussi Hiṣarum.


Haššum

Nom(s) OB : Haššum

Zone : C

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Archi et al., Inc. Graeca 48, Rome, 1971
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 94 (« Haššum und Hašum werden von mir unterschieden aufgrund des Textes ARM 7, 113. Von J.-R. Kupper, Nomades 11 Anm. 2 werden —> Ḫaššum (1) und —> Ḫašem ša Membida (2) voneinander getrennt. M. Falkner, AfO 18, 11 faßt sie wiederum als éine Ortschaft auf. J.-R. Kupper, Nomades 11 Anm. 2 und RA 43, 81 vermutet Ḫ. n von Aleppo im Land Kommagene ; M. Falkner, AfO 18, 11 sucht Ḫ. am rechten Euphratufer in der Nähe von —> Karkemiš und —> Uršum ; S. Smith, An.St. 6, 42 f. und G. Güterbock, JCS 18, 4-5 vermuten Ḫ. am ö Euphratufer [Güterbock : in der Nähe von Birecik!]. Vgl. — nA und heth. —> Haššuwa. Vgl. noch A. Archi u. a. Gaziantep, 44. In ab Texten wird Ḫ. (1) genannt zusammen mit LÚ Rabbatim, —> LÚ Uršim, —> LÚ Karkemiš. (…) »)
  • M. Guichard, NABU 1993/54, 1993
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 29
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 324 n. 5, 348
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 409
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 177 (Syrie septentrionale)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 432 (distingue Haššum et Haššum de Membida ; voir la discussion sous Membida)
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • J. L. Miller, AoF 28, 2001, p. 77-84 (dans la région de Gaziantep, entre Göksun et Maras, sur le Haut-Karasu)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 89 (s.v. Ḫašum)
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 479
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 84, 88; 125, 128 n. 432, 145-146, 150, 152, 206, (= Gaziantep)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101
  • A. Archi, Mél. Darga 2008/87-102, 2008, p. 100 (= Tilbeşar)
  • G. Wilhelm, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 189-193 (p. 190 « an early centre of Hurrian language and culture ? »)
  • G. Chambon, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 236 (dans la plaine de Gaziantepe)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 196 (« Ich vermute, dass das Reich von Ḫaššum keine direkte Grenze mit dem obermesopotamischen Reich hatte. »)
  • A. Ünal, AS 65, 2015, p. 19-34 (Haššum = Oylum Höyük)

Résumé : Haššum est la capitale d'un royaume au nord-ouest de la boucle de l'Euphrate. Elle est fréquemment mentionnée avec Halab, Ursum (peut-être = Samsat, n° HIGEOMES 105, ou Lidar Höyük, n° HIGEOMES 84) et Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) ; voir N.Ziegler, BBVO 20, 2009, p. 202. La localisation de Haššum à Tilbeşar, dans la vallée du Sajur, due à A. Archi, voir dernièrement Mél. Darga 2008, paraît la plus probable. Pour d'autres candidats de localisation dans cette région et la figure d'Aniš-hurpi, roi de Zalwar et de Haššum, contemporain de Zimri-Lim, voir J. Miller, AoF 28, 2001.


Haštarriwe

Nom(s) OB : Haštarriwe

Zone : F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 95 (s.v. Ḫaštarriju)

Résumé : Localité documentée par un texte économique de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66) en même temps qu'Ekallatum et Dur-Zamurim, et peut-être à chercher dans la région du Tigre.


Hatna

Nom(s) OB : Hatna, Hatnum

Zone : F, G

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 85 (s.v. Ḫadnā)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 294
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 475 (Hatna = Hatnum des bords du Tigre [H. ša Ah-Idiqlat])
  • A. R. George, Iraq 52, 1990, p. 41 (texte IM 113547 mentionnant Hatnum et Šuruzum retrouvé à Tall al-Hawa ; « Hadnum is perhaps the same as Hadna, which is known as a north Mesopotamian locality of the Old Babylonian period from the archives of Mari (…) and Tell al-Rimah (…), though nothing can be said about its exact location. »)
  • D. Lacambre, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 282 (au nord-est du Djebel Sindjar)
  • G. Ozan, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 153-154
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 111
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 263 (étymologie : « certainement une formation féminine sur la même racine que celle du bourg de Hudunum (= ʿUdnum) des environs de Mari, “Le Plateau” ou “Le Plat-Pays”. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 89-90 (s.v. Ḫatnā ; ≠ Hatnum ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (« Hatnâ / Hatnum des bords du Tigre : Hatnâ pourrait être identique à la Hatnum des bords du Tigre (ša ah Idiglat, ARM XXVI/2 342 : 24) d’après B. Lafont, ARM XXVI/2, p. 475 ; pour le problème de Hatnâ / Hatnum, cf. aussi J.-M. Durand, ARM XXVI/1, p. 294 n. c. Voir depuis FM II 84 : 8. Hatnum est mentionnée dans un texte paléo-babylonien de Tell el-Hawa (cf. A. R. George, “Inscriptions from Tell al-Hawa 1987-88 ”, Iraq 52, 1990, p. 41-46 [no1 : 2’). »)
  • M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 155 (commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien ; « à Tell Silâl ou Tell Jaysârî »)
  • N. Ziegler, (D’après ARM 26/2 342, proche de Raṣum-des-bords-du-Tigre)

Résumé : Nom d'un pays voisin du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), probablement situé le long du Tigre.


Haṭṭa

Nom(s) OB : Haṭṭa

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 95 (s.v. Ḫatta)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 181-183
  • M. Guichard, NABU 2003/8, 2003 (« Notons que Haṭṭâ (lieu et divinité) se situait sur la rive gauche de l’Euphrate dans une zone que devait contrôler Yadihâbu comme l’indique la “construction” de la ville d’Ara’itu mentionnée dans un nom d’année (TFR I 1) et qui, autrefois, avait fait partie du cœur du royaume de Mari (cf. M. Guichard, FM III, p. 178-179). »)

Résumé : Haṭṭa est le nom d'une saline, correspondant peut-être à celles modernes de Bouara ou de Saba'a. Le nom de Haṭṭa est aussi celui d'une divinité : le nom de la huitième année de Zimri-Lim commémore l'offrande d'une statue de Haṭṭa (voir D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 258).


Hazinum

Nom(s) OB : Hazinum, Hazi

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 96 (s.v. Ḫazi)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 90 (s.v. Ḫazi)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 61 (« Une autre Haziyânum se trouvait dans le triangle du Habur. Notre Hazînum du pays de Karanâ pourrait être éventuellement attestée de manière abrégée par OBTR 245 : 14 (ha-⸢zi(ki)⸣) »)

Résumé : Localité documentée par les archives de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) et celles de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) appartenant au pays de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Haziri

Nom(s) OB : Haziri    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Huziranu

Zone : D

N° HIGEOMES : 171

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Sultantepe

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 61
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 96 (s.v. Ḫaziri « Zwischen —> Admi und —> Saḫulda. Nach A. Goetze, JCS 7, 61b: identisch mit nA Ḫuzirīna (= Sulṭān Tepe). »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 91 (Ḫaziri)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 133 n. 463 (= Sultantepe ?)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408 (= Sultantepe)

Résumé : Étape mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens », à deux jours de Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et à une journée d'Admum (1). Il semble probable qu'il s'agisse de la Huzirina du 1er millénaire traditionnellement localisée à Sultantepe.


Hazzikkannum

Nom(s) OB : Hazzikkannum, Hazzakkannum, Hazzakkan    Certitude OB : 1

Zone : E

N° HIGEOMES : 472

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Qarassa, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 95 (s.v. *Ḫazakān(num))
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104 (dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 237, 244, 245, 248, 249, 253, 254, 259, 261 (p. 244 : = Tall Qarassa ; p. 253 n. 56 : M.9777)
  • J. Eidem, NABU 1996/6, 1996
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 (sur la voie transversale basse traversant l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 563
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 61 (Hazzakkan identique à Hazzikkannum ; = Tall Qarassa)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 92, 130
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 91-92 (s.v. Ḫazzikannum ; avec bibliographie antérieure)
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 310
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116, 197, 209, 211 n. 383, 274 (= Tall Qarassa)
  • M. Guichard & D. Sevalié, NABU 2003/6, 2003 (dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, NABU 2003/9, 2003
  • M. Guichard, Semitica 55, 2013, p. 68 (petit royaume situé au nord-est de Kahat (que l’auteur identifie avec Tall al-Hamidiya, n° HIGEOMES 54))
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 16 (sur la route sud passant par le triangle du Habur)

Résumé : Hazzikkannum est la capitale d'un royaume situé dans le triangle du Habur. Une identification avec Tall Qarassa a été proposée par M. Guichard à titre d'hypothèse.


Hazziyanum

Nom(s) OB : Hazziyanum, Hazzanaya, Hazzinum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 118
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 241 n. 18, 261 (p. 241 n. 18 : proche de Tadum et Hazzikkannum)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 226, 228
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 91 (s.v. Ḫazianum)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, proche de Tadum (probablement = Tall al-Hamidiya, n° HIGEOMES 54) et Hazzikkannum (peut-être = Tall Qarassa, n° HIGEOMES 472).


Hen

Nom(s) OB : Hen, Hin

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Marello, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 115, 123 (p. 123 : entre la boucle de l’Euphrate et le Balih ; « à la frontière de la région de Harrân » ; à distinguer de Hana)
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 326
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 146, 148 (p. 148 : il ne s’agit pas à proprement parler d’une ville, mais du campement des Yaminites)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 42, 59, 63, 149, 274 (p. 42 : « centre traditionnel de réunion des Benjaminites » ; p. 59 et 63 : éventuellement à identifier avec I[…]num du nom d’année de Yahdun-Lim, d’après J.-M. Durand ; p. 274 : dans la région du Haut-Balih)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84 (« centre traditionnel de réunion des Benjaminites dans la région du Balih »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 126, 167, 170, 171 n. 333 (p. 126 : territoire yaminite sur le cours inférieur du Balih ; p. 170 n. 331 : « il est possible que “Hên” soit à interpréter comme une formation différente d’Ahhunâ sur la même racine (= Hin ?), mais l’écriture de Mari permettrait également une interprétation comme “Source” (= ‘în; cf. la porte de Mari, Bab ‘înim). Dans le second cas, il serait à identifier avec le site BS-139 “on the Wadi ‘Ain ‘Isa near the Qaramosh-Balikh confluence”. (…) on ne peut envisager que Hên fut ‘Aîn al-‘Arūs, car une situation au nord de Zalpah, sans cesse sous menace du Zalmaqum, me paraît difficile » ; p. 171 n. 333 : « à l’amont de Tuttul, mais à l’aval de Zalpah »)
  • J.-M. Durand, NABU 2004/101, 2004 (« centre confédéral benjaminite dans la région du Balih » ; ne pas identifier à « ‘Aïn al-’Arūs » ; « tout à fait aux portes du Zalmaqum »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 115 (« La Source » ; dans la vallée du Balih)

Résumé : Hen est à chercher dans la région du Zalmaqum. La question se pose de savoir s'il s'agit d'une installation durable ou d'un simple campement.


Heššum

Nom(s) OB : Heššum

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 96 (s.v. *Ḫeššum « M. Falkner, AfO 18, 12: Haššum ist mit —> Uršum und —> Karkemiš zu verbinden, während Ḫ. ö von Šubat-Šamaš zu suchen ist bei —> Mammagira und —> Šapanazum. H. Güterbock, JCS 18, 5 : beide Orte, Ḫaššum und Ḫ., liegen ö vom Euphrat, eine Gleichsetzung beider Orte ist wahrscheinlich ; —> heth. Ḫaššuwa. (…) Lage von Ḫ. unbekannt. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 318 (= Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 342 (« D’après l’itinéraire de Yale/Urbana, Mammagirrâ est à une étape du mont Hasam. D’après les données de Mari, elle s’en situe à deux étapes et la ville de Heššum s’intercale entre les deux. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 49 (= Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 92 (s.v. Ḫeššum ; ≠ Ḫaššum ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 108, 112, 132, 152 (dans le Zalmaqum ?)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 100 (« peu éloignée de Šuduhum »)
  • N. Ziegler, (AIL : proche de Ša-Panazim, ARM 4 28 et ARM 2 10 ; entre Šubat-Šamaš et Mammagira, ARM 1 10)

Résumé : Ville proche de Šuduhum et du Mont Hasam (= Tektek), située entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et le Zalmaqum.


Hidar

Nom(s) OB : Hidar

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 306-307 (commentaire au texte 142 : « L’existence d’un cours d’eau à proximité de Šubat-Enlil est prouvée par le fait qu’il existe un salhum de cette ville. Les villes de Šaruna et de Hidar doivent délimiter les régions amont et aval de ce cours d’eau et les présages visent donc la contrée même de Šubat-Enlil. Il est vraisemblable que Hidar représente la région sud (aval). Outre qu’une telle localisation est nécessaire pour qu’une concentration de troupes à Kasapa soit une réponse à une avancée à Hidar des troupes, cette ville fait partie de l’horizon géographique de Tell Brak (= AOAT 3/1 : 69, 10). Pour marquer une limite géographique nette, Hidar devrait être cherchée du côté du confluent de Wadi Djarrah et du Wadi er-Radd. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 (« au confluent du ouadi Jarrah et du ouadi er-Radd »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 92 (s.v. Ḫidar ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, (A.988: au sud de Šubat-Enlil et au nord de Kasapa)

Résumé : Ville située entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Kasapa, probablement sur le Wadi Jarrah.


Hiddan

Nom(s) OB : Hindanum, Hiddan, Hindan, Iddan    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Hindanu

Zone : B

N° HIGEOMES : 725

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Karable

Propositions de localisation (historique) :

  • J. N. Postgate, RlA 4, Berlin/New York, 1972-75, p. 415-416
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97 (s.v. Ḫiddān « Nahe bei —> Dêr, nicht mehr als eine Tagesreise von —> Mari entfernt : M. Sasson, RA 65, 172. Vgl. —> nA Ḫindanu und —> Giddān : M. Birot, RA 66, 136 Anm. 3 ; J. N. Postgate, RlA 4, 415f. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116-117 (p. 116 n. 55 : Ša Hiddan serait « le vis-à-vis de l’embarcadère pour Hiddân » ; p. 117 n. 60 : = Baghuz (n° HIGEOMES 18))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334 (dans le Suhum supérieur)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 351 et n. 31 (« Si Ša-Hiddân doit être identifié à Hindânu, alors le site est en amont de Diniye […]. Ša-Hiddân appartient d’ailleurs au district de Našer » ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 51 (Hiddan et Der (4) sont « les 2 postes frontières de la limite sud-ouest du district de Mari, chacun sur une rive opposée »)
  • O. Rouault, BiMes 29, Malibu, 2011, p. 23 (commentaire au contrat Terqa 6-2: 1 (uru)it-ta-an ; « On peut rapprocher ce nom probablement géographique de Iddan, connu par les textes de Terqa inédits, datant des règnes de Kuwari, Kasapan, Samsuditana et Qiš-Addu, ainsi que de la Hiddan des Archives de Mari (…) »)
  • M. Stol, BiOr 70, 2013, p. 430 (Ittan = Iddan = Hindanu)

Résumé : La ville de Hiddan est à localiser au sud de Mari et proche de Der (4). Elle doit être identifiée à la néo-assyrienne Hindanu, peut-être l'actuelle Karable/al-Ğābirīja. À distinguer de Ša-Hiddan pour laquelle voir ci-dessous.


Hilabukanum

Nom(s) OB : Hilabukanum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 147
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93 (s.v. Ḫilabukanum)

Résumé : Toponyme attesté par un texte de Tall Leilan (Ismail Leilan 129) dont la lecture ne peut pas être contrôlée.


Hilat

Nom(s) OB : Hilat

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 198-199 (« Le toponyme est sans parallèle à ma connaissance ; peut-être faut-il le rapprocher de Halita, hapax de ARM V 45 : 9 »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93 (s.v. Ḫilata ; ≠ Ḫalita)

Résumé : Deux émissaires de cette ville sont mentionnés dans FM 2 112, rédigé lors de la campagne de Yahdun-Lim dans le triangle du Habur. Hilat n'est pas connue par ailleurs.


Himara (2)

Nom(s) OB : Himmaran, Himara, Immaranum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, RA 41, 1947, p. 160 (dans le district de Terqa (1))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97 (s.v. Ḫimarān)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 255 n. a au n° 1080 (Himmarân/Immarânum/udu-há ; dans le district de Terqa (1) ; « le lieu s’appellerait donc “Les-Moutons” comme Imâr s’appelle “(La ville de) l’âne” »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (« Dans le district de Terqa (laquelle est parfois notée im-ma-ra-nim(ki), voire udu-há(ki) selon A. Millet Albà, La population du royaume de Mari…, p. 349). On abandonnera le rapprochement suggéré avec Imâr par J.-M. Durand, LAPO 17 n°531 n. a. »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 40 (ville du district de Terqa (1))
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 210 (peut-être un homonyme sur le Habur)

Résumé : Localité du district de Terqa (1). À distinguer de Himara (1), à l'est du Tigre.


Himuš

Nom(s) OB : Himuš

Zone : C

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97 (s.v. Ḫimuš : sur l’Euphrate)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 82 n. 484
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 106 (en vue de la ville de Zallul)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 201 (« Zallul ist nicht weniger belegt, ebenso wie Ḫirmuš. Beide Städte können am Euphrat, nördlich des Reiches von Karkemiš und gegenüber von Ursum lokalisiert werden. »)

Résumé : Himuš et Zallul sont deux localités situées sur l'Euphrate, sur la rive opposée à celle d'Ursum.


Hiplat

Nom(s) OB : Hiplat

Zone : G, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97-98 (s.v. Ḫipilat)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93 (s.v. Ḫipilat [1] ; ≠ Hipilat [2] (région à l’est du Tigre) et [3] (Babylonie du Nord) ; avec bibliographie antérieure)

Résumé : Cette localité doit peut-être être identifiée à Hiwilat, voir ci-dessous.


Hirbazanum

Nom(s) OB : Hirbazanum, Hirmenzanum

Zone : N

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 98 (s.v. *Ḫirbazānum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 99 n. 18
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 100 (« Hirbazânum est mentionné dans un texte de Tell Leilan qui énumère du butin, en même temps que Tigunânum (R. M. Whiting, Tall al-Hamidiya II, 1990, p. 189). J. E., SH.A. 2, p. 20, en a proposé l’identification avec le Huršânum (cf. p. 80). La correspondance d’Ibâl-Addu (XXVIII 56) atteste la variante Hirmensânum. La forme de base serait donc Hirm/ban/zzânum. Se peut-il que, d’une façon qu’il n’est pas encore possible de préciser, ces deux formes soient en définitive aussi apparentées à Hurmiš (pays ou ville) et Hirmaš (fleuve) ? On pourrait y voir une indication que Hi/urm- ou Hi/urb- était un radical qui donnait son nom à la partie occidentale du Ṭûr-‘Abdîn, celle que les Sémites de la plaine appelaient Maraṣ ? » ; pour le texte de Tall Leilan, L.85-142, voir ci-dessous Huršanum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93 (s.v. Ḫirmenzanum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413

Résumé : Le pays de Hirbazanum est mentionné plusieurs fois avec celui de Tigunanum. On peut supposer qu'ils étaient voisins, tous deux situés sur le Haut-Tigre.


Hirmaš

Nom(s) OB : Hirmaš    Certitude OB : 1

Zone : E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Djaghdjagh

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 106 (= Djaghdjagh)
  • J.-M. Durand, SEL 8, 1991, p. 89-90 (NP en Mut-Hirmaš // Mut-Ha/ubur)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 243 (= Djaghdjagh)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123 130 n. 115 (p. 123 = Djaghdjagh, nom néo-assyrien Harmeš)
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (= Djaghdjagh)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 33 (= Djaghdjagh)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 79 n. 13 (mention d’une attestation paléo-babylonienne du Hirmaš dans un inédit (A.3990))

Résumé : Le Hirmaš est habituellement identifié avec le Wadi Djaghdjagh à cause des mentions d'époque néo-assyrienne.


Hiršiphum

Nom(s) OB : Širšiphi, Hiršiphum, Hirziphum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 98 (s.v. Ḫirzibḫi)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104
  • B. Lion, Ktèma 22, 1997, p. passim
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94 (s.v. Ḫiršipḫum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 235

Résumé : Ville pillée par Zimri-Lim en ZL 12, en même temps que Hurwaš, Eqlum-bana, Till-Abna, Ṣidqan et Till-badi. Les textes concernant le butin provenant de cette ville sont encore majoritairement inédits. Le toponyme connaît une variante Širšiphi.


Hissalum

Nom(s) OB : Hissalum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 168, 176 (p. 168 : ville qui a appartenu au royaume d’Ašlakka)
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117, 120
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (à la limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 634 (dans le royaume d’Ašlakka)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94 (s.v. Ḫissalim)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 239
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 219, 221

Résumé : Ville du royaume d'Ašlakka.


Hiṣarum

Nom(s) OB : Hiṣarum

Zone : F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 67 (toponyme très attesté au Proche-Orient ancien ; cf. A.1180)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 341 (pour des raisons étymologiques, identification avec Hatra, à 80 km de Tall Rimah)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 89 (s.v. Haṣarum ; = Ḫiṣarum ; avec bibliographie antérieure)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 182
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 261, 265, 266-268 (p. 266-268 : « Hiṣarum veut dire “enclos” et s’insère dans le nombre de toponymes dérivés de la même racine. Cela amène à se demander si toutes les allusions à Hiṣârum(ki), Haṣârum(ki) et haṣârâtum dans la région entre Ekallâtum et le Sindjar se réfèrent à la même réalité topographique, ou s’il faut y trouver l’allusion à des “enclos” réels et légers, qui bougent avec la transhumance. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 137 (« L’Enclos » ; étape avant d’arriver à Nusar ; « Des installations d’accueil pour les troupeaux étaient donc aménagées à une étape des salines, où l’herbe devait être plutôt rare. »)

Résumé : Cette localité, dont le nom signifie « Enclos », était une zone de pâture située au sud-est de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), entre Tagida et Nusar.


Hiṣṣuratum

Nom(s) OB : Hiṣuratum, Hiṣṣuratum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 67 (toponymie très courante, un peu partout au Proche-Orient ancien)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94 (s.v. Ḫiṣuratum[ 1] ; ≠ Ḫiṣuratum [2] dans le district de Saggaratum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (« Hiṣuratum dans l’Ida-Maraṣ (1) : inédit A.3103 : 11 (cité dans FM II, p. 67) ; ARM XXVIII 99 : 10 ; 109 : 14. »)

Résumé : Ville située dans le Sumum, c'est-à-dire le pays d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Hiṣurat

Nom(s) OB : Hiṣurat

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 67 (toponymie très courante, un peu partout au Proche-Orient ancien)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (dans le district de Saggaratum)

Résumé : Localité du district de Saggaratum. À distinguer de Hiṣṣuratum.


Hišamta

Nom(s) OB : Hišamta

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980 (s.v. Ḫišamta : dans le district de Terqa, « zur Zeit von Zimrilim Sitz der Orakelgöttin (ARM 10, 53) »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 100
  • J. M. Sasson, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 303 (Hišametum)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 388, 393
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 5, Paris, 1999, p. 56 n. 349
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 147, 151-152, 180, 197
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 298, 332 n. 227
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 384, 386
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 44, 178, 274 (p. 274 : dans le district de Terqa (1), au sud de Tall al-Ashara (n° HIGEOMES 16), sur la rive gauche de l’Euphrate)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87, 94 (p. 86 : deuxième ville du district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154 (au sud de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16))
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 57 (dans le district de Terqa (1))

Résumé : Une des principales villes du district de Terqa (1), située au sud de celle-ci. Lieu de culte de la déesse Hišamitum.


Hišatum

Nom(s) OB : Hišatum, Hišat

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 98-99 (s.v. Ḫišatum : « A. Goetze, JCS 7, 57a : oberhalb von Mankisum, nahe der Mündung des ‘Azaim-Flusses ; identisch mit —> Ḫizzat (KAV 92, 14 ; nA, Sargon II) und n oder w des Grenze des Landes Akkade ? ; — W. W. Hallo, JCS 18, 69b : unweit von ed-Dēr. »)
  • F. N. H. Al-Rawi & J. A. Black, Iraq 55, 1993, p. 147
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 245-246 (« A. Goetze, JCS 7, p. 57 avait identifié Hišatum avec Hizzat, la limite nord du “pays d’Akkad” de la “Géographie de Sargon” [KAV 92] et la cherchait dans la région de l’embouchure de l’Adhaim. Aucun texte de Mari ne semble mentionner cette ville. D. R. Frayne propose d’identifier cette Hizzat avec la ville HA.A.IDIGNA des listes de Farâ et d’autres. Il fait allusion à la trouvaille d’une crapaudine comportant une inscription de Maništušu, découverte sur un tell proche de la jonction entre l’Adhaim et le Tigre, et suppose que cette trouvaille pourrait être originaire de la ville paléo-akkadienne de Hizzat. Cette inscription a depuis été publiée, mais l’identification du tell a été contestée. »)
  • W. Sommerfeld, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 154-155

Résumé : Hišatum, mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Mankisum (peut-être = Tall Kurr, n° HIGEOMES 726) et Pulukku, pourrait être identique à la ville paléo-akkadienne Hizzat. Cette dernière est probablement à chercher à la confluence de l'Adhaim et du Tigre ; voir pour des propositions d'identification F. N. H. Al-Rawi et J. A. Black, Iraq 55, 1993, p. 147.


Hišhiniya

Nom(s) OB : Hišhiniya

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 106-107 (p. 106 : M.11009, mais il existe visiblement un problème avec ce numéro de texte inédit)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (« Hišhiniya, dans le Zalmaqum : cf. M.11009 (inédit cité par J.-M. Durand, FM II, p. 106), où il est question de déportés de la ville de hi-iš-hi-ni-ia-a(?)ki(?), amenés par Ṣuprî-Erah. Or on sait que ce dernier dirigeait la ville d’Ašihum du Zalmaqum. »)

Résumé : Localité du Zalmaqum, attestée par un texte inédit, à distinguer de Hišhina/Hišhinašwe de la région du Zagros.


Hiwilat

Nom(s) OB : Hiwilat

Zone : G, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97-98 (s.v. Ḫipilat « Im Gebiet um —> Razamā ; vgl. UR III zeitliches —> Ḫibilat bei Kirkūk : RGTC 2, 76. Erobert von Išme-Dagān. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 119 (au nord de Ninet (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93 (s.v. Ḫipilat [1] ; ≠ Hipilat [2] (région à l’est du Tigre) et [3] (Babylonie du Nord) ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 93 n. 138

Résumé : Le pays de Hiwilat est mentionné avec Talmuš et doit être cherché dans la même région, probablement à l'est du Tigre. Peut-être identique à Hiplat.


Hubšalum

Nom(s) OB : Hubšalum, Hubšil

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 16 (« en Haute-Mésopotamie, peut-être dans la région de Diyarbakir »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 99 (« Vgl. H. G. Güterbock, AS 16, 198 ; G. Dossin, Divination, 85 »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105 (une oasis, dans la steppe au sud du Djebel Sindjar)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 89
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94 (s.v. Ḫubšalum ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (une oasis au sud du Djebel Sindjar)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 238 (une oasis au sud d’Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64))
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132, 138 (p. 132 : grande place marquant la frontière sud du royaume d’Andarig)

Résumé : Lieu de culte du dieu Nergal situé au sud du Djebel Sindjar.


Huburmeš

Nom(s) OB : Huburmeš, Hurmiš

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 99-100 (s.v. Ḫuburmeš, Ḫurmeš, Ḫurbiš : « Vgl. A. Goetze, JCS 7, 62a zur Identität der verschiedenen phonetischen Belege »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (commentaire des « itinéraires paléo-babyloniens »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 n. 461, 133 n. 463 (p. 132 n. 461 : « Si Hurmiš peut être identifiée avec Huburmeš, cette dernière est une étape des itinéraires paléo-babyloniens, entre Admum et Palda » ; p. 133 n. 463 : Huburmeš à identifier peut-être avec Hurmiš ?)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408 et n. 17 (Hurmiš)

Résumé : Ville du Zalmaqum mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Admum (1) et Palda.


Hudanum

Nom(s) OB : Hudanum

Zone : E

Résumé : Toponyme dont la lecture n'est pas assurée, attesté par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Hudanum est qualifiée de « ša Ida-Maraṣ » (l. 7), il doit donc y avoir au moins deux toponymes distincts portant ce nom.


Hul-Ištar

Nom(s) OB : Hul-Ištar

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 100 (s.v. Ḫul-Ištar)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 438 (du côté du Habur [garnison de Saggaratum])

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Hummatum

Nom(s) OB : Hummatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 463 (seconde ville principale du royaume d’Ašlakka)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94-95 (s.v. Ḫummatum)
  • M. Guichard, RA 103, 2009, p. 27 (ville frontière du royaume d’Ašlakka)

Résumé : Une des principales villes du royaume d'Ašlakka.


Humsan

Nom(s) OB : Humsan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 100 (s.v. Ḫumzān)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116, 137, 138 (p. 116 : dans les environs de Mari ; signifie “Le lieu de la stèle”)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 (dans l’alvéole de Mari)
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 94, 99
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 113 n. 123 (suppose 2 Humsa(n) homonymes, d’après ARM 28 80 : 7, qui est en fait à lire hu-ra*-ṣà-a(ki))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 214
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32 (Humsa[n] : pas d’homonymie, contra J.-R. Kupper, ARM 28, 1998, p. 113 n. 123)

Résumé : Ville du district de Mari.


Humumitum

Nom(s) OB : Humumitum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 95 (s.v. Ḫumumitum)

Résumé : Ville mentionnée dans ARM 28 50, à chercher à proximité d'Ašlakka.


Hunnuzanum

Nom(s) OB : Hunnuzalum, Hunnuzanum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 101 (s.v. Ḫunnuzalim, Ḫunnizanim)

Résumé : Cette localité, uniquement attestée par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), doit être cherchée à proximité de cette dernière.


Huraṣa

Nom(s) OB : Huraṣa, Huraṣan, Huraṣum, Harṣi

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63
  • J. Laessøe, 1959/, Copenhague, 1959, p. 16
  • W. J. Van Liere, AAS 13, 1963, p. 120
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 74, 83
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 93 (s.v. Ḫarsi, Ḫarrusi ; « W. W. Hallo, JCS 18, 83a : nahe bei Nusaybin ; A. Moortgat, AAS 7, 94 ; W. van Liere, AAS 13, 120 ; = Tall Ḥamīdīya. Von den dort erwähnten Tulul ist Tall Ṣağar Bāzār der einzige mit altbabylonischen Besiedlungsschichten. »)
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 28 n. 150
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’itinéraire Alan - Tarhuš ; étape entre Šuna et Šubat-Enlil/Šehna)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 310 (« Hurâṣum est peut-être identique à Hurâṣâ(n), capitale d’Awikiriš »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 88, 95 (p. 88 : s.v. Ḫarsi ; = Ḫarrusi ; ≠ Ḫariṣanum ; p. 95 : Ḫurazā ; = Ḫuraṣā ; = Ḫuraṣān ; avec bibliographie antérieure)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 183-186
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116 n. 345, 198 (p. 116 n. 345 : « Huraṣum identique à Huraṣa[n] ; à une étape de Šubat-Enlil ; à identifier avec la Harṣi des itinéraires paléo-babyloniens »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (« Huraṣâ dans la région au nord du Sindjar, sur la route de Kasapâ à Razamâ-du-Yussân ; voir notamment ARM XXVII 72 (var. Huraṣân en ARM XIV 106 : 18’ ; var. Huraṣum dans l’inédit A.752 ; var. Harṣi dans itinéraire de Yale ; cf. FM V p. 116 n. 345). Noter que les généraux babyloniens écrivent Huraṣ en FM VI 14 : 8, mais aussi Quṭṭunân (ibid. : 4’). Mentions dans les archives de Tell Leilan : J. Eidem, RA 85, 1991, p. 122 ; F. Ismail, TL 24 (com. p. 43) ; C.-A. Vincente, The 1987 Tell Leilan tablets dated by the Limmu of Habil-kinu, Ph. D., Yale University, 1991, nos 28 et 32. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 301 (« near the southern border of Apum. Mari texts refer to a king Awikiriš, and the Kabizza of Hurāṣā in Leilan texts may be a later king. At the same time (Vincente Leilan) 32 mentions a governor (šāpiṭum) Hazip-Teššup of Hurāṣā, and this could be an Apum official. Hurāṣā seems, however, to have belonged to the territory of Šepallu. »)

Résumé : La ville de Huraṣa, dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), doit probablement être identifiée avec la Harṣi des « itinéraires paléo-babyloniens », mentionnée à une étape de Šuna. Il faut par ailleurs la distinguer des villes Huraṣanum, dans la région de Larsa, et Hariṣanum (1) et (2).


Hurnan

Nom(s) OB : Hurnan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 302 (« small settlement in the vicinity of Zurruban »)

Résumé : Localité proche de Zurubban, située dans le district de Terqa (1).


Hurnat

Nom(s) OB : Hurnat

Zone : F, E, G

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 101 (s.v. Ḫurnat)

Résumé : Ville mentionnée dans les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), située non loin de Bunineyu et Kigamnum.


Hurra

Nom(s) OB : Hurra
Nom(s) MA : Hurra (1)

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 101-102 (s.v. Ḫurrā « Vgl. zur Literatur und Lokalisierungsvorschlägen M. Falkner, AfO 18, 12 ; J. R. Kupper, Nomades 230 Anm. 1 zuletzt W. Röllig, RlA 4, 504f. Ḫ. ist nicht zu lokalisieren. Frieden zwischen den Ländern —> Ašlakkā und —> Idamaraz wird in Ḫ. geschlossen. Als Verbündete gegen Zimrilim wird Ḫ. genannt mit —> Ašlakkā, —> Elaḫuttum, —> Šinah und —> Urgiš. Ḫ. wurde von Zimrilim erobert. »)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169-170, 182, 185
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 270
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 325
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423 (« Le nord du royaume d’Ašnakkum est, à l’époque de Zimrî-Lîm, constitué par les deux villes sœurs d’Urkiš et de Šinah, ainsi que Hurrâ, qui ont des tendances constantes à accentuer leurs particularismes. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 96 (s.v. Hurra [1] ; ≠ Ḫurara ; ≠ Ḫurra [2] (dans le district de Saggaratum, peut-être identique à Ḫurrān) et [3] (Babylonie) ; ≠ Ḫurrān (district de Saggaratum, eut-être identique avec Ḫurrā [2]) ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 144
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 239 n. 660, 240
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (Hurra près d’Urgiš)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 148 (dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406 n. 9 (= Gülharrin (n° HIGEOMES 47), entre Mardin et Amuda)
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 218
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (en amont du Sarum (= Wadi Zerkan) ; ville du nord-ouest du Sumum)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 30
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 85, 88, 100 (p. 85 : dans le pays de Sumum ; p. 88 : dans l’Ida-maraṣ (1) ; p. 100 : au nord de Šuduhum)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 138 (« Hurra était apparemment le passage sur la route menant d’Eluhut à l’Ida-Maraṣ » ; « On en déduit donc que la vallée du Sarum, qui pénètre au sud du Ṭur ‘Abdin au niveau de Mardin, et à proximité de laquelle se situe Hurra, constitue la route par laquelle, venant d’Eluhut, on descend du Ṭur ‘Abdin vers l’Ida-Maraṣ. »)

Résumé : Hurra, capitale d'un petit royaume, doit être cherchée dans les environs d'Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) et était située sur la route allant de l'Ida-Maraṣ (1) à Eluhut (peut-être = Üç Tepe, n° HIGEOMES 127). Il faut la distinguer de Hurran et Hurrana/Hurranum.


Hurran

Nom(s) OB : Hurran

Zone : E, B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 86 (« *Hurrunum n’existe pas. Hurrân est très bien mentionnée, mais se trouvait dans le district de Saggarâtum […] et doit donc être distinguée de ce lieu-dit de la région de Tell Leilan. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (« Hurrân dans district de Saggarâtum, proche de Dûr-Yahdun-Lîm : hu-ur-ra-an(ki) ; (2) hu-ra-an(ki) ; (3) hu-ra-an : A.3550 [ARM XXVI/1, p. 125 n. 29] : 11 ; M.7450 [ARM XXIII, p. 324] : xii ; ARM XXII 222 : 10’ ; ARM XXIII 69 : 7 ; 427 : iv 34’ (2) ; 432 : iv 4 ; 433 : iv 4 (2) ; ARM XXVI/1 16 : 19 (2), 23 (3). »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 256 (étymologie)

Résumé : Ville du district de Saggaratum proche de Dur-Yahdun-Lim, à distinguer de Hurra et Hurrana/Hurranum dans le triangle du Habur.


Hurrana

Nom(s) OB : Hurrana, Hurranum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 102 (s.v. *Ḫurrānum)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 86 (« *Hurrunum n’existe pas. Hurrân est très bien mentionnée, mais se trouvait dans le district de Saggarâtum […] et doit donc être distinguée de ce lieu-dit de la région de Tell Leilan. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24 (« Hurrânâ/Hurrânum dans les environs de Šubat-Enlil : ARM IV 38 : 10’ et peut-être ARM XXVI/2 411 : 4 ([hu]-ur-ra-na(ki)) ; cf. J.-M. Durand, LAPO 17, p. 86 n°494 e. » ; à distinguer de Hurra, près d’Urgiš et Hurran, dans le district de Saggaratum)

Résumé : Localité située dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), à distinguer de Hurra et Hurran.


Hurri

Nom(s) OB : Hurri

Zone : D, E, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • Th. Richter, 2012/, Wiesbaden, 2012, p. 171

Résumé : Ethnique attesté par les textes d'Alalah VII.


Huršanum

Nom(s) OB : Huršanum

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 16
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 102 (s.v. *Ḫuršānum)
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 18 n. 94
  • J. Eidem, Historisk-filosofiske Skrifter 15, Copenhague, 1992, p. 20 (suppose une relative proximité entre Eluhut, Huršanum et Tigunanum quelque part au N-NO du bassin du Habur)
  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 114
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 222
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 558 (« se présente extérieurement comme un nom de pays, mais signifie en réalité “Montagne” »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 97 (s.v. Ḫuršanum ; ≠ Ḫirbazanum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 208 (dans la région du Djebel Sindjar)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413

Résumé : Capitale d'un royaume situé dans le nord de la Haute-Mésopotamie.


Huršipa

Nom(s) OB : Huršipa

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 97 (s.v. Ḫuršipa)
  • M. Guichard, Syria 80, 2003, p. 214 (« HARšipa peut être lu Huršipa selon l’inédit M.11220 ou bien Haršipa selon l’inédit A.273+ »)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 41 (bourgade du royaume d’Ašlakka qui se révolta contre son roi Ibal-Addu)

Résumé : Localité située dans le nord du triangle du Habur, probablement à proximité d'Ašlakka.


Hurwaš

Nom(s) OB : Hurwaš, Hurpiš

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lion, Ktèma 22, 1997, p. passim
  • N. Ziegler, (AIL : Collations JMD :
    hu-ur-wa-aš(ki) dans A.4438+ : 4, 8, 24 ; M.5254+ : 5, 10?, 14, 19, 24? ; M.5315 : [2], 6, 10, 13, [23], 29, 32, [37] ; M.6765+ : 5’, 15’ ; M.8664+ vii 23” ; M.12816+ v 6’ ; ARM 8 93+ : 7
    h[u-ur-wa-aš(ki)] dans ARM 24 244+ : 45
    hu-ur-pí-iš(ki) dans M.5671+ : vii 21 et ARM 7 266 : 4’)

Résumé : Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hiršiphum/Širšiphi, Eqlum-bana, Till-abna, Ṣidqan et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l'étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997, p. 109-118, qui utilise des textes encore inédits.


Hušla

Nom(s) OB : Hušla, Hušlan, Huzla

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 107
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 242
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 303-305
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 97-98 (s.v. Ḫušlā ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 211, 248 (p. 211 : au nord-est du triangle du Habur, non loin de Razama (1) du Yussan)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 146 n. 187, 188
  • D. Lacambre, NABU 2004/91, 2004 (ville située à proximité de Haburatum)

Résumé : Localité située dans les environs de Razama (1) du Yussan. Zimri-Lim s'y est rendu en ZL 8, peut-être pour des raisons religieuses.


Hutnum

Nom(s) OB : Hutnum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 103 (s.v. *Ḫutnum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 (signifie « Protection » ; un port en rive gauche de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 263 (à propos de Hadna : « Ce toponyme Hadnâ (ʿAdnâ) est certainement une formation féminine sur la même racine que celle du bourg de Hudnum (= ‘Udnum) des environs de Mari, “Le Plateau” ou “Le Plat-Pays”. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 23 (dans le district de Mari)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 108

Résumé : Localité du district de Mari.


Ibal-ahum

Nom(s) OB : Ibal-ahum, Ibal-ahu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111 (nom d’ancêtre, structure d’anthroponyme)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 157, 179, 182, 183 (p. 157 : clan sim’alite de la division des Ašarugayum ; p. 179 : clan sim’alite)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 44 (clan sim’alite)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite.


Ida

Nom(s) OB : Ida, Ita, Id    Certitude OB : 2

Zone : B

N° HIGEOMES : 167

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hit

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 104-105 (s.v. Ida, Ita « Bei M. Falkner, AfO 18, 4b identisch mit Hīt am Euphrat. Nach J. Nougayrol, RA 45, 75 Anm. 2 ist Hīt identisch mit —> Tuttul (am Euphrat), desgl. E. Weidner, AfO 15, 77 Anm. 24. Entweder befinden sich Tuttul und Ida in und um Hit am Euphrat (die altbabylonischen Texte geben aber keinen Anhaltspunkt dafür) oder eine der beiden Lokalisierungen ist falsch. N. Postgate, RlA 5, 33 setzt aB I. aufgrund der Namensgleichheit (?) mit jüngerem Idu und modernem Hīt gleich. »)
  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Nahan habite à Hit ; énumération des villes du Suhum du sud au nord : Wurqana, Qaṣa, Hit, Harbe (1), Ayyabum, Yabliya)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333 (= Hit)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 230 (= Hit)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 155 n. 239, 157 (p. 157 : appartient au clan sim’alite des Nahan qui devraient par là-même être aussi des Ašarugayum)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 105 (ville frontière entre le royaume de Haute-Mésopotamie et le royaume de Babylone)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261 (pour la lecture It et l’étymologie)
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 43 (extrémité du Suhum)
  • R. Zadok, KASKAL 11, 2014, p. passim

Résumé : Ida est située dans le Suhum et plusieurs textes mentionnent des sources de bitume en lien avec cette ville. Une identification avec la ville moderne de Hit semble de ce fait assurée, aussi à cause de la proximité phonétique, même si aucun site archéologique n'a encore été identifié. L'étymologie du toponyme doit être rattachée au mot pour bitume (iṭṭûm) et connaît comme ce terme des variantes dans la transcription de la dentale, cf. AHw 408a s.v. iṭṭû(m), ittû, iddû « Asphalt » et CAD I/J 310 s.v. ittû A (iṭṭû, iddû) « crude bitumen ».


Ida-Maraṣ (1)

Nom(s) OB : Ida-Maraṣ, Yada-Maraṣ

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 127 (s.v. Idamaraz = Idamaraz elûm, « pays situé dans la région du haut-Balih » ; note en outre que « un Idamaraz inférieur n’est attesté sûrement dans aucun passage »)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 12 et 36 (distingue l’Ida-Maraṣ à l’est du Tigre du Haut-Ida-Maraṣ [Ober-Idamaraz], qui doit s’étendre entre le Habur et le Djaghdjagh)
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 10 (région de la Mésopotamie du nord qui touche au Haut-Habur)
  • M. Birot, ARM 9, Paris, 1960, p. 349 (reprend l’idée que l’Ida-Maraṣ des textes de Mari est l’Ida-Maraṣ « supérieur » ; conclut que l’Ida-Maraṣ se serait étendu jusqu’à l’Euphrate)
  • J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 83 sq. (à propos de l’Ida-Maraṣ bîrît nârim)
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 13 n. 41
  • J. D. Hawkins, RlA 5, Berlin/New York, 1976-80, p. 28-30 (distingue clairement les deux régions homonymes)
  • H. Klengel, AoF 5, 1977, p. 63 sq. (à propos de l’expression Ida-Maraṣ bîrît nârim dans un contrat d’achat d’esclave de l’époque de Samsu-iluna, VS 18 15)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 17 (s.v. Idamaraz ; pays de la Haute-Mésopotamie, englobant le triangle du Habur et s’étendant dans la direction du Balih jusqu’au pays de Zalmaqum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 105-106 (s.v. Idamaraz, Edamaraz, Adamaraz ; fait le point sur la bibliographie et distingue bien deux Ida-Maraṣ, mais ne répartit pas les références en deux groupes ; voir pour cela Charpin RA 97, p. 24-25)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 143, 292 n. 19 (p. 143 : Ašlakka et Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66), capitales de royaumes de l’ouest de l’I. ; p. 292 n. 19 : A.1212 (cf. RA 82, 1988) énumère dix rois de l’Ida-Maraṣ : Haya-Sumu d’Ilan-ṣura, Sammetar d’Ašnakkum, Šubram de Susa, Ibal-Addu d’Ašlakka, Tamarzi de Tarmanni, Hammi-kuna de Šuduhum, Limi-Addu d’Anamaš, Yumraṣ-El d’Apilum et Zakura-abum de Zalluhan)
  • J.-M. Durand, RA 82, 1988, p. 108-109 (liste des dix rois de l’Ida-Maraṣ)
  • D. Beyer & D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 625
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. Chacune de ces villes avait un territoire regroupant plusieurs localités autour d’un centre, ainsi le “pays de Kahat” comportait-il Nilibšinnu, Kallahubra et Kabittum. Si l’ensemble de l’Ida-Maraṣ était manifestement plus étendu que le pays d’Apum, ce dernier en revanche semble avoir été plus vaste que chacun des royaumes composant l’Ida-Maraṣ. L’Ida-Maraṣ semble avoir formé une sorte de confédération, dont le leadership fut un moment disputé entre Haya-sûmû d’Ilân-ṣurâ et Sammêtar d’Ašnakkum. Nahur constituait une sorte de sanctuaire confédéral, où se réunissaient de temps en temps tous les rois de la région. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112 n. 37 (Ida-Maraṣ, « à côté du Difficile », désigne le piémont du Tur Abdin)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 (piémont du Tur Abdin)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 165 n. 2 (Ašnakkum appartient, avec Qirdahat, Nahur et Talhayum (1), à l’Ida-Maraṣ « supérieur »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323-324, 336, 339, 343-345, 351-354
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 110 (Ašlakka dans l’ouest de l’Ida-Maraṣ)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. passim (l’ouvrage entier est consacré à la géographie historique de l’Ida-Maraṣ, entendu comme une partie du triangle du Habur ; cf. carte 1)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32 n. 13, 46 (p. 32 : territoire de parcours traditionnel des troupeaux sim’alites ; p. 46 : identification avec le secteur occidental du « triangle du Habur », comprenant Isqa et Qa, Kahat, Ašnakkum et Ašlakka)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 24-25 (« Région située dans la partie occidentale et centrale du triangle du Habur, à l’ouest du pays d’Apum (1) et regroupant une dizaine de royaumes [Ašlakka, Ašnakkum, Ilan-Ṣura, Kahat, Susa, Šuna, etc.] » ; « A. Finet a été le premier à distinguer l’Ida-Maraṣ des textes de Mari de celui situé à l’est du Tigre (ARM XV, p. 127). Mais l’expression Ida-Maraṣ elûm ne désigne nullement l’Ida-Maraṣ (1) par rapport à l’Ida-Maraṣ (2) ; il s’agit d’une subdivision de l’Ida-Maraṣ septentrional. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 116, 117, 120-124, 129, 130, 135, 138, 141, 142, 144, (p. 120-121 : l’Ida-Maraṣ est désigné en A.2730 comme le territoire de parcours traditionnel (nighum) des nomades ; partie occidentale de la Haute-Djézireh p. 144 : Yada-Maraṣ en A.915 : 39)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217, 223
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 78 (l’Ida-maraṣ « occidental » correspond à l’ouest du Wadi Hirmaš avec Ašnakkum, Qirdahat, Tarmani et Šuduhum)
  • M. Guichard, Topoi 17, Berlin/Boston, 2014
  • M. Guichard, RHM 2, Mémoires de NABU 17, Paris, 2015, p. 37-49 (distinction Ida-Maraṣ (1) et (2))

Résumé : L'Ida-Maraṣ est la région située dans la partie occidentale et centrale du triangle du Habur, à l'ouest de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). La région est composée d'une partie « basse », šaplum, et d'une partie « haute », elûm. Pour des raisons topographiques, elûm désignerait peut-être la partie située dans le Tur Abdin. À distinguer de l'Ida-Maraṣ (2), à l'est du Tigre.


Iddissum

Nom(s) OB : Iddin-Sin, Iddissum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 106 (s.v. *Idizum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117, 118 n. 66 (Iddissum, vient du nom de personne Iddin-Sin)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18 (mentionné dans les inédits T.322+355 : 32’ et T.282 : 19 ; localité proche de Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111 n. 114 (Iddissum (vient d’Iddin-Sin) ; dans l’alvéole de Mari)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108 (écrit i-din-(d)EN.ZU(ki))
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 178, 179, 187 (Iddissum, localité de l’alvéole de Mari, sur la rive gauche (aqdamatum ou Djézireh) de l’Euphrate)

Résumé : Iddissum, aussi attestée sous le nom d'Iddin-Sin, est une localité du district de Mari.


Idiqlat

Nom(s) OB : Idiqlat    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Idiqlat, Diqlat

Zone : N, G

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tigre

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 287-288 (« In altbabylonischer Zeit graphisch kaum vom —> FN Zubi zu unterscheiden. = heutiger Tigris. Der Verlauf des Flusses zur aB Zeit ist ungewiß, vgl. zu einem Versuch der Rekonstruierung Th. Jacobsen, Sumer 25, 106. Zum Kanal IDIGNA s. RGTC 2, 269. »)

Résumé : Nom paléo-babylonien du Tigre actuel.


Ilan-ṣura

Nom(s) OB : Ilan-ṣura, Ilan-ṣur, Ilan-ṣurra    Certitude OB : 1

Zone : E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Farfara, Tall (n° 284) ou Sharisi, Tall (n° 283)

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 107 (s.v. Ilanṣurā)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396, 399, 409 n. 157
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 31, n. 1 et 3 (énumère les villes proches : Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), Kahat (= Tall Barri, n° HIGEOMES 23), Tadum (= Tall al-Hamidiya, n° HIGEOMES 54))
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. Chacune de ces villes avait un territoire regroupant plusieurs localités autour d’un centre (…) L’Ida-Maraṣ semble avoir formé une sorte de confédération, dont le leadership fut un moment disputé entre Haya-sûmû d’Ilân-ṣurâ et Sammêtar d’Ašnakkum. »)
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 317, 325 n. 74
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 241, 243-244, 253 n. 56 (p. 243-244 = Tall Sharisi ; p. 253 n. 56 : M.9777.)
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 324
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336, 343, 345 (p. 343: dans la partie basse de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 563, 586
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 195
  • M. Wäfler, Subartu 7, Turnhout, 2000, p. 327-331 (= Tall Farfara)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 145-146, 158, 203
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 102-105 (s.v. Ilanṣura ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 136
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 193, 195, 197, 209, 210 n. 365, 211 n. 380, 223, 234-235, 240, 274 (p. 193 n. 187 : « La localisation d’Ilan-ṣura est malheureusement encore incertaine. J’avais indiqué de manière empirique qu’elle se situait à proximité de Šubat-Enlil, Kahat et Tadum (ARM XXVI/2, p. 31 et n. 1 et 3). M. Guichard a proposé Tell Sharisi (FM II, p. 244). M. Wäfler a proposé Tell Farfara‘ (« Historische Geographie. Theoretische Perspektiven », dans Subartu 7, 2000, p. 317-334). Il me semble actuellement impossible de trancher entre ces deux propositions qui ne sont éloignées que d’une dizaine de kilomètres. » ; p. 274 = Tall Sharisi ou = Tall Farfara)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121, 123 n. 6, 146, 191 n. 441 (p. 121 : en Ida-Maraṣ (1))

Résumé : Capitale d'un royaume dans l'Ida-Maraṣ (1). Deux propositions de localisation plausibles ont été faites, Tall Farfara ou Tall Sharisi, sites distants d’une quinzaine de kilomètres. Mais dans l’état actuel de la documentation il est impossible de trancher en faveur de l’une ou de l’autre proposition.


Ilisum

Nom(s) OB : Ilisum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119 n. 41 (« Le toponyme i-li-si(ki) […] ne peut que faire allusion à la région de Tehran […], centre d’un territoire agricole important qui, selon [ARM] XXVII est systématiquement dénommé e-lu-ut-tu. Je ne vois pas bien comment ces deux toponymes – qui ont des analogies phonétiques – pourraient être ramenés à l’unité, mais ce devait être le cas. »)

Résumé : Localité du royaume de Qa et Isqa.


Iltum

Nom(s) OB : Iltum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 71 (dans le district de Saggaratum)

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Ilum-muluk

Nom(s) OB : Ilum-muluk, Ilum-malik

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, RA 35, 1938, p. 178 n. 1
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 108 (s.v. Ilum-Muluk)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 114-115 n. 46 (= Doura-Europos)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 n. 103, 118 (Ilum-malik et Ilum-muluk sont des variantes phonétiques pour le même toponyme)
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 93
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 517 (= Doura-Europos ou dans la vallée elle-même ; territoire yaminite)
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 304, 340
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 190 n. 157
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 133 n. 131, 158, 166, 169 (p. 158 : non attesté sous le RHM ; toponyme formé sur le nom d’un ancêtre ?)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 58 (terroir yaminite)

Résumé : Ville yaminite (tribu Uprapum) du district de Terqa (1).


Iluna-ahum

Nom(s) OB : Iluna-ahu, Iluna-ahum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 238, 245 (p. 245 n. 39 : autre graphie : AN-na-a-hu-um ; ville frontière avec le pays d’Ilan-ṣura)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 228
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 105 (s.v. Ilūna-aḫi)
  • N. Ziegler, (Ville dans le royaume de Hazzikkanum d’après FM 2 122)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, appartenant au royaume de Hazzikkannum.


Imar

Nom(s) OB : Imar, Emar    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Imar, Emar

Zone : B

N° HIGEOMES : 86

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Meskene, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 109 (= Tall Meskene ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Beyer, MARI 1, 1982, p. 172 (= Tall Meskene)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 395 (carte)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 39-92
  • J. Huehnergard, RlA 8, Berlin/New York, 1993-97, p. 83 (= Tall Meskene)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 173 (port yamhadéen sur la rive droite de l’Euphrate)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119 n. 39, 151, 158 n. 253, 170 n. 331, 171, 172, 174 n. 354, 183
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 105 n. 35
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 2 (= Tall Meskene)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 188-189 (sur le statut de la ville à l’époque de Samsi-Addu)

Résumé : Ville identifiée grâce aux fouilles de sauvetage françaises à Tall Meskene et aux archives de la deuxième moitié du 2e millénaire qui y ont été recouvrées. Imar est bien attestée par les sources paléo-babyloniennes et fut alors l'un des ports les plus importants sur l’Euphrate. La ville jouissait d'une grande autonomie, mais était sous la tutelle d'Alep. Pour cette ville à l'époque des archives de Mari, voir notamment l'article de J.-M. Durand, MARI 6, 1990.


Indazum

Nom(s) OB : Indazum, Indazutum

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 157
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 93, 105 (p. 93 : s.v. Ḫirdazatum ; p. 105 : s.v. Indazum)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 82, 98, 99 (une dépendance de Šuduhum ; p. 99 : pourrait marquer la frontière occidentale du pays de Sumum ; variante possible : Indazutum ; p. 99 n. 195 : correction (uru)hi-ir-da-zu-tim du texte Ismail Leilan 135 : 14 en in*-da-zu-tim)

Résumé : Localité du triangle du Habur, probablement située à la frontière du Sumum, le royaume d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Irradan

Nom(s) OB : Irradan

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, OLA 162/1, 2008, p. 282

Résumé : Irradan est le lieu d'origine d'une divinité, Ištar-Irradan. Voir N. Ziegler, « Samsî-Addu, Eštar-Irradân et les administrateurs de Mari », Mél. Tunca, sous presse.


Irrid

Nom(s) OB : Irrid, Irridum    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Irridu

Zone : D

N° HIGEOMES : 431

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hajeb, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 111 (s.v. Irrit)
  • K. Kessler, RA 74, 1980, p. 65 (« Als ein möglicher Kandidat für Irridu wird vom Verfasser der östlich von Arlan Taș gelegene Tall Bender Ḫān erachtet, an der direkten Route von der Balīḥquelle Richtung Gargamiš. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 398, 590 (p. 398 : « Une ville d’“Irrid” n’existe sans doute pas. Je préfère y voir la forme absolue (…) du terme errêtum, bien documenté pour désigner un lieu-dit dans les textes mariotes. Les Errêtum y représentent l’endroit où se trouvaient les vannes d’irrigation du Nahr Dawrîn à sa prise sur le Habur. “Errêt” est bien attestée : non seulement à Alalah VII, mais depuis l’époque d’Ébla. Ses attestations (sous la forme d’“Irrita”) dans les textes hittites (cf. RGTC 6, p. 144) pointent toutes vers l’Euphrate et indiquent une proximité à la fois de Carkémish et de Harrân (la ville de Nihriya dont est roi Bûnû.ma-Addu, en est d’ailleurs proche), mais avec une localisation qui se trouve clairement sur la rive gauche. Dans les textes médio-assyriens, si “Irridi” doit lui être assimilée, la ville représente l’extrémité ouest des monts Kašiyari (le Ṭûr-‘Abdîn), dont Tâ’idu est l’extrémité orientale. Errêt devait donc être une ville qui contrôlait un point clef du système d’irrigation de la rive gauche de l’Euphrate, à proximité de Carkémish, et plutôt à flanc de coteau qu’au bord du fleuve, si dans cette région-ci était adoptée, comme à Mari, la technique d’irrigation par gravité (cf. la définition du râkibum, “*L’irrigation…”, p. 126-127). On comprend que sa position ait représenté un enjeu convoité » ;
    p. 590 : « Le NP est un hapax, manifestement sémitique, mais non expliqué. Comme le suffixe en -ânum ne semble pas productif avec les noms géographiques, “Irridânum” ne me semble pas prouver l’existence d’une ville de *Irrid au lieu de Errêt. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 230 (ville située entre Nihriya (= Kazane Höyük, n° HIGEOMES 78) et Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22))
  • D. Crasso, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 224
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 197-198 (= Tall Hajeb ? Discussion de la situation géostratégique d’Irrid. Proposition d’identification avec Tall Hajeb pour des raisons archéologiques (p. 197 n. 74))
  • K. Kessler, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 40 (position encore incertaine ; = Tall Bandar Khan (n° HIGEOMES 440) ? ; « Die exakte Position von Irrite selbst ist noch unklar. Ich habe in einem Aufsatz vor über 30 Jahren Irrite mit dem Tell Bender Han, ca. zwei Tagesmarsches von Karkemisch am Euphrat an der Route, die in das Tal des oberen Balikh führt, zu lokalisieren versucht. »)
  • J. Lauinger, CHANE 75, Leyde/Boston, 2015, p. 133-135, 167, 443 (p. 133-135 : rébellion à l’époque d’Abba-el du Yamhad, destruction d’Irrid ; p. 167 : historique de la recherche ; p. 443 : index)
  • N. Ziegler, (AIL : appartient au Zalmaqum ? ARM 28 15)

Résumé : Irrid est un centre important du royaume de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22) situé en bordure du Zalmaqum. L'identification avec Tall Hajeb (n° HIGEOMES 431) est proposée, comme hypothèse de travail, pour des raisons archéologiques. À l'époque d'Abba-El, vers la fin du 18e siècle, Irrid appartenait au royaume du Yamhad et fut détruite par une rébellion.


Isaru

Nom(s) OB : Isaru

Zone : Z

Résumé : L'ethnique Isaru n'est attesté que par les textes de la sugâgûtum, voir L. Marti, FM 10, 2008.


Isimum

Nom(s) OB : Isimum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 118 n. 356 (non localisable)

Résumé : Ville mentionnée dans le contexte de la guerre de Larim-Numaha, dans le Zalmaqum. Voir aussi ci-dessous Usuman.


Isqa (1)

Nom(s) OB : Isqa

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 228
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 77-78
  • D. Charpin, NABU 1993/59, 1993
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 243 (Abi-ili, capitale du royaume de Qa et Isqa, se situe sur le Djaghdjagh [le Hirmaš], en aval de Kahat ; le royaume de Qa et Isqa s’étendrait donc entre ceux de Nagar et de Kahat)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 332
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 413
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 195-197 (le royaume de Qa et Isqa se situe au sud d’Ilan-ṣura (= Tall Farfara, n° HIGEOMES 284, ou Tall Sharisi, n° HIGEOMES 283), sur les berges du Djaghdjagh, proche de Tadum (= Tall al-Hamidiya, n° HIGEOMES 54))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 173 n. a au n° 557 (« Qâ et Isqâ sont sûrement sur le Hirmaš (Djaghdjagh) »)
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 193
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 105-106 (s.v. Isqā ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 53-54, 199 n. 247
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (dans l’Ida-Maraṣ (1), en aval de Kahat)

Résumé : Qa et Isqa (1) sont deux toponymes qui désignent un royaume dont Abi-ili était la capitale. On le cherche en aval de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23), sur le Djaghdjagh. À distinguer d'Isqa (2).


Isqa (2)

Nom(s) OB : Isqa elum, Isqa, Isqum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 105-106 (s.v. Isqā ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 125, 133 (p. 125 n. aux l. 40 et 58 du texte n° 5 : Šiptilu, roi d’Isqa Supérieure, au nord de Talhayum ; p. 133 : le royaume d’Isqa Supérieure fait partie, avec celui de Buš’an, du Yapṭurum supérieur [elûm])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (au nord de Talhayum)
  • M. Guichard, NABU 2005/99, 2005 (Isqum, ville orientale du Yapṭurum Supérieur, auparavant lue Apqum [= Apqum (3)])
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 44 (« à rechercher au nord de Talhayûm »)

Résumé : Localité du Yapṭurum (1) supérieur. Isqa (2) est un homonyme du toponyme mieux attesté Isqa (1).


Išim-Yahdun-Lim

Nom(s) OB : Išim-Yahdun-Lim

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 2
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 291 (« Der Kanal fließt durch den Distrikt —> ON Terqa und versorgt —> ON Dūr-Jaḫdunlim mit Wasser. J.-R. Kupper, BiOr. 9, 168f und RlA 5, 179a gleicht I. mit dem Nahr Dawrīn. —> ON Bīt-Japtaḫarna, —> ON Bīt-Zarḫān, —> ON Jâ’il und —> Zanipatum liegen am Kanal. »)
  • J. Safren, RA 78, 1984, p. 123-141
  • B. Geyer & J.-Y. Monchambert, MARI 5, 1987, p. 325 (canal repéré à côté de Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222))
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 122, 124 (p. 124 : A.454)
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 99 (un canal)
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 778
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 578 (canal qui va de Deir ez-Zor (n° HIGEOMES 719) à al-Ashara (n° HIGEOMES 16))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 43, 62, 64 (un des canaux de Yahdun-Lim, sur la rive droite de l’Euphrate, en amont de Terqa (1))
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 225, 228 (p. 225 : canal)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 255 (territoire de Dur-Yahdun-Lim centré sur ce canal)

Résumé : Canal situé sur la rive droite de l'Euphrate, en amont de Terqa (1).


Iyatum

Nom(s) OB : Iyatum    Certitude OB : 1

Zone : F

N° HIGEOMES : 181

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Umm Aqrubba, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 58 n. 41
  • A. K. Grayson, BiOr 33, 1976, p. 144
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 18 (s.v. Iyati)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 106-107 (s.v. *Ijatu)
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 19-21, 23, 27
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329 n. 20 (entre Šubat-Enlil/Šehna et Mari)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 115 (« Iyatu est à considérer comme une oasis sur une transversale menant du Sud Sindjar au Habur »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 101 (s.v. Iati)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 126 (entre Šubat-Enlil/Šehna et Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135 n. 148
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 54 (= Tall Umm Aqrubba ?)

Résumé : Iyatum est une étape d'une route directe entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Saggaratum selon la lettre ARM 1 26. Une localisation à l'endroit de l'actuel Tall Umm Aqrubba a été proposée ; voir dernièrement J.-M. Durand, BBVO 20, 2009.


Izallu

Nom(s) OB : Ezallu, Izallu

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 117 (peut-être à identifier avec la Isalla néo-assyrienne)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 476 (« […] cette Izallu était une partie de Luhayâ et son horizon géographique est effectivement celui du Gaššum et, surtout, de Dêr. La ville appartenait donc à l’ouest de l’Ida-Maraṣ et jouxtait le royaume d’Ašlakkâ. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 106 (Izallu ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 86, 112-114

Résumé : Ville située à l'ouest de l'Ida-Maraṣ (1), jouxtant le royaume d'Ašlakka, à proximité de Gaššum (1) et faisant partie du Luhaya, selon l'inédit A.1941 ; voir J.-M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 476.


Izhizzum

Nom(s) OB : Izhizzum, Hizhizzum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 117 (s.v. *Izḫizzu(m))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 85
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 94 (s.v. Ḫizḫizzi)

Résumé : Localité à chercher dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Ka’umi

Nom(s) OB : Ka’umi

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 83-84 (à proximité d’Ilan-ṣura)

Résumé : Cette localité est uniquement attestée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n°  HIGEOMES 83). Elle pourrait être située dans les environs d'Ilan-ṣura (peut-être = Tall Farfara, n° HIGEOMES 284 ou Tall Sharisi n° HIGEOMES 283).


Kabittum

Nom(s) OB : Kabittum, Kabitta

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • W. von Soden, Or 22, 1953, p. 195
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 127 (dans le pays de Kahat)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 221
  • D. Charpin, Dossiers d’Archéologie 155, 1990, p. 66
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 76-77
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 228
  • J. Eidem, NABU 1996/6, 1996 (ville dans l’orbite et probablement à la limite de Kahat)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 60-61
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 515 (une des villes majeures du pays de Kahat ; Kabittum identique à Kabitta)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 106 (s.v. Kabittum)
  • M. Guichard, Semitica 55, 2013, p. 68 (« lieu où se trouvaient des cultivateurs qui visiblement faisaient de l’élevage de porcs » ; probablement à la frontière de Kahat)

Résumé : Une des villes du royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Kabkab

Nom(s) OB : Kabkab    Certitude OB : 3

Zone : E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Kawkab

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Bonechi & A. Catagnoti, NABU 1992/65, 1992, p. 50 (« À la l. 11 [du texte AOAT 3/1 69], la mention ga-ga-ba-an(ki) est remarquable : il est tout à fait possible de proposer l’identification de Kakkabân <- *Kabkabân avec le volcan Kawkab ou, sinon, avec une cité qui en est proche : le Kawkab se trouve près de Hassaké et rentre dans l’horizon géographique des textes sargoniques de Tell Brak. »)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 258-259
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 107 (s.v. Kabkab ; montagne/lieu ?)
  • M. Guichard, NABU 2003/9, 2003
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 131 n. 121, 135

Résumé : Nom d'une montagne identifiée avec le volcan Kawkab à proximité de Hassake (n° HIGEOMES 960).


Kahat

Nom(s) OB : Kahat    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Kahat

Zone : E

N° HIGEOMES : 23

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Barri, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, AAS 11/12, 1961-62, p. 197-206 (= Tall Barri)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 128 (« Identifizierung von Tall Barri mit K. aufgrund eines Textfundes ; vgl. M. Falkner, AfO 18, 16f. ; G. Dossin, AAS 11/12, 197ff. ; W. van Liere ibid. 163ff. (…) K. gehört zum Gebiet des Jasmaḫ-Adad. Wohngebiet der Hanäer ; —> Qaṭṭunān ; —> Karanā und K. sind Verbündete gegen das Land —> Idamaraz. K. wird von Zimrilim erobert. »)
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (= Tall Barri)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Barri)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. Chacune de ces villes avait un territoire regroupant plusieurs localités autour d’un centre, ainsi le “pays de Kahat” comportait-il Nilibšinnu, Kallahubra et Kabittum. »)
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 67-85
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 104, 106
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 563
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 37 n. 29
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 105
  • B. Groneberg, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 71
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 317-318, 324-325
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180, 192 (p. 180 : = Tall Barri ?)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 88
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 240-244, 258, 261, 266 (= Tall al-Hamidiya (n°  HIGEOMES 54) et non Tall Barri ; question débattue avec M. Wäfler)
  • M. Wäfler, NABU 1995/31, 1995 (= Tall Barri)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 328, 330-332, 336, 342-343
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 388, 392 n. 62
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 413, 613 (p. 413 = Tall al-Hamidiya (n°  HIGEOMES 54))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 62, 651-652 (p. 651-652 : « Kahat serait à l’amont du pays de Qâ et d’Isqâ, que l’on sait par ailleurs être sur le Hirmaš [Djaghdjagh]. Cette position n’est pas conciliable avec une situation de Kahat à Tell Barri (où placer Qâ et Isqâ entre Tell Barri et Tell Brak ?) mais plutôt à Tell Hamidiyé ! »)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 158
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 107-109 (s.v. Kaḫat ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 125
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38-39, 46, 116, 118 n. 360, 134, 144, 148, 186 n. 129, 188, 197, 199, 209, 223, 247, 274 (p. 274 : = Tall Barri (retenu pour les cartes) ou Tall al-Hamidiya (n°  HIGEOMES 54))
  • M. Guichard & D. Sevalié, NABU 2003/6, 2003 (dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, NABU 2003/9, 2003
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119, 130, 179, 186 (p. 119 : très proche de Qa et Isqa)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 297-298 (« peculiar system of government » : roi Yamṣi-hadnu fils d’Asdi-nehim et un personnage de premier plan Ea-malik (sans titre ni généalogie) ; le traité PIHANS 117 LT 3 décrit la population du royaume par les termes « ši-al-PI-ri and nu-ha-ši (…) must have served to describe a main ethnic, geographical or social division in the land of Kahat other than settled-nomad. » ;
    PIHANS 117 LT 3 définit le territoire du royaume de Kahat de manière récurrente comme allant ištu Nawar adi Nawarki « Nawar can be identical with Tell Brak, while the second Nawar mentioned in the treaty could be another, northern Nawar, tentatively identified with Nawali/Nabula, perhaps the mound of Girnavaz 5 kms north of Qamishli. If correct there seems to be a clear logic in defining the kingdom by these two outer points of the wadi [scil. Djaghdjagh], both important religious centers. »)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 86
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 16 (sur la route sud passant par le triangle du Habur)
  • C. Nicolle, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 37 (= Tall Barri)
  • M. Salvini, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 201-222 (= Tall Barri ; dans la Djézireh, sur le Djaghdjagh, au nord de Hassake et au sud de Qameshli)

Résumé : Capitale d'un royaume. Son identification avec Tall Barri a été retenue ici, Tall al-Hamidiya étant identifié avec Tadum.


Kalbiya

Nom(s) OB : Kalbiya

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117, 118
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (dans la limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 110 (s.v. Kalbiā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 239
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 192
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217 (en Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 81 n. 38, 82 (p. 81 : « grosso modo […] dans les environs d’Ašlakkā au nord-ouest de l’Ida-Maraṣ » ; p. 82 : « le long du Sarum [wadi Zerkan ?], zone d’extension méridionale d’Ašlakkā »)

Résumé : Ville du royaume d'Ašlakka.


Kalilu

Nom(s) OB : Kalilu, Ka’illu

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 110 (s.v. Kālilū)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125
  • M. Guichard, NABU 2005/99, 2005 (proche de Nahur à l’est d’Ašlakka ; identique à Ka’illu et Kayillu/a)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 53 (ville prise par Samsi-Erah et Ibal-Addu)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, proche de Nahur. Les références sont éventuellement à identifier avec celles de Kawila (voir ci-dessous), selon une proposition de M. Guichard, NABU 2005/99.


Kalizi

Nom(s) OB : Kalizi, Kalizit

Zone : E, F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 130 (s.v. Kalizi[t] : sur le Tigre)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 200
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340, 345 (étape entre Lada et Mar’ata sur la route entre Tarhuš et […] (Aššur ?) et entre Tarhuš et Sanipa)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 110 (s.v. Kalizit)

Résumé : Localité mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape située entre Lada et Mar'ata (2), et à l'est de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Kallahabri

Nom(s) OB : Kallahabri, Kallahubra

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 18 (s.v. Kallahubra)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 130 (s.v. Kallaḫubra ; vers Kahat (= Tall Barri, n° HIGEOMES 23))
  • J.-R. Kupper, MARI 3, 1984, p. 183
  • D. Charpin, Dossiers d’Archéologie 155, 1990, p. 166
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 68, 76 n. 34, 77 (met en évidence une route le long du Djaghdjagh, passant par Šuna, Musilan (1), Kallahabri, Kahat et Nagar)
  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 93
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180, 192 (p. 180 : « Kallahabri avait déjà été identifiée à Kallahubra par J.-R. Kupper [MARI 3 p. 183] ; cette petite ville fortifiée se trouvait aux environs immédiats de Kahat, (…). On peut maintenant ajouter que le site a des chances de se trouver au nord de Kahat. »)
  • Y. Wu, NABU 1994/67, 1994
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994 (228, 297)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 (mentionne la route le long du Djaghdjagh, qui passe par Šuna, Musilan (1), Kallahabri, Kahat et Nagar ; cf. déjà D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, 1990, p. 67-85)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 110-111 (s.v. Kallaḫubra ; ≠ Kallaḫabri)

Résumé : Localité située dans le triangle du Habur, sans doute au nord de Kahat.


Kallatum

Nom(s) OB : Kallatum

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Ghouti, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 65
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 182, 197 (p. 182 : « L’étape suivante [après Tuttul Scil.] est Kallâtum : vu la place de cette localité, par ailleurs inconnue, dans l’itinéraire, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une variante pour Ekallâtum ; il a en effet été récemment démontré qu’outre la célèbre ville des bords du Tigre, il existait aussi une autre Ekallâtum, parfois aussi nommée Yakaltum, à localiser sur la rive gauche de l’Euphrate en amont de Meskene à Tell Munbaqa. »)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 104
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 109-110 (s.v. Kalatum ; ≠ Ekallātum [1] (Tigre), [2] (Babylone) et [3] (Euphrate))
  • J.-M. Durand, ARM 30, Paris, 2009, p. 189 (« La ville de Kallatum (ou Kalâtum ?) est un hapax à Mari ; la proposition séduisante de D. Charpin, FM II, p. 187, d’y retrouver Yakaltum (ce qui ferait corriger le texte en -ka-la-tum pour retrouver cependant une forme non documentée du toponyme) ferait partir dans une mauvaise direction le roi de Mari. Cf. ci-dessous ce qui est dit d’Arduwân. La route de Yahdun-Lîm doit au contraire, au départ de Tuttul, rejoindre directement Dêr du Balih en passant par les contreforts nord-ouest du Djebel ‘Abd-el-‘Azîz. La présence de Yahdun-Lîm à Dêr du Balih est expressément mentionnée à l’époque de Zimrî-Lîm ; cf. XXVI 24: 21. »)

Résumé : Étape du roi Yahdun-Lim lors de sa campagne militaire en Haute-Mésopotamie.


Kalluzanum

Nom(s) OB : Kalluzanum

Zone : F, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 130 (s.v. Kalkuzānum)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 64 (s.v. *Kaluzānum « eine Station auf dem ersten Abschnitt der Hauptroute nach Kaniš »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 110 (s.v. Kalkuzanum)
  • N. Ziegler, (Voir thèse AIL)

Résumé : Kalluzanum (lu Kalkuzanum dans OBTR mais corrigé par A.-I. Langlois dans sa thèse, à paraître) était une étape de la route empruntée pour relier Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111) à Kaniš et située après Razama (2) (probablement = Tall Abta, n°  HIGEOMES 908) d'après la documentation paléo-assyrienne.


Kalmatum

Nom(s) OB : Kalmatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 111 (s.v. Kalmatum)

Résumé : Localité du triangle du Habur contestée entre Šubram et Haya-Sumu d'Ilan-ṣura.


Kanu[…]

Nom(s) OB : Kanu[…]

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 131 (s.v. Kanu[ ])

Résumé : Localité uniquement documentée par un texte des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Karami

Nom(s) OB : Karami

Zone : F, E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 61

Résumé : Localité, uniquement attestée par M.5581, appartenant au district de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie.


Karana (1)

Nom(s) OB : Karana    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Karana

Zone : F

N° HIGEOMES : 724

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Afar, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 17 sq.
  • M. C. Astour, JAOS 88, 1968, p. 742-743
  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 35 sq. (= Tall Rimah (n° HIGEOMES 101))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 132 (s.v. Karanā, Qaranā : cite S. Dalley, OBTR = Tall Rimah (n° HIGEOMES 101))
  • A. Fadhil, BaF 6, Mainz, 1983, p. 92-101
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (= Tall Rimah (n° HIGEOMES 101))
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Rimah ? (n° HIGEOMES 101))
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. 125-146 (Tall Rimah = Qaṭṭara et non pas Karana car Hadnu-rabi n’était pas roi de Karana mais uniquement de Qaṭṭara (A.649))
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 235 (= Tall Afar)
  • J. Eidem, Iraq 51, 1989, p. 67-78
  • Kh. Nashef, WO 19, 1989, p. 35-39 (= Tall Khamira (n° HIGEOMES 396))
  • D. Charpin, RA 84, 1990, p. 94-95 (il faut séparer les références de Nuzi de celles paléo-babyloniennes)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105
  • J.-M. Durand & B. Lafont, NABU 1991/35, 1991
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 4, 6-11, 13, 14, 17-19
  • J. Fincke, RGTC 10, Wiesbaden, 1993, p. 132-133 (s.v. Karāna)
  • D. Lacambre, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 279-284
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 350-352 (= Tall Afar)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 388, 412-413, 420
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 368-369, 373 et n. 44
  • C. Postgate et al., IAR 4, Warminster, 1997, p. 18-20 (Tall Rimah (n° HIGEOMES 101) à identifier avec Karana ou Qaṭṭara)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 157
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 94-95 et n. 578 (Karana, capitale d’un district situé au sud-est du Djebel Sindjar)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 111-115 (s.v. Karanā [1] ; ≠ Karanā [2] (à l’est du Tigre) ; ≠ Raknā ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 256, 265
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 21, 134, 143, 146, 151, 198, 219, 233, 235
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (au sud-est du Djebel Sindjar. Longtemps localisée à Tall Rimah (n° HIGEOMES 101), mais voir Charpin & Durand RA 81, 1987, p. 125-146 (Tall Rimah = Qaṭṭara) ; Karana = Tall Afar)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 134 n. 142, 137

Résumé : Capitale d'un royaume situé à l'est du Djebel Sindjar. Une identification avec Tall Afar (n° HIGEOMES 724) a été proposée par F. Joannès, ARM 26/2, 1988. À distinguer de Karana (2) mentionnée dans les archives de Nuzi et pour l'instant non attestée à l'époque paléo-babylonienne.


Karkamis

Nom(s) OB : Karkamis    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Kargamis

Zone : C

N° HIGEOMES : 22

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Jerablus

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 133 (s.v. Karkamiš ; = Ğarāblus ; avec bibliographie antérieure : « D. G. Hogarth Carchemish I 1914 Anm. 1. 1969 Anm. 2 ; C. L. Woolley, Carchemish II 1921 Anm. 1. 1969 Anm. 2. III 1952. »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 403 (voir carte p. 395)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 68, 75, 83
  • J.-R. Kupper, Akkadica 79-80, 1992
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 48
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 46, 84, 88, 113, 114 n. 318, 123, 125, 144 n. 559, 145, 149-150, 182, 191, 205-206
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 115, 126, 169 n. 323, 170 n. 331, 186
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 95, 98, 100, 101, 104, 108, 109
  • G. Marchesi, Orient Lab 2, 2014, p. 81-85
  • N. Marchetti, Orient Lab 2, Bologne, 2014, p. 44-51 (historique complet de l’identification du site par G. Smith [S. Panayotov])

Résumé : Capitale d'un des royaumes les plus prestigieux de l'époque paléo-babylonienne. Plusieurs rois contemporains des archives de Mari sont connus : Aplahanda était contemporain de Samsi-Addu et de Zimri-Lim. Yatar-Ami, son fils, est attesté en ZL 11-12. Yahdun-Lim, son frère et successeur, en ZL 13. Le site est actuellement fouillé par une équipe turco-italienne, voir N. Marchetti, Orient Lab 2, 2014. Pour l'histoire du royaume à l'époque du Bronze moyen, voir la contribution de G. Marchesi dans le même volume et aussi celle de J.-R. Kupper, Akkadica 79-80, 1992.


Kasapa

Nom(s) OB : Kasapa

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 36 (« Für Kasapâ, das sicher östlich von Qaṭṭunan (wohl Tell Scheddāde) lag, kommt eine Gleichsetzung mit dem nordöstlich von Scheddāde gelegenen el-Ḳṣēba in Frage, da es in derselben Gegend zu suchen ist. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 135 (s.v. Kasapā : « A. Finet, ARMT 15, 128 : zwischen —> Kurdā und —> Qaṭṭunān ; vgl. O. Rouault, RA 64, 109 Anm. 3 ; ebenso M. Falkner, AfO 18, 18b : sicherlich zwischen —> Šubat-Enlil bezw. —> Kurdā und —> Qaṭṭunān »)
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 14-15 (contre l’hypothèse de M. Falkner d’identifier Kasapa avec el-Qṣeba ; « This would put Kasapā in the southeastern part of Ṭūr ‘Abdīn, overlooking the plain dominated by Tell Leylān. »)
  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 45 n. 39
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 344
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 550 (au sujet de la « grande passe de Kasapa » : « Cette dernière est un des points de repère essentiels sur le Sindjar occidental lorsqu’on le regarde depuis Tell Leilan ou Tell Mohammed Diyab. Il est donc naturel que son nom soit construit sur KSP, “rompre”, et elle devait signifier “Fracture” ou simplement “Passe”. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 115 (s.v. Kasapā ; avec bibliographie antérieure)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 182
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 199 n. 251
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (« Kasapâ, au débouché du col séparant le Djebel Djeribe du Djebel Sindjar (F. Joannès, Amurru 1, p. 344) ; pour l’étymologie, voir J.-M. Durand, LAPO 16, p. 550 n°353 n. d »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 134, 140 (p. 134 : « passe de Kasapa » = Col de Chillouh)

Résumé : L'une des plus importantes villes du royaume de Kurda. Elle était stratégiquement située au niveau de la passe permettant la traversée du Djebel Sindjar entre celui-ci et le Djebel Djeribe.


Kaspanum (2)

Nom(s) OB : Kaspanum

Zone : F, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 135 (mêle les références sans distinguer (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (près de Tall Rimah ; à rapprocher peut-être de Kasapa, au débouché du col séparant le Djebel Djeribe du Djebel Sindjar ; voir ce nom et la bibliographie afférente)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 113 (« It (= Kaspatum) could be identical with ka-ás-pa-nim found in OBTR 248, 7’. »)
  • D. Charpin, RA 108, 2014, p. 148 (« Kaspatum du pays d’Ida-Maraṣ (…) ; si le scribe précise ša ma-at i-da-ma-ra-aṣ après la mention (uru)ka-às-pa-tim, c’est qu’il existe ailleurs une localité homonyme. On connaît la variante Kaspa pour Kasapa (PIHANS 117 37 : 3) ; par ailleurs, une finale en -anum peut toujours alterner avec une finale en -a (RA 97, 2003, p. 5), de sorte que Kaspa et Kaspanum sont des variantes. Il me semble donc que ma conclusion de RA 97 p. 6 doit être modifiée (cf. d’ailleurs ma très prudente note 30) : une finale en -atum peut également alterner avec des formes en -a ou -anum. Autrement dit, la lettre distinguerait ici entre Kasapa du Yamutbal et Kaspatum de l’Ida-Maraṣ, respectivement au sud et au nord du Sindjar. »)

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). À distinguer de Kaspanum (1), dans la région de Larsa.


Kaspatum

Nom(s) OB : Kaspatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 113 (« A town Kaspātum in Ida-maraṣ is not attested previously, but since Zurra must have been located near Jebel Sinjar, Kaspātum should possibly be sought on the southern edges of the Habur Basin. It could be identical with ka-ás-pa-nim found in OBTR 248, 7’ (…) Both these names and Kasapā are formed from the root ksp “to cut”, and as suggested by Durand (1991c, 86) could denote a place near a pass or similar. »)
  • D. Charpin, RA 108, 2014, p. 148 (« si le scribe précise ša ma-at i-da-ma-ra-aṣ après la mention (uru)ka-às-pa-tim, c’est qu’il existe ailleurs une localité homonyme. On connaît la variante Kaspa pour Kasapa (PIHANS 117 37 : 3) ; par ailleurs, une finale en -anum peut toujours alterner avec une finale en -a (RA 97, 2003, p. 5), de sorte que Kaspa et Kaspanum sont des variantes. Il me semble donc que ma conclusion de RA 97 p. 6 doit être modifiée (cf. d’ailleurs ma très prudente note 30) : une finale en -atum peut également alterner avec des formes en -a ou -anum. Autrement dit, la lettre distinguerait ici entre Kasapa du Yamutbal et Kaspatum de l’Ida-Maraṣ, respectivement au sud et au nord du Sindjar. »)

Résumé : Localité attestée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Kaštappum

Nom(s) OB : Kaštappum    Certitude OB : 2

Zone : G

N° HIGEOMES : 391

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Kashaf, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • K. Deller, NABU 1990/83, 1990 (proposition d’identification de Kaštappum avec la médio-assyrienne Kaltappu et la néo-assyrienne Kassappa/i sur le Tall Kashaf (n° HIGEOMES 391))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339, 347 (p. 339 : voisine de Kawalhum ; p. 347 : « La route courante à partir de Qabrâ obliquait plutôt vers le nord-ouest pour rejoindre le confluent du grand Zab et du Tigre aux environs de Kaštappum et de Kawalhum, la future Kalhu. »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 274 n. 303 (= « Tell Kešaf, au sud de l’embouchure du Grand Zâb »)

Résumé : Ville fortifiée proche de Kawalhum (probablement = Nimrud, n° HIGEOMES 170), la Kalhu néo-assyrienne. Une localisation à Tall Kashaf (n° HIGEOMES 391), au sud de la confluence du Grand Zab avec le Tigre, a été proposée par K. Deller, NABU 1990/83.


Kata[…]

Nom(s) OB : Kata[…]

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 136 (s.v. Kata[x])

Résumé : Localité uniquement documentée par un texte des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Kawalhum

Nom(s) OB : Kawalhum, Kawilhum, Kalhu, Kawelhum, Kamilhu    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Kalhu

Zone : G

N° HIGEOMES : 170

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Nimrud

Propositions de localisation (historique) :

  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83 (commentaire des « itinéraires paléo-babyloniens » : « Kamilhu (…) may well be none other than the later Kalhu, if it may be supposed that the great neo-Assyrian capital perpetuated an ancient village name on the same or nearby site. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 130-131 (s.v. Kamilḫu, *Kumulḫum ; ne distingue pas Kamilhu de Kumulhum)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 475 (distingue Kumulhum de la région de Šubat-Enlil de Kawalhum/Kamilhum sur le Tigre ; identique à Kalhu du Ier millénaire suivant la proposition de W. W. Hallo)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 66 n. 150 (Kawalhum identique à Kalhu)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 326 n. 7, 339-340, 347 (p. 339 : « On notera la place importante tenue d’autre part par Kawalhum, qui fonctionne comme un point d’arrivée de routes occidentales, particulièrement celles venant du Sud-Sindjar, et de routes orientales. C’est de là [et de Kaštappum…] que l’on gagne Qabrâ et Arrapha, par une route transtigrine directe, et Ekallâtum, en suivant une route de rive gauche du Tigre » ; p. 340 et 347 : Kawalhum identique à la Kalhu des époques postérieures)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 399, 403, 409 n. 182
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 253 (Kawalhum identique à Kalhu)
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 541-544 (p. 543-544 : Kawalhum identique à Kalhu)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 235, 270-271, 274 n. 305
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 274 (= Nimrud)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (Kawalhum est identique à Kamilhum et Kalhu)

Résumé : Kawalhum doit vraisemblablement être identifiée, selon une proposition de F. Joannès, avec la capitale assyrienne Kalhu (= Nimrud, n° HIGEOMES 170). À l'époque paléo-babylonienne, son nom connaît plusieurs variantes, parmi lesquelles Kalhu est déjà attestée ; voir L. Marti, Mém. Parrot, 2002. À distinguer de Kumulhum.


Kawila

Nom(s) OB : Kawila

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63 (Kawala identique à Hawila ?)
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 128 (s.v. Kawâla)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 30
  • D. O. Edzard, RlA 4, Berlin/New York, 1972-75, p. 238
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 27, 33
  • D. O. Edzard et al., RGTC 1, Wiesbaden, 1977, p. 71 (s.v. Ḫawalum)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 19 (s.v. Kawala)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 136 (s.v. Kawala : « A. Goetze, JCS 7, 63 : Kawalā = Ḫawilā ? Zum Wechsel von K/Ḫ “Spirantisierung des K” vgl. W. von Soden, JNES 27, 214ff. und E. Reiner, JCS 25, 48ff. »)
  • P. E. Pecorella & M. Salvini, 1982/, Rome, 1982, p. 15
  • M. Salvini, Akkadica 35, 1983, p. 28
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 52
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 240, 257
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 42
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 116 (s.v. Kawilā ; ≠ Ḫawilum)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, proche de Nahur, dont les références sont éventuellement à identifier avec celles de Kalilu (voir ci-dessus), selon une proposition de M. Guichard, NABU 2005/99.


Kida

Nom(s) OB : Kida

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 229, 231, 239 et n. 116, 251 (p. 239 : place forte stratégiquement importante pour le royaume d’Ekallatum ; « Il est possible que son nom, “extérieur, campagne ouverte”, ait décrit la situation réelle de Kidâ, et qu’elle fût située dans la steppe. Il est donc permis de supposer que la ville n’était pas située dans la vallée du Tigre mais, soit sur le Tharthar, soit, plus probablement, sur le flanc sud-ouest du Djebel Makḫul. » ; p. 239 n. 116 : proposition d’identification « à titre purement hypothétique » avec le Tall Sbiha (n° HIGEOMES 423) ou le Tall Tar-ar-Rufie (n° HIGEOMES 957) ; p. 251 : dans le Tharthar oriental ?)

Résumé : Forteresse appartenant au royaume d'Ekallatum ; voir N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.


Kiduhhum

Nom(s) OB : Kiduhhum, Kiduh, Kiduhhi

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. M. Sasson, JCS 25, 1973, p. 72 n. 69
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 19 (s.v. Kiduḫ)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 511
  • Y. Wu, JAC 4, 1989, p. 50
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 26, 28-29
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 116-117 (s.v. Kiduḫḫi)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 146, 147, 148 (p. 146 : dans le pays d’Apum (1) ; p. 148 : petit État limitrophe, à l’est ou au sud de Šuna)

Résumé : Capitale d'un petit royaume situé dans le triangle du Habur, à proximité de celui de Šuna.


Kigamnum

Nom(s) OB : Kigamnum, Kigamlum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Civil, JCS 21, 1969, p. 36
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 78, 138 (p. 78 : s.v. *Gamlu(mma) ; p. 138 : s.v. *Kigamnum)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 294 n. a au n° 128
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 117 (s.v. Kigamnum)

Résumé : Kigamnum (présentant une alternance n/l) est une localité attestée par les archives de Qaṭṭara et doit être cherchée dans l'horizon de Tall Rimah (n° HIGEOMES 101).


Kihibru-ila

Nom(s) OB : Kihibru-ila

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 179, 182, 183 (p. 179 : clan sim’alite)

Résumé : Ethnique mentionné par J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004, comme étant un des clans sim'alites.


Kimar

Nom(s) OB : Kimar

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 90
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 117 (s.v. Kimar)

Résumé : Localité mentionnée dans un texte administratif de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Kinnahnum

Nom(s) OB : Kinnahnum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, Syria 50, 1973, p. 282
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 139 (s.v. *Kinaḫnum ; «frühester Beleg für Kanaanäer »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 660 (« knḫ = kinaḫu “pourpres”. A la reference au travail de J. Sasson, il faut ajouter que Mari donne désormais d’excellentes attestations prouvant que lú Kinnahnim signifie “Gens de la Beqa’a”, dès le XVIIIème siècle avant notre ère. »)

Résumé : RETIRER MANUELLEMENT DU MTT


Kinum

Nom(s) OB : Kinum

Zone : B

Résumé : Localité du royaume de Mari mentionnée dans un seul texte de l'époque de Yahdun-Lim, ARM 22 224.


Kiran

Nom(s) OB : Kiran

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 90
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 117 (s.v. Kiran)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 145 (« Presumably it (i. e. Kiran) was located between the territories of Kahat and Apum »)

Résumé : Ville mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Kiretum

Nom(s) OB : Kiretum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 122, 124, 128 (p. 122 : « Les Jardins », dans le district de Terqa (1) ; p. 124 : A.454, p. 128 : vergers)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 352, 523 (p. 352 : « Le toponyme Kirêtum, littéralement “Vergers” est très bien attesté. Il est possible, vu le sémantisme du toponyme, qu’il y en ait eu plusieurs homonymes. M.12010 en atteste effectivement un dans le district de Saggaratum ; M. 12032+ en montre un autre, du côté de Terqa. Des vergers existaient en face de Mari » ; p. 523 : « Un lieu-dit, aux portes mêmes de Mari, s’appelle d’ailleurs Kirêtum, les “Vergers”. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168 et n. 314 (une Kiretum se trouve à Saggaratum mais la plus connue est dans le district de Terqa (1), « c’est d’ailleurs peut-être la même »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 229 n. 17, 231, 232 (p. 227 : ville appartenant à la tribu yaminite Amnanum ; en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 : au bord du canal Išim-Yahdun-Lim)

Résumé : Des localités appelées Kiretum, « les jardins », semblent exister dans plusieurs parties du royaume de Mari ; voir pour cela J.-M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 352.


Kišite

Nom(s) OB : Kišite

Zone : B

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Kiškiš

Nom(s) OB : Kiškiš

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 65
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 143 (s.v. Kiškiš ; étape entre Apqum (1) et Yapṭurum (2), selon W. W. Hallo ; caravansérail du côté irakien de la frontière moderne, à cheval entre Syrie et Irak)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339, 345 (p. 339 : sur l’itinéraire entre Aššur et Tarhuš, étape entre Apqum (1) et Yapṭurum (2) ; p. 345 : sur l’itinéraire entre Tarhuš et Sanipa, étape entre Apqum (1) et Yapṭurum (2))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 118 (s.v. Kiškiš)

Résumé : Localité mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens », située entre Apqum (1) ša Addu (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3) et Yapṭurum (2). Elle doit être cherchée au nord-est du Djebel Sindjar.


Kiyatan

Nom(s) OB : Kiyatanum, Kiyatan

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 225 (« Il ne faut pas retrouver la ville de “Kidan” dans A.3093. Ce dernier documente, ll. 18 & 26 [= AEM 1], la ville ki-ia-ta-an(ki), selon la transcription nouvelle de ce document établie par Fr. Joannès. »
    NDLR : A.3093 a été édité ensuite comme ARM 26/2 424 ; voir le commentaire au texte ci-dessous)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 240, 312-313, 320 (p. 312 : « située non loin de Karanâ » ; p. 320 n. e) au n° 424 : « La situation de la ville de Kiyatân est peut-être à comprendre comme au pied du Djebel marquant la frontière orientale du pays de Karanâ. »)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 468, 475, 476, 497 n. e) au n° 522 (p. 476 : « Un élément géographique supplémentaire quant à sa position peut être tiré du fait que, dans ce dernier texte [= OBTR 245, i 30], elle se trouve entre Karanâ (l. 28) et Zamiyatum (l. 33), cette dernière localité étant à retrouver, si l’on suit N. Postgate (Iraq 35, 174), sur le site de tell Ṭaya (contra: B. Groneberg, RGTC 3, p. 260). »)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 392 (dans la région du Djebel Sindjar)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 116 (s.v. Kiatan)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 239 n. 118 et 256 n. 202 (p. 239 n. 118  : « Pour la Kid[x] répertoriée dans RGTC 3, p. 138, cf. entre temps l’édition définitive du texte par F. Joannès, ARMT XXVI/2 424 : 26. Il s’agit d’une mélecture pour Kiyatan, une ville du royaume de Karanâ. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 235

Résumé : Cette ville, située à deux étapes de Razama (2) (probablement = Tall Abta, n° HIGEOMES 908), se trouvait à proximité de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Kuba

Nom(s) OB : Kuba

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 118 (s.v. Kubā)
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 77

Résumé : Ville mentionnée dans ARM 28 42, une lettre de Šukru-Teššub, le roi d'Eluhut, au roi de Talhayum. On doit probablement la chercher dans le Tur Abdin.


Kubšum

Nom(s) OB : Kubšum

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 62b (identique à Tigubis (ville de la Tabula Peutingeriana))
  • L. Dillemann, BAH 72, Paris, 1962, p. 185
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 143 (s.v. Kubšum ; « Im Itinerar zwischen Tundā und Paktānu genannt ; A. Goetze, JCS 7, 62b : = Tigubis der Tabula Peutingeriana, s. dazu L. Dillemann, HMO, besonders S. 185. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (étape entre Tunda et Bakitanum (écrit ici Paktanu))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 118 (s.v. Kubšum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408, 409 n. 22 (p. 409 n. 22 : « presso Karakeci »)
  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (« La correspondance de Hâlî-hadun (A.251+) fait référence à la ville de Kubša d’où doit arriver à Nehriya l’armée bédouine […] Dans une autre de ses lettres (A.3030), Kubša semble en fait faire partie du royaume d’Asdi-Takîm, donc du roi de Harrân. Kubša, dans une telle région, ne peut donc que faire référence au Kubšum de l’itinéraire d’Urbana (A. Goetze, JCS VII), ville qui fait partie de celles qui se trouvent entre Harrân (iii 8) et Ašnakkum (iii 21). »)
  • N. Ziegler, (AIL: appartient au royaume de Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57), (UIOM 2134 et A.3030, citée par JMD, NABU 2005/84))

Résumé : Ville mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Tunda et Bakitanum. On peut la chercher au sud du Tektek.


Kudimmar

Nom(s) OB : Kudimmar

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 118 (s.v. Kudimmar)

Résumé : Localité à chercher probablement dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), puisqu'elle est mentionnée avec Lazapatum, Azamhul (peut-être = Tall Muhammmed Diyab, n° HIGEOMES 89) et Šurnat (probablement = Tall Hadi, n° HIGEOMES 734).


Kukrinum

Nom(s) OB : Kukrinum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • Ö. Tunca et al., 2008/, Louvain/Paris/Dudley, 2008, p. 95

Résumé : Localité attestée par les archives d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Kulhitum

Nom(s) OB : Kulhitum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 143 (s.v. *Kulḫitum ; district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 122, 124 (p. 122 : dans le district de Terqa (1) ; p. 124 : A.454)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 230, 231, 232 (p. 227 : ville appartenant aux Amnanum ; en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1) ; p. 228 : au bord du canal Išim-Yahdun-Lim ; p. 230 : plus de 500 habitants)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 144, 149, 174, 183

Résumé : Ville située dans le district de Terqa (1).


Kulmiš

Nom(s) OB : Kulmiš

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 144 (s.v. Kulmiš « Vgl. J. Renger, ZA 58, 148 zu den ugbabātu des Adad von Kulmiš »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 216, 224

Résumé : Ville du royaume d'Ašlakka comprenant un sanctuaire dédié au dieu de l'Orage Addu, parfois désigné comme la divinité Kulmiš (cf. FM 2 72 et 73 ainsi que ARM 13 21). La population de Kulmiš fut déportée par Zimri-Lim en ZL 13.


Kumulhum

Nom(s) OB : Kumulhum

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 128 (s.v. Kumilḫim)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83 (à rapprocher de Kalhu néo-assyrienne ; 6e étape sur l’itinéraire vers Harran ; « am FN Balih gelegen ? »)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 20 (s.v. Kumulḫum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 130-131 (s.v. Kamilḫu, *Kumulḫum « W. W. Hallo JCS 18, 83b verbindet K. mit nA —> Kalḫu ! Im Itinerar sechste Station nach —> Ḫarrān, am FN Balīḫ gelegen ? »)
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 561
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 243
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 475
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118, 119 n. 17
  • R. M. Whiting, AJA 94, 1990, p. 573
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 243 (« La proximité de Kahat et du pays d’Apum est enfin suggérée par l’affaire qui oppose ces deux Etats à propos de la possession de trois villes, parmi lesquelles Kumulhum. »)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 81
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 502 (« Pour la mention de Kumulhum à côté de Šubat-Enlil, cf. XXIII 594 : 10. Cependant le toponyme ne semble pas très fréquent dans les archives de Tell Leilan. Les deux attestions connues donnent l’impression qu’il s’agit plutôt d’un centre voisin que d’une ville satellite. Il n’est pas sûr d’autre part, que RGTC 3 ait eu raison d’identifier cette ville avec la Kamilhum de l’itinéraire de Yale ; cf. B. L., XXVI/2, p. 475. »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 99 (dans une région comprise entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et le nord du Djebel Sindjar, selon la conclusion de D. Charpin, Cahiers de NABU 1, 1990)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 119 (s.v. Kumulḫum ; ≠ Kamilḫu ; ≠ Kawalḫum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (« Kumulhum, entre Šubat-Enlil et Kahat : ARM IV 64 (LAPO 17 739) : 9’, 11’, [13’] ; XXIII 594 : 10 ; inédit A.4397. »)

Résumé : Localité située dans le triangle du Habur, dans les environs de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23). À distinguer de Kawalhum, Kawilhum, Kawelhum, désignations paléo-babyloniennes de la Kalhu néo-assyrienne, l'actuelle Nimrud (n° HIGEOMES 170), sur les bords du Tigre.


Kuraza

Nom(s) OB : Kuraza

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 119 (s.v. Kuraza)

Résumé : Ville attestée par ARM 28 105, une lettre de Šadum-Labua, roi d'Ašnakkum. La lecture du toponyme n'est pas assurée.


Kurda

Nom(s) OB : Kurda
Nom(s) MA : Kurda

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 145-146 (s.v. Kurdā : « Aus aB Texten ergibt sich keine sichere Lokalisierung ; K. wird aber im Ḫābūrgebiet zu suchen sein ; vgl. M. B. Rowton, JNES 32, 212 : in der Gegend des oberen Ḫābūr ; G. Dossin, Syria 19, 116 : in der Ḫābūrgegend ; A. Finet, ARMT 15, 122 : südöstl. von Qaṭṭunān [diese Lokalisierung ist abzulehnen —> Qaṭṭunān]. Die Identifizierung mit —> mA Gurta : A. Goetze, JCS 7, 59, und —> nA Gurete : M. Falkner, AfO 18, 19 und 37, ist nachzuprüfen. Zur Bibliographie vgl. M. Falkner, AfO 18, 19. »)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 235
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 299
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 13-18 (dans le Tur Abdin)
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 1-19 (= Balad Sindjar)
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 316, 327
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 60
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 96-97
  • B. Lafont, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 219 n. 33
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323-324, 327, 331, 336, 340, 342-344, 350-352, 354
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 388, 392, 405, 413
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 364
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 236
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 248
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 158
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 119-123 (s.v. Kurdā ; capitale du pays de Numha (1) ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 31
  • J.-M. Durand, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 40, 48
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 149, 153
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 184
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 410
  • S. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 73
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 201-210
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 222
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 55, 143, 146, 183, 189, 207, 209, 233, 247, 274 (p. 274 : Balad Sindjar)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 25 (Kurda, au sud du Djebel Sindjar, sans doute à localiser à Balad Sindjar)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 99-101
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 114, 121 n. 53, 123, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 142, 149 (p. 123 : dans la région du Djebel Sindjar ; p. 134 : yaminite ? ; p. 184 : dans la région du Djebel Sindjar, zone du Numha (1))
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 30
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 294 (Aštamar-Addu roi de Kurda à l’époque des archives de Tall Leilan ; onomastique royal, cf. Aštamar-Addu de l’époque de Yahdun-Lim)
  • Ch. Kepinski, ICAANE 5/2, , Madrid, 2008, p. 287 (= Grai Resh ?)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 66, 69
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 126-127

Résumé : Capitale d'un royaume situé dans le Djebel Sindjar, dans le pays du Numha (1). Kurda semble située au sud de la montagne, peut-être à Balad Sindjar (n° HIGEOMES 987).


Kurdubah

Nom(s) OB : Kurdubah

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 124 (s.v. Kurdubaḫ)

Résumé : La population de cette ville (ku-ur-du-ba-ah-ha-yu(ki)) attaqua la localité de Kalmatum, d'après la lettre de Šubram de Susa, ARM 28 91. Kurdubah doit être cherchée dans les environs de Kalmatum et de Susa. Elle est peut-être identique à Gurdabahhum attestée par des textes de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83), pour laquelle voir ci-dessus.


Kurgiš

Nom(s) OB : Kurgiš

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 146 (s.v. Kurgiš ; = Kulmiš ?)
  • B. R. Foster, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 74
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 424-425 (commentaire au texte ARM 14 114 : « Kurgiš, quoiqu’un rapprochement avec Urkiš, partie nord du royaume d’Ašnakkum, semble inévitable, est, en revanche, totalement inconnue. Signalons toutefois qu’on a proposé de trouver une autre attestation d’Urkiš sous la forme Kurgis ; cf. B. J. Foster, “A Sargonic Itinerary”, dans La Circulation des biens…, p. 74. Le texte de Foster pourrait cependant mentionner une autre cité ! Le scribe peut s’être trompé dans les deux occurrences. L’alternance Kurgiš/Urkiš n’est cependant pas sans rappeler celle de Kaneš/Neša et peut s’expliquer par des raisons morphologiques qui nous restent pour l’heure obscures. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 124 (s.v. Kurgiš ; ≠ Urgiš ; ≠ Kulmiš)

Résumé : La ville de Kurgiš est mentionnée en même temps qu'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) dans une seule lettre de Mari, ARM 14 114.


Kušarima

Nom(s) OB : Kušarima

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 146 (s.v. Kušaridu[?])
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 124 (s.v. Kušarima)

Résumé : Localité mentionnée dans des textes d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66). Elle doit être cherchée dans les environs de cette dernière.


Kušaya

Nom(s) OB : Kušaya, Kuzaya

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 105
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 124 (s.v. Kušāia)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 305 (« minor settlement closer to the core of Apum »)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 188

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Kutlatum

Nom(s) OB : Kutlatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 521 (« Pour Qaṭṭunân, de bonnes attestations existent que la ville était formée par un “centre” (rebîtum) et des villages alentours dont le mieux connu est appelé “les Haies”, Kutlâtum. »)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 12

Résumé : Lieu-dit situé aux abords de Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153).


La’uš

Nom(s) OB : La’uš

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 152 (s.v. La’uš)

Résumé : Localité du royaume de Mari selon le texte ARM 7 180 : ii' 35'.


Lada

Nom(s) OB : Lada

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 148 (s.v. Lādā)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340, 345 (étape entre Libbi-gerrum (lu Babigirrum) et Kalizi, sur le Tigre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 124 (s.v. Lādā)

Résumé : Localité attestée par les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape à deux journées de distance de Tarhuš et à une journée de distance de Kalizi. Elle peut être cherchée sous le Wadi al-Murr.


Lahumu[…]

Nom(s) OB : Lahumu[…]

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 125 (s.v. Laḫumu-[ ])
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 139 (« steppe de Lahumu[mu] » ; région qui semble être un hapax ; steppe sur le cours du Tharthar ; nom propre connu sous différentes formes, notamment Lahamumum serait celui du « propriétaire de grands troupeaux » sur le cours du Tharthar ; cf. la mention de la « steppe de Sargon » en ARM 26/1 180 : 30)

Résumé : Désignation d'une région steppique, selon ARM 26/1 180, dans la région de Gaššum (2). Le nom est à vérifier.


Lakanum

Nom(s) OB : Lakanum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333 n. 40
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 426-427 (« La nouvelle lecture i-na la-ka-ni ne peut plus s’interpréter que comme l’indication d’un lieu. Il peut s’agir d’une petite localité non autrement connue, le long du Habur, en amont de Saggarâtum. Elle serait, dès lors, dénommée d’après l’animal lakânum. Ce dernier est considéré comme une sorte de mouton par CAD L, p. 45b et documenté uniquement par les textes cappadociens. On peut aussi considérer que “ina Lakâni” signifie “chez Lakânum”, puisque le terme fonctionne aussi comme un NP, d’après BIN 4, 204 : 3 et 7. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 125 (s.v. Lakanum)

Résumé : Localité mentionnée dans une lettre du gouverneur de Saggaratum, ARM 14 115. Elle est probablement à chercher dans son district.


Lakušir (1)

Nom(s) OB : Lakušir

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 58 n. 41 (proche de Tall Husain, sur le Habur)
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 129 (s.v. Lakušir : « Près de Sagarâtim, sur la route de Šubat-Enlil à Mari »)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 37 (aux alentours de Nusaybin (n° HIGEOMES 730))
  • W. H. van Soldt & M. Stol, JEOL 25, 1977-78, p. 47 (Lakušir (1) ≠ Lakušir (2) dans la région de Larsa)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 20 (s.v. Lakušir : « Dernière étape sur la route de Šubat-Enlil à Sagarātum, sans doute dans la vallée du Ḫabur »)
  • B. Groneberg, RlA 6, Berlin/New York, 1980-83, p. 437
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 149 (s.v. Lakušir 1)
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 19-21 (« must have been located east of Iyati [Midyat] »)
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 36
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 115 (d’après un itinéraire inédit : localisation sur le Habur en amont de Qaṭṭunan)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 125 (s.v. Lakušir [1] ; ≠ Lakušir [2] (Lagaš))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 126
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 14 n. 96, 26 (Lakušir au sud du Djebel Sindjar, dernière étape dans l’itinéraire entre Šubat-Enlil/Šehna et Saggaratum décrit par ARM 1 26 ; à distinguer d’un homonyme dans la région de Larsa [près de Lagaš])
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135 n. 148 (Lakušir est un point sur le Habur où une route directe coupant par Ašihum (2) et Iyatum le rejoint depuis Šubat-Enlil/Šehna)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 54 (marque la fin du désert, sur le Habur)

Résumé : Localité mentionnée comme étape sur une route qui, partant de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), coupe la steppe vers Saggaratum. Lakušir en est la dernière étape avant Saggaratum et doit donc être cherchée à l'est du Bas-Habur. À distinguer de Lakušir (2), dans la région de Larsa.


Lama-ili

Nom(s) OB : Lama-ili

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 125 (s.v. Lamā-ili)

Résumé : Localité située dans le royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Lasqum

Nom(s) OB : Lasqum

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 152 (s.v. *Lasqum « M. Falkner, AfO 18, 23 : ö von Saggaratum, so auch A. Finet, ARMT 15, 129 ; L. ist eine Tagesreise von Saggaratum entfernt (ARMT 14, 28). Oberhalb von Dunnum (am FN Balīḫ) ? —> Mubān, —> Manuḫatān ; teilweise Bezeichnung von lasqum “Wiese” und kein ON ? vgl. CAD L 108b. »)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 125-127
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330 n. 24, 334, 342 (plateau surplombant Halebiye)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 539 (dans la région de la passe de Halebiye)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 201 (dans le nord du district de Saggaratum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 230 n. 19 (« lieu-dit en rive droite de l’Euphrate au sud de Dunnum »
    Commmentaire TEXTELSEM : l’indication au sud de Dunnum est à revoir)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 258 (réalité topographique dans la région de Halabiye)

Résumé : Lasqum semble désigner une zone étendue dédiée à l'élevage du bétail dans le district de Saggaratum. C'est un lieu d'extraction de pierres pour les bétyles. On la cherche au niveau de l'actuelle Halebiye, peut-être à l'ouest de l'Euphrate.


Latihum

Nom(s) OB : Latihum
Nom(s) MA : Latihi, Latihu

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135 (étape importante, milieu entre Qaṭṭunan et Magrisa et certainement aboutissement d’une piste menant directement du Djebel Sindjar au Habur, sur la rive gauche)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 66 et n. 29 (en aval de Ṭabatum (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140), sans doute pas Tall Shaddada ; pas Tall Bahza (n° HIGEOMES 779), qui est une fondation néo-assyrienne)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 53-54 (p. 53 : à l’amont de Qaṭṭunan, sur le Habur ; « à l’aval du gué que franchissaient les gens du Numhâ pour aller prendre de la hurâtum dans le Djebel ‘Abd-el-‘Azîz » ; entre Qaṭṭunan et Magrisa et certainement l’aboutissement d’une piste menant directement du Djebel Sindjar au Habur ; p. 54 : proche de Tall Ajaja (n° HIGEOMES 7) ; = Tall Shaddada (n° HIGEOMES 149) ? ; au sud de Zatupanatum)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 12 (en rive gauche du Habur, dans la région de Rašidiya ; unique étape entre Qaṭṭunan et Magrisa selon l’itinéraire A.1053 ; le seul tell important occupé notamment au 1er millénaire est Tall Shaddada, à une vingtaine de kilomètres de Tall Fadgami sur la rive droite, mais son identification avec Latihum n’est pas assurée)

Résumé : Étape entre Qaṭṭunan et Magrisa, selon la lettre A.1053. Latihum se trouve en rive gauche du Habur. Elle doit donc être cherchée entre Tall Fadgami (n° HIGEOMES 153) et Tall Tnenir (n° HIGEOMES 137).


Lazapat

Nom(s) OB : Lazapatum, Lazapat

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, MARI 4, 1985, p. 222, 236 (p. 222 : « ville apparemment située dans le triangle du Habur »)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 269 (« la ville (…) apparaît sous la forme la-za-pa-a-at(ki) dans ARM XXI, 429 et la-za-pa-at(ki) dans ARMT XXIII, 594. D’après ARMT XXIII, p. 561, elle se situe dans les environs de Šubat-Enlil. Elle est mentionnée sous la forme la-za-pa-tim dans la Chronique Eponymale (= M.A.R.I. 4, p. 222, n. 14). C’est l’endroit où les Lullu infligent une défaite au « roi » (= Samsî-Addu, d’après M. Birot) »)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118
  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 446
  • J. Eidem, Historisk-filosofiske Skrifter 15, Copenhague, 1992, p. 51
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 80-81
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 125 (s.v. Lazapātum)

Résumé : Localité du triangle du Habur située dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Libbi matim

Nom(s) OB : Libbi matim

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 119-168 (entre le Balih [Talhayum] et le Djebel Hamrin [Ebih])
  • N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 273, 290 (p. 289 : « Au XVIIIe siècle, l’expression libbi mâtim n’était plus comprise comme “cœur” ou “centre du pays” au sens premier mais était devenue, dans l’usage de la Haute-Mésopotamie, un toponyme à part entière » ; expression « qui décrit notamment le triangle du Habur et les régions du Sindjar » ; « Libbi mâtim semble décrire les terres fertiles, zones habitées, et s’oppose aux régions désertiques et steppes »)

Résumé : Désignation du triangle du Habur et des régions autour du Djebel Sindjar ; voir N. Ziegler, BBVO 24, 2014. Voir aussi les entrées Mat biritim et Birit narim.


Libbi-gerrum

Nom(s) OB : Libbi-gerrum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63 (relie la ville à Beberaci)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 79 (s.v. Gerrum)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340, 345 (étape entre Tarhuš et Lada)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 81 (s.v. Girrum ; avec bibliographie antérieure)

Résumé : Localité attestée comme étape par les « itinéraires paléo-babyloniens », entre Tarhuš et Lada. On doit la chercher au sud-est de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), peut-être dans la région entre le Wadi Rumaylan et le Wadi al-Murr. À cause de la construction grammaticale, nous préférons le considérer comme un toponyme et non pas une description topographique libbi gerrim.


Liraha

Nom(s) OB : Liraha

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 184

Résumé : Localité probablement située dans le royaume de Huraṣa, et donc à chercher au nord-est du Djebel Sindjar.


Luhaya (1)

Nom(s) OB : Luhaya

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, ZA 40, 1931, p. 262 n. 1 (rapporte une remarque de B. Landsberger indiquant la proximité entre Luhaya compris comme un nisbe et le nom d’Eluhut)
  • J. Lewy, Or 21, 1952, p. 393-397 (postule pour la première fois explicitement l’équation Luhaya = Eluhut)
  • J. Bottéro, Cahiers de la Société asiatique 12, Paris, 1954, p. 201 (note d’A. Goetze : « Luḫaia and Talḫaia are not names of towns, but nomina gentilica. The corresponding towns are (E)luḫat and Talḫat. »)
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 8 n. 3 et p. 254 (« en face du pays de Zalmaqum » ; n’exclut pas une identification avec Eluhut, en suivant J. Lewy Or 21)
  • A. Finet, Syria 41, 1964, p. 138 n. 2 (distingue deux Luhaya, une dans la région de Babylone et l’autre à identifier avec Ulaya, à rechercher dans le Haut-Pays ; réfute l’identification entre Luhaya et Eluhut)
  • K. R. Veenhof, SD 10, Leyde, 1972, p. 242 (dans la partie occidentale du triangle du Habur, peut-être dans la région de Harran)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 21 (s.v. Luḫaya 2 ; « voir aussi Ulāya. Localité de la Haute-Mésopotamie, sur les confins du Zalmaqum »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 153 (s.v. Luḫaja ; elle distingue deux villes homonymes et énumère les références sous [1] ; peut-être identique à Eluhut(tum), car attesté dans le même contexte géographique que Talhayum et le Zalmaqum)
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 106 n. b au n° 334 (distingue au moins 3 Luhaya ; ici « dans la partie occidentale de l’Ida-Maraṣ, à proximité du Zalmaqqum »)
  • J.-M. Durand, RA 82, 1988, p. 98 (« pays de Luhâ, sis au piémont sud-ouest du Ṭûr-‘Abdîn »)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 331 n. a au n° 430 (distingue 3 Luhaya ; ici « celle du Zalmaqum »)
  • F. Joannès, Dossiers d’Archéologie 155, 1990, p. 44
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 36, 37, 40-42, 55, 57
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 270 n. a au n° 606 (n’exclut pas une identification entre Luhaya et Ulaya, en suivant A. Finet Syria 41, p. 138)
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 170 (pour ARM 28 120, on hésite entre Luhaya (1) et (2))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 126 (s.v. Lūḫāia ; ≠ Eluhut ; Luḫaia [1] (Babylonie) ; Luḫaia [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« À l’ouest de l’Ida-Maraṣ. On la retrouve dans ARM XXVIII 120 (cf. J.-R. Kupper, ARM XXVIII, p. 170). Voir A.109, dans J. Bottéro (éd.), Le problème des Habirû = CRRAI 4, Paris, 1954, p. 22-23. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405 ; 407 et n. 11-12 (p. 407 et n. 12 : Nuhayana)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 32 et n. 10 (à distinguer de Luhaya (2), cf. D. Charpin RA 97, 2003, p. 26)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 109-112 (bibliographie concernant la distinction de Luyaha (1) et d’Eluhut)

Résumé : Ville de l'ouest de l'Ida-Maraṣ (1), à distinguer d'Eluhut (1), et de ses homonymes Luhaya (2), au nord du Sindjar, et (3), en Babylonie. Luhaya (1) n'était probablement pas trop éloignée de Talhayum (1) puisque la lettre A.2417, des Anciens de cette dernière à Zimri-Lim, évoque un problème d'hostilité entre ces deux villes.


Luhaya (2)

Nom(s) OB : Luhaya, Luhayan

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 106 n. b au n° 334 (distingue au moins 3 Luhaya ; ici « entre Kurdâ et Šubat-Enlil, vraisemblablement au nord du Sinjar »)
  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 331 n. a au n° 430 (distingue 3 Luhaya ; ici « ville située entre Razamâ de l’Ida-Maraṣ et Šubat-Enlil »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 126 (s.v. Luḫaia [2] ; ≠ Eluhut ; Luḫaia [1] (Babylonie) ; Luḫāia)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (au nord du Djebel Sindjar)

Résumé : Localité à chercher au nord du Djebel Sindjar. À distinguer de Luhaya (1), à l'ouest de l'Ida-Maraṣ, et Luhaya (3), de Babylonie.


Lullubum

Nom(s) OB : Lullubum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 10
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 134
  • M. Salvini, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 214 (piemont du Zagros, en Iran de l’Ouest)

Résumé : RETIRER MANUELLEMENT DU MTT


Lullum

Nom(s) OB : Lullum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 154
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 98
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 199
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339, 345 n. 102 (p. 339 : confédération montagnarde)
  • N. Ziegler, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 146
  • N. Ziegler, MARI 8, 1997, p. 790
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 148 n. 108
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 43 n. 121, 151
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 122, 196 (p. 122 : population nomadique)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 414 n. 60
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 52 n. 210
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 136

Résumé : RETIRER MANUELLEMENT DU MTT


Madara

Nom(s) OB : Madara

Zone : N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 155 (s.v. Madarā)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 71
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330 n. 27
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 117
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116 n. 341

Résumé : Localité sur la route vers Tušhum (probablement = Ziyaret Tepe, n° HIGEOMES 164). Elle doit certainement être identifiée avec la Madara néo-assyrienne, pour laquelle voir K. Kessler, TAVO Beih. 26, 1980. Il propose, pour des raisons d'homonymie, une identification avec le village moderne de Matar/Mathra.


Magrisa

Nom(s) OB : Magrisa, Makrisa    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Magrisu

Zone : E

N° HIGEOMES : 137

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tnenir, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 156 (s.v. Makrisā « Ortschaft, bedeutend für die Wasserverteilung des Kanalsystems zur Zeit Zimrilims. »)
  • W. Röllig, RlA 7, Berlin/New York, 1987-90
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337, 344
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 644 (dans la région de Hassake)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469 (« marque approximativement la région de l’actuelle Hassaké ; c’est là que le Habur est franchi. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 127 (s.v. Makrisā ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (possession mariote sur le Habur, du côté de la ville moderne de Hassake ; il faut 6 jours pour s’y rendre depuis Imar)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 234 (sur une route Mari–Terqa–Saggaratum–Qaṭṭunan–Ṭabatum–Magrisa–Ilan-ṣura–Zurra)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135, 149
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • J.-M. Durand & L. Marti, RA 99, 2005, p. 132 (dans la région de Hassake, ou peut-être l’ancien nom de Dur-Aššur-ketti-lešir = Tall Bderi (n° HIGEOMES 30))
  • E. Cancik-Kirschbaum, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 121-150 (= Tall Tnenir (n° HIGEOMES 137))
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 65, 66 (p. 65 : le long du Habur sur l’itinéraire entre Qaṭṭunan et Zalluhan, étape entre Latihum et Zahatum ; ≠ Tall Ajaja (n° HIGEOMES 7) car trop méridional ; p. 66 : contre l’identification avec Hassake car trop en amont, première étape sur le Habur lorsqu’on vient de Tadum, plus proche de Tall Taban (n° HIGEOMES 140) ; peut-être Tall Gabi (n° HIGEOMES 948) ou (cf. n. 33) Tall Tnenir ?)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 53, 55 (p. 53 : à l’amont de Qaṭṭunan, sur le Habur ; p. 55 = Tall Bderi (n° HIGEOMES 30) selon M. Fales)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 6-7 (= Tall Tnenir (n° HIGEOMES 137), « en amont de Ṭâbatum et sur la rive orientale du Habur, à deux étapes en amont de Qaṭṭunân et située sur la route vers Zalluhân et sur la route vers Ilân-ṣurâ à une étape au nord de Ṭâbatum » ; ≠ Hassake)

Résumé : L'identification de Magrisa avec Tall Tnenir (n° HIGEOMES 137) a été proposée par D. Charpin (BBVO 20), puisque Magrisa est mentionnée comme étape après Qaṭṭunan et Latihum, sur le Habur. La ville est identique avec la Magrisu médio-assyrienne et Magarisi néo-assyrienne.


Mahlatum

Nom(s) OB : Mahlatum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Résumé : Localité située dans la steppe, dans les environs de Qirdahat, à chercher près de la ville moderne de Hassake (n° HIGEOMES 960).


Makutum

Nom(s) OB : Makutum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 156 (s.v. Makutim)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 127 (s.v. Makutum)

Résumé : Localité attestée à ce jour uniquement par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) ; elle doit probablement être cherchée à proximité de cette dernière.


Malhatum (1)

Nom(s) OB : Malhatum, Malahatum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • à l’Ouest de : Sarum

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 129 (s.v. Malḫâtim ; près de Zalluhan, en bordure sud-est du Zalmaqum)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 21 (s.v. Malḫatum ; localité de la Haute-Mésopotamie, sans doute proche de Zalluhan)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 157 (s.v. Malḫatum)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169 (lieu de réunion des délégués de l’Ida-Maraṣ (1) et des autres pays)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 342 (étape sur la route de Qirdahat à Tuttul)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 187 (sur la route de Ṭabatum à Nahur ; suivant l’étude de J.-M. Durand à paraître dans CRRAI 46, Amurru 3, serait à distinguer d’une “autre Mal(a)hatum”, située dans la région du Balih ; c’est en fait un faux cas d’homonymie : il s’agit de la même ville, comme J.-M. Durand l’a corrigé lui-même dans sa publication définitive)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 93 n. b) au n° 500 (« Cette ville fait partie de la route de Qirdahat à Tuttul. »)
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 90 n. d) au n° 62 (suppose une identité entre Mal(a)hatum et Man(a)hatum, sur la base d’une possible alternance l/n)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 161 (Malahatum proche de la rivière Sarum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32 (faux cas d’homonymie en Guichard Mém. Barrelet, FM 3, p. 187 ; « Dans la version définitive de l’étude de J.-M. Durand, il n’est pas question de deux villes homonymes, mais d’une seule (CRRAI 46, p. 126-127). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125-127 (p. 125 : discute la proposition de Kupper ARM 28, p. 90, d’identifier Mal(a)hatum et Man(a)hatum : « Cela est possible […]. Il pourrait néanmoins s’agir aussi d’un simple toponyme Manâhatum signifiant “Halte” » ; p. 126-127 : contre Guichard Mém. Barrelet, FM 3, p. 187, il n’est pas question de deux villes homonymes, mais d’une seule ; « Les salines de Mal(a)hatum, étape après Dêr, […] devraient être placées à Bir Soueira au nord-ouest des hauteurs de Touâl ʿâba. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (suppose une identité entre Mal(a)hatum et Man(a)hatum, localité du pays de Zalluhan, au sud de l’Ida-Maraṣ (1) et au sud-est du Yapṭurum (1), pour laquelle voir aussi Guichard NABU 2005/99)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 267-271 (cf. Charpin MARI 7, p. 182-184)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 44 (au sud-ouest de l’Ida-Maraṣ (1))
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 11 (étape sur la route de Qirdahat à Tuttul)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 (« au moins deux Malhatum dans les environs du Sindjar, “la Grande” et “la Petite”, et peut-être une troisième sans qualificatif, sont à distinguer de la Mal(a)hatum du triangle du Habur »)

Résumé : Localité située sur une route entre Qirdahat, dans la région de Hassake (n° HIGEOMES 960), et Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27). Elle est à chercher dans l'ouest du triangle du Habur. À distinguer de Malhatum (2), (3) et (4), toutes trois situées dans le royaume de Karana.


Malhatum (2)

Nom(s) OB : Malhatum, Malhatum la Grande

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 (« au moins deux Malhatum dans les environs du Sindjar, “la Grande” et “la Petite”, et peut-être une troisième sans qualificatif, sont à distinguer de la Mal(a)hatum du triangle du Habur »)

Résumé : Malhatum (2), dite « la Grande », est une localité située dans le royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), avec Malhatum (4) et Malhatum (3), dite « la Petite ». À distinguer de Malhatum (1), dans l'ouest du triangle du Habur.


Malhatum (3)

Nom(s) OB : Malhatum, Malhatum la Petite

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 (« au moins deux Malhatum dans les environs du Sindjar, “la Grande” et “la Petite”, et peut-être une troisième sans qualificatif, sont à distinguer de la Mal(a)hatum du triangle du Habur »)

Résumé : Malhatum (3), dite « la Petite » est, avec Malhatum (2), la « Grande », et Malhatum (4), une localité située dans le royaume de Karana (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Malhatum (1), dans l'ouest du triangle du Habur.


Malhatum (4)

Nom(s) OB : Malhatum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 (« au moins deux Malhatum dans les environs du Sindjar, “la Grande” et “la Petite”, et peut-être une troisième sans qualificatif, sont à distinguer de la Mal(a)hatum du triangle du Habur »)

Résumé : Malhatum (4) est, avec Malhatum (2), la « Grande », et Malhatum (3), la « Petite », une localité située dans le royaume de Karana (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Malhatum (1), dans l'ouest du triangle du Habur.


Mallanum

Nom(s) OB : Mallanum

Zone : D, C

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 95, 102, 116 n. 424
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 182
  • D. Charpin, NABU 1987/38, 1987 (= Mallanate néo-assyrienne)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 484 (« Ce lieu-dit est un hapax, apparenté au moins par la formation à Mallanâtum »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 86
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 128 (s.v. Mallanum ; ≠ Mallanate)

Résumé : La ville de Mallanum doit très vraisemblablement être identifiée à la Mallanate néo-assyrienne. Il est possible qu'on doive la chercher sur l'Euphrate, puisque la lettre A.2560 mentionne pour cet endroit la traversée par des nomades d'un cours d'eau que l'on suppose être l'Euphrate.


Mammagira

Nom(s) OB : Mammagira

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 129 (s.v. Mammagirâ)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 12, 19-20, 27, 28, 29
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 75
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 12 n. 37, 24 n. 73, 35-27, 33
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 21 (s.v. Mammagira)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 157 (s.v. Mammagira, Mammagiri ; « A. Finet, ARMT 15, 135 : in der Gegend von Nuṣaybin bei —> Šudā ; M. Falkner, AfO 18, 20, ist die von A. Finet vorgeschlagene Lage zu weit ö, wegen der Verbindung von M. zu —> Šubat-Šamaš und —> Ḫasam ; W. W. Hallo, JCS 18, 75b : an den Quellen des —> FN Ḫabur gelegen, in der Gegend von Ra’s-al-ʿAin, = Tall Faḫḫārīya ? (…) M. liegt in unmittelbarer Nähe des Berges (Ḫ)asam. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 318
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 89
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 51
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 236-241, 247, 251-252, 256-257, 336
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 342, 346 (p. 342 : commentaires aux « itinéraires paléo-babyloniens »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 507
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 40
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 128 (s.v. Mammāgira)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 n. 454, 152, 274 (p. 132 n. 454 : « Selon l’itinéraire paléo-babylonien, Mammagira doit être recherchée à une étape de marche à l’est de la montagne Hasam »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 (« Il faut donc la considérer comme la frontière entre le royaume de Šudâ et Talhayum. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406 et n. 7
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 115 (Šuda (2) « avait la ville de Mammagirâ comme frontière avec Talhayûm »)

Résumé : Mammagira est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » et doit être cherchée à l'est de la région qui sépare les montagnes Hasam (= Tektek) et Aba. Elle est située à une journée de Ša-Panazim et doit se situer à proximité de la ligne de partage des eaux du bassin du Balih et le triangle du Habur.


Man-napsu

Nom(s) OB : Man-napsu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 179, 182, 183 (p. 182 : inédit M.7528 qui mentionne les Man-napsu)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite mentionné par J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004.


Manahatum

Nom(s) OB : Manahatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 90 n. d) au n° 62 (suppose une identité entre Mal(a)hatum et Man(a)hatum, sur la base d’une possible alternance l/n)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 127 (s.v. Malḫatum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125, 126, 127, 129 (p. 125 : Manahatum de Zalluhan ; au sujet de la proposition de Kupper, ARM 28, p. 90, de l’identifier avec Mal(a)hatum : « Cela est possible, car pour que cette saline puisse être précisée comme contiguë à Zalluhân, il faut que cette dernière soit au piémont sud du Tektek. Il pourrait néanmoins s’agir aussi d’un simple toponyme Manâhatum (cf. Manûhân, ville sur l’Euphrate, XXVI/I, p. 125) signifiant “Halte” ; ce serait le nom d’un campement. » ; p. 126 : au sujet de Mal(a)hatum : salines à une étape après Der, à Bir Soueira, au nord-ouest des hauteurs de Toual ‘aba, qui devrait dès lors être à proprement parler le Yamis ; p. 127 : salines, endroit d’exploitation du sel pour les troupeaux des Sim’alites)
  • M. Guichard, NABU 2005/99, 2005 (Man(a)hatum, localité du pays de Zalluhan, au sud de l’Ida-Maraṣ (1) et au sud-est du Yapṭurum (1))
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (suppose une identité entre Man(a)hatum, localité du pays de Zalluhan, et Mal(a)hatum ; voir Malhatum (1))

Résumé : Localité située dans les environs de Nahur, attestée par une seule lettre, ARM 28 62. La question concernant son identification avec Malhatum (1) reste ouverte.


Manhama

Nom(s) OB : Manhama

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 158 (s.v. Manḫama[ : « Deutung als ON unsicher »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 630 (hapax : « sans doute un nom de terroir de Saggaratum comme le propose XVI, peut-être construit sur un nom propre ; cf. (f)Manhatum et Manihan. De façon plus précise, il peut s’agir du NP (f)ma-ni-ha-a [M.12037], suffixé en -ma »)

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Manuhatan

Nom(s) OB : Manuhatan

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 159 (s.v. Manuḫatān : « M. gehört zum Lande —> Lasqum, ist —> Dunnum (am Balīḫ) benachbart ; In ARM 4, 29 wird die Entfernung von M. zu —> Qaṭarā als eine Tagesreise angegeben ; deshalb sind zwei M. anzusetzen ? »
    Commentaire TEXTELSEM : le passage d’ARM 4 29 : 5 a été corrigé en ⸢mar⸣-ha-ta-an(ki), voir ci-dessous Mar’ata (2))
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 61
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334-335 (rive gauche de l’Euphrate)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 201 (dans le nord du district de Saggaratum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167 n. 308
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229, 230, 231, 232 (p. 229 : village ou lieu-dit yaminite du district de Saggaratum, sur la rive gauche de l’Euphrate, non loin de Halabit ; p. 230 : Yahrurum (1) ?)
  • N. Ziegler, (AIL: proche de Dunnum et de Muban, en aval de Lasqum, d’après ARM 26/1 259
    sur la rive orientale d’après A.3835 (AIL))

Résumé : Ville situé dans le nord du district de Saggaratum, sur la rive gauche de l'Euphrate, en face de Dunnum (2) et Utah selon A.3835, cf. ARM 26/1 p. 126 n. 40.


Maqilan

Nom(s) OB : Maqilan, Magala, Maqala
Nom(s) MA : Maqalla

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • au Nord de : Sippar-Yahrurum
  • au Sud de : Šitullum

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 155 (sur le Tigre entre Samarra et Bagdad, deux étapes avant Sippar ; s.v. Magala)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. 133 n. 25 (« La ville nous est inconnue. Peut-être s’agit-il d’une variante de Magala que RGTC 3, p. 155 place “am Tigris zwischen Samarra’ und Bagdad”, deux stations avant Sippar ? »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 247-248 (« La ville de Makilân est autrement inconnue. Peut-être s’agit-il d’une variante de Magalâ que RGTC 3, p. 155, place sur le Tigre entre Sāmarrā’ et Bagdad, deux stations avant Sippar. Il s’agit en tout cas d’une ville qui est sur la route entre Babylone et Ekallâtum et à un embranchement par où l’on pouvait obliquer vers le nord-ouest pour rejoindre Atamrum et Andarig. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 247-248 (= Makilan ?)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 126-127 (s.v. Makilan ; ≠ Magalā)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 243 (« Maqîlân/Maqâlâ devrait (…) être cherchée à une distance d’environ 60 à 80 km au nord de Sippar entre l’Euphrate et le Tigre » ; peut-être dans la dépression d’Umm Rahal point d’aboutissement du Tharthar ; n. 144 : « Les graphies avec -KI- à Mari et -GA- dans UIOM 2134 ne peuvent être unifiées qu’en supposant un /q/. L’étymologie du nom de Maqîlân/Maqâlâ semble alors claire : on a affaire à un dérivé du verbe qâlum “épier”, le toponyme étant à comprendre comme “la Guette” »)

Résumé : Maqilan est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens », sous la forme Magala, comme étape entre Dur-šarrim et Al-kaminiya (voir N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002).


Mar’ata (1)

Nom(s) OB : Mar’ata, Mar’atan

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 129 (s.v. Manuḫatân suite à une lecture erronée de ARM 4 29 ; s.v. Marahab suite à une lecture erronée de ARM 5 1 ; corrections faites par J.-M. Durand MARI 5, 1987, p. 226)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 23 et 27 (s.v. Manaḫatân suite à une lecture erronée de ARM 4 29 ; correction faite par J.-M. Durand MARI 5, 1987, p. 226)
  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 114 n. à la l. 14 du n° 139 (avec résumé de la bibliographie antérieure ; entre Qaṭṭara et Ekallatum ; assimile Mar’ata (1) et (2))
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 21-22 (s.v. m[a-n]a-ha-ta-an suite à une lecture erronée d’ARM 4 29, et s.v. Marahab suite à la lecture erronée de ARM 5 1 ; corrections faites par J.-M. Durand Mari 5, 1987, p. 226)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 160 (s.v. Mar(r)atā ; avec bibliographie antérieure ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 226 (s.v. Manahatan ; propose de corriger le toponyme attesté par ARM 4 29 en Marhatan et le pseudo-Marahab attesté par ARM 5 1 en Marahada)
  • M. C. Astour, Eblaitica 3, Winona Lake, 1992, p. 36 n. 218 (assimile toutes les références à une seule ville)
  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 116 (assimile les deux Mar’ata entre elles et avec Mariatum/Maretum)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 226 (assimile les deux Mar’ata entre elles et avec Mariatum/Maretum)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 382-383 (Marhatan, à une journée de marche au nord d’Ekallatum, sur la rive droite du Tigre)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 104-105 n. b au n° 508 (Marhatan ; dans le territoire d’Allahad, à une journée de marche au nord d’Ekallatum, sur la rive droite du Tigre, peut-être sur le Wadi Tharthar ; à identifier avec la Marahada d’ARM 5 1)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 129 (s.v. Marḫatan ; = Maraḫad[ā] ; = Marḫatā ; ≠ Manuḫatān ; ≠ Maratan = Marratā ; ≠ Marêtum ; ≠ Marratā ; ne différencie pas 1 et 2)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 266 (distingue au moins deux Mar’ata ; celle d’ARM 4 29 est à mi-chemin entre Qaṭṭara et Ekallatum ; ne doit peut-être pas être identifiée avec la Mara’ada d’ARM 5 1)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« à mi-chemin entre Qaṭṭara et Ekallatum (1) : ARM IV 29 (LAPO 17 508) : 5, 6 : mar-ha-ta-an(ki). L’inédit M.5707 col. iv mentionne mar-ha-⸢ta⸣-a(ki) dans le territoire d’Allahad (J.-M. Durand, LAPO 17, p. 105). »)

Résumé : Zone de pâture située entre Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) et Ekallatum (1), à l'est de Razama (2) (probablement = Tall Abta, n° HIGEOMES 908). À distinguer de Mar'ata (2), au nord de Sanipa et à proximité du Tigre.


Mar’ata (2)

Nom(s) OB : Mar’ata, Marrata
Nom(s) MA : Marrata

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 63-64 (le nom de Mar(r)ata de l’itinéraire d’Urbana peut faire allusion aux marais salés des régions au sud du Djebel Sindjar)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 83 n. 20 (commentaires à l’édition des « itinéraires paléo-babyloniens »)
  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 114 n. à la l. 14 du n° 139 (avec résumé de la bibliographie antérieure ; entre Qaṭṭara et Ekallatum ; assimile la Mar’ata des textes de Mari et celle de l’itinéraire d’Urbana)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 160 (s.v. Mar(r)atā ; avec bibliographie antérieure ; ajoute que dans l’itinéraire (d’Urbana), M. est située trois stations après Tarhuš en direction de Sippar ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • Kh. Nashef, RGTC 5, Wiesbaden, 1982, p. 185 (s.v. Marrata)
  • M. C. Astour, Eblaitica 3, Winona Lake, 1992, p. 36 n. 218 (assimile toutes les références à une seule ville)
  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 116 (assimile les deux Mar’ata entre elles et avec Mariatum/Maretum)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 226 (assimile les deux Mar’ata entre elles et avec Mariatum/Maretum)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340 et 345
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 382-383 (à une journée de marche au nord d’Ekallatum, sur la rive droite du Tigre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 130 (s.v. Marḫatan ; = Maraḫad[ā] ; = Marḫatā ; ≠ Manuḫatān ; ≠ Maratan = Marratā ; ≠ Marêtum = Mariatum ; ≠ Marratā ; ne différencie pas 1 et 2)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 266 et n. 244 (distingue au moins deux Mar’ata ; celle des « itinéraires paléo-babyloniens » et d’OBTR 139 est proche du Tigre)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« Plus au nord, proche du Tigre : itinéraire d’Urbana/Yale (mar-ra-ta-a, var. ma-ar-a-ta) ; OBTR 139 : 14 (ma-ar-a-ta-an[(ki)]) ; 232 : 13 ((uru)ma-ra-ta). »)
  • W. Nahm, NABU 2014/80, 2014

Résumé : Étape des « itinéraires paléo-babyloniens » au nord de Sanipa et à proximité du Tigre. À distinguer de Mar'ata (1), entre Qaṭṭara et Ekallatum (1).


Maraṣ

Nom(s) OB : Maraṣ

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112 n. 37 (« Il est difficile » ; = Taurus, « Ṭûr-‘Abdîn »)

Résumé : Lors de l'analyse étymologique du nom d’Ida-Maraṣ « à côté du Difficile », il a été proposé par J.-M. Durand, BAH 136 que Maraṣ pourrait désigner le Tur Abdin dans son ensemble. Mais aucune attestation textuelle n'existe actuellement.


Mardaman

Nom(s) OB : Mardaman

Zone : E, G, N

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

  • proche de : Idiqlat
  • proche de : Haburatum

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Lewy, Or 21, 1952, p. 265 n. 2 (= Mardin)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 160 (s.v. Mardamān : « J. Lewy, OrNS 21, 265 Anm. 2 : = Mardin ! ; — vgl. A. Goetze, JCS 7, 67b und RGTC 2, 118 zur Lit. ; A. Finet, AIPHOS 14, 134 : im transtigridischen Gebiet ; M. Birot, Syria 50, 9 Anm. 2 : ö des Tigris (—> Ḫaburatum), vgl. —> Karanā. »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274 (Chron. épon. C3: 3’)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180 n. 29 & 30, 190, 196, 198 (p. 180 n. 29 & 30 : Mardaman n’a rien à voir avec Mardin ; il faut la chercher dans la région de Burullum et Haburatum, soit au niveau du cours du Tigre où passe actuellement la frontière entre la Turquie et l’Irak)
  • G. Ozan, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 151
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 347-348, 352
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 98
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 128-129 (s.v. Mardaman ; ≠ Maribadan ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 82, 145, 183, 210, 226 n. 520, p. 274 (p. 274 : près de Haburatum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 186
  • M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 155 (commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien ; « au Tell Abû Zahir »)
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 270
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 112

Résumé : Capitale d'un royaume situé à proximité de Burullum et Haburatum.


Margunum

Nom(s) OB : Margunum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 160
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 129 (s.v. Margunum)

Résumé : Toponyme attesté par un seul texte des archives d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Mari

Nom(s) OB : Mari    Certitude OB : 3

Zone : B

N° HIGEOMES : 56

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hariri, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard & G. Farber, RGTC 2, Wiesbaden, 1974, p. 129
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 161-162 (s.v. Mari ; = Tall Hariri ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-R. Kupper, RlA 7, 1987-1990
  • J.-M. Durand, Le Système palatial, , Strasbourg, 1987 (palais de Mari)
  • D. Charpin, NABU 1989/102, 1989 (kârum de Mari et Mišlan à Sippar à l’époque de Sumula-El)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997 (correspondance de Mari, royauté ; administration ; ressources ; diplomatie)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998 (correspondance de Mari ; conduite de la guerre ; nomadisme ; agriculture)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000 (correspondance de Mari ; commerce ; religion ; droit ; correspondance féminine)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001 (administration à l’époque de Zimri-Lim)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001 (administration à l’époque de Yasmah-Addu)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003 (introduction aux archives ; histoire politique, chronologie)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87 n. 28, 94 (p. 86 : le « district inférieur » halṣum šaplum, l. 20, doit être le district de Mari)
  • D. Charpin, OBO 160/4, Fribourg/Göttingen, 2004 (histoire politique, société)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. passim (p. 136 : clairement identifiée avec les Sim’alites)
  • J.-C. Margueron, 2004/, Paris, 2004
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 230 (« dans le district de Mari, où la proportion de population yaminite était la moins élevée et surtout concentrée au nord du district, ne se trouvaient que deux clans : les Yarihu et les Yahruru »)
  • J.-M. Durand et al., et al. SDB 14, SDB 14, Paris, 2008 (histoire et société)
  • J. Margueron, Syria Sup. 2, 2014 (palais de Mari)
  • J. M. Sasson, 2015/, Winona Lake, 2015 (correspondance)

Résumé : Mari, l'actuel Tall Hariri, qui fut l'objet de fouilles françaises depuis 1933, était la capitale du royaume des « Bords-de-l'Euphrate » conquise par Hammu-rabi de Babylone (en l'an 32 de son règne). La ville n’était pas seulement la capitale du royaume mais également celle d’une de ses provinces. Pour son histoire voir D. Charpin et N. Ziegler, FM 5.


Mariyatum

Nom(s) OB : Mariyatum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 261, 265
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 129-130 (s.v. Mariatum ; = Marêtum ; ≠ Marḫatan ; ≠ Marratā ; avec bibliographie antérieure)

Résumé : Localité du triangle du Habur, située dans les environs de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Marmenum

Nom(s) OB : Marmenum, Marmanu

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 163 (s.v. Marmānu, Marmēnu)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 235, 245 (« Aucun texte de Mari ne documente cette étape entre Yahappi-Ila et Suqaqu. Son nom pourrait faire allusion aux Benjaminites [cf. FM 7, p. 155] et ne pas désigner une ville importante. »)

Résumé : Marmenum est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Yahappi-Ila et Suqaqum (2). Elle doit être cherchée sur la rive gauche du Tigre.


Marmu

Nom(s) OB : Marmu

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, ARM 12, Paris, 1964, p. 34 n. 1 (énumération des graphies « DUMU.MEŠ mi-i » et « DUMU.MEŠ mi-e » dans les textes du volume ARM 12 datés du nom d’année « Yaminites »)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 23 (« Sans doute une autre désignation des Yaminites (voir Yamīn) : cf. G. Dossin, RA 52 1958, 60-62. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 163 (s.v. Mār(ē)-Jaminā, Mār-mî : « Zum Namen mār-mi für mār-jaminā vgl. J. T. Luke, PPMP 52ff. und JCS 24, 20 Anm. 2 mit Lit. ; G. Dossin, RA 52, 60ff und W. von Soden, AHw 612a. »)
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 47 n. 20 (désignation tribale, yaminites)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 155 (variante ma-a-mi pour le DUMU/ma-ar-mi-im « bien connu à Mari comme une allographie des Mâr Yamîna, les Benjaminites »)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 217

Résumé : Désignation akkadienne des Yamina, contraction de Mâr Yamina, principalement attestée par des variantes du nom de la troisième année de Zimri-Lim commémorant la victoire sur les Yamina ; voir, pour cette année, D. Charpin et N. Ziegler FM 5, p. 258. Pour cette variante voir M. Birot, ARM 12, p. 34 n. 1 ; d'autres variantes se trouvent dans ARM 11 18-21 ; 24 ; 43 et des textes inédits. Voir ci-dessous l'entrée Yamina.


Maṣṣartum

Nom(s) OB : Maṣṣartum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 175 (toponyme rarement attesté ; un inédit de l’époque de Yahdun-Lim, T.162 : 3 le mentionne)

Résumé : Localité située dans le royaume de Mari. Son étymologie « garde, surveillance » pourrait être un indice sur sa fonction.


Maškulliya

Nom(s) OB : Maškulliya

Zone : G

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 166 (« Oberhalb von —> Dur-Ipīq-IŠKUR »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339 (au nord de Mankisum)

Résumé : Maškulliya fut assiégée par les troupes de Daduša d'Ešnunna. Cette ville se situait probablement au nord de sa forteresse-frontière Dur-Ipiq-Addu.


Maškurhum

Nom(s) OB : Maškurhum, Maskurhum

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97 (lieu-dit, rive droite du Tigre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 130 (s.v. Maskurḫum)

Résumé : Localité située dans la région de Ṣarbat et d'Apqum (1) (probablement = Tall Abu Mariya, n° HIGEOMES 3), à proximité du Tigre.


Mašmiyanum

Nom(s) OB : Mašmiyanum, Masmenum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 164 (s.v. Masmēnum et *Mašmiānum : apud Masmēnum : « Zwischen —> Buzānum und —> Alān ; s. A. Goetze, JCS 7, 62b. » ; apud Mašmiānum : « Identisch mit —> Masmēnum ? »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (= Masmenum : étape entre Buš’anum et Alan)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 60 (formé sur un nom d’arbre ; « Il peut donc s’agir de centres agricoles des environs mêmes de Kabittum, appartenant au royaume de Kahat »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 131 (s.v. Mašmianum ; = Masmenum ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 22 (= Telades ?)
  • N. Ziegler, (AIL : proche de Šallurriyum et de Kabittum, ARM 2 3, proche de Šabiša, ARM 28 139)

Résumé : Ville située dans le triangle du Habur, à proximité de Kabittum, appartenant peut-être au royaume de Kahat. Elle est mentionnée comme étape entre Buš'anum et Alan dans les « itinéraires paléo-babyloniens ».


Maššaratum

Nom(s) OB : Maššaratum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 166 (s.v. Maššaratu)
  • J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 460
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 131 (s.v. Maššāratum)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 et n. 57

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). Le nom est toutefois probablement à corriger en Maššatum, selon la suggestion de J.-M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014, cf. ci-dessous.


Maššatum

Nom(s) OB : Maššatum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62

Résumé : Localité agricole attestée par les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) et qui se situait probablement à proximité de Ṣubatum (1) et de Zamiyatum (1).


Mat biritim

Nom(s) OB : Mat biritim

Zone : D, E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 74, 78-84 (s.v. māt bīrītim ; historique de recherche sur l’appellation « Mésopotamie » dans les sources grecques, araméennes et mésopotamiennes ; p. 84 : « It is perhaps significant too that only where the Euphrates is concerned is the absolute form used (…) ; i.e. since the Euphrates is “the river” par excellence, so too, in broader geographical contexts, does Ebirtum denote “Transeuphratia” and Bīrītum “Intereuphratia” (i.e. “Mesopotamia”, the name of the river left unexpressed as self-evident. When the context concerns another river, the name of the river must be specified by the genitive construct form ebirti ÍD GN. »)
  • F. van Koppen, MDAR, , Vienne, 2004, p. 14 (māt birītim ; « designates the area east of the Euphrates bend, including the Habur basin; to its eastern side arches Šubartum over the region at the northern course of the Tigris and east of this river »)

Résumé : Désignation de la région comprise entre l'Euphrate, à l'Ouest, et le Šubartum, à l'Est, notamment la région autour d'Andarig, de Šinah et de Tadanne. Voir aussi les entrées Libbi matim et Birit narim. L’étude la plus détaillée a été faite par J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962.


Matum elitum

Nom(s) OB : Matum elitum

Zone : C, N

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 163
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 338 (correspond au Zalmaqum)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 59, 187 (p. 59 : « Il est clair que “pays haut”, donc “plus près des montagnes”, désigne ici le Zalmaqum » ; p. 187 = le Zalmaqum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121, 148, 187
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 98, 100, 108 (« matum elitum dans les textes du royaume de Haute-Mésopotamie doit désigner une région assez précise de la Turquie actuelle, peut-être en amont de Karkemiš »)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 136 (le Haut-Pays borde le Šubartum par le nord, à cheval sur les piémonts du Taurus, le Tur Abdin et le Haut-Tigre ; « sur le long des hautes vallées de l’Euphrate, du Balikh, du Habur et du Tigre, autour du Ṭur ‘Abdin et sur les contreforts du Taurus »)

Résumé : L'expression « Haut Pays » désigne les régions autour du Tur Abdin actuel ; voir la dernière mise au point d'A. Jacquet, BBVO 24, 2014.


Mazuradum

Nom(s) OB : Mazuradum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130 et n. 2 (s.v. Mazuramma)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 23 (s.v. Mazuramma)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 267 (s.v. Zuramma ?)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 227
  • M. C. Astour, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 18
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 486 (= Maṣṣuratum, ou analogue ? peut-être lire a-li-ma zu-ra-dam(ki))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 131 (s.v. Mazuratum ; ≠ Zurrā)

Résumé : Mazuradum est mentionnée avec Šuhpad parmi les villes conquises par Atamrum mais appartenant habituellement au roi Haya-Sumu d'Ilan-ṣura. On la cherche au nord du Djebel Sindjar, dans la partie orientale de l'Ida-Maraṣ (1). La lecture Mazuramma est abandonnée suite à la collation du texte ARM 28 81.


Mehalisayu

Nom(s) OB : Mehalisayu

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 408 (un des clans sutéens)
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 218-219 (mise au point de la documentation de Mari sur les Sutéens)

Résumé : Les Mehalisayu sont une des trois tribus sutéennes connues, avec les Almutum et les Yahmamum. Les archives de Mari connaissent Hammi-tilu comme étant le chef des Mehalisayu.


Membida

Nom(s) OB : Membida, Ha…im ša Membida

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 318 (dans ARM 1 37, peut-être = Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66))
  • Y. Wu, NABU 1994/67, 1994 (lecture ha-[w]a*/[b]a*-im(ki) pour Habba’um, au lieu de ha-[š]i(?)-im(ki) pour Haššum ; interprétation de Me-em-bi-da comme le nom du roi Mebbidum)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 432 (relecture d’ARM 1 37 ; discute la proposition de Y. Wu, NABU 1994/67 : pas de correction de Haššum en Habba’um ; pas d’identification de Membida avec le nom du roi, « formation inconnue dotée du suffixe féminin -a attendu pour un toponyme » ; « une autre que la grande Haššum »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 128 n. 432, 152

Résumé : Membida n'est attestée que par la lettre ARM 1 37 et est précédé par un toponyme difficile à interpréter. Deux lectures ont été proposées : ha-ši-im(ki) ša me-em-bi-da et ha-ba-im ša me-em-bi-da et une collation de ce texte en 2009 n'a pas permis de trancher en faveur de l'une ou de l'autre. La lecture de ce passage n'étant pas assurée, nous avons décidé de rentrer l'ensemble sous Membida. En attendant une nouvelle attestation de ce toponyme, la bonne lecture reste à confirmer.


Miškillum

Nom(s) OB : Miškillum, Meškillum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 40
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 237, 241 (p. 241 : à la frontière entre Hazzikkannum et Ilan-ṣura)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 131 (s.v. Miškillum)

Résumé : Localité située à la frontière des royaumes de Hazzikkannum (peut-être = Tall Qarassa, n° HIGEOMES 472) et d'Ilan-ṣura (peut-être = Tall Farafara, n° HIGEOMES 284 ou Tall Sharisi, n° HIGEOMES 283).


Mišlan

Nom(s) OB : Mišlan    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 100

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Ramadi, Tall ar-

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 169 (s.v. Mišlān : « W. F. Leemans, Trade S. 108 mit Anm. 3 : zwischen Mari und Terqa, nicht mehr als eine Tagesreise von Mari entfernt ; vgl. J.-R. Kupper, RA 41, 160 : zum Distrikt von Terqa. (…) Erwähnt wird das “naḫlum Ḫaqat” ša M. (ARM 6, 2 und 3). »)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 339-340 (description de la région de Mišlan)
  • D. Charpin, NABU 1989/102, 1989 (kârum de Mari et Mišlan à Sippar à l’époque de Sumula-El)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 106, 114, 115 n. 46 et 49, 116, 128, 129 (p. 115 n. 46 = Ramadi ; p. 115 n. 49 : « La possibilité de placer Mišlân à Tell-es-Souâb (…) doit être abandonnée (…) »)
  • J.-R. Kupper, RlA 8, Berlin/New York, 1993-97, p. 270 (entre Mari et Terqa (1) ; = Tall ar-Ramadi ?)
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 318-319
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 52
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333, 335, 343 n. 93 (alvéole de Mari)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 392-393, 417 n. 248
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 118
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 93, 94, 110-113
  • S. M. Maul, MARI 8, 1997, p. 757
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 517, 622 (p. 517 = Tall ar-Ramadi ; p. 622 : ville importante avec un port et des murailles, rive droite de l’Euphrate ; « On pourrait être tenté, dès lors, d’identifier l’oued de Mišlan (le Haqat, scil.) avec celui qui se trouve entre le Souab et l’oued d’Abu Kemal », NDLR = le Wadi Bir el Ahmar)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 34, 190-191, 194-195, 247, 274 (p. 274 : Tall ar-Ramadi)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 165, 166, 167, 184 n. 394 (p. 154 : « le terroir de Mišlan qui débutait au wadi (es-Souab) s’étendait jusqu’à Appân, port de Mari, non compris » ; p. 166 : ville yaminite ; « Mišlân est juste au droit de Ṣuprum qui était alors la grande forteresse royale de rive gauche »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 227, 229 n. 17, 230, 231 (p. 226 : en amont d’Appan, rive droite de l’Euphrate, clan des Yahrurum ; p. 227 : en face de Ṣuprum ; p. 230 : plus de 400 habitants ; p. 231 : district de Mari)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 166, 180-183 (musiciennes prisonnières de Mišlan doivent être installées dans le palais d’Išar-Lim à Mišlan ; proposition que cet Išar-Lim soit un membre de la famille royale de Yagid-Lim et de Yahdun-Lim qui avait régné à Mišlan)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 43 (= Tall ar-Ramadi)
  • J.-M. Durand, RA 105, 2011, p. 181 (c’est un kârum d’après D. Charpin, NABU 1989/102)

Résumé : Ville fortifiée au nord de Mari ; capitale de la tribu yaminite des Yahruru conquise au début du règne de Zimri-Lim ; à identifier peut-être avec Tall ar-Ramadi selon une proposition de D. Charpin et de J.-M. Durand, RA 80, 1986.


Mišul

Nom(s) OB : Mišul

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 176-179 et n. 166 (« La possibilité reste ouverte que nous ayons dans Mišulayu un nisbé construit sur une forme secondaire de Mišlân, *Miš(u)lân. »)

Résumé : Le nisbé mi-šu-la-yi est attesté par un texte des archives de Mari (M.5343+). Il pourrait se rapporter à la ville Musilan (2), selon les éditeurs du texte ; voir D. Charpin et J.-M. Durand, RA 80, 1986.


Muban

Nom(s) OB : Muban

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 169 (s.v. Mubān(ki))
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 125-126
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 99 (une des villes des environs de Dunnum, en aval de Lasqum ; Dunnum est sur la rive droite de l’Euphrate)
  • N. Ziegler, (proche de Manuhatan et Dunnum (2), en aval de Lasqum (ARM 26/1 259))

Résumé : Ville située dans le nord du district de Saggaratum, mentionnée en lien avec Dunnum (2) et Halabit.


Muhatum

Nom(s) OB : Muhatum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130 (s.v. Muḫatim)
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 61
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 24 (s.v. Muḫatum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 196 (s.v. *Muḫatum)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 301
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 131-132 (s.v. Muḫatum)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 62 (appartient au district de Karana (1))

Résumé : Localité de la province de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) au temps du royaume de Haute-Mésopotamie.


Mulhan

Nom(s) OB : Mulhan, Mulhanum    Certitude OB : 2

Zone : B

N° HIGEOMES : 727

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Haditha

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 114 (s.v. Mulḫatân ; entre Rapiqum et Mari 
    Note de la rédaction : voir cependant Durand MARI 5, p. 227 au sujet de ce toponyme)
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130 (s.v. Mulḫânim ; ville dépendant d’Ešnunna)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 24 (s.v. Mulḫān : « au sud de Mari, sans doute dans le district de Hanat » ; s.v. Mulḫānum : « localité dépendant d’Ešnunna, située près de sa frontière avec l’Assyrie » ; s.v. Mulḫatān : « sur l’Euphrate, au sud de Mari »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 169 (s.v. Mulḫān(um) ; = Mulhe ? ; entre Mari et Rapiqum)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 227 (Mulhatan : « Cette ville est citée sans référence par G. Dossin dans [Syria 19], p. 114. Comme une telle ville ne se retrouve, à ma connaissance, ni dans les textes administratifs, ni dans les arhives épistolaires, on ne peut exclure que ce “Mulhatan” ne cache la ville de Mulhan. »)
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 130 n. h à A.2993+ (Mulhe/Mulhum = Mulhân ? : « Un village de Mulhê a été situé par J.-R. Kupper dans le district de Terqa, RA 41, 1947, p. 160. Toutefois aucun indice ne vient à l’appui de cette localisation. (…) Mulhê/Mulhûm se situerait en aval, au sud de Mari, en direction de Našer (…). La proximité de Mulhûm avec Mulhân pourrait en faire une seule et même ville. »)
  • J.-R. Kupper, RlA 8, Berlin/New York, 1993-97, p. 414 (« Place forte du pays de Suhum, en amont de Ḫarbû et de Jabliya »)
  • D. Charpin, NABU 1995/86, 1995 (« Mulhân constituait l’extrémité méridionale du Suhûm elûm, qui avait Hanat comme chef-lieu. »)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 360-361 (p. 361 n. 58 : « Mulhan constituait la limite nord du Suhûm šaplûm. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 143 n. a au n° 543 (Mulhanum, sans doute l’équivalent de Mulhan, à l’extrémité septentrionale du Suhum inférieur)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 17 n. j au n° 855 (commente l’étymologie de Mulhum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 89, 176, 182, 194, 222 n. 479 (p. 46 n. 158 : « Mulhan constituait l’extrémité septentrionale du “Suhum inférieur” qui a Yabliya comme chef-lieu » ; p. 182 n. 87 : dans le Suhum inférieur ; p. 194 n. 196 : « limite entre le Suhum inférieur (ayant Yabliya comme chef-lieu) et le Suhum supérieur (dont Hanat était la capitale) »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« Mulhân/Mulhânum, dans le Suhûm : voir D. Charpin, NABU 1995/86 et MARI 8, p. 360-361 ainsi que J.-R. Kupper, RlA 8, p. 414. »)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 273 (= Haditha ?)

Résumé : Mulhan, à distinguer de Mulhu du district de Terqa (1), est une forteresse du Suhum et peut-être à identifier avec Haditha.


Mulhatum

Nom(s) OB : Mulhatum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 68, 136

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Mulhu

Nom(s) OB : Mulhu

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, RA 41, 1947, p. 160 (Mulhe ; sans doute dans le district de Terqa (1))
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130 (s.v. Mulḫê ; dans le district de Terqa (1))
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 24 (s.v. Mulḫē ; dans le district de Terqa (1))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 170 (s.v. Mulḫû ; du district de Terqa (1))
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 130 n. h à A.2993+ (Mulhe/Mulhum = Mulhân ? : « Un village de Mulhê a été situé par J.-R. Kupper dans le district de Terqa, RA 41, 1947, p. 160. Toutefois aucun indice ne vient à l’appui de cette localisation. (…) Mulhê/Mulhûm se situerait en aval, au sud de Mari, en direction de Našer (…). La proximité de Mulhûm avec Mulhân pourrait en faire une seule et même ville. »)
  • J.-R. Kupper, RlA 8, Berlin/New York, 1993-97, p. 414 (« localité du district de Terqa »)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 188 (dans le district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 17 (dans le district de Terqa (1))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (dans le district de Terqa (1) ; à distinguer de Mulhan/Mulhanum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 232 (p. 228 : « on pourrait aussi localiser entre Šalabatum et Terqa le terroir de Mulhu, qui appartiendrait au clan des Rabbu »)

Résumé : Mulhu, à distinguer de Mulhan, est une localité du district de Terqa (1).


Murdi

Nom(s) OB : Murdi    Certitude OB : 1

Zone : F

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Djebel Djeribe

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 107 n. 18 (= Djebel Djeribe)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 (« Petite Barrière » ; partie ouest du Djebel Sindjar)
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 1 (« la chaîne du Sinjar, dans laquelle il faut distinguer trois ensembles s’étendant d’ouest en est : le Djebel Jéribé, le Djebel Sinjar proprement dit, et le Djebel Ishkaft. Dans l’antiquité, au IIème millénaire av. J.-C., ces trois ensembles portaient le nom de Murdi, Saggar (d’où est dérivé directement le nom du Sinjar), et Zara. »)
  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 164, 165 (p. 165 n. 24 : appartient au Djebel Sindjar, correspond au plus occidental des trois djebels ; = Djebel Djeribe ; autre proposition = Djebel Abd el-Aziz)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 349 (= Djebel Djeribe)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 188-190, 190 n. 106 (p. 189 n. a : proposition que la graphie dKUR.RA attestée par FM 3 19 : 5 désigne le Murdi = Djebel Djeribe plutôt que le Sindjar ; « Le Murdi assez bien attesté à présent, ne porte jamais la marque divine, mais porte quelquefois le prédéterminatif kur-ra. Il faut noter qu’un éventuel dieu Murdi est inconnu du traité de Tell Leilan L87-442+ qui mentionne pourtant côte à côte le dieu Saggar et Zara (…) »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 132 (s.v. Murdī ; montagne ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 141 (= Djebel Djeribe)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 153 n. e, 206 (= Djebel Djeribe, extrémité occidentale du Djebel Sindjar)
  • J.-M. Durand, RA 105, 2011, p. 163 (= « petite Barrière », partie ouest du Djebel Sindjar)

Résumé : Nom d'une montagne qui a été identifiée avec le Djebel Djeribe, la plus occidentale des montagnes composant la chaîne du Djebel Sindjar.


Musilan (1)

Nom(s) OB : Musulan, Musilanum, Musilan

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180
  • Y. Wu, NABU 1994/67, 1994 (la porte de Musulan)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 132 (s.v. Musilan ; = Musulan)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (correspond au « 1) Musilân/Musulân dans la partie orientale du triangle du Habur, entre Šunâ et Kahat: voir FM II, p. 180 et 188. (…) M. Wäfler n’a pas cru devoir distinguer les deux [OBO SA 21, p. 132], ce qui me semble une erreur. Noter également la ville de Muzullum/Muzunnum dans la région d’Alalah. »)

Résumé : Ville attestée dans le contexte de la campagne de Yahdun-Lim dans le triangle du Habur, à chercher vraisemblablement entre Šuna et Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23). À distinguer de Musilan (2), dans le Yapṭurum (1).


Musilan (2)

Nom(s) OB : Musalanum, Musilan, Musulan, Musilanum

Zone : E, D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 68, 70
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180 (Musulan = Musilan ; ≠ « Musilânum du district de Talhayum »)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 103, 297
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343, 346 (p. 343 : « route le long du Jaghjagh par Šunâ, Musulân, Kallahubrâ, Kahat et Nagar » ; p. 346 : Kulzalanu (commentaire TEXTELSEM : ancienne lecture) sur la route entre Harranum et Alan, entre Bakitanum et Buš’anum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 118 (s.v. Kulzalanu)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« 2) Musilânum de la région de Talhayum : ina Musilânim ša halaṣ Talhayi [ARM XXVII 64 : 8]. M. Wäfler n’a pas cru devoir distinguer les deux [OBO SA 21, p. 132], ce qui me semble une erreur. Noter également la ville de Muzullum/Muzunnum dans la région d’Alalah. »)
  • M. Guichard, NABU 2006/35, 2006 (le toponyme enregistré par le RGTC 3 (p. 144) sous la forme Kulzalanu peut être collationné en Musalanum ; ville du Yapṭurum (1))

Résumé : Ville située dans le Yapṭurum (1). Elle doit être identifiée au toponyme attesté par les « itinéraires paléo-babyloniens » antérieurement lu Kulzalanu. La Musilan des « itinéraires paléo-babyloniens » est à chercher entre Bakitanum et Buš'anum. À distinguer de Musilan (1), proche de Šubat-Enlil/Šehna. Voir également Mišul ci-dessus.


Mutiabal (1)

Nom(s) OB : Mutiabal

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • W. F. Albright, JAOS 45, 1925, p. 225-228
  • E. Weidner, AfO 16, 1952-53, p. 17
  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 106 (partie de la tribu Yamutbal ou tribu implantée dans la région du Yamutbal)
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 218 (tribu sur la rive est du Tigre)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 170 (s.v. Mutiabal(um) ; ne connaît alors encore que ce Mutiabal oriental)
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 151-152 (Kazallu et le Mutiabal)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 175 n. 20 (distingue pour la première fois deux Mutebalum/Muti-abal : un autour de Kazallu et l’autre en situation occidentale, « d’où proviendraient (entre autres) les nomades benjaminites Ubrabéens. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111 (Muti’abal/Mutêbal ; pour une étymologie de ce nom d’ancêtre)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 207 n. b au n° 580 (« Mutiabal était le nom du pays dont Kazallu était la capitale »)
  • D. Charpin, NABU 2001/52, 2001
  • D. Charpin, NABU 2001/52, 2001
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 220, 231 n. 561 (pays et population autour de la ville de Kazallu)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (région/tribu autour de la ville de Kazallu en Babylonie du nord)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (région/tribu autour de la ville de Kazallu en Babylonie du nord)

Résumé : Ce Mutiabal, situé dans la région de Kazallu, est à distinguer de l'ethnique homonyme Mutiabal (1). Notation courante pour Mut-Yabal, Mut-Ebal RETIRER DU MTT


Mutiabal (2)

Nom(s) OB : Mutiabal, Mutebal

Zone : D, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 175 n. 20 (distingue pour la première fois deux Mutebalum/Muti-abal : une autour de Kazallu et l’autre en situation occidentale, « d’où proviendraient (entre autres) les nomades benjaminites Ubrabéens »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111 (« Muti’abal/Mutêbal » ; n. 116 : pour une étymologie de ce nom d’ancêtre)
  • D. O. Edzard, RlA 8, Berlin/New York, 1993-1997, p. 500-501
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 208 n. d au n° 116 (Mutebal = Muti-abal ; désignation d’une partie de la tribu des Yamina)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« Mut-Yabal (var. Mut-Ebal) ; généralement noté Mutiabal » ; « région/tribu de la vallée du Balih (1) »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 133 n. 131, 158, 169, 170, 170 n. 329, 175 (p. 133 n. 131 : localité formée sur le nom d’un ancêtre ; habitat d’un sous-clan ; p. 158 : sous-clan rabbéen ; « le Mutiabal présent dans le Yamhad et dans la région intermédiaire entre Larsa et Suse n’avait pas d’établissement sur les Bords-de-l’Euphrate. » ; p. 170 : « Le “Mutiabal” est donc, à l’époque, un sous-clan des Rabbéens, certainement domicilié principalement au Yamhad, mais qui pouvait faire, occasionnellement ou pas, une partie de sa transhumance jusque sur l’Euphrate, sans que nous en soyons informés. Un nom d’ancêtre devait être l’éponyme du clan : Mut-Yabal. »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 107 n. 48

Résumé : Ce Mutiabal (2) est à distinguer de Mutiabal (1), ethnique homonyme rattaché à la région de Kazallu. J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004, a proposé qu’il s'agissait d'une sous-tribu des Yaminites Rabbum.


Nadbum

Nom(s) OB : Nadbum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 132 (s.v. Nadbum)

Résumé : Localité mentionnée dans les textes économiques de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83).


Nagabbiniwe (1)

Nom(s) OB : Nagabbiniwe

Zone : E, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Finet, AfO 25, 1974-77, p. 122 (vignoble de Nagabbiniwe)
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 24 (s.v. Nagabbinīyum ; gentilice d’une localité dépendant du roi de Talhayum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 172 (s.v. Nagab(b)īn)
  • J.-M. Durand, MisEb 2, QdS 16, Florence, 1989, p. 43 (vignoble de Nagabbiniwe)
  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 138 (localité dans le pays d’Apum (1), située dans la partie ouest ou nord-ouest de celui-ci)
  • D. Charpin, Syria 71, 1994, p. 459 (la localité de Nagabbiniwe près de Šubat-Enlil/Šehna a pu être le lieu d’installation de déportés de la région de Šušarra, voir l’entrée Nagabbiniwe (2))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 650-651 n. j au n° 832 (vignoble de Nagabbiniwe)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 108 (vignoble de Nagabbiniwe)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 132 (s.v. Nagabbin ; ≠ Nagibum ; ≠ Nakabbinive ; ≠ Nakapi)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 13 et 26 (« Nagabbinum, dans la région de Šubat-Enlil : ARM XIII 142 (LAPO 17 832) : 37 ; 149 (LAPO 16 226) : 5 ; A.2495 : 10 (inédit cité par J.-M. Durand, MisEb 2 = QdS 16, 1989, p. 44). Peut-être à rapprocher du nom de Nagibum, localité proche d’Andarig » ; à distinguer de Nagabbiniwe (2), dans la région de Shemshara)

Résumé : Localité située non loin de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et lieu de plantation de vigne ; peut-être à identifier avec Nagabbum, cf. ci-dessous. À distinguer de Nagabbiniwe (2), dans la région de Shemshara.


Nagabbum

Nom(s) OB : Nakabbum, Nagabbum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 138 (localité dans le pays d’Apum (1), située dans la partie ouest ou nord-ouest de celui-ci)
  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 442
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 134 (s.v. Nakapi ; ≠ Nagabbin ; ≠ Nagibum ; ≠ Nakabbinive)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 249 (« Nagabum occurs in several administrative texts and was presumably located in Apum. It may be identified also with the town Nagabbiniwe in ARMT XIII, 142 and 149, both letters sent from Šubat-Enlil. »)

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83), peut-être à identifier avec Nagabbiniwe (1). Peut-être à distinguer de Nagibum.


Nagabiš

Nom(s) OB : Nagabiš

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 87 (village près d’Ašnakkum)

Résumé : Localité des environs de Hurra et d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Nagar

Nom(s) OB : Nagar    Certitude OB : 3

Zone : E

N° HIGEOMES : 29

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Brak, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 30 (près de Qaṭṭunan et Ṭabatum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 173 (s.v. Nagar)
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 68 n. 7 (cite la remarque de J.-M. Durand concernant le fait que Nagar = Tall Brak)
  • J.-M. Durand, SEL 8, 1991, p. 93 n. 46
  • D. Matthews & J. Eidem, Iraq 55, 1993, p. 201-207
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180, 184, 192, 193, 193
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 241, 270
  • M.-G. Biga, Amurru 1, Paris, 1996, p. 34 n. 9
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323, 332, 342-343
  • L. Milano, Amurru 1, Paris, 1996, p. 137
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 175, 178 n. 38
  • A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 589-592
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 414 (= Nagar = Nawar = Tall Brak)
  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 329-337, 331, 332
  • J. Eidem, RlA 9, Berlin/New York, 1998-2001, p. 75-77
  • D. Oates et al., 2001/, Cambridge/Londres, 2001, p. xxvii (= Tall Brak)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 132-133 (s.v. Nagar ; ≠ Nawala ; ≠ Nawar [1] et [2] ; avec la bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38, 60, 64, 235, 239, 249, 274 (p. 274 = Tall Brak)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 90
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119 n. 42, 149 (p. 119 n. 42 : toute proche d’Abi-ili)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 66 n. 32 (= Tall Brak)

Résumé : Nagar a été identifiée par J.-M. Durand avec Tall Brak (n° HIGEOMES 29). Cette proposition a été confirmée par le fouilleur, D. Matthews, et par J. Eidem en 1993. La ville est mentionnée dans un nom d'année de Yahdun-Lim de Mari ; voir D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 60-61. Elle hébergeait le sanctuaire de Belet-Nagar ; voir M. Guichard, MARI 8, 1997. L'identification de Nagar avec Nawar (2), ville-frontière méridionale du royaume de Kahat, semble possible ; voir-ci-dessous Nawar (2).


Nagi

Nom(s) OB : Nagi

Zone : B

Résumé : Localité située dans le royaume de Mari, peut-être à identifier avec Nagum.


Nagibum

Nom(s) OB : Nagibum

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 617 (ville appartenant au royaume d’Andarig)
  • S. Lackenbacher, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 448 n. a au n° 508
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 133 (s.v. Nagibum ; ≠ Nagabbin ; ≠ Nakabbinive ; ≠ Nakapi)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 199-200 (non loin d’Andarig)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (proche d’Andarig)
  • M. Guichard, ARM 31, Paris, 2005, p. 389 n. 71 (« Cette ville qui appartient au royaume d’Andarig, et n’est donc que peu attestée dans les archives mariotes, l’est encore dans M.5707 iii, liste de soldats pâṭerum du Sud-Sindjar (Kurdâ, Andarig et Allahad) (époque éponymale).»)

Résumé : Localité proche d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64), probablement à distinguer de Nagabbiniwe (1) et de Nagabbum.


Nagiranum

Nom(s) OB : Nagiranum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 83-84 (« Nagirānum, not attested elsewhere, must have been located beyond Šurnat when arriving from Ka’umi. »)

Résumé : Localité uniquement attestée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Nagum

Nom(s) OB : Nagum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 (une île ? ; rive gauche de l’Euphrate)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 178-179 (p. 179 : en Djézireh)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 136, 149, 175

Résumé : Localité située en rive gauche de l'Euphrate, dans le royaume de Mari. Elle est peut-être à identifier avec Nagi.


Nahan

Nom(s) OB : Nahan

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 20
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 173 (s.v. *Naḫān(um))
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 157, 179, 182, 184 (p. 157 : Sim’alites, ce sont peut-être des Ašarugayum ; p. 179 : clan sim’alite ; p. 182 : devrait faire partie des Ašarugayum)
  • M. Anbar, NABU 2008/34, 2008
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 36, 135, 184 (p. 36 : parle de l’homme (du clan) des Nahan)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite.


Nahur

Nom(s) OB : Nahur, Nahhur
Nom(s) MA : Nahur

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 35 (= Tall Fekheriye (n° HIGEOMES 38))
  • M. Birot, Syria 41, 1964, p. 49
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 173 (s.v. Naḫur « M. Falkner, AfO 18, 35 : = Tall Faḫḫārīya (…) ; am r Ufer des Ḫābūr näher an —> Qaṭṭunān : M. Birot, Syria 41, 39 mit Anm. 5. Vgl. ausführlich mit Lit. M. Falkner, AfO 18, 20. Da in Tall Faḫḫārīya Keramik der aB Zeit gefunden wurde (vgl. Hrouda, ZA 54, 201 ff.), kann die Lokalisierung nicht ausgeschlossen werden. In aB Texten wird N. erwähnt mit —> Qaṭṭunān, —>Ṭabatum und —> Zilḫān ; —> Ašlakkā. Der Ausdruck —> (māt) Naḫur wird gebraucht parallel zu —> (māt) Japṭurum. N. ist Wohngebiet der —> Hanäer. »)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« Nahur constituait une sorte de sanctuaire confédéral, où se réunissaient de temps en temps tous les rois de la région [Ida-maraṣ]. »)
  • B. Lyonnet, Mémoires de NABU 2, 1992, p. 127
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 181
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 65
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 123
  • J. M. Sasson, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 314
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 324
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336, 344, 345, 346
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 392
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 474-475
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 192, 194
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 480 (dans l’Ida-Maraṣ (1) supérieur)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 149, 155, 179
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 91 n. 554
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 133-134 (s.v. Naḫur ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 12
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 136
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 130, 134, 153, 197 n. 233, 209, 239, 274 (p. 209 : ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • D. Charpin & J.-M. Durand, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 99-101
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 117, 121, 124, 127 (p. 121 et 124 : dans l’Ida-Maraṣ (1) ; = Kızıltepe ?)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405, 406 n. 10
  • M. Guichard, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 43-53 (Nahur comme étape de la route commerciale empruntée par des marchands d’Aššur ; histoire de Nahur)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 71 n. 56 (« Dans la mesure où la route de Nahur à Mari passe par Susâ, placer Nahur et Susâ sur le wadi Aoueij [= Wadi Avedji] paraît une hypothèse vraisemblable. Je me demande dès lors si Nahur ne serait pas à localiser au Tell Ailoun [= Tall Aylun, n° HIGEOMES 17]. Le site a une très grosse occupation du troisième millénaire, mais elle se prolonge au second (Lyonnet 1992; référence à ajouter à Anastosio et al. 2004: 69 n°35). Nahur serait alors à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Urkiš (tell Mozan [= n° HIGEOMES 92]), ce qui semble correct. »)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 100 (à l’ouest et proche de Šuduhum, entre Ašlakka et Urgiš)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 34 (située entre Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) et Ašlakka)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 74 n. 44, 75 n. 48 (sur un itinéraire (CCT 5 44c) entre Qaṭṭara et Hakka, étape entre Amaz et Luha/Luhayan)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 80 (« Parti d’Ašlakkā, Ibâl-Addu se rendit à Nahur d’où il attaqua la ville de Kālilu, non sans avoir traversé un cours d’eau (peut-être le Sârum à l’ouest de Nahur). »)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 112 (mentionne une route, qui « contournant le Djebel Sindjar par le Nord, aurait gagné Hahhum via Apum, Nahur et Luhaya »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14, 15, 16 (p. 14 : entre Amaz et Ela/uhut/Luhayu, sur la route entre Aššur et Hahhum ; p. 15 : route centrale qui va d’Apum à Hahhum ; p. 16 : sur la route nord du triangle du Habur, à proximité d’Urkeš, probablement à l’ouest d’Ašnakkum, et serait alors dans la zone d’Amuda ou Derbasiye ; = Tall Aylun (n° HIGEOMES 17))
  • M. Guichard, NABU 2016/9, 2016

Résumé : Nahur est l'une des villes fortifiées les plus importantes du triangle du Habur. Itur-Asdu, un chef militaire, y fut installé par Zimri-Lim, roi de Mari. Elle est à chercher dans les environs d'Ašlakka et d'Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) peut-être sur le wadi Avedji. La proposition de localiser cette ville à Tall Aylun (= n° HIGEOMES 17) a été faite une première fois par D. Charpin, BBVO 20, et devra être examiné.


Namsum (1)

Nom(s) OB : Namsum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 439 n. 72
  • J.-R. Kupper, ARM 28, Paris, 1998, p. 90 n. b au n° 62 (remarque de J.-M. Durand sur l’existence de cette Namsum de Haute-Mésopotamie, à distinguer de celle de Babylonie)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26 (« entre Apqum du Balih et Zalluhân, peut-être à l’une des sources du Habur 1 »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125 (l’étymologie possible de ce toponyme désignant « la Vasque » indique peut-être une des sources de résurgence du Habur (1))

Résumé : Localité située dans le royaume d'Ašlakka. À distinguer de Namsum (2), en Babylonie.


Napṭarum

Nom(s) OB : Napṭarum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 192
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 135 (s.v. Napṭarum)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 53 (dans la région de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83))

Résumé : Localité mentionnée dans la correspondance d'Itur-Asdu. Elle est à chercher dans les environs de Nahur.


Nara

Nom(s) OB : Nara

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 35, 1958, p. 21-23 (commentaire d’ARM 9 291, un recensement de femmes du « district de Terqa » ; ces femmes proviennent de Zarri-Rabbiyum [= Zarri (2)] ; Ya’il ; Nara, Tillazibim et Nihadum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 175
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 665-666 (« lieu-dit qui doit signifier “Endroit du Canal”. C’est peut-être là où se trouvait la prise du canal Išîm-Yahdun.Lîm »)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229 n. 12
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 104 (à côté de Dur-Yahdun-Lim)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 256 (étymologie)

Résumé : Localité située dans le district de Terqa.


Nasipa

Nom(s) OB : Nasipa

Zone : E, F

Résumé : Localité mentionnée dans un texte des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Našer

Nom(s) OB : Našer, Nišir, Našir, Nišer

Zone : B

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 180 (s.v. Nišir, Našer)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 n. 60 (« |a région “entre Hindân et Nâšer” forme d’ailleurs une unité, dans plusieurs textes »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 36
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 113 (M.5257 : 6)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 404 n. 148
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 387-388 (p. 388 : Nišir est une variante pour Našer)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 713
  • S. M. Maul, MARI 8, 1997, p. 757 n. 15 (M.11513+)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 386 (« centre important au sud de l’alvéole de Mari »)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 155 (au sud de Mari, district de Našer)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 118 n. b (« Našer, point de rencontre des différentes ethnies du Suhûm d’après A.4319 »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 48 (au sud de Mari ; « la poche de Našer, une ancienne zone benjaminite naturalisée bensim’alite »)

Résumé : Našer doit être recherchée en aval de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56). Elle pouvait figurer comme capitale provinciale.


Našilanum

Nom(s) OB : Našilanum, Našila

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 130
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 176 (s.v. *Našilānum)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 201-202 (« doit (…) représenter des salines situées plus au nord. Sa proximité avec Karanâ incite à une telle façon de voir. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 341 (plutôt dans l’ensemble oriental, « au débouché des ouadis descendants de la chaîne du djebel Sindjar »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 371 (« centre où se trouvent les salines du Sud-Sindjar, soit la région du Wadi Ajîj »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 135 (s.v. Našilanum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 26-27 (= Našila, « dans la région du Sindjar, sans doute une variante pour Našilanum, dans la zone de salines au sud du Sindjar »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 88 (= Našila ; « rappelle Našilanum, attesté dans le Sud-Sindjar à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie »)

Résumé : Našilanum est le nom d'une saline située dans la région du Djebel Sindjar.


Nawala

Nom(s) OB : Nawila, Nawali, Nawala    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Nabula, Nabuli

Zone : E

N° HIGEOMES : 44

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Girnavaz

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • K. Kessler, AfO 26, 1978-79, p. 99-100 (= MAss Nabula ; = Girnavaz)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 176 (s.v. *Nawalā)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 91 (= Girnavaz)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 135 (s.v. Nawala ; ≠ Nagar, ≠ Nawar [1] et [2] ; avec bibliographie antérieure)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 298, 302 (p. 298 : PIHANS 117 LT 3 définit le territoire du royaume de Kahat de manière récurrente comme allant ištu Nawar adi Nawarki « Nawar can be identical with Tell Brak, while the second Nawar mentioned in the treaty could be another, northern Nawar, tentatively identified with Nawali/Nabula, perhaps the mound of Girnavaz 5 kms north of Qamishli. If correct there seems to be a clear logic in defining the kingdom by these two outer points of the wadi [scil. Djaghdjagh], both important religious centers. » ; p. 302 : Hawur-adal, Hawurni-adal est attesté par les archives de Tall leilan comme roi de Nawala ; véritable roi était le dieu de l’orage, cf. également p. 325)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 133 n. 102 (= Girnavaz)

Résumé : La ville de Nawala est attestée, entre autres, par de nombreux textes économiques de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) et doit être cherchée à proximité de ce dernier. L'identification avec la Nabula médio-assyrienne a été proposée par K. Kessler, AfO 26, 1978-79, de même que la localisation de Nabula à Girnavaz (n° HIGEOMES 44). La question se pose concernant l'identification de Nawala avec la frontière du royaume de Kahat, voir ci-dessous Nawar.


Nawar (1)

Nom(s) OB : Nawar

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 177-178
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 135-136 (s.v. Nawar [1] ; Nawar [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (Nawar proche d’Urgiš)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 298 (PIHANS 117 LT 3 définit le territoire du royaume de Kahat de manière récurrente comme allant ištu Nawar adi Nawarki « Nawar can be identical with Tell Brak, while the second Nawar mentioned in the treaty could be another, northern Nawar, tentatively identified with Nawali/Nabula, perhaps the mound of Girnavaz 5 kms north of Qamishli. If correct there seems to be a clear logic in defining the kingdom by these two outer points of the wadi [scil. Djaghdjagh], both important religious centers. »)

Résumé : Localité proche d'Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92). Il pourrait s'agir de la ville-frontière septentrionale du royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23). Elle est à distinguer de Nawar (2), sa ville-frontière méridionale.


Nawar (2)

Nom(s) OB : Nawar

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 176 (s.v. Nawar : enregistre par erreur deux références à Nawar : ARM 2 26 : 9 et ARM 6 27 : 9’ – dans les deux cas il s’agit d’un nom propre et non du toponyme ; B. Groneberg commente « Nach L. Oppenheim, JNES 11, 136, Nisbenbildung zum Ortsnamen (UR III mB) Naw/mar, vgl. RGTC 1, 127 ; 2, 138f. Die Gleichsetzung von Naw/mar mit —> Nagar (RGTC 1 127) scheint mir zweifelhaft, weil der Lautübergang von /w, m/ zu /g/ nicht möglich ist. Es ist möglich, daß das aB Lemma N. Adjektiv fem. zu namru ist, vgl. schon ARMT 15, 153 und AHw 771. »)
  • J. Eidem, AAS 37/38, 1987-88, p. 116 (« The kingdom of Kaḫat (…) is defined as the area between Nawar and Nawar. This means that there must have been two places with this name in the Upper Habur »)
  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 334-335 (Nawar = Nagar ; « La formule qu’emploie le traité entre le roi de Šehnâ et Yamṣi-hadnû, cité par J. Eidem (…) « de Nawar à Nawar » pour définir le territoire de Kahat ne me semble pas fournir la preuve irréfutable que l’éditeur voudrait de l’existence d’une Nawar septentrionale. Cela pourrait se comprendre comme l’expression raccourcie d’un tour d’horizon définissant la frontière du point alpha au point alpha. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 135-136 (s.v. Nawar [1] ; Nawar [2])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« Nawar “du district de Ta’idu”, proche de (ou identique à) Tall Brak : « A town Nawar is mentioned in two Mitanni period tablets found in 1986 at Tell Brak (see N. Illingworth, Iraq 50 (1988), pp. 99sqq. nos 23-4), and their implication is that the town — if not identical with Brak itself — was located fairly close to this site. This place then may be a southern Nawar perhaps identical with the town Nagar (see for this J.-M. Durand M.A.R.I. 4, p. 295 n. 14) which also belongs to this sector of the Habur, wile another Nawar is that related to Urkiš in the famous inscription of Atalšen. »)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 298 (PIHANS 117 LT 3 définit le territoire du royaume de Kahat de manière récurrente comme allant ištu Nawar adi Nawarki « Nawar can be identical with Tell Brak, while the second Nawar mentioned in the treaty could be another, northern Nawar, tentatively identified with Nawali/Nabula, perhaps the mound of Girnavaz 5 kms north of Qamishli. If correct there seems to be a clear logic in defining the kingdom by these two outer points of the wadi [scil. Djaghdjagh], both important religious centers. »)
  • K. Kessler, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 36, 41 (= Tall Brak (n° HIGEOMES 29), dans le district de Tadum (probablement = Tall al-Hamidiya, n° HIGEOMES 54))

Résumé : Il pourrait s'agir de la ville-frontière méridionale du royaume de Kahat. Elle est à distinguer de Nawar (1), dans les environs d'Urgiš, qui fut peut-être sa ville-frontière septentrionale. L'hypothèse selon laquelle Nawar (2) doit être identifiée avec Nagar (= Tall Brak, n° HIGEOMES 29) n'a pas été tranchée définitivement (voir ci-dessus).


Nawardu

Nom(s) OB : Nawardu

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, NABU 1996/6, 1996
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 136 (s.v. Nawardu)

Résumé : Localité située dans le centre ou l'est de la Haute-Mésopotamie.


Nawum ša Šarrukin

Nom(s) OB : Nawum ša Šarrukin

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 139 (steppe de — ; région qui semble être un hapax ; « correspond plus ou moins au royaume de Šarrum-kîma-kali.ma »)

Résumé : Désignation uniquement attestée par ARM 26/1 180 : 29-30. Il n'est pas sûr qu'il s'agisse d'un toponyme.


Ni’atum

Nom(s) OB : Ni’atum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 155, 568 (p. 155 : on connaît le lieu-dit Ni’atum-le-Puits ; « il semble d’autre part que Ni’atum arrive, seul, comme notation géographique » ; « sens de “prairies” donné à ni’atum »)

Résumé : Localité du district de Terqa (1) ; peut-être à identifier avec Ni'atum-burtum.


Ni’atum-burtum

Nom(s) OB : Ni’atum-burtum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 139 (campagne de Mari)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 155 (lieu-dit le puits)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 65 n. 407 (signifie Ni’âtum-le-Puits ; lieu-dit sur la rive droite de l’Euphrate)

Résumé : Localité du royaume de Mari située sur l'Euphrate. Peut-être à identifier avec Ni'atum.


Nihadum

Nom(s) OB : Nihadum, Nihad, Nahad

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 20
  • M. Birot, Syria 35, 1958, p. 21-23 (commentaire d’ARM 9 291, un recensement de femmes du « district de Terqa » ; ces femmes proviennent de Zarri-Rabbiyum [= Zarri (2)] ; Ya’il ; Nara, Tillazibim et Nihadum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 177 (s.v. *Niḫad(um))
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 118
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 779 (district de Saggaratum, rive gauche de l’Euphrate, « en aval de la confluence du Habur »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 570-571 (« dans la région de la forteresse de Yahdun-Lîm » ; « fait partie du district de Saggarâtum » ; « Nahad a certainement un rapport avec le toponyme Nihad ou le clan des Nihadû »)
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 298, 303, 320, 339 (district de Saggaratum, « along the northbound trade route in the direction of Karkemish »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 175, 179, 182, 183, 184 (p. 154 : canton sim’alite du district de Saggaratum ; p. 175 : clan sim’alite, dans la province de Saggaratum ; p. 179 : clan sim’alite)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229 n. 12
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 78, 110 (clan sim’alite, p. 110 : « variante pour Nihad. Il s’agit d’une ville proche de Dûr Yahdun-Lîm »)
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 56 (« la ville de Nihad (var. Nahad) est proche de la Forteresse de Yahdun-Lîm »)

Résumé : Localité du district de Terqa, située dans la région de Dur-Yahdun-Lim, et nom d'un des clans sim'alites.


Nihriya

Nom(s) OB : Nihriya, Nehriya    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Nihriya

Zone : D

N° HIGEOMES : 78

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Kazane Höyük

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 177-178 (s.v. Niḫrijā : « J.-R. Kupper, Nomades S. 183 : vielleicht n des Ḫābūr-Dreieckes. G. Dossin, SD 2, 116 : 11 : zwischen —> Šudā und dem Land Kummuḫ ; so auch A. Goetze, JCS 7, 61 mit Anm. 75 : (nA) Niḫrija und Kutmuḫ waren dem gleichen Gouverneur unterstellt. S. noch J. Lewy, OrNS 21, 404 Anm. 2 zu aA Belegen von N. und ibid. S. 407. Zusammenfassend vgl. M. Falkner, AfO 18, 20ff. besonders S. 35-36 : im Gebiet von Urfa, vielleicht am Euphratübergang bei Samsat. »)
  • I. Singer, ZA 75, 1985, p. 106 (au nord ou nord-est de Diyarbakır)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 77 n. 199
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 149
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343, 345
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 49, 57 (p. 57 : « un des centres du Zalmaqum »)
  • D. Charpin, NABU 2000/58, 2000 (« dans la région de Diyarbakir »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 136 (s.v. Niḫriā ; ≠ Niḫru ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 23, 46 et n. 157, 51 n. 190-191, 108, 113, 132-133, 148, 152, 191, 197, 274 (p. 46 n. 157 : remarque de J.A. Miller = Kazane Höyük, au nord de la vallée du Balih ; p. 51 n. 190 : T.574 : 13 ; p. 274 : = Kazane Höyük)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 n. 79, 127, 163, 169 n. 327, 171 (p. 124 n. 79 : dans le Zalmaqum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 412, 413, 414
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 11-13 ((documentation paléo-assyrienne))
  • G. Chambon, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 235 (= Kazane Höyük)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 205 (= Kazane Höyük)
  • J. L. Miller, Mél. Roaf, AOAT 397, Münster, 2012, p. 349-372 (histoire de la ville de Nihriya à travers les époques ; p. 358-359 : identification avec Kazane Höyük ; différenciation Nihriya-Na’iri au premier millénaire)
  • N. Ziegler, (AIL : dans le Zalmaqum, ARM 14 77 ; à une étape de Admum, ARM 1 103)

Résumé : Nihriya est l'un des centres les plus importants du Zalmaqum. Une proposition d'identification avec Kazane Höyük (n° HIGEOMES 78) est discutée par J. Miller, Mél. Roaf, 2012.


Nihru

Nom(s) OB : Nihru

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 137 (s.v. Niḫru ; ≠ Niḫriā)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 301 (près d’Azamhul)
  • D. Charpin, RA 108, 2014, p. 148 (= homonyme de Nihriya (même nisbé ni-ih-ra-yu))

Résumé : Localité à chercher dans les environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Nilibšinnum

Nom(s) OB : Nilibšinnum, Nilabšinnu, Lilabšinnu

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 66 (s.v. Edannunilibšinnu et s.v. Edannulliš)
  • K. Kessler, SMEA 24, 1984, p. 21-31 (propose de l’identifier à Tall Brak (n° HIGEOMES 29))
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Brak ?)
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 76 (donne la bonne lecture au lieu du Edannunilibšinnu de G. Dossin ; = Tall al-Hamidiya (n° HIGEOMES 54))
  • M. P. Streck, RlA 9, Berlin/New York, 1998-2001, p. 317-318 (dans le triangle du Habur, dans le royaume de Kahat)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 137 (s.v. Nilibšinnu ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-R. Kupper, NABU 2004/99, 2004 (= Lilabšinnu = Nilabšinnu)

Résumé : Localité du royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Ninet

Nom(s) OB : Ninive, Ninet, Ninuwa, Ninewa    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Ninua

Zone : G

N° HIGEOMES : 94

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Kuyunjik, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 178-179 (s.v. Ninet et s.v. Ninu(w)a ; les deux toponymes sont traités comme faisant référence à deux villes distinctes)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 224
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 476 (s.v. Ninêt : sur un point de franchissement du Tigre d’où la proposition de mettre en relation Ninet et Ninive ; voir aussi Ištar de Ninet et l’allusion au kirhum de Ninet (A.2728, G. Dossin, RA 66))
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 340, 344, 347-348
  • A. Lemaire, Amurru 1, Paris, 1996, p. 430
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 178
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 114
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 138 (s.v. Ninet ; ≠ Ninua ; avec bibliographie antérieure)
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 544 (rive gauche du Tigre ; Ninet = Ninua = Ninive)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 225, 271
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 79 n. 19, 93, 97, 99, 101, 103, 147, 273 (= Ninet = Ninive moderne)
  • N. Ziegler, Iraq 66, 2004, p. 19-20 (identification de Ninet avec Ninuwa)
  • D. Charpin, RA 110, 2016 (corrige les lectures de PIHANS 117 LT 1 i 7 et i 11)

Résumé : Ninet, à identifier avec Ninuwa, l'antique Ninive (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94), était l'une des plus importantes villes du royaume de Nurrugum. Elle fut conquise par les troupes du royaume de Haute-Mésopotamie et resta importante après cela, tant comme lieu de culte que comme centre d'administration ; voir N. Ziegler, CRRAI 49/1, 2004.


Nithum

Nom(s) OB : Nithum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 180 (s.v. Nitḫum)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 88 (« au-dessus d’Amaṣ, dans le pays de Šunâ »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 138 (s.v. Nitḫum ; voir aussi Ithum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116 (au nord d’Amaz)

Résumé : Localité située au nord d'Amaz et appartenant au royaume de Šuna.


Nu’abum

Nom(s) OB : Nu’abum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 180 (s.v. Nu’abu : « Die Lesung Nu’abu statt Nusabu [ARMT 7 und 8 loc.cit.] geht zurück auf J.-R. Kupper [mündl. Mitteilung]. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 246 (« bourg du district de Mari »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 40, 184 (p. 40 : « ville du district de Mari »)

Résumé : Localité du district de Mari.


Nuhme

Nom(s) OB : Nuhme

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 138 (s.v. Nuḫmē)

Résumé : Localité uniquement mentionnée dans un texte administratif de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83).


Numbidum

Nom(s) OB : Numbidum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 110-111 n. d (clan sans doute yaminite)

Résumé : Ethnique attesté dans la région de Lasqum.


Numha (1)

Nom(s) OB : Numha, Numahum, Numhum

Zone : F, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 180-181 (s.v. Numḫa, Numḫûm ; ne distingue pas entre (1) et (2) : « Vgl. H.B. Huffmon, APNMT 239 zum Namen. J.-R. Kupper, Nomades, 217 : halbnomadischer Stamm und Name eines Landstriches. Ansässig im Land —> Jamutbal (im Norden?), vgl. zuletzt zusammenfassend M. Stol, Studies, S. 70. »)
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 8 (« Toute la chaîne du Sinjar, avec ses prolongements moins élevés vers l’est et le sud-est, jusqu’à Tell Rimah est le pays du Numha, peuplé par les Numhéens. Par contre la zone de terrasses dont Andarig et Allahad sont les centres est le pays de Yamutbal, peuplé par les Yamutbaléens. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 354
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 138-139 (s.v. Numḫā ; ne distingue pas entre (1) et (2) ; « Landesname ; Hauptstadt ist Kurdā »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 15-16 et 27 (« tribu/région au sud-est du Sindjar, avec Kurdâ comme ville principale »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 133, 134, 135, 136, 138, 140 n. 177, 150, 153, 184, (p. 133 : monarchie dans la région du Djebel Sindjar ; p. 134 : « région qui va de Tell Barri à Tell Brak »)
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 230-260

Résumé : Nom d'une tribu ou d'une région située au sud-est du Djebel Sindjar, dont la ville principale semble avoir été Kurda. À distinguer de Numha (2), qui serait chercher à l'est du Tigre selon les rares sources disponibles.


Numha (2)

Nom(s) OB : Numha

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 180-181 (s.v. Numha, Numhûm ; ne distingue pas entre [1] et [2])
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 138-139 (s.v. Numḫā ; ne distingue pas entre [1] et [2] ; ne connaît que le Numha dont Kurda est la capitale)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 15-16 et 27 (« tribu/région à l’est du Tigre(?). Les seules mentions éventuelles seraient le traité de Belakkum d’Ešnunna et l’édit d’Ammi-ṣaduqa »)

Résumé : RETIRER DU MTT à l'est du Tigre


Nurrugum

Nom(s) OB : Nurrugum

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 4 (à l’ouest du Tigre)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 181-182 (s.v. Nurrugum : « G. Dossin RA 35, 182 Anm. 4 : im Tigristal, oberhalb von —> Ekallātum ; A. Poebel, JNES 1, 288 Anm. 112 ; A. Finet, ARMT 15, 131 : —> Karanā benachbart ; M. Falkner, AfO 18, 36 : w von Mossul ; D. Oates, Studies, 31 : zwischen Tall ‘Afar und Tigris, umschloß möglicherweise auch die Stadt —> Ninu(w)a. Unweit von —> Apqum und —> Zanipā [ARM 5, 43 und 62]. »)
  • J. Eidem, Iraq 47, 1985, p. 101 n. 84 (ville à l’est du Tigre, pays sur les deux rives et incluant Ninet)
  • M. Anbar, OBO 108, Fribourg/Göttingen, 1991, p. 48 (distingue entre une Nurrugum orientale et une Nurrugum occidentale)
  • F. Joannès, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 82, 88 (p. 88 : « région riveraine du Tigre entre Ekallâtum et l’actuelle Mossoul »)
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 347, 348, 395
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 231, 248, 250
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 n. 39
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97 (désigne à la fois une ville et le pays alentour)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 139 (s.v. Nurrugum ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 225, 258 n. 216, 271 (p. 258 n. 216 : le district de Nurrugum est dans la région de Ninet)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 92-93, 93 n. 146, 97 n. 185, 97-99, 99, 101, 104 n. 243, 109 n. 277, 110 n. 284, 113 n. 311, 135 n. (p. 274 = Eski Mosul)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32 (une seule ville de ce nom)
  • N. Ziegler, Iraq 66, 2004, p. 21 (à la fois le nom d’un royaume et celui de sa capitale ; royaume s’étendant sur les deux rives du Tigre ; la ville elle-même devait être sur la rive gauche ; au nord il y avait les pays de Hiwilat et Talmuš ; le Grand Zab formait peut-être la frontière sud-est et le Djebel Atshan était peut-être situé sur sa frontière ouest)

Résumé : Nurrugum était la capitale d'un royaume dont Ninet = Ninuwa (= Tall Kuyunjik, n° HIGEOMES 94) était l'un des centres majeurs. Nurrugum fut conquise par les troupes du royaume de Haute-Mésopotamie. La localisation de Nurrugum n'est pas connue, mais elle se trouve peut-être sous l'actuelle ville de Mossoul. L'identification erronée avec Eski Mosul (n° HIGEOMES 681, voir D. Charpin et N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 274) ne doit pas être retenue. Voir en dernier lieu N. Ziegler, CRRAI 49/1, 2004.


Nusar

Nom(s) OB : Nusar, Nunasar, Nasaru

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 476 (proche de Karana ; sur une route reliant Qaṭṭara à Ekallatum à trois étapes de Qaṭṭara ; à proximité de Nusar et Parpara)
  • D. Lacambre, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 280 n. 32
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 341 (salines « aux environs de Nasaru, à l’ouest de Qaṭṭarâ »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 254-255
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 139-140 (s.v. Nusarum ; = Nasarum ; = Nunasaru ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 261, 263, 265, 268-269 (variantes Nusar et Nasar : alternance a/u = « o » ; à l’ouest du Tigre ; p. 268 : « petite ville fortifiée au sud, ou au sud-est, de Qaṭṭarâ (Tell ar-Rimah) »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127, 137 et § 1.9. (p. 137 : « certainement au sud du Sindjar puisqu’elle est sur la route reliant Qaṭṭarâ à Ekallâtum », à trois jours de marche de Qaṭṭara ; n. 154 : « on ne peut exclure que NSR ait affaire au sel et que le toponyme ait signifié “Réserves de sel”, ou “Salaisons” »)

Résumé : La ville de Nusar, située au sud ou sud-est de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), était sur la route allant à Ekallatum (1), après Tagida et Hiṣarum. Des salines se trouvaient à proximité.


Pahudar

Nom(s) OB : Pahudar

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 26
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 181-185 (dans l’ouest du triangle du Habur ; = Puhitar des tablettes cappadociennes)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 61, 64 (p. 39 : entre le Habur et le Balih)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 89, 90, 94 (p. 90 : « dans la région occidentale du triangle du Habur »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 15 (sur la route passant par le Sud pour aller d’Apum à Hahhum)

Résumé : Ville mentionnée dans le contexte de la campagne de Yahdun-Lim dans le triangle du Habur, à identifier avec la Puhitar des textes paléo-assyriens. Pahudar est également mentionnée comme conquête de Yahdun-Lim dans un de ses noms d'années (cf. D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, p. 61)


Palda

Nom(s) OB : Palda

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 62 (PA.AGA.UŠ ?)
  • J. M. Sasson, RA 66, 1972, p. 177
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 183 (s.v. PA.AGA.UŠ ; commente J. Sasson RA 66 p. 177)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 322 (commentent J. Sasson RA 66 p. 177)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Alan)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 140 (s.v. PA.AGA.UŠ ; ≠ AGA.UŠ dans le sud de la Babylonie)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 n. 461 (les « itinéraires paléo-babyloniens » mentionnent une étape à Palda)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408
  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (corrige la lecture. Ne plus lire PA.AGA.UŠ mais pa-al(!)-da(!)/du(!))

Résumé : Ville du royaume de Šuda (2) mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Huburmeš et Kubšum. Le toponyme avait initialement été lu PA.AGA.UŠ et se trouve sous cette forme dans de nombreuses publications. La correction est due à J.-M. Durand, NABU 2005/84, le toponyme étant connu par des textes inédits de Mari.


Pallan

Nom(s) OB : Pallan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 164 (s.v. Pallān)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116 (« La Guette », rive droite de l’Euphrate, proche du fleuve, dans l’orbite de Mari)

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Panahzum

Nom(s) OB : Panahzum

Zone : D, E

Résumé : Cf. Ša-Panazim.


Panašum

Nom(s) OB : Panašum

Zone : D, E

Résumé : Cf. Ša-Panazim.


Papahhi

Nom(s) OB : Papahhi, Papanhu

Zone : N, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 44 (histoire événementielle suite à l’invasion d’Elam en Haute-Mésopotamie ; « On voit alors les montagnards, les Pabanhû, sans doute majoritairement hourritophones, descendre du Ṭûr-’Abdîn et s’installer dans les régions du piémont. »)
  • J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 624 n. 320, 643 n. 587 (p. 624 n. 320 : nom propre Pabahhum ; p. 643 n. 587 : « Les pabanhû (pabanhi, papahhu) sont couramment mentionnés dans les textes de Mari pour désigner les montagnards. Le terme peut être employé comme NP, cf. XXII 225 iii’ 42’ : p]a-ba-hu-um, col., ou être employé comme premier terme d’un composé : (f)pa-ba-an-e, 8664, 15142, pa-ba-an-ni, 15228, 15244, avec comme variante pa-ba-an-na, 12390 viii, pa-ba-an-ta-hi, 5527, 5682 (mušaqqû), 7451 vi (kullizu). Il faut y rapporter en outre plusieurs formations hypocoristiques ou tronquées, comme pa-ba-an, TEM-3, XXII 8 : 2 (col), 18600, pa-ba, 10097, 12162, pa-ba-a-ia, 11405. On notera l’écriture de 6493 vi : [p]a-we-na-ew-ri, simug-a, avec -W- pour -B-. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 45 (commentaire au texte ARM 1 103 : « Ces “montagnards” portent l’appellatif hourrite bien connu de pabanhi. Le terme est désormais documenté par beaucoup d’exemples. Il ne semble pas que l’on puisse entendre par là des Turukkéens ou des Guti, lesquels sont dénommés par leur ethnique propre. Force est donc de supposer qu’il s’agissait d’autres peuples hourritophones en provenance du Ṭûr-’Abdîn. »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 132 (des « montagnards »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 196 (montagnards)
  • Th. Richter, 2012/, Wiesbaden, 2012, p. 296 (s.v. pabaḫḫu/û)

Résumé : Papahhi, papanhu, mot d'origine hourrite, est utilisé comme terme généralisant pour des « montagnards ».


Pardu

Nom(s) OB : Pardu

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 82 (entre Mariyatum et Kahat)
  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 118
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 228
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 141 (s.v. Pardu)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 209 (dans la région d’Ilan-ṣura et de Kahat)
  • M. Guichard & D. Sevalié, NABU 2003/6, 2003 (dans l’Ida-Maraṣ (1))

Résumé : Localité des environs de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Parpara

Nom(s) OB : Parpara

Zone : E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 141 (s.v. Parparā)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 228, 239, 269 (p. 228 n. 72 : « dans la région du Wadi Qasab » ; p. 269 n. 260 : « L’existence d’une cannaie montre que la ville de [Parp]arâ est à localiser sur un cours d’eau relativement pérenne. Ainsi, le Wadi Qasab qui prend sa source dans le Djebel Atchana tient son nom de l’existence de roseaux ; il se jette dans le Tigre au nord de Qayyara. Chercher Parparâ le long de ce wadi serait possible. »)

Résumé : Parpara se trouvait dans une région couverte de cannaie. On doit la chercher à l'est de la Haute-Mésopotamie, peut-être sur le Wadi Kasib selon une proposition de N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.


Pi-GIami

Nom(s) OB : Pi-GIami

Zone : E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 40 (s.v. Bigiami)

Résumé : Localité mentionnée par un mémorandum trouvé à Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Pi-narim

Nom(s) OB : Pi-narim

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, NABU 1993/28, 1993 (pî nârim)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 276 (« Peut-être s’agit-il d’un des confluents du Tharthar avec l’Euphrate », « désignant le Umm Rahal »)

Résumé : La lettre A.19 mentionne Pi-narim avec Amum et Qaṣa (= Umm Rahal). Le toponyme pourrait renvoyer à une localité du Wadi Tharthar ou de la dépression Umm Rahal selon une proposition de F. Joannès, NABU 1993/28.


Pi’um

Nom(s) OB : Pi’um

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168 n. 314 (« d’après M.6650, pí-ú-um(ki) est dans la région de Dûr Yahdun-Lîm ; d’après M.10424, “pí-i-im(ki)” se trouve dans le district de Saggaratum »)

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Pu-li-Ila

Nom(s) OB : Pu-li-Ila

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Pu-li-Ila occupe les villes de Harbe (1), Ayyabum et Yabliya)
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 408 (un des 5 clans sutéens ; commentaire TEXTELSEM : le commentaire se fonde sur A.3592 devenu FM 8 34, où la mention des Sutéens ne figure pas, le texte ne peut donc pas servir à cette identification)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156, 157 (p. 156 : les Pu-li-Ila « tenaient les oueds, au débouché desquels se trouvaient les villes » ; p. 157 : ils comprennent les gens de Yabliya, d’Ayyabum et de Harbe (1), les villes principales du Suhum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 118
  • B. Kärger & S. Minx, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13, p. 366 (« Zugehörigkeit zum Stamm (der Sutäer) (…) nicht gesichert »)
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 219 n. 21 (« there is actually no evidence that Pu-la-Ila and the Bar-Halanum, two clans of the Suhum region, were Suteans »)

Résumé : Nom d'un clan attesté dans le Suhum. La proposition de F. Joannès, MARI 8, 1997 (p. 408), qu'il s'agisse d'un clan sutéen, n'a pas pu être confirmée.


Pulukku

Nom(s) OB : Pulukku

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 186 (s.v. Pulukkum : « W. W. Hallo, JCS 18, 69 : nahe (nA) Takritu, nicht identisch mit (nB) Palakkatu am Euphrat, nahe —> Rabiqum. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339 (près de Tikrit)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 235, 245 (p. 245 : « Les deux itinéraires paléo-babyloniens enregistrent une étape à Pulukkû, deux jours de marche au nord de Mankisum » ; nom qui « indique une “frontière” ou des “poteaux” marquant une limite territoriale » ; « à chercher dans la région de Samarrâ » ? Elle marquerait alors « la fin de la plaine alluviale et le début du plateau rocheux »)

Résumé : Ville située en amont de Mankisum (peut-être = Tall Kurr, n° HIGEOMES 726) sur le Tigre, entre Hišatum et Yahappi-ila (1), selon les « itinéraires paléo-babyloniens » ; voir la mise au point de N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.


Purattum

Nom(s) OB : Purattum    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Purattu

Zone : B

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Euphrate

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 303-305 (« Name des Euphrats, dessen Lauf sich in moderner Zeit verlagert hat, vgl. die ausführliche Diskussion in RGTC 2, 257-258, s. besonders R. D. Barnett, JHS 83, 1ff. Vgl. jetzt noch R. Paepe in L. de Meyer, Tall ed-Dēr I S. 20ff., W. F. Leemans, JESHO 19, 216 und H. Nissen, AS 20, 25ff. R. Harris, Sippar 266 und 380 mit Anm. hält den —> FN Sippirītum für einen der Hauptzweige des Euphrats, s. dazu auch die z.T. überholte Arbeit von R. Adams-H. Nissen, Uruk Countryside S. 44ff. »)
  • W. G. Lambert, MARI 6, 1990, p. 642 et n. 4 (« should be read: (bar₆)KIB(nun.na), not bar₆.ùl.nun.na » ; divinisation de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 101-102 (= les « Bords-de-l’Euphrate »)
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 206
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 595 n. d (I₇.DA GAL = Euphrate)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 141 (s.v. Puratum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 33 n. 25 (= le pays de l’Euphrate)
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 16-18 ((documentation paléo-assyrienne))

Résumé : Nom paléo-babylonien de l'Euphrate.


Putrum

Nom(s) OB : Putrum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 186 (= s.v. Putra)
  • D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 133 (nom de l’année 23 de Samsu-iluna mentionne cette localité (pu-ut-ra(ki)))
  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 157
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 142 (s.v. Putrum)
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 401 (ville de l’Ida-Maraṣ (1) ; sans doute au nord de cette région)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 99 (« du côté de la frontière orientale du Yapṭur »)

Résumé : Localité située à l'est du Yapṭurum (1). La ville est mentionnée dans le nom de la 23e année de Samsu-iluna comme conquête avec Šahna du pays d'Apum, Zarhanum et Susa.


Puzurran

Nom(s) OB : Puzurran

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 186 (s.v. Puzurana)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116, 126 (p. 116 : « La Cachette », territoire au sud de Mari, en Irak ; p. 126 : « Puzurran devait être une ville importante en aval de Mari, sur l’Euphrate, vraisemblablement aujourd’hui en territoire irakien, et pas trop loin d’elle puisqu’elle faisait partie, sous Zimri-Lim, du territoire administratif de la capitale. »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 32, 35, 36 (ville rachetée par Yahdun-Lim au roi d’Ešnunna moyennant le versement d’une rançon ipṭirum de 3 talents d’argent)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 118
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 576
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 39, 43, 46, 50, 62, 182 n. 87 (p. 39 : à quelques kilomètres en aval de Mari ; ville et canal de —)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84 n. 8
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154

Résumé : Ville du district de Mari. Elle est située sur l'Euphrate, en aval de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Qa

Nom(s) OB : Qa, Qa’um, Qaya, Qaha

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 131 (« Dans la région du Baliḫ ? »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 187 (s.v. Qâ)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 243
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 332
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 413 (« Qa et Isqa sont des parties de l’Ida-Maraṣ que des inédits attestent avoir été situées sur le Djaghdjagh. »)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 189, 195 (p. 189 : Qâ)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 142 (s.v. Qā ; la capitale de Qa et Isqa est Abi-ili ; avec la bibliographie antérieure)
  • J.-R. Kupper, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 195-196 (= Qa’â)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 53-54, 199 n. 247 (p. 46 : dans le « triangle du Habur » ; p. 53-54 : « pays voisin de Kahat, dont la capitale était Abi-ili »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 199, 134, 149 (p. 119 : parle de Qa et Isqa ; proche de Kahat)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 82 n. 45, 83 n. 48, 85 n. 58 (p. 82 n. 45 : FM III 19 met en parallèle Zalluhan et le pays de Qa et Isqa ; p. 83 n. 48 : Qa et Isqa ; p. 85 n. 58 : « bords du Habur »)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 121

Résumé : Qa et Isqa sont deux toponymes qui désignent un royaume dont Abi-ili était la capitale. On le cherche en aval de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23), sur le Djaghdjagh.


Qabbanum

Nom(s) OB : Qabbanum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 113, 148 (p. 113 n. 310 : « peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »)

Résumé : Localité située dans la région d'Ašihum (1). On peut la chercher, avec Šara, entre Șanlıurfa et l'Euphrate.


Qarhadum

Nom(s) OB : Karhadum, Qarhadum

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Finet, Syria 41, 1964, p. 135-136, 139
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 14
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 19 (s.v. Karḫatum, Qarḫadum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 132 (s.v. *Karḫatum, Qarḫadum ; « In der gleichen Region wie Ašlakkā ? »)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 240
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 115 (s.v. Karḫatum ; ≠ Qirdaḫat)

Résumé : Localité mentionnée dans deux lettres de Yawi-Ila, ARM 13 143 et 144. Elle doit être distinguée de Qirdahat (peut-être = Hassake, n° HIGEOMES 960) et devrait se situer non loin de Talhayum (1), dans la région d'Ašlakka.


Qaṣa

Nom(s) OB : Qaṣa, Kaṣa    Certitude OB : 1

Zone : F

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Umm Rahal

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 20 n. 2
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 137 (s.v. Kazû, Kazâ : « Stamm der Hanäer »)
  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Ibal-ahum habite à Qaṣa ; énumération des villes du Suhum du sud au nord : Wurqana, Qaṣa, Hit, Harbe (1), Ayyabum, Yabliya)
  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 51-52
  • F. Joannès, NABU 1993/28, 1993 (= Umm Rahal ? ; amu ša kâṣa = « le lac saumâtre de la steppe »)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 359-360 (p. 360 : toponyme et non la steppe)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 276, 441 (p. 276 : « Le Kâṣâ (ou Qâṣâ) est une région de cette partie de l’Euphrate qui permet de couper court à la partie en méandres de la vallée et de gagner plus rapidement son but en passant par la limite du désert (qâṣum) »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 110 n. 286
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 157 (sous-clan des Sim’alites Ibal-ahum de la division des Ašarugayum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 125, 206 (ethnie sim’alite (« hanéenne »))

Résumé : Nom d'un clan sim'alite et peut-être toponyme désignant la dépression d'Umm Rahal selon F. Joannès, NABU 1993/28.


Qaṭṭara

Nom(s) OB : Qaṭṭara    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Qaṭṭara

Zone : F

N° HIGEOMES : 101

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Rimah, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Dalley et al., 1976/, Hertford, 1976, p. 34-36 (p. 36 : « This evidence leaves little room for the hypothesis that Rimah is Razama or Qaṭara ; therefore the identification of Rimah with Karana is considered virtually certain by this author [i.e. S. Dalley]. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 191 (s.v. Qaṭarā ; a supposé l’existence d’une Qaṭṭara homonyme proche de Larsa attestée par TCL 1 147 : 3 ; « Q. (2) vermutete schon M. Falkner, AfO 18, 82f., in einem der Tulūl unterhalb des Tall ‘Afar, sie hält Q. für identisch mit —> [nA] Gidara. — Vor dem Fund der altbabylonischen Texte in Tall ar-Rimāḥ vermutete H. W. Saggs, Iraq 30, 162 (mA) Q. in Tall Rimāḥ, S. 1ff. — vgl. an älterer Lit. W. F. Leemans, Trade 89 und K. Veenhof, AATT 420. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. 125-146 (= Tall Rimah)
  • J. Eidem, Iraq 51, 1989, p. 67-78
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 105-106 (= Tall Rimah)
  • G. Ozan, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 153-154
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323-324, 339-341, 343, 350-352 (= Tall Rimah, région au sud du Djebel Sindjar)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 406
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 383
  • C. Postgate et al., IAR 4, Warminster, 1997 (Tall Rimah = Qaṭṭara ou Karana)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 105 (= Tall Rimah)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 5, Paris, 1999, p. 10 n. 41
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 95
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 142-143 (s.v. Qaṭṭarā [1] ; ≠ de Qaṭṭarā [2] : « Babylonien »)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 177-186
  • D. Lacambre, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 508
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 201
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 260, 261, 265
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 21, 75, 197-198, 201 n. 269, 219, 247, 275 (p. 275 : = Tall Rimah)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32-33 (= une seule Qaṭṭara ; « B. Groneberg, RGTC 3, p. 191 a supposé que uruqa-ṭá-raki de TCL I 147 : 3 était « wohl eine Ortschaft bei Larsa ». En réalité, TCL I 147 est la vente d’une esclave subaréenne originaire de Qaṭṭarâ ; il n’y a donc pas lieu de situer cette Qaṭṭarâ ailleurs qu’à Tell Rimah. Voir dans le même sens F. van Koppen, « The Geography of the Slave Trade and Nothern Mesopotamia in the Late Old Babylonian Period », dans H. Hunger & R. Pruzsinszky (éd)., Mesopotamian Dark Age Revisited, Vienne, 2004, p. 9-33 (p. 26). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121 n. 53, 137 (= Tall Rimah)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 405
  • F. van Koppen, MDAR, , Vienne, 2004, p. 26 (= une seule Qaṭṭara)
  • C. Michel, RlA 11, Berlin/New York, 2006-2008 (s.v. Qaṭarā)
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 73-74 et n. 44, 76
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 49 (= Tall Rimah)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 110 n. 10, 112 (= Tall Rimah)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14, 15 (= entre Abidiban et Razama ša Uhakim ; = Tall Rimah)

Résumé : L'identification de Qaṭṭara avec Tall Rimah (n° HIGEOMES 101), proposée par D. Charpin et J.-M. Durand, RA 81, 1987, est aujourd'hui assurée. Auparavant, une identification de Tall Rimah avec Karana avait été défendue notamment par S. Dalley, cf. la bibliographie ci-dessus s.v. Karana. Pendant le règne de Zimri-Lim, elle fut la capitale d'un royaume dirigé par Hadnu-rabi, avant d'être annexée au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), dirigé par Asqur-Addu.


Qaṭṭunan

Nom(s) OB : Qaṭṭunan, Quṭṭunan, Qaṭṭuna, Qaṭṭunanum    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Qaṭṭuna, Qaṭṭun, Qaṭni

Zone : E

N° HIGEOMES : 153

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Fadgami, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Kühne, AfO 25, 1974-77, p. 249-255 (= Tall Fadgami)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 189 (s.v. Qattunā(n) : « Wohl identisch mit —> (nA) Qatni, da beide Orte am Ḫābūr erwähnt werden, vgl. schon M. Falkner, AfO 18, 17 mit Anm. 19 und A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 38. Nach M. Falkner, AfO 18, 17 Anm. 19 ist Q. mit Tall Šaddāda identisch. Diese Identifizierung ist mit H. Kühne, AfO 25, 252f. zugunsten von Tall Fadġamī aufgrund des Keramikbefundes abzulehnen (…). An weiteren Lokalisierungsvorschlägen ist die Identifizierung von Q. mit Tall Mağdal, s.W. v. Liere, AAS 13, 120 unwahrscheinlich, wenn v. Liere einen der Kranzhügel unterhalb des Ğabal Abd al-’Azīz meint. J.-R. Kupper’s Vorschlag in Nomades, S. 2 Anm. 2, Q. in einem der Hügel n von Šaddāda zu suchen, widerspricht Kühne’s Ansetzung. Q. —> Bīt Kappān und —> Saggaratum liegen jeweis eine Tagesreise voneinander entfernt. Q. besitzt zur Zeit Zimrilims einen Hafen für kleinere Schiffe (ARM 2, 80) »)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 233 (= Tall Ashamsani (n° HIGEOMES 154), en rive droite du Habur)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 396 (ville de la vallée du Habur, en amont de Saggaratum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 111, 116 (= Tall Fadgami)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110 et n. 103
  • B. Groneberg, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 71
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 7 (en rive gauche du Habur)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 86, 88, 89, 91, 92, 96, 97, 98, 99, 100, 104, 105, 106, 108, 111, 112 (p. 89 n. f : étymologie, « La Toute-Petite »)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 243
  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 146
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 27, 28
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 326
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 327, 330, 332-334, 336-337, 340-342, 345 (p. 330 : « il faut (…) 7 à 8 jours pour aller de Qaṭṭunân à Kahat » ; p. 336-337 : rive orientale du Habur, en aval de Hassake, cf. l’itinéraire cité)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 393 n. 63, 394 n. 80, 399, 403-404, 407
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 364
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 323 (« port de rupture de charge sur le Habur »)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 521
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 159-173, 182, 197-200
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 76, 130, 132
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 184
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 308, 328
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 44, 126, 128, 130 n. 444, 152, 196-197, 205, 224 n. 499, 234-235, 239-240, 248-249, 275 (p. 44 : district de Qaṭṭunan sous Yahdun-Lim ; p. 275 : = Tall Fadgami, retenue pour les cartes ou = Tall Ashamsani ? (n° HIGEOMES 154))
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 117, 125, 130, 131, 132, 134, 135, 138, 141, 149, 150, 151, 152, 153, 173, 193 (p. 141 : sur le Habur ; p. 149 : région de Qaṭṭunan principalement le long du Habur)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 225 n. 2, 231
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 237
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 65 (Tall Fadgami ; « L’hypothèse d’une localisation à Tell Ašamsāni, à 5 km en aval, mais sur la rive droite du Habur (…) est désormais abandonnée. »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 39-57 (p. 39 : sur le cours du Habur inférieur, ville du nord, vraisemblablement aux alentours de Harran ; p. 40 : « Il est assez net que, sous Yasmah-Addu, Qaṭṭunân est le dernier centre administratif sur le Habur contrôlé par le royaume de Mari » ; « représente (a) la porte vers le Nord et vers l’Est ; (b) le domaine privilégié des Bensim’alites et des Numhéens ou Yamutbaléens » ; p. 42 : district de Qaṭṭunan ; zone tampon entre le royaume de Mari et le monde extérieur au Nord ; p. 52 : « La région de Qaṭṭunân est plusieurs fois définie de “Râhatum à Tehrân” » ; p. 55 : = Tall Fadgami ?)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 5-16 (p. 5: « Au 18e siècle av. J.-C. la province de Qaṭṭunân correspondait grossièrement à la vallée du Bas Habur et réunissait des villes comme Magrisâ, Ṭâbatum, Zilhân, Tehrân, Dûr-ṣâbim, Latihum en amont de la capitale, ou Bît-Kapân et Râhatum en aval. » ; p. 12 = Tall Fadgami « même si la proposition d’une localisation à Tell Ašamšani n’est pas encore écartée définitivement » ; sur la rive gauche du Habur)

Résumé : Capitale de la province la plus septentrionale du royaume de Mari, sur le Bas-Habur. Pour une présentation de la géographie historique de cette province, voir N. Ziegler, RA 105. Une localisation de Qaṭṭunan à Tall Fadgami (n° HIGEOMES 153) est probable mais n'a pas encore pu être confirmée par des fouilles archéologiques.


Qirdahat

Nom(s) OB : Qirdahat, Qardahat

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 139 (s.v. Kirdaḫat : « A. Finet, ARMT 15, 128 ; zwischen —> Ašnakkum und —> Nahur im oberen —> Idamaraz ; M. Falkner, AfO 18, 18b-19a : = Tall Šāġar Bāzār. Die Identifizierung von K. mit Tall Šāġar Bāzār ist nicht von der Hand zu weisen (vgl. ARM 5, 51 und I. J. Gadd, Iraq 7 ibid.). K. ist Hanäer-Gebiet, ebenso wie —> Ašnakkum, —> Naḫur und —> Talḫajum »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 396 (voir carte p. 395 ; p. 396 : ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 178
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 342, 344-346 (p. 342 : point de passage entre le Habur et l’Euphrate ; p. 344-346 : cours supérieur du Habur, contrôle peut-être « le débouché d’un ouadi sur le Habur », région de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 477, 637 (p. 477 : écrit Qarhadum, doit être une variante de Qirdahat ; p. 637 : = Tall Arbid (n° HIGEOMES 15))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 480 (ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469 (« partie occidentale de la Haute-Djéziré »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 143-144 (s.v. Qirdaḫat ; ≠ Karḫatum ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 152
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 119, 128-130, 128 n. 432, 133, 151-152, 188, 195, 275 (p. 275 : dans l’Ida-Maraṣ (1) supérieur, proche de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66))
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 41, 206 (= Ras el-Ain ?)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 67-68 (non loin de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66), sur le cours supérieur du Habur, peut-être à Hassake, à l’embouchure du Djaghdjagh)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 53 (en amont de Qaṭṭunan, sur le Habur)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 78 (en Ida-Maraṣ (1) occidental)
  • J.-M. Durand, StCh 1, Wiesbaden, 2010, p. 54
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 8 (près de Hassake)
  • D. Charpin, RA 108, 2014, p. 154 (corrige la transcription qìr-da-ha-at(ki) de PIHANS 117 149 en qar-da-ha-at(ki) ; même correction pour PIHANS 117 128)

Résumé : Qirdahat est attestée comme étape d'un itinéraire le long du Habur (A.1053, édité par D. Charpin, BBVO 20) entre Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153) et Zalluhan. Qirdahat est à deux jours de marche en amont de Magrisa et trois jours de marche en aval de Tarnip. D. Charpin a proposé de la situer dans la région de Hassake (n° HIGEOMES 960), à l'embouchure du Djaghdjagh.


Qutum

Nom(s) OB : Qutum

Zone : E, F, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 189-190 (s.v. Qutûm, Gutium : « W. W. Hallo, RlA 3, 70ff. insb. S. 719 : Nomadenstamm, dessen Territorium beiderseits des unteren Zāb lag ; vgl. noch RGTC 1, 65f. ; 2, 71 ; J. J. Finkelstein, JCS 20, 106 ff. ; J.-R. Kupper, Nomades 92 Anm. 1. »)
  • J. Eidem & E. Moller, MARI 6, 1990, p. 635
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 189
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 99
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339, 351
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426
  • D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 446
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 82, 375
  • A. Jacquet, Mémoires de NABU 7, 2002, p. 59
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 71 (MARI 7, 1993, p. 11)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 274 n. 302
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 21, 96, 100, 106, 135-136, 135 n. 484, 217, 236, 241 (p. 21 : voisins des Turukkéens)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 52 n. 210
  • N. Ziegler, RHM 2, Mémoires de NABU 17, Paris, 2015 (hypothèse que Kakmum était, du moins à l’époque des archives de Mari, la capitale du peuple gutéen.)

Résumé : Peuple du Zagros. SUPPRIMER MANUELLEMENT LA FICHE DE MTT. AJOUTER BIBLIO RlA Gutium


Ra’isu

Nom(s) OB : Ra’isu

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 194
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 145 (s.v. Ra’isu)

Résumé : Localité uniquement documentée par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Rabban

Nom(s) OB : Rabban

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 192 (s.v. Rabān)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116 (ville « dont le port est Ša Pahurim (“Le lieu du Rassemblement”) »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17-18, 36 (p. 36 : dans l’alvéole de Mari)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229 n. 18 (dans le district de Mari)

Résumé : Localité du district de Mari.


Rabbanatum

Nom(s) OB : Rabbanatum

Zone : B

Résumé : Ville du district de Saggaratum attestée par un seul texte de l'époque de Yahdun-Lim, ARM 22 121.


Rabbatum

Nom(s) OB : Rabbatum

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 132 (« dans le district de Karanâ ? »)
  • J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 396
  • J.-R. Kupper, RHA 36, 1978, p. 122
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 192
  • J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 454 (près de Karana (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 145 (s.v. Rabbātum ; il différencie Rabbatum et Ramatum mais ce sont probablement les mêmes)
  • Th. Sturm, UF 41, 2009, p. 649-657

Résumé : Rabbatum, située au sud du Djebel Sindjar et au nord-ouest d'Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111), était un lieu de production textile et la quatrième étape de la route reliant Aššur à Kaniš (= Kültepe), après Sadduwatum (1) (peut-être = Tall Saadiya Sharqi, n° HIGEOMES 410) et Razama (1) (peut-être = Tall al Hawa, n° HIGEOMES 59), selon l'hypothèse de Th. Sturm, UF 41, 2009.


Rabbum

Nom(s) OB : Rabbum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 106 sq.
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 49 sq.
  • M. B. Rowton, JNES 32, 1973
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 192-193 (s.v. *Rabbū : « Nomadenstamm, wohnhaft im Lande —> Jamḫad, bei Aleppo : J.-R. Kupper, Nomades S. 53 »)
  • M. Anbar, Mél. Birot, , Paris, 1985, p. 17-24
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 408 n. 148 (les Rabbéens nomadisaient entre les royaumes d’Alep et de Mari)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 83, 88-89 (p. 83 : Rabbéens ; p. 88-89 : « tribu rabbéenne nomadisant entre les royaumes d’Alep et de Haute-Mésopotamie »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 41, 118 n. 359, 122, 146, 149, 202 n. 288 (p. 32 : une des tribus yaminites)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 122, 158, 159, 164, 166, 169, 173, 175, 185 (p. 122 : dans la région de l’Oronte ou entre le Liban et Saran ; p. 158 : une des 5 tribus yaminites)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 230 (p. 230 : toutes leurs villes se trouvent sur la rive droite de l’Euphrate)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 95, 100
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 160-202

Résumé : Nom d'une tribu yaminite.


Rahatum

Nom(s) OB : Rahatum    Certitude OB : 1

Zone : E

N° HIGEOMES : 159

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Abu Hait, Tall

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 194 (s.v. *Raḫatum : « Bei —> Qaṭṭunān. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 114
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 100
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337 (« à une journée de Qaṭṭunân en aval »)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 492 n. e (située sur le Habur, à proximité de Qaṭṭunan)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 238 n. c (« c’est la première ville se trouvant sur le chemin du retour de Qaṭṭunân à Saggarâtum »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 150 n. 210 (« localité par où l’on quitte la région de Qaṭṭunân pour aller vers celle de Saggaratum, donc à l’aval de Qaṭṭunân »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 49-50, 52 (p. 49-50 : en l’aval de Qaṭṭunan. « C’est effectivement à Râhatum que commençait la province de Qaṭṭunân, en rive gauche, et à Bît Kapân, en rive droite, que terminait la province de Saggâratum » ; p. 52 : = Tall Abu Hait ?)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 14 (probablement Tall Abu Hait, « la limite méridionale du district de Qaṭṭunân », « à chercher plus ou moins en face de Bît-Kapân »)

Résumé : Rahatum est située sur la frontière méridionale du district de Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153). La localisation à Tall Abu Hait (n° HIGEOMES 159) a été proposée par J.-M. Durand, BBVO 20 p. 52, après que l'ancienne localisation de Saggaratum à Tall Abu Hait a été abandonnée dans ce même article.


Rakna

Nom(s) OB : Rakna

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Goossens, RA 46, 1952, p. 150
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 195
  • J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 454
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 476 (ville à la frontière du pays d’Asqur-Addu de Karana)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 264
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 145 (s.v. Raknā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 236 (« ville frontière d’Asqur-Addu »)

Résumé : Rakna est l'une des villes formant la frontière sud du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).


Rapiqum

Nom(s) OB : Rapiqum    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Rapiqu

Zone : B

N° HIGEOMES : 783

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Anbar, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • au Nord de : Sippar-Amnanum
  • à l’Est de : Ida
  • à l’Ouest de : Sippar-Amnanum
  • au Sud de : Ida

Éléments de localisation relative :

  • en amont de : Sippar-Amnanum
  • en aval de : Ida
  • en rive gauche de : Purattum

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 193 (s.v. Rabiqum, Rapiqum : non identifié ; probablement dans les environs de Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100), rive est de l’Euphrate ; renvois bibliographiques : « A. Goetze, JCS 4, 96 mit Lit. und J. Brinkman, An.Or. 43, 127 mit Bibl., vgl. RGTC 2, 157. Zur wirtschaftlichen Bedeutung von R. s. W. F. Leemans, Trade 180f. — Für einen historischen Überblick der Mari-zeitlichen Texte vgl. M. Anbar, IOS 5, 2ff. »)
  • H. Gasche, MARI 4, 1985, p. 583 (« près de Falūğah »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 128 (« aux portes de la Babylonie »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274 (Chron. épon. C3: 10’)
  • J.-R. Kupper, MARI 6, 1990, p. 342
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 103
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 128
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329-330, 333 (= Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100) ?)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 390, 402-403, 419
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 354
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 34
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 440
  • S. W. Cole & H. Gasche, MHEM 5/1, Gent/Chicago, 1998, p. 16 n. 65 (= Tall Anbar ; « A good candidate for Rāpiqum would be Tell Anbār » ; « Tell Anbār was occupied during the time of the First Dynasty of Babylon, which roughly coincides with the period of the first attestations of Rāpiqum »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 320
  • D. Charpin, Mél. Renger, AOAT 267, Münster, 1999, p. 96, 100-106 (p. 96 : « la situation géographique de cette ville la mit au cœur des conflits qui opposèrent les royaumes d’Ekallâtum, d’Ešnunnna et de Babylone au XVIIIe siècle avant notre ère. » ; p. 100 : Hagalum, šakkanakkum de Rapiqum)
  • S. Parpola & M. Porter, 2001/, Helsinki, 2001, p. 15 (= Tall Anbar)
  • J. M. Sasson, Amurru 2, Paris, 2001, p. 332 n. 5 (« a town under Eshnunna’s control but at the frontier of Mari during the reign of Yasmakh-Addu »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 80-81, 99, 131
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 82, 85, 88-90, 89 n. 101, 110-111, 145-146, 182, 182 n. 87, 194, 202, 204, 247, 275 (p. 275 = Tall Anbar [identification retenue dans les cartes] ou Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100))
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 141, 156, 175, 192 (p. 175 : « centre de la Haute-Djéziré »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 102
  • F. Joannès, RlA 11, Berlin/New York, 2006-08, p. 243-244 (localisation à T. Anbar est la plus probable ; les « analyses concordent pour faire de R. l’endroit où l’Euphrate quitte sa vallée encaissée pour pénétrer dans la plaine alluviale. À haute époque, la présence de la terrasse de Fallūğa entraînait une division du fleuve en deux branches: la plus au nord longeait la bordure méridionale de la terrasse de basse-Ğazira, puis se dirigeait vers la dépression d’ʿAqar-Qūf; la plus au sud coulait directement en direction de Sippar. R. était installée à proximité de l’endroit où les deux branches se séparaient, et sa vocation de port fluvial (…) en découle. »)

Résumé : Rapiqum était une des plus importantes villes fortifiées entre les royaumes de Babylone, d'Ešnunna et de Haute-Mésopotamie et est évoquée dans des noms d'année de plusieurs rois : Hammurabi de Babylone (an 11, « prise » du pays de Rapiqum ; an 42, construction des murailles) ; Ibal-pi-El II d'Ešnunna (an 8 ou 9 destruction de R.) ; une victoire sur les armées de cette ville parmi d'autres est mentionnée dans le nom de l'an 14 de Rim-Sin de Larsa. Sin-abušu aurait donné sa fille en mariage au roi de Rapiqum (cf. D. Charpin, OBO 160/4, p. 100). Une identification avec Tall Anbar (n° HIGEOMES 783) a été proposée par S. Cole et H. Gasche, MHEM 5/1, 1998, pour des raisons géographiques et archéologiques et trouve aujourd'hui un large consensus. Pour l'histoire de cette ville attestée depuis l'époque de la IIIe dynastie d'Ur jusqu'au Ier millénaire, voir F. Joannès, RlA 11.


Rapšum

Nom(s) OB : Rapšum    Certitude OB : 2

Zone : E, F

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Wadi Abu Fija

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132-133 (« structure géographique importante qui ne peut qu’être différente du hatqum, puisque par là on gagne en cachette Andarig », peut-être le « lit d’un grand oued qui permet de s’enfoncer vers l’est et de rejoindre les oueds qui descendent du Sindjar » ; n. 129 : « la structure est facilement identifiable à celle du grand oued de rive gauche un peu à l’amont de Tell Faghdami, qui a pour repère de passer au pied nord du Djebel Al-Bujari »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 55 (« Le Large » ; = le Wadi Rammel ? il doit « constituer l’amorce de la route (hatqum) qui mène depuis la vallée du Habur vers le Sindjar »)
  • J.-M. Durand, StCh 1, Wiesbaden, 2010, p. 56 (structure géographique comme le cours d’un oued lorsqu’il conflue ; « il n’y a que deux structures dans la région qui pourraient être appelées du nom de rapšum, c’est le wadi Ramal et le wadi Abu Fijé »)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 9-10 (large wadi au nord de Tehran ; = Wadi Abu Fija)

Résumé : Nom ou qualificatif d'un wadi en rive gauche du Habur (1), peut-être le Wadi Abu Fija, selon une proposition de N. Ziegler, RA 105, 2011.


Raqqum

Nom(s) OB : Raqqum

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 195 (s.v. *Raqqum)
  • D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 267
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 319
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 110-111
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 194-195, 247
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 164, 169
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 231, 232 (p. 227 : ville uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1))

Résumé : Cette ville du district de Terqa (1) doit être cherchée sur la rive droite de l'Euphrate. À l'époque de Zimri-Lim, sa population appartenait à la tribu yaminite des Uprapum.


Rasatum

Nom(s) OB : Rasatum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 145 (s.v. Rasātum)

Résumé : Localité située à proximité de Šuna, Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) et Šinah.


Rasayyum

Nom(s) OB : Rasayyum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 195 (s.v. Rasajum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 122, 124 (p. 124 : A.454 ; ville dans le district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 169
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 231, 232 (p. 227 : ville Uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1) ; p. 228 : au bord du canal Išim-Yahdun-Lim)

Résumé : Localité du district de Terqa (1).


Raṣum (2)

Nom(s) OB : Raṣum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 196 (s.v. Rasêm. Ne distingue pas les différents homonymes.)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 178
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 476-477 (lieu de rencontre entre Hammurabi de Kurda et Išme-Dagan d’Ekallatum selon ARM 26/2 417 et 511 ; ARM 23 569 et 570 spécifient qu’il existe une Raṣum du Yamutbal à distinguer de son homonyme de la vallée du Tigre ; la lettre de Buqaqum ARM 26/2 502 = ARM 10 158+ pourrait faire allusion à cette même Raṣum du Yamutbal)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 331 et 336
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 146 (s.v. Raṣūm [1] est distingué de Raṣūm [2] du Yamutbal ; avec bibliographie)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 268
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« Au sud du Sindjar, sur la route entre la vallée du Habur et Andarig, explicitement désignée comme Raṣum ša Yamutbal en ARM XXIII 569 : 6 // 570 : 6 ; cf. M.15242, cité dans ARM XXVI/2, p. 209 n. 10. »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 132, 135, 188, 195 (p. 132 : grande ville sur le hatqum ; Raṣum dite « du Yamutbal », « elle devait donc marquer l’entrée au royaume d’Andarig » ; p. 135 : débouché du hatqum sur les terres yamutbaléennes ; p. 195 : correspond à la Raṣappu au 1er millénaire ; « un nœud si important de communications au sud-ouest du Sindjar commandant les routes du Sindjar Sud, vers Ṭâbete et le Habur ou vers la Djéziré de l’ouest (…) »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 97 (ville sur la grande route de passage des moutons sim’alites ; = Raṣappa néo-assyrienne selon la proposition de J.-M. Durand, CRRAI 46 ; à trois jours de Tadum)

Résumé : Localité située au sud du Djebel Sindjar. À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, de Raṣum (3), dans la vallée du Tigre, et (4), dans le Yapṭurum (1).


Raṣum (3)

Nom(s) OB : Raṣum

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 476
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 146 (s.v. Raṣūm [1] ; ne connaît pas de Raṣum des bords du Tigre ; bibliographie quasi identique pour Raṣum [1] et Raṣum [3])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« Proche de Hatnum-des-bords-du-Tigre (cf. ARM XXVI/2 342 : 23). C’est là qu’Išme-Dagan et Hammu-rabi de Kurdâ se rencontrèrent à la fin de l’an 11 de Zimrî-Lîm (ZL 10’) d’après ARM XXVI/2 417 et 511 (B. Lafont, ARM XXVI/2, p. 476). »)

Résumé : Ville située dans la vallée du Tigre, pillée en même temps que Hatna selon la lettre ARM 26/2 342. À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, et de Raṣum (2), au sud du Djebel Sindjar, et (4), dans le Yapṭurum (1).


Raṣum (4)

Nom(s) OB : Raṣum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 90 (village du Yapṭurum (1))

Résumé : Localité située dans le Yapṭurum (1). À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, et de Raṣum (2), au sud du Djebel Sindjar, et (3), dans la vallée du Tigre.


Rataman

Nom(s) OB : Rataman

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 196 (Ratamān)

Résumé : Ce toponyme est uniquement attesté par deux textes administratifs des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). La ville de Rataman doit probablement être cherchée dans les environs de Zamiyatum (1).


Rataṣpatum

Nom(s) OB : Rataṣpatum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 9
  • A. Marzal, JNES 30, 1971, p. 190
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 196 (s.v. *Rataspatum)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 444 (étymologie ; dans l’Ida-Maraṣ)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 146 (s.v. Rataspatum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 135 (pas sûr que ce soit une localité de l’Ida-Maraṣ, plutôt au sud du Kawkab, à proximité du Habur, débouché du hatqum sur les terres mariotes)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 55 (« sert de poste donnant accès au hatqum qui longe le piedmont du Sindjar »)

Résumé : Localité située sur une route menant à Ṭabatum (1).


Razama (1)

Nom(s) OB : Razama    Certitude OB : 1

Zone : F

N° HIGEOMES : 59

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hawa, Tall al-

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 197 (mélange Razama (1) et (2) mais distingue 2 Razama, l’une de Haute-Mésopotamie, l’autre de la région de Larsa : « In altbabylonischer Zeit sind 2 R. bekannt. R. (1), durch ARM 2, 18 als zum Lande —> Jamutbal ausgewiesen, wird in den Mari-Texten mit —> Andariq, —> Kurdā verknüpft, und andererseits mit —> Burullum und Ḫaburatum ö des Tigris. Dieses R. könnte das R. sein, in dem Šarrum-kīma-kālima einen palast baute (Rimāḥ Nr. 277), vgl. S. Dalley, Rimāḥ, S. 34. — R. (2) wird im aB Itinerar drei Stationen nach Babylon und eine Station vor Larsa erwähnt. Dieses R. liegt wohl in den beiden aus Larsa stammenden Texten TCL 11, 250 und AbB 4, 118 vor. »)
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 505 (distinction entre Razama (1) et (2))
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. p. 129 n. 8 (distinction entre Razama (1) et (2))
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477 (la documentation de Mari connaît deux R. « 1) celle assiègée en ZL 9’ par Atamrum allié aux Ešnunnéens et aux Elamites (…). Cette Razamâ est celle du “nord”, celle dont Šarraya fut roi et dont Zimri-Addu s’inqiétait de la chute qui risait de livrer tout l’Ida-Maraṣ aux mains d’Atamrum (M. Birot, RA 72, 1978, p. 185-186). »)
  • A. R. George, Iraq 52, 1990, p. 41-42 (texte IM 113547 mentionnant Hadnum et Šuruzum trouvé à Tall al-Hawa « there can be no suggestion on the available evidence that Tell al-Hawa was called Shuruzi(m) — or, for that matter, Hadnum — in the early second millennium, but the presence in this document of the two toponyms does at least confirm the site as being in the orbit of the known centres. »)
  • F. Joannès, Dossiers d’Archéologie 155, 1990, p. 45 (= Tall al-Hawa ?)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 146-148 (s.v. Razamā (1) ; « Hauptstadt des Landes Iassan ; =? Razamā ša Uḫakim ;  ≠ Razama (2), (3) et (4) »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (« ville de Haute-Djezire orientale »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 22
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (Razama (1) du Yussan, peut-être Tall al-Hawa)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 294 (Hazib-Teššub roi de Razama à l’époque des archives de Tall Leilan ; traité LT 2)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 14

Résumé : Cette ville, parfois dénommée celle « du Yussan », est à distinguer de Razama (2) dite « du Yamutbal » (probablement = Tall Abta, n° HIGEOMES 908) et de Razama (3) dans le royaume de Larsa. Une localisation à Tall al-Hawa (n° HIGEOMES 59) a été proposée par F. Joannès. Sur ce site a été trouvée une tablette paléo-babylonienne qui ne mentionne certes pas Razama mais deux autres toponymes, Hadna et Šuruzum. Cela favorise l’identification de Tall al-Hawa avec un centre administratif et politique important.


Razama (2)

Nom(s) OB : Razama    Certitude OB : 2

Zone : F

N° HIGEOMES : 908

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Abta, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 196-197 (distingue 2 Razama mais mélange Razama (1) et (2) ; s.v. Razamā [1] ; « In altbabylonischer Zeit sind 2 R. bekannt. R. (1), durch ARM 2, 18 als zum Lande —> Jamutbal ausgewiesen, wird in den Mari-Texten mit —> Andariq, —> Kurdā verknüpft, und andererseits mit —> Burullum und Ḫaburatum ö des Tigris. Dieses R. könnte das R. sein, in dem Šarrum-kīma-kālima einen Palast baute (Rimāḥ Nr. 277), vgl. S. Dalley, Rimāḥ, S. 34. — R. (2) wird im aB Itinerar drei Stationen nach Babylon und eine Station vor Larsa erwähnt. Dieses R. liegt wohl in den beiden aus Larsa stammenden Texten TCL 11, 250 und AbB 4, 118 vor. »)
  • P. Villard, ARM 23, Paris, 1984, p. 505 (distinction entre Razama (1) et (2))
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. 129 n. 8 (distinction des deux Razama dans la documentation de Mari)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 81, 1987, p. 129 n. 8 (distinction entre Razama (1) et (2))
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477 (distingue deux Razama dans la documentation de Mari ; celle du sud « située entre les villes d’Ekallâtum, Karanâ et Andarig (…) cette seconde Razamâ était située au sud de Tell al-Rimâh, sans doute autour du wadi Tharthar (région de Tell Abta, Tell Sifr, Tell Galaa). »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 146 (s.v. Razamā [1] est cité Razamā [2] du Yamutbal ; avec bibliographie)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 255-256 (« à chercher au sud du Sindjar, dans la région du Haut-Tharthar. Tell Abta est un bon candidat pour cette ville. Elle semble historiquement indépendante du territoire revendiqué par Ekallâtum. (…) Šarrum-kîma-kalima (…) semble avoir été un vassal de Hadnu-rabi. (…) »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« Razamâ-du-Yamutbal, au sud-est du Sindjar, peut-être Tell Abta »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 137

Résumé : Cette ville, parfois dénommée Razama « du Yamutbal » (cf. ARM 2 18 : 7), se situe au sud-est du Djebel Sindjar. Une identification avec Tall Abta (n° HIGEOMES 908) semble probable. À distinguer de Razama (1) dite « du Yussan » (peut-être = Tall al-Hawa, n° HIGEOMES 59) et de Razama (3) dans le royaume de Larsa. Šarrum-kima-kalima avait bâti un palais dans cette ville, selon une inscription trouvée à Tall Rimah (n° HIGEOMES 101).


Rubban

Nom(s) OB : Rubban

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 197 (s.v. Rubbên, n’exclut pas qu’il s’agisse d’un nom propre.)
  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 494
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 229, 232 (p. 229 : dans le district de Saggaratum, cité en relation avec Ganibatum (ARM 26/1 232) et dans une liste inédite énumérant des localités yaminites (M.8060))

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Ruha

Nom(s) OB : Ruha

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 197 (s.v. Ruḫā)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 148 (s.v. Ruḫā)

Résumé : Ce toponyme est uniquement attesté par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). La localité de Ruha est peut-être à chercher dans les environs d'Arhinanum.


Sabaya

Nom(s) OB : Sabaya

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 149 (s.v. Sabā)

Résumé : Localité située à proximité de Hiṣṣuratum dans le pays de Sumum.


Sabbanum

Nom(s) OB : Sabbanum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 198
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 318 (« lieu-dit mentionné dans les archives de Chagar-Bazar, ce qui en indique en gros la situation » ; « nord-ouest de la Haute-Djéziré »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 149 (s.v. Sabbanum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 116
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 132

Résumé : Ville située à proximité d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Sabum (1)

Nom(s) OB : Sabum

Zone : F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 198 (s.v. Sabum ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 131-132
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 149 (s.v. Sabum [1] ; ≠ Sabum [2] (« Babylonien »))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (près de Tall Rimah)

Résumé : Ville documentée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), située à proximité de Zunnanum. À distinguer de Sabum (2), en Babylonie.


Sadduwatum (1)

Nom(s) OB : Sadduwatum, Sanduwatum    Certitude OB : 1

Zone : F

N° HIGEOMES : 410

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Saadiya Sharqi, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Oates, 1969/, Londres, 1969, p. 35 (= Saadiya Sharqi, Tall ; route des marchands assyriens : « The first part of the road must have run north-westwards between Jebel Makhul and Jebel Najma. (…) On the west bank [of the Tharthar] some 44 km. north-west of Aššur, is a mound 10-15 m. high with, at its foot, a scatter of surface pottery suggesting an area of occupation about 200 m. accross, and ranging in date from the prehistoric period to the second millennium. The name of the mound, Tell es-Sadiya, suggests a possible identification with Saduatum, but against this it must be noted that Sanduwātum of the Mari letters, which as Goetze points out must be the same site, was a fortified town [ARM 5 43]. (…) Tell-es-Sadiya hardly seems large enough for this purpose, unless it is bigger than it appears ; The indented slope of the wadi makes it difficult to distinguish between natural and artificial features. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 202 (s.v. *Sanduwatum : « Vgl. mit zusammenfassender Lit. M. Falkner, AfO 18, 24f. S. A. Goetze, JCS 7, 65f. = aA Sadduatum und somit nahe am Tigris, eine Station nach Assur ; vgl. P. Garelli, Assyriens S. 84. D. Oates, Studies, S. 35 Anm. 3 hält die Idnetifizierung von S. mit ”Tall Sadiya”, 44 km nw von Aššur für möglich. »)
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477 (« une localisation [scil. à Tall Saadiya sharqi] s’accorderait assez bien avec le fait que, après la défaite d’Išme-Dagan en ZL 11’, Asqur-Addu (Karanâ) et Atamrum (Andarig) peuvent régler entre eux le sort de cette ville (elle semble en effet équidistante de Karanâ et d’Andarig: cf. [ARM 26/2] 527. »)
  • Kh. Nashef, RGTC 4, Wiesbaden, 1991, p. 95 (s.v. Sadduwatum, première étape des marchands assyriens sur la route principale de Kaniš)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 149 (s.v. Sadduwatum ; ne connaît qu’une localité de ce nom)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 260 n. 230 (Tall Saadiya Sharqi ; il existe aussi une ville homonyme dans la région de Mossoul)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« = Tell es-Sadiya, à ca. 45 km au nord-ouest d’Aššur : ARM XXVI/2 527 ; cf. B. Lafont, ARM XXVI/2, p. 477. »)

Résumé : Sadduwatum est la première étape des marchands assyriens vers la Cappadoce. Elle appartint au royaume d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) avant d'être cédée à Asqur-Addu, le roi de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Sadduwatum (2), à l'est du Tigre. L’identification avec Tall Sadiya Sharqi avait été proposée par D. Oates pour des raisons géographiques et phonétiques.


Saggar

Nom(s) OB : Saggar    Certitude OB : 3

Zone : F

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Djebel Sindjar

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Stol, 1979/, Leyde, 1979, p. 75-76 ((d)HAR = (d)SAGGAR)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 91 (s.v. ḪAR)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 112 n. 37 (« la Barrière » ; = Djebel Sindjar)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 110
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 1 (« la chaîne du Sinjar, dans laquelle il faut distinguer trois ensembles s’étendant d’ouest en est : le Djebel Jéribé, le Djebel Sinjar proprement dit, et le Djebel Ishkaft. Dans l’antiquité, au IIème millénaire av. J.-C., ces trois ensembles portaient le nom de Murdi, Saggar (d’où est dérivé directement le nom du Sinjar), et Zara. »)
  • D. Cadelli, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 165 (Saggar correspond à la partie centrale du Djebel Sindjar)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 349 (montagne ; = Djebel Sindjar, un des trois alignements composant la chaîne)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 150 (s.v. (d)SAGGAR₂ ; montagne ; avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 8, 174 (= Djebel Sindjar)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38, 65
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 138 (= Djebel Sindjar)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 39 (nom antique du Djebel Sindjar)

Résumé : Nom ancien du Djebel Sindjar, qui a gardé son nom depuis l'Antiquité. La chaîne montagneuse du Sindjar est composée de trois ensembles distincts : le Djebel Ishkaft, voir Zara (1), à l'est du Sindjar, et le Djebel Djeribe, voir Murdi, à l'ouest, la partie centrale étant formée par le Djebel Sindjar à proprement parler. Le nom antique Saggar pourrait aussi bien s'appliquer à la chaîne montagneuse dans son ensemble qu'au Djebel Sindjar uniquement.


Saggaratum

Nom(s) OB : Saggaratum
Nom(s) MA : Sangaritum

Zone : B, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Kühne, AfO 25, 1974-77, p. 253-254 (= Tall Abu Hait)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 199-200 (s.v. Saggaratum : « Vgl. zusammenfassende Lit. bei M. Falkner, AfO 18, 17 und J.-R. Kupper, Nomades S. 2 Anm. 1. Vorgeschlagen wurden am —> FN Ḫabur die Ruinen: Ṣuwwar s. G. Dossin, RA 35, 185 Anm. 2, J.-R. Kupper, RA 41, 161: Tall Fudain s. G. Dossin RA 64, 19 Anm. 3 und : “Šeğer” s. A. Goetze, JCS 7, 58 mit Anm. 41, J.-R. Kupper, BiOr. 9, 168. Die Lokalisierung S. = Seğer ist abzulehnen, weil sich dort kein archäologischer Siedlungsplatz nachweisen läßt. S. befindet sich 2 Tagesreisen von —> Qaṭṭunān entfernt (ARMT 13, 102). Zwischen beiden Orten liegt —> Bīt-Kapān (…). S. ist eine Tagesreise von Terqa entfernt (ARMT 14, 115). H. Kühne, AfO 25, 253, identifiziert S. mit Tall Abū Hā’iṭ (Keramikbefund noch nicht publiziert). »)
  • D. Soubeyran, MARI 3, 1984, p. 276 ((d)HAR-a-tim(ki) doit être lu (d)SAGGAR₂-a-tim(ki))
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 394, 395, 400, 402 n. 107, 408 n. 148, 409 (voir carte p. 395)
  • B. Geyer & J.-Y. Monchambert, MARI 5, 1987, p. 332 (sur le Habur inférieur)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 123 n. 84 (« une rive gauche, vraisemblablement du Habur (…). Ces faits sont affirmés par plusieurs textes (…). Saggarâtum doit de plus avoir un rapport avec la colline de Tell Sedjer (…). Cependant, à ce que j’ai entendu dire à plusieurs reprises, il paraît que Tell Abu Ha’it n’est pas suffisamment important pour y retrouver Saggarâtum. Il faudrait dès lors supposer que la ville ancienne était un site de confluent et a disparu aujourd’hui. On la situerait dès lors sur la rive gauche de l’Euphrate, un peu en aval du confluent du Habur. Mais ni le n° 32 [Tell Safa’at ez-Zer] ni le n° 62 [T. Šheil] ne semblent convenir, à en juger d’après les indications chronologiques de J.-Y. Monchambert, M.A.R.I. 5, pp. 340-341. »)
  • C. Michel, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 278-290 (kârum de Saggaratum)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366 (il n’y a pas 2 Saggaratum ; pour celle qui avait été prise pour une homonyme cf. Sapiratum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (« gouvernorat du royaume de Mari »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 33 (il n’y a qu’une Saggaratum ; pour celle qui avait été prise pour une homonyme voir Samiratum)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87, 89 n. 34, 90, 94
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 151, 153, 154, 159, 162, 164, 165 n. 292, 167, 171, 173
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. passim (p. 230 : tous les clans yaminites étaient représentés dans le district hormis les Uprapum)
  • H. Reculeau, SDB 14, Paris, 2008, p. 346 (= Safat ez-Zerr 2 (n° HIGEOMES 954) ?)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 39, 40, 45, 47, 48, 49-50 (p. 39 : sur le Habur inférieur, « une des trois plus importantes villes du royaume des Bords-de-l’Euphrate » ; p. 40 : porte de l’amont de l’Euphrate ; p. 45 : « porte du royaume sur le Habur avec Qaṭṭunan comme poste avancé sur le Habur » ; p. 47 : sur l’Euphrate ; p. 48 : n’est pas Tall Abu Hait, sur la rive gauche de l’Euphrate, « dans la région même du confluent du Habur et de l’Euphrate » ; p. 49-50 : en rive droite du Habur, à Buseira.)
  • S. Yamada, RA 105, 2011, p. 64 (« a city located close to the junction of the Euphrates and Habur and quite far from Ṭabatum »)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 13 (« Saggarâtum se trouverait donc sur l’Euphrate au confluent avec le Habur, peut-être à Buseira, la Circesium romaine, ou à proximité de ce site » ; « non, comme on le supposait traditionnellement, sur le Habur à Tell Abu Ha’iṭ »)
  • N. Ziegler, (rive gauche : ARM 26/1 158)

Résumé : Capitale de l'une des provinces du royaume de Mari. On a longtemps favorisé une localisation à Tall Abu Hait (n° HIGEOMES 159) mais une localisation plus proche de l'Euphrate est plus vraisemblable selon les textes. J.-M. Durand, BBVO 20 p. 48-50, a proposé de la localiser à la confluence du Habur et de l'Euphrate, à proximité de l'actuelle Buseira. La muraille de Saggaratum est mentionnée dans des noms d’années : Sumu-Yamam commémore la fortification de la ville dans sa deuxième et dernière année de règne (cf. D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 68-69) et Samsu-iluna commémore la restauration de la muraille dans sa 33e année (Horsnell Year Names 2, Hamilton, 1999, p. 226-227.


Saharata (1)

Nom(s) OB : Saharata

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 199 (s.v. Sagirratā)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 229
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 105 n. a
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 552 (un méandre ? ; « dans le district de Saggarâtum »)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 712 n. 15
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 150 (s.v. Saḫaratā ; ≠ Siḫaratā)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27-28 (« près de Dûr-Yahdun-Lîm » ; homonyme de Siharata [ša Yabasim])

Résumé : Localité du district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim. À distinguer de Saharata (2) et de Siharata.


Saharata (2)

Nom(s) OB : Saharata

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 63

Résumé : Localité du pays de Karana (1), mentionnée dans un texte de Mari. Le toponyme doit peut-être être retrouvé dans OBTR 245, selon la suggestion de J.-M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014. À distinguer de Saharata (1), dans le royaume de Mari.


Sahlala

Nom(s) OB : Sahlala, Sihlalum    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Sahlalu

Zone : D

N° HIGEOMES : 103

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Sahlan, Tall as-

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • E. Forrer, 1920/, Berlin, 1920, p. 24
  • L. Dillemann, BAH 72, Paris, 1962, p. 168 n. 2
  • A. Goetze, JCS 18, 1964, p. 116
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 78
  • G. Dossin, RA 68, 1974, p. 26 n. 4
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 257, 264 (p. 257 s.v. Zaḫlala, p. 264 s.v. Ziḫlalum)
  • M. van Loon, PIHANS 63, Leyde, 1988, p. XXV (remarques de M. van Loon et D. J. W. Meijer)
  • J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 362 (= Tall as-Sahlan)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Tuttul (1) (= Tall Bi’a, n° HIGEOMES 27))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 69
  • S. Parpola & M. Porter, 2001/, Helsinki, 2001, p. 15 & carte 25
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 89, 121
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 154 (s.v. Ṣaḫlala)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 105 (dans la vallée du Balih)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 169 n. 326 (sur le Balih)
  • K. Kessler, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 40 (« Seine Bedeutung ist durch gerade veröffentlichte mittelassyrische Urkunden beleuchtet, welche es als assyrische Distrikthauptstadt in der nördlichen Balikh-Region kennen. »)

Résumé : Sahlala est mentionnée par les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Apqum (2) « du Balih » et Zalpah (1), deux étapes en aval de Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Une identification avec Tall as-Sahlan, proposée par J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, semble probable.


Sahrum

Nom(s) OB : Sahrum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 133 (« Gentilice(?) d’un lieu situé dans le district de Sagarâtim. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 200-201 (s.v. Saḫrû)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 105 n. a
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 327
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 552 (n. d au texte n° 354 (ARM 2 107) : étymologie de Saharata, Sahru, etc.)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 178, 431, 462 (p. 178 : « bourg benjaminite du district de Saggarâtum » ; p. 431 : zone limite entre la forteresse de Yahdun-Lim et Terqa (1), dans le district de Saggaratum ; « bourgade dont le chef-lieu était la Forteresse de Yahdun-Lîm »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 243 (« bourg (…) dans les environs de la forteresse de Yahdun-Lîm »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« dans le district Saggarâtum » ; à distinguer de Sehru et Suhra)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 168 (sans doute la capitale de Ṣura-hammu, dans le district de Saggaratum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 228, 229, 231, 232 (p. 228 : rive droite de l’Euphrate, district de Saggaratum, clan des Amnanum ; p. 229 : au nord de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Localité du district de Saggaratum.


Sahulda

Nom(s) OB : Sahulda

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Lewy, Or 27, 1958, p. 17
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 82
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 201 (s.v. Saḫulda ; « nach Itinerar zwischen Ḫarrān und Ḫaziri »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum et Palda (lu par l’auteur PA.MIR.UŠ))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 150 (s.v. Saḫulda)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408
  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (la lecture pose problème ; proposition de lire sa-ar(!)-da, inconnu par ailleurs)

Résumé : Sahulda est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Haziri, peut-être à identifier avec l'actuelle Sultantepe (n° HIGEOMES 171), et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Elle doit donc être cherchée en amont et à proximité de cette dernière, sur le Balih. La lecture du toponyme pose problème.


Sakalan

Nom(s) OB : Sakalan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 201 (s.v. Sakala[)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 507 (« Le bourg de Sakalân est très peu mentionné. On le retrouve dans XXII 8, un texte de ZL 1’. Il est possible que la ville ait été détruite lors des troubles avec les Benjaminites. » ; appartient au district de Saggaratum ?)

Résumé : Localité probablement située dans le district de Saggaratum.


Saknatum

Nom(s) OB : Saknatum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 319 (dans le royaume d’Andarig selon 2 textes inédits : A.391 et A.4484)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (appartient à l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 150 (s.v. Saknatum)

Résumé : Localité du royaume d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64). Des femmes ont été déportées de cette ville vers Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) à l'époque de Zimri-Lim.


Samanum

Nom(s) OB : Samanum, Šamanum    Certitude OB : 1

Zone : B

N° HIGEOMES : 729

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Mayadin

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 201 (s.v. *Samānum : « Wohl nicht identisch mit mA und ”late assyrian” —> nA Samānu. (J. N. Postgate, Iraq 32, 135 Anm. 7) ; — vgl. M. Civil, JCS 21, 36 und M. B. Rowton, JNES 32, 214. — Den aB Quellen zufolge liegt S. im Distrikt von —> Terqa ; (…) S. wurde von —> Jaḫdunlim und Zimrilim erobert. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 115 n. 46, 122-123 n. 84, 124 (p. 122-123 : = région de Mayadin ; p. 124 : A.454)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 44, 53 n. 71 (p. 44 : « ville benjaminite (ethnie des Ubrabéens) du district de Terqa ; il s’agit d’un port important au nord de Tell Ashara. On en a proposé l’identification avec Meyyadîn »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 118
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 318-319
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 64, 88
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330, 335
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 110-113
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 517 (= Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222))
  • F. van Koppen, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 304, 340
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 41, 190-191, 195, 247, 275 (p. 41 : « port dans la partie septentrionale du district de Terqa » ; p. 275 : la localisation avec Mayadin est préférée à celle avec Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222))
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83, 84, 87 n. 29
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 161, 162, 165 n. 292, 166, 167 n. 301, 168, 169, 172 n. 341, 176 (p. 161 : grand centre ; = « Meyyadîn » ; p. 166 : ville yaminite)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 227, 228, 231, 232 (p. 227 : ville uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1) ; p. 228 : « au bord du canal Išîm-Yahdun-Lîm ; « au nord du district de Terqa dans la zone de Meyyadîn », peut-être même à Meyyadin » ; contre la proposition de J.-M. Durand dans LAPO 17, p. 517, de l’identifier avec Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222))
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 43 (= Mayadin)

Résumé : Samanum fut une capitale de la tribu yaminite Uprapum dès l'époque de Yahdun-Lim, puis fut intégrée au district de Terqa (1) après la victoire de Zimri-Lim sur les révoltés yaminites. Samanum est située à une journée de marche de Dur-Yahdun-Lim (= Deir-ez-Zor, n° HIGEOMES 719), d'après l'inédit A.2924. La localisation dans la région de Mayadin a été proposée par J.-M. Durand dès 1990 (BAH 136). Elle a été retenue à titre d'hypothèse, au contraire de son autre proposition, Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222) pour lequel une identification avec Zibnatum (2) a été préférée.


Samum

Nom(s) OB : Samum, Simum

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 202 (s.v. Sāmûm : « Bei —> Ḫarrān ; —> Admu, —> Niḫrija. W. W. Hallo, JCS 18, 76a : 46, vielleicht = mA māt Sawit und —> nA Saue. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (entre Alan et Harranum d’après les « itinéraires paléo-babyloniens »)
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 387-388 (dans le Tur Abdin)
  • N. Ziegler, WZKM 86, 1996, p. 485
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 360
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 45 (à chercher « dans les montagnes qui bordent à son orient la région de Harrân (Zalmaqum) »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 334 (« un lieu du Taurus, grand producteur de vin »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 151 (s.v. Samūm ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 104 n. 244, 133 n. 465, 275 (p. 104 n. 244 : Sumum = Samum ; p. 133 n. 465 : « une étape de l’itinéraire paléo-babylonien entre les monts Hasam et Aba d’une part, Harran d’autre part » ; p. 275 : « à une étape de Harran »)
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 10 (« L’appellation “vin de Sâmum” ou simplement “vin sâmum”, renvoie à un cépage implanté dans une vaste zone géographique allant des Monts Amanus jusqu’au Zalmaqum, au pied du Ṭûr-‘Abdîn. »)

Résumé : Samum est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Mammagira et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Elle doit être cherchée à l'est de cette dernière. Du vin samum ou de Samum doit renvoyer à cette réalité géographique. Le toponyme a été parfois confondu avec Sumum.


Sanipa

Nom(s) OB : Sanipa

Zone : E, F, G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 64
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 138
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 72-73, 83
  • J. Reade, Iraq 30, 1968, p. 237 n. 5
  • D. Oates, 1969/, Londres, 1969, p. 35 n. 3
  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 5
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 41
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 261 (s.v. Zanipā, Sanipā : « A. Goetze, JCS 7, 64 : im oder am Wādī aṯ-Ṯarṯār ; W. W. Hallo, JCS 18, 72f., 83 : identisch mit —> nA (kur)Zalipâ ö des Tigris ; J. Reade, Iraq 30, 237 Anm. 5 s von —> Apqum, nicht bei Eski-Mossul, wahrscheinlich nö der Hügel. »)
  • D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (près d’Apqum (1))
  • Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 115-116
  • Y. Wu, NABU 1994/38, 1994
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 202, 226
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339-340, 345 (p. 339-340 : district de Šaššaranum)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 120 (ville mentionnée une étape avant Apqum (1) (donc au sud de cette dernière) ; troisième étape à partir d’Ekallatum (1))
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97 (région de la rive droite du Tigre, district de Šaššaranum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 183 (s.v. Zanipā, distinguée de Zanipatum dans le district de Saggaratum, avec bibliographie)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 228, 235, 265, 270 (p. 235 : à l’ouest du Tigre ; p. 265 : à environ 25 km d’Apqum (1) et d’Adum (région de Mossoul ?), pas nécessairement sur le Tigre)

Résumé : Sanipa est la troisième étape des « itinéraires paléo-babyloniens » après Ekallatum (1), située entre Saqa et Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3).


Sanipatum

Nom(s) OB : Sanipatum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 261 (s.v. *Zanipatum : « W. W. Hallo gleicht Z. mit —> Zanipā des aB; Itinerars. Z. aber liegt ARMT 14 im Distrikt von —> saggaratum, unweit von —> Dūr-Jaḫdunlim? (ARM 3, 79). »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 608
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 585, 588, 666 (p. 585 : « Sânipâtum semble être en amont de Dûr-Yahdun-Lîm » ; p. 588 : « Sânipâtum est entre le fleuve et la Forteresse de Yahdun-Lîm » ; p. 666 : « Si le toponyme est attesté dans les lettres de Kibrî-Dagan, c’est uniquement parce qu’il est à l’amont de Terqa, proche de la province. Cela est montré par son attestation à côté de Ya’il (A.4590), laquelle est sur la région frontière des districts de Terqa et Saggarâtum (rive droite de l’Euphrate) »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 70, 72 (p. 70 : FM V 2: 3’ ; p. 72 : « dans les environs de Dur-Yahdun-Lim »)

Résumé : Localité située dans le district de Saggaratum.


Saphum (1)

Nom(s) OB : Saphum, Saphum ša mât Apim

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477 (bibliographie et distinction de deux Saphum)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 119
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 151 (s.v. Sapḫum [2] ; ≠ Sapḫum [1])
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Saphum ša mât Apim : ARM XXVII 72-bis : 10’ (cité antérieurement comme TH 72-14) ; A.350+ (LAPO 16 333) : 24 ; inédit A.1344 : 15 (cité dans Cahiers de NABU 1, p. 119 n. 19). »)

Résumé : Localité du pays d'Apum (1), donc à chercher dans la région de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Elle est à distinguer de Saphum (2), au sud-est du Djebel Sindjar.


Saphum (2)

Nom(s) OB : Siphum, Saphum

Zone : F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477 (« à la frontière des royaumes de Karanâ et d’Ekallâtum, soit sans doute au sud-est du Sindjar »)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 119
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 151 et 152 (s.v. Sapḫum [1] et Sipḫum, qui ont été distingués)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« au sud du Sindjar (ARM XXVI/2 358 et com.). Sans doute est-ce la même qui est mentionnée sous la forme Siphum dans ARM XXVI/2 302 : 44 (cf. la mention du voyage de Yasîm-El, qu’on sait alors en mission dans la région d’Andarig). »)

Résumé : Ville située au sud-est du Djebel Sindjar, frontière entre les royaumes de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) et d'Ekallatum (1). À distinguer de Saphum (1), dans le pays d'Apum (1).


Sapiratum

Nom(s) OB : Sapiratum    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Sapiratu

Zone : B

N° HIGEOMES : 195

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Bijan

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

  • au Nord de : Ida
  • à l’Est de : Ida
  • au Sud de : Hanat
  • à l’Ouest de : Hanat

Éléments de localisation relative :

  • en amont de : Ida
  • en aval de : Hanat
  • dans le district de : Suhum

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366 (p. 365-366 : ville du Suhum, « bourgade, située à 25 km en aval de Hanat », = l’île de Bijan ?)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 398
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 275 (= Bijan)
  • D. Lacambre, NABU 2003/29, 2003 (dans le Suhum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 136, 139, 157 (p. 157 : la « ville des Yum.ma-hâmu » représente en fait Sapiratum, soit l’île de Bijan, en amont de Hit (n° HIGEOMES 167))
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261 (= dans l’île de Bijan)

Résumé : Sapiratum est une ville du Suhum localisée sur l'île de Bijan (n° HIGEOMES 195), suivant la proposition d'y localiser la ville néo-assyrienne Sapiretu faite par M. Gawlikowski, « Bēğān Island », AfO 29/30, 1983-1984, p. 207. Son nom paléo-babylonien a longtemps été confondu avec celui de Saggaratum par les épigraphistes ; voir la mise au point sur l'histoire et la localisation de cette ville par D. Charpin, MARI 8, 1997.


Sapurrata

Nom(s) OB : Sapurrata, Supurrata

Zone : E, F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

  • à l’Ouest de : Kurda

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 4
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 198 (s.v. Saburatā)
  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 215 (au nord-est de Qaṭṭunan, sur la route menant à Andarig)
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 127 (= Supurrata = Sapurrata)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 258 (à propos d’ARM 2 42 : « graphie défective de Sapurratâ. Cette ville, encore peu attestée, est manifestement située au nord-est de Qaṭṭunân, sur la route d’Andarig. D’après son nom (“Enclos”), il devait s’agir d’un lieu-dit où se réunissaient les troupeaux (…). Si depuis Sapurratâ, on pouvait encore rejoindre Šubat-Enlil, elle ne pouvait être cependant trop à l’est ; au mieux pouvait-on gagner la passe de Kasapâ à partir de cette bourgade. Ce devait donc être un lieu de carrefour naturel. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 151-152 (s.v. Sapurratā ; = Supurratā)

Résumé : Localité située sur la route entre Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153) et Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64).


Saqa

Nom(s) OB : Saqa

Zone : F, G

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 202 (s.v. Saqā)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 200 (concernant FM 2 114 : 12 : ša-qa-a(ki) : Saqa ou graphie particulière de Šakka dans le district de Mari ?)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339 (entre Aššur et Tarhuš)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 228, 235, 236, 265 (p. 228 : entre Aššur et Apqum ; p. 235 : à l’ouest du Tigre ; p. 236 : carte ; p. 265 : appartenait à l’époque de Zimri-Lim « au royaume de Karanâ/Qaṭṭarâ »)

Résumé : Saqa est l'une des étapes des « itinéraires paléo-babyloniens », entre Bunineyu et Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3). Elle appartenait au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque de Zimri-Lim.


Sarum

Nom(s) OB : Sarum    Certitude OB : 2

Zone : E

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Wadi Zerkan

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 270 (p. 270 n. 122 : = Wadi Khanzir)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 158, 161 (p. 161 = Wadi Khanzir)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123, 129 (p. 123 : cours d’eau en Ida-Maraṣ (1) ; « oued important à l’ouest du Djaghdjagh (le Hirmaš) : il devait donc s’agir du wadi Dara qui vient se jeter dans le Djaghdjagh, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Tell Brak » ; « c’est le début de la zone dite “Steppe des oueds” » ; = aussi Wadi Amuda ou Khanzir, il n’a pas le même nom sur tout son cours ; p. 129 : idem)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 41 (= Wadi Amuda (Khanzir))
  • M. Guichard, NABU 2006/36, 2006 (= Wadi Zerkan ; étymologie « le tourbillonnant » ; à proximité des villes Ašlakka et Hurra ; un affluent important du Habur ; Wadi Khanzir « trop à l’est »)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 70 (= Wadi Zerkan)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 138 (= Wadi Zerkan)

Résumé : Nom d'un cours d'eau ; peut-être le Wadi Zerkan selon une proposition de M. Guichard, NABU 2006/36 après l'abandon de la proposition qu'il puisse s'agir du Wadi Khanzir.


Sehru

Nom(s) OB : Sehru

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 229 et 239 (p. 239 : « Sehrû (ou Sehrê) du royaume d’Ekallâtum » ; ≠ Suhra)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Sehru au sud d’Ekallâtum (1) » ; à distinguer de Sahrum et Suhra)

Résumé : Ville du royaume d'Ekallatum (1).


Sibum

Nom(s) OB : Sibum

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008

Résumé : Localité attestée par les textes de Mari concernant le paiement de la taxe-sugâgûtum.


Siharata

Nom(s) OB : Siharata, Siharata ša Yabasim

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • H. Lewy, Or 25, 1956, p. 342 n. 3
  • A. Marzal, JNES 30, 1971, p. 199
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 203 (s.v. Siḫarata : « Die Identifizierung von S. mit “Šeḫaräte” 36 km o-no von Mardin, s. J. Lewy, Or NS 25, 342 Anm. 3 entbehrt jeder Grundlage. »)
  • J. Safren, Or 51, 1982, p. 20
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 50
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 104, 105 n. a (p. 105 n. a au texte FM 2 63 : 15 où le passage était lu si-ha-ra-ta-a(ki) [t]a(?)-wa-⸢i⸣-{x x}-im : « La ville de Siharatâ (…) était donc surtout une des résidences d’Ibâl-El. Le toponyme est apparenté au lieu-dit de la province de Saggarâtum, Saharâta (sa-ha-ra-ta-a) d’ARM II 107 : 25 et M.5581 » ; « Malheureusement l’ethnique qui qualifie Siharatâ n’est pas d’une lecture sûre. Il devait être un nizbé sur un nom de pays et distinguer le lieu-dit d’autres homonymes. Ce lieu-dit devrait être dans une région où le mer’ûm Ibâl-El était très souvent présent. Une correction en Talhayûm me paraîtrait jusqu’à plus ample informé, trop drastique. » Note des éditeurs : voir ci-dessous J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004, où la lecture a été corrigée en ya-ba-si-im)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 152 (s.v. Siḫaratā ; ≠ Saḫaratā)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 (« Siharatâ dans l’Ida-Maraṣ (1) : ARM II 33 : 13’ et FM II 63 : 14 (qui ajoute : ša Yabasim donc avec une précision tribale ; cf. coll. de J.-M. Durand, CRRAI 46, p. 130 n. 109). » ; à distinguer des villes nommées Saharata)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 130 (« Siharatâ a dû donc être une résidence d’Ibâl-El. Ce toponyme est cependant mal documenté et ses deux occurrences sont du même moment. Il devait s’agir d’une installation momentanée. Comme le lieu-dit entre dans une série lexicale toponymique bien documentée (cf. Saharatâ et Sahrû, pour le district de Saggaratum), il devait s’agir d’un terme descriptif qui désignait un endroit de méandres. La nouvelle lecture ⸢ša⸣ ya-b[a-s]i-im dans FM II 63 indique en outre qu’Ibâl-El était un Yabasûm. »)

Résumé : Localité située dans l'Ida-maraṣ (1), non loin d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Sihu

Nom(s) OB : Sihu

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 203 (s.v. Siḫā)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 645 (lieu-dit qui porte un nom d’arbre : l’Artemisia)

Résumé : Une zone boisée située sur l'Euphrate porte le nom de Sihu. Il n'est pas certain qu'il s'agisse d'un toponyme. Le nom pourrait simplement désigner les arbres qui y poussaient.


Sim’al

Nom(s) OB : Sim’al

Zone : B, E, F, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 204 (s.v. (DUMU-)Sim’al : « J.-R. Kupper, Nomades 54f.: Nomadenstamm ; M. B. Rowton, JNES 32, 212 : Nomaden, die in —> Talḫajum ansässig sind. »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, RA 80, 1986, p. 141-183 (répartition du Proche-Orient du 18e siècle en deux grandes éthnies: Yamina et Sim’al; p. 150-152 : Sim’al est la tribu de Zimri-Lim; p. 152-156 : relation entre « Hanéens et Benê Sim’al », p. 153 « Hanéen est un terme plus général, qui peut englober Sim’alites et Yaminites » ; p. 155 « dans un certain nombre de cas, l’opposition qui est faite dans les textes n’est pas entre Sim’alites et Yaminites, mais entre Hanéens et Yaminites. Il est vraisemblable que c’est là qu’il faut trouver une opposition secondaire. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116 n. 53 (« fils de la gauche », « nordistes », font partie des Hanéens ou Amorites (« occidentaux ») ; ethnie à laquelle appartient la famille royale de Mari)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 54 n. 76
  • D. Charpin, NABU 1992/31, 1992
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 114, 118
  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 45 n. 39
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 184
  • J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 47
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 202 n. 2, 204-206
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 270
  • B. Lafont, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 210
  • P. Villard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 297 n. 33, 326
  • M. Anbar, Mél. Limet, , Liège, 1996, p. 7-10 (doutes concernant l’origine tribale sim’alite de Zimri-Lim)
  • I. Guillot, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 282
  • B. Lyonnet, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 140
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 79
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 29, 37, 78, 103, 131, 136 n. 495, 175, 176 n. 48, 180, 193 n. 181, 203, 238 n. 647
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84, 86, 87, 89, 90
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. passim (p. 114 : nomades, « gens de l’intérieur » ; p. 116 : Zimri-Lim est Sim’alite ; Bédouins ; p. 118 : « à l’époque de Yaggid-Lîm (…), la plupart des Bensim’alites étaient nomades dans le nord-ouest de la Djéziré » ; p. 133 : hana DUMU simal, « Bédouins fils de Sim’al » ; p. 179 : clans sim’alites : « 1. Yabasu, 2. Yakallit, 3. Amurru, 4. K/Qaṣu, 5. Nahan, 6. Nihad, 7. Yumma-hammu, 8. Ibal-Ahu, 9, Yar’u, 10. Abi-nakar, 11. Man-napsu, 12. Kihibru-ila »)
  • M. Guichard & N. Ziegler, Mél. Larsen, PIHANS 100, Leyde, 2004, p. 245
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 225, 227 n. 7, 230
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 144-159

Résumé : Nom d'une tribu, « (fils de) la gauche ». Elle s'oppose aux Yamina, « (fils de) la droite ». Plusieurs de ses clans sont connus ; voir J.-M. Durand, CRRAI 46, 2004 (notamment p. 119). Yahdun-Lim et Zimri-Lim étaient rois des Sim'alites. L'appellation de « Hanum » peut se référer à la tribu de Sim'al, sans que le terme ne lui soit toutefois exclusivement réservé ; cf. Hanum ci-dessus.


Suhra

Nom(s) OB : Suhra

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 239 (≠ Sehru/Sehre ; « ville au nord d’Ekallâtum »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (Suhra au nord d’Ekallatum (1), proche de Parpara ; à distinguer de Sahrum et Sehru)

Résumé : Ville des bords du Tigre, en amont d'Ekallatum (1).


Suhum

Nom(s) OB : Suhum
Nom(s) MA : Suhu

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 210 (s.v. Suḫûm : « M. Ellis, Taxation, 13-14 : Region am Euphrat unterhalb von Mari ; vgl. auch H. W. F. Saggs, Iraq 17, 136; 28, 188. J. A. Brinkman, AnOr. 43, 183-84 Anm. 1127 : von der Grenze Babylons —> Rabiqum bis Ḫindānu am mittleren Euphrat (Belege und Deutungen ab mA/mB Zeit). Nach J.-R. Kupper, Nomades 44, ist die Göttin ʿAnat im Lande Suḫi heimisch ; vgl. zuletzt zusammenfassend M. Anbar, IOS 5, 13ff. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 102 n. 2 (région « au sud de Mari, une contrée certainement peu favorisée, dont la possession est surtout d’intérêt stratégique pour les rois de Mari car elle est la frontière du côté des royaumes de Babylone et d’Ešnunna et permet de contrôler les puits de bitume de Hît (…) »)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 7, 1993, p. 374
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 201
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 326
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 328-329, 334-335, 341
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 391, 414 n. 213
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 387, 389
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 373, 456
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 n. 38
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 114
  • D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 441
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 711
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 18, 29 (p. 18 : « les “2 Suhûm” (notion bien documentée) désignent les Suhûm supérieur et inférieur : ils constituent la province du Sud, face au pays d’Akkad (Babylone et Ešnunna) »)
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 226 (en aval de Mari)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 79, 117, 130, 132
  • D. Charpin, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 29 (Hanat appartient au Suhum)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 241
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 34 n. 39, 46, 85 n. 74, 88-90, 103, 110, 113 n. 312, 120, 142, 146, 148, 180 n. 77, 183, 194 n. 196,
  • D. Lacambre, NABU 2003/29, 2003 (Moyen-Euphrate, au sud de Mari)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 89 (p. 89 : il y a deux Suhum ; n. 37 : « Les deux Suhûm sont à comprendre comme Suhûm superieur (autour de Hanat) et Suhûm inferieur (autour de Yabliya). »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 117, 139, 145, 155, 156, 157, 178, 186, 194, 195, 196 (p. 156 : deux Suhum, un nord et un sud)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 225 n. 2, 231 (p. 225 n. 2 : « en aval du district de Mari »)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 105 n. 35
  • D. Lacambre, Studia Euphratica 2006/129-156, 2006, p. 129-156
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 281 n. 165
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261 (« partie inférieure de la vallée du Moyen-Euphrate »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 42 (zone tampon contre le Sud (entre le royaume de Mari et le Sud))
  • P.-A. Beaulieu, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 219 (mise au point sur les Sutéens attestés dans la région du Suhum)
  • N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 179-180

Résumé : Nom de la vallée étroite de l'Euphrate, en aval de l'actuelle Abu Kemal. À l'époque de Zimri-Lim de Mari, le Suhum n'était pas une province à proprement parler. Le Suhum était séparé en deux parties, le Suhum supérieur, avec pour centre Hanat (= Ana, n° HIGEOMES 196), et le Suhum inférieur, avec pour centre Yabliya (probablement = Al-Judafia, n° HIGEOMES 734).


Sumum

Nom(s) OB : Sumum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 411 (région voisine de celle du Yapṭurum (1))
  • J.-R. Kupper, Mél. Garelli, , Paris, 1991, p. 183
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 426 (« Le pays de Sum(û) (ou “Suhumu”) est une réalité géographique du Nord-Ouest, peut-être le nom du nord du pays d’Ašnakkum. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 270 (« le pays de Sûmûm (ou Sûm) avait comme capitale Ulâyum ; ce dernier était mitoyen de la région d’Urkiš » ; « état limitrophe entre le Zalmaqum de Bûnû.ma-Addu (Harrân) et le Yapṭurum »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 152 (s.v. Sūmum)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 136
  • J.-M. Durand, NABU 2003/30, 2003 (« la région d’Urkiš »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 125 (« tout ou partie du royaume d’Ašnakkum »)
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 92 (« il s’agit du pays de Sûmum dans le Nord-Ouest de l’Ida-Maraṣ, autour des villes d’Urkish, de Šuduhum et d’Ašnakkum »)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 32-33 (partie occidentale de l’Ida-Maraṣ (1), depuis le Wadi Zerkan jusqu’à la rive occidentale du Djaghdjagh ; capitale régionale : Ašnakkum)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 81, 83, 91 (p. 81 : « territoire d’Ašnakkum »)

Résumé : Nom du pays dont la capitale était Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).


Suqaqum (1)

Nom(s) OB : Suqaqan, Suqaqum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 211 (s.v. Sūqāqû ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 244 n. 151
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« près de Mari (district de Našer) : toutes les références des textes de Mari renvoient à S.(1) »)

Résumé : Localité du district de Našer d'après ARM 23 591. À distinguer de Suqaqum (2), dans la vallée du Tigre.


Suqaqum (2)

Nom(s) OB : Suqaqu
Nom(s) MA : Sugagu

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 211 (s.v. Sūqāqû ; ne distingue pas entre (1) et (2) ; « von W. W. Hallo, JCS 18, 70 mit H. lewy, AIPHOS 13, 316f. zwischen w und ö Teil des Ğabal Ḥamrīn am Zusammenfluß des Tigris mit dem unteren Zāb angenommen, am w. Ufer des Tigris. Gegen diese Lokalisierung am w. und unzugänglichen Ufer wendet sich ausführlich J. A. Brinkman, BiOr. 27, 313f., s. auch ibid. S. 302. — Nach dem aB Itinerar ist S. eine Tagesreise von Assur entfernt, —> nA Sugagu »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 244 (« la dernière étape en aval d’Aššur selon les deux itinéraires paléo-babyloniens » ; « Suqâqû serait à chercher dans la proximité immédiate du confluent du Petit Zâb avec le Tigre, sans doute au sud » ; = Tall al-Dahab (n° HIGEOMES 713, écrit par l’auteur Tell ed-Dahab) ?)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« dans la vallée du Tigre, à une étape en aval d’Aššur : itinéraire d’Urbana/Yale »)

Résumé : Suqaqu est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Marmenum et Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111). Elle doit être identifiée avec la ville du même nom attestée aux époques plus récentes et cherchée à la confluence du Petit Zab et du Tigre. À distinguer de Suqaqum (1), du district de Našer.


Surman

Nom(s) OB : Surman

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 226 (« dans la vallée de l’Euphrate, en aval de Halabît »)

Résumé : Localité productrice de bois, probablement située en aval de Halabit (probablement = Halabiye, n° HIGEOMES 722), dans la vallée de l'Euphrate.


Susa

Nom(s) OB : Susa, Šuša, Šusa

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 211, 229 (p. 211 s.v. Susā et p. 229 s.v. Šušā ; p. 211 : « Nach A. Finet, ARMT 15, 133, s von —> Elaḫut und zu trennen von —> Šušim = Šūš ; vgl. aber Šušā. »)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 77 n. 199
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 99
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 426 (ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 186
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 186
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 146, 158
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 152-153 (s.v. Susā ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 144 (royaume proche de ceux d’Ašnakkum et d’Ašlakka)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 274 n. 301
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 53, 195 n. 207
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 69, 71 n. 56 (= Tall Aylun, n° HIGEOMES 17 « Dans la mesure où la route de Nahur à Mari passe par Susâ, placer Nahur et Susâ sur le wadi Aoueij [= Wadi Avedji] paraît une hypothèse vraisemblable. » ; p. 69 : carte)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 87 (au sud d’Ašnakkum)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 33 (entre Ašnakkum et Zalluhan)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 10 n. 62 (« Susâ, placée sur la route de Mari à Nahur, est à chercher à proximité d’Ašnakkum (Chagar Bazar) et probablement de Qirdahat (Hasseke ?). Susâ pourrait être localisée sur le wadi Aoueji en aval de Nahur (Tell Ailoun ?) selon une hypothèse de D. Charpin 2009, p. 71 n. 56 (et carte p. 69) basée sur des travaux de M. Guichard. »)
  • N. Ziegler, (AIL : Susa proche de Zalluhan (Guichard BBVO 24 2))

Résumé : Capitale d'un royaume dans le triangle du Habur, probablement à chercher entre Ašnakkum (peut-être = Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) et Qirdahat (peut-être = Hassake, n° HIGEOMES 960). Susa pourrait être localisée sur le Wadi Avedji en aval de Nahur d'après une hypothèse de D. Charpin BBVO 20, 2009 (p. 71 n. 56 et carte p. 69) fondée sur des travaux de M. Guichard. Le nom de la 23e année de règne de Samsu-iluna célèbre la conquête de Susa après les mentions de Šahna, capitale du pays d'Apum, Zarhanum et Putra.


Sutum

Nom(s) OB : Sutum
Nom(s) MA : Sutiu

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 212 (s.v. Sutûm « Nach J.-R. Kupper, Nomades 83ff. sind die S. Nomaden der syrischen Wüste ; vgl. H. B. Huffmon, APNMT 142 mit Anm. 5. J. Grintz, JNES 21, 201a vermutet, daß das ägyptische Sēt-Volk S. meinen könnte. Vgl. zusammenfassend J. A. Brinkman, AnOr. 43, 285 ff. mit Lit. und einem geschichtlichen Überblick ab der kassitischen Zeit. Mit den Sutäern wird an landschaftlichen Bezeichnungen erwähnt : Purattum elênum (Landbesitz!) ; —> Tadmir, —> Našalā, —> Qatnā sind Städte der syrischen Wüste, die von ihnen geplündert werden (ARM 5, 23 ; 1, 100) ; sie finden Silber im Ğabal Bišrī (ARM 6, 44). Zur Zeit Ḫammurabis sind die Sutäer befriedet (—> Razamā), während Jasmaḫ-Adad und Zimrilim wiederholt über Raubzüge unterrichtet werden. —> Jaḫmutum. »)
  • D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 263
  • M. Anbar, OBO 108, Fribourg/Göttingen, 1991, p. p. 88-89 et passim
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 100
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 128
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 327
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 331
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 393, 395, 401, 408-411 (p. 393 : nomades transhumants, « dans la vaste région désertique qui borde le Moyen-Euphrate au sud, depuis les contreforts méridionaux du Bišri jusqu’à la région du ouadi Ḥawran »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 219
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 80
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 84, 87, 141-142, 154
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 107 (Suh/tum)
  • D. Charpin, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 243 (Sutéens dans le Djebel Bišri)
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 203-229
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. passim (mise au point de la documentation de Mari sur les Sutéens)

Résumé : Nom d'un peuple. Selon les attestations de l'époque des archives de Mari, évoluant essentiellement dans la steppe syrienne et occasionnellement sur les bords de l'Euphrate. Voir la mise au point de N. Ziegler et H. Reculeau, StCh 4, 2014. Trois clans sutéens sont connus : les Almutum, les Mehalisayu et les Yahmamum. Le nom de l'an 14 du roi Rim-Sin de Larsa mentionne une victoire sur des troupes sutéennes (M. Sigrist, IAPAS 3 p. 43-44) et un nom d'année du roi de Hana Kaštiliaš une victoire sur les Sutum (G. Buccellati, BASOR 270, 1988, p. 52 tableau 2).


Ṣadanum

Nom(s) OB : Ṣadanum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 607 (étymologie)

Résumé : Lieu-dit situé dans le district de Saggaratum, en aval d'un canal d'irrigation qui passe à Bisan.


Ṣarbat

Nom(s) OB : Ṣarbat

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 202 (s.v. Sarbat(um) ; ne distingue pas Ṣarbat et Ṣarbatum en Babylonie)
  • A. Archi, MARI 7, 1993, p. 76
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 60-61 (« piémont méridional du Djebel Sinjar »)
  • G. Ozan, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 153, 154
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 97
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 154 (s.v. Ṣarbat ; ≠ Ṣarbatum (région de Kiš))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 207 n. 334
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Ṣarbat, dans la région au sud du Sindjar non loin de Kurdâ (cf. en dernier lieu M. Bonechi et A. Catagnoti, FM II, p. 60-61 com. au n°27) : réf. d’OBTR et des archives de Mari (ARM IV 46 : 6 ; XXVI/1 175 : 13, 16 ; XXVIII 164 : 5’ ; 166 : 8’, 10’ ; FM II 26 : 12’ ; 84 : 11 ; A.429 [FM II, p. 61 n. a] ; A.654 [MARI 5, p. 203 et FM II, p. 61 n. a]). Noter qu’à l’époque des archives d’Iltani, Ṣarbat appartenait au royaume de Karanâ, puisque Napsuna-Addu y gérait les intérêts de celle-ci d’après OBTR 67. » ; à distinguer de Ṣarbatum en Babylonie)

Résumé : Ṣarbat appartenait au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque de Zimri-Lim.


Ṣerda

Nom(s) OB : Ṣerda, Ṣiyarda    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Serda, Sirda

Zone : D

N° HIGEOMES : 459

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Sedda, Tall es-

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 213 (s.v. Ṣerdi, Ṣerda ; pour G. Dossin RA 68, p. 34 : = « Tell Zeidan »)
  • J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 376-377 (= Tall es-Sedda, pour des raisons de géographie et de continuité toponymique ; sur une route ancienne vers l’est ; mais pas de traces archéologiques du 2e millénaire av. J.-C. ou postérieures)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337, 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Tuttul (1))
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 568
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 591 (« en aval de Zalpah » ; « dans la région de Tell Sman »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 91
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (« ville du Haut-Balikh »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 151
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 126, 159, 167 n. 301, 169 n. 325 (p. 126 : cours supérieur du Balih, « sous l’emprise du Zalmaqum à l’époque de Zimrî-Lîm. » ; p. 167 n. 301 : « sur le Balih »)
  • J.-M. Durand, NABU 2004/101, 2004 (on peut trouver Ṣiyarda pour Ṣerda)
  • N. Ziegler, (AIL : en amont de Tuttul, A.1487+)

Résumé : Ṣerda est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Zalpah (1) (probablement = Tall Hammam al-Turkman, n° HIGEOMES 55) et Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27). L'identification avec Tall es-Sedda, proposée par J. M. Córdoba AoF 17, 1990, pourrait convenir même si le tell n'a pas révélé de vestiges archéologiques datant du deuxième millénaire.


Ṣidqan

Nom(s) OB : Ṣidqan, Ṣidqanum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 332
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 235
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Ṣidqân(um) : fait partie des villes de la région de Hurwaš pillée par Zimrî-Lîm au milieu de sa douzième année (ZL 11’) ; cf. FM V, p. 235. Voir M.11266 : 4 (ṣí-id-qa-niki), édité par M. Guichard dans MARI 8, p. 332. » ; à distinguer de Ṣidqum (1) et (2))
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 219-220
  • N. Ziegler, (AIL : collations JMD :
    ṣí-id-qa-nu-um(ki) dans A.4438+ : 2
    ṣí-id-qa-an(ki) dans A.4438+ : 15, 19 ; M.5254+ : 2, 13, 18, 23(?) ; m.5315 : [1], 5, 9, 12, 16?, [19], [22], 26? ; ARM 7 266 : 1’?
    ṣí-id-qa-an dans M.5243+ : 7’
    ṣí-id-[qa-an(ki)] dans A.4438+ : 23
    ṣ[i-id-qa-an(ki)] dans ARM 7 266 : 1’
    graphie perdue dans ARM 24 244+ : [11])

Résumé : Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hiršiphum/Širšiphi, Eqlum-bana, Till-Abna et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l'étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997, p. 109-118. À distinguer de Ṣidqum (1) et (2).


Ṣidqum (1)

Nom(s) OB : Ṣidqum

Zone : F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 154-155 (s.v. Ṣidqum [2] ša (d)SAGGAR₂)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Ṣidqum “du Sindjar” » ; à distinguer de Ṣidqum (2) et de Ṣidqan(um))

Résumé : Ville des environs du Djebel Sindjar. À distinguer de Ṣidqum (2) et de Ṣidqan(um).


Ṣidqum (2)

Nom(s) OB : Ṣidqum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 154 (s.v. Ṣidqum [1] birit ša Numḫim, Karanā, Iamutbal)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Ṣidqum “à la frontière du Numhâ, de Karanâ et du Yamutbal” » ; à distinguer de Ṣidqum (1) et de Ṣidqan(um))

Résumé : Cette ville constituait la frontière entre trois entités géographiques : les régions du Numha (1) et du Yamutbal (1) supérieur, et le royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Ṣidqum (1) et de Ṣidqan(um).


Ṣilliya

Nom(s) OB : Ṣilliya

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 213 (s.v. Ṣillijān)
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 63

Résumé : Localité des environs du Djebel Sindjar mentionnée dans les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Ṣubat-Ištar

Nom(s) OB : Ṣubat-Ištar

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 7-8
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 214
  • M. Anbar, MARI 7, 1993, p. 390
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 180, 190, 196
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 103-104, 111
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 155 (s.v. Ṣubat-eštar)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 210
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 267-272 (propose de voir en Ṣubat-Ištar un nom donné temporairement à Tupham, dans la région au nord du Djebel Sindjar et à l’ouest du Tigre)

Résumé : Certainement une dénomination alternative de Tupham, de la même manière que Šubat-Enlil fut un nom donné temporairement à Šehna ; voir I. Arkhipov BBVO 24, 2014, et Tupham ci-dessous.


Ṣubatum (1)

Nom(s) OB : Ṣubatum, Ṣubat

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 266 (s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 155 (s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum))
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 264 (« Dans le royaume de Karâna, deux villes appelées Ṣubât et Ṣubâtum sont actuellement attestées : celle attestée ici semble se trouver dans la proximité immédiate de Qaṭṭara (Tell ar-Rimah). (…) Une autre ville nommée Ṣubât appartenait au moins occasionnellement aux rois de Karâna et était située sur le Tigre (…), vraisemblablement sur la rive droite. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Ṣ. ša ah Idiglat »)
  • M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 155 (commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien ; « Ṣubâtum du pays de Karanâ pourrait être près d’Eski Mossul », Eski Mosul (n° HIGEOMES 681))

Résumé : Cette localité du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), située sur les bords du Tigre, est à distinguer de Ṣubatum (3), homonyme ayant aussi appartenu au royaume de Karana (1) à l'époque de Zimri-Lim. À distinguer aussi de Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari.


Ṣubatum (2)

Nom(s) OB : Ṣubatum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 266 (s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 155 (s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum))
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 264
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (proche de Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167 n. 303 (dans le district de Mari)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 70 (dans le district de Mari)

Résumé : Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari, hébergeait un sanctuaire important de Dagan. À distinguer de Ṣubatum (1) et (3) du royaume de Karana (1).


Ṣubatum (3)

Nom(s) OB : Ṣubutum, Ṣubatum
Nom(s) MA : Ṣubatu

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 266 (s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes)
  • B. Lafont, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 477
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 155 (s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum))
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 264 (« Dans le royaume de Karâna, deux villes appelées Ṣubât et Ṣubâtum sont actuellement attestées : celle attestée ici semble se trouver dans la proximité immédiate de Qaṭṭara (Tell ar-Rimah). (…) Une autre ville nommée Ṣubât appartenait au moins occasionnellement aux rois de Karâna et était située sur le Tigre (…), vraisemblablement sur la rive droite. »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (proche de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101))
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 63-64 (Tall es-Shiba (n° HIGEOMES 397) ?)
  • B. Vollemaere, NABU 2016/10, 2016 (= Tall Taya (n° HIGEOMES 122) ?)

Résumé : Ṣubatum (3) se situait à proximité de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) et de Zamiyatum (1). J.-M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014, ont proposé, à titre d'hypothèse, de la localiser à Tall es-Shiba (n° HIGEOMES 397) en fonction de l’identification antérieure de Zamiyatum (1) avec Tall Taya, n° HIGEOMES 122. B. Vollemaere, NABU 2016/10, propose une identification avec Tall Taya pour des raisons de hiérarchie existant entre les villes (Ṣubatum étant le centre régional, Zamiyatum une localité de moindre importance). Elle est à distinguer de Ṣubatum (1), homonyme appartenant également au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque de Zimri-Lim, et de Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari.


Ṣuprum (1)

Nom(s) OB : Ṣuprum    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Supru

Zone : B

N° HIGEOMES : 275

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Abu Hasan, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 214 (ne connaît que Ṣuprum (1) : « J.-R. Kupper, RA 41, 160 ; G. Dossin, Syria 19, 115 : zwischen Terqa und Mari, zum Distrikt von —> Terqa : vgl. J. Bottéro, RA 52, 175. »)
  • J.-M. Durand, MARI 4, 1985 (à propos d’ARM 19 463, concernant le personnel du palais de Ṣuprum)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 (= Tall Abu Hasan)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 71-72
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« dans la région de Mari, localisée à Tell Abu Hassan »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 117, 149, 154, 166 n. 299, 179, 181, 186
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227 (en face de Mišlan ; « sur la rive gauche de l’Euphrate » ; zone yaminite)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 43 (= Tall Abu Hasan)
  • C. Michel, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13

Résumé : Ṣuprum était l'une des plus importantes villes fortifiées du district de Mari et doit être cherchée sur la rive gauche de l'Euphrate, en face de Mišlan (peut-être = Tall ar-Ramadi, n° HIGEOMES 100). La localisation à Tall Abu Hasan a été retenue à titre d'hypothèse. À distinguer de Ṣuprum (2), en Babylonie.


Ša-Baṣim

Nom(s) OB : Ša-Baṣim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 39 (s.v. Bāṣum ; ne distingue pas Baṣum de Ša-Baṣim)
  • R. Zadok, RGTC 8, Wiesbaden, 1985, p. 71-72 (« Šapazzu is mentioned together with —> Šallat which was not far from Sippar. (…) The identification Šapazzu = Šabazim is proposed tentatively, without disregarding the orthographical difficulty, namely the value ṣú for nB ZU is rare. (…) For a shift of aB b to p in later periods due to the presence of Š, ṣ see W. von Soden, GAG § 27d. (…) Šapazzu could be understood as a late and “vulgar” form of Bāṣ, the more so since the latter appears only in nB royal inscriptions of a highly literary style. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333 et n. 43 (en rive droite de l’Euphrate ; « Un banc de sable constituant un endroit guéable, probablement la future ville de Bâṣ. Un autre lieu-dit Ša bâṣim est mentionné entre Hit et Harbû. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 222 (« gué important sur l’Euphrate »)

Résumé : Ville située à la frontière des royaumes de Babylone et de Mari qui est probablement identique à la ville de Šapazzu néo-babylonienne. Elle était située à proximité de la ville Baṣum, mieux connue à l'époque néo-babylonienne comme Baṣ.


Ša-Hiddan

Nom(s) OB : Ša-Hiddan, Ša-Haddi

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Kh. Ismail et al., Sumer 39, 1983, p. 193 (= Jabriyeh (= Karable, n° HIGEOMES 725), non loin de la frontière entre l’Irak et la Syrie)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116, 117 n. 60 (p. 116 : Ša-Hiddan serait « le vis-à-vis de l’embarcadère pour Hiddan » ; sur la rive droite ; au sud de Mari ; identique à Šahaddum ; p. 117 n. 60 : Hiddan = Baghuz (n° HIGEOMES 18))
  • F. Joannès, Haradum 1, , Paris, 1993, p. 30 n. 4 (« site actuel de Aš-Šēḥ Gabir (= Karable/al-Ğābirīja, n° HIGEOMES 725) un peu en aval de El-Qā’im »)
  • W. Heimpel, NABU 1996/14, 1996 (sur la rive ouest de l’Euphrate, au sud de Mari à la frontière avec le Suhum, dans le district de Našer ; il y aurait deux villes du même nom)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 351 (= « Si Ša-Hiddân doit être identifié à Hindânu, alors le site est en amont de Diniye (…). » ; appartient au district de Našer)
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 295
  • N. Ziegler, (rive droite : ARM 26/1 158)

Résumé : La ville de Ša-Hiddan appartenait au district de Saggaratum. Elle était située en rive droite de l'Euphrate, à proximité des carrières d'extraction de pierre pour des stèles selon ARM 26/2 292. Dans la bibliographie concernant cette ville, Ša-Hiddan a été confondue avec Hiddan (peut-être = Karable/al-Ğābirīja, n° HIGEOMES 725), dont il faut la distinguer, ou localisée sur la rive opposée de cette dernière, sans raisons valides.


Ša-Iṣṣuratim

Nom(s) OB : Ša-Iṣṣuratim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 108 (ce « lieu-dit de l’alvéole de Mari s’appelle “L’endroit aux oiseaux” »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 231, 232 (p. 226 : en amont d’Appan, rive droite de l’Euphrate, clan des Yahrurum, proche de Mišlan ; p. 231 : district de Mari)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 28

Résumé : Localité des environs immédiats de Mari.


Ša-Lala’im

Nom(s) OB : Ša-Lala’im

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 109, 110 (p. 110 : « lieu-dit de Saggarâtum » ou homonyme ?)

Résumé : Localité du district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim.


Ša-Pahurim

Nom(s) OB : Ša-Pahurim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116 (« Le lieu du Rassemblement », port de Rabban, au sud de Mari)

Résumé : Localité du royaume de Mari.


Ša-Panazim

Nom(s) OB : Ša-Panazim, Ša-Panašim, Šatu-Panazim, Panašum, Panahzu, Panazum

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Goossens, RA 46, 1952, p. 147
  • J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, Paris, 1954, p. 134 (s.v. Šapanazim)
  • M. Falkner, AfO 18, Graz, 1957-58, p. 12, 25, 28-29
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 255 n. 3
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 75 (« (…) Panahzû, should be sought on the Wadi Zerkan, with Tell Abu Rasen a promising possibility for the actual mound. » Tell Abu Rasen = Tall Abu Rasayn (n° HIGEOMES 940))
  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 27 n. 83, 28, 33
  • M. Birot et al., ARM 16/1, Paris, 1979, p. 31-32 (s.v. Šapanasim …)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 184-185 (s.v. Panazum, Panaḫzu, Šapanazum : « W. W. Hallo, JCS 18, 75b : = Tall Abī Rā’sain ? ; vgl. M. Falkner, AfO 18, 25. Erwähnt mit —> Ḫeššim, —> Mammagira, —> Talḫajum ; vgl. zum Namenstyp E. Laroche, NH 297ff. [”kanisisch”]. »)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 220 (s.v. Panazum)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 4, 1985, p. 318 (Šapanašim)
  • A. Archi, UF 20, 1988, p. 1 n. 5
  • J.-M. Durand, SEL 8, 1991, p. 90 (« “Pânasim” est clairement un toponyme dénommant une réalité de Haute-Djéziré occidentale. Le plus souvent on trouve “Ša Pânasim”, genre de dénomination qui se produit à l’époque lorsque le terme précédé par ša se réfère à une réalité géographique plutôt qu’à une agglomération. » ; étymologie ; phénomène de résurgence ?)
  • B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, , Winona Lake, 1992, p. 51
  • M. Bonechi, RGTC 12/1, Wiesbaden, 1993, p. 290-291 (s.v. Šan[n]abzugu[m] …)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 237, 238, 240, 247, 251, 252, 256, 336
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 46-47
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 141 (s.v. Panaḫzū ; ≠ Pānašum = Šapānašum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 108, 112 (p. 108 : s.v. Šatupanazim ; p. 112 : Ša-panazim)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406 et n. 7
  • N. Ziegler, (AIL: Panahzum, proche de Heššum, ARM 4 28 et ARM 2 10)

Résumé : Les toponymes Panahzu, Panašum, Ša-Panašim, Ša-Panazim et Šatu-Panazim doivent probablement renvoyer à une seule et unique localité située à proximité de Heššum et Šuda (2).


Šabiša

Nom(s) OB : Šabiša, Šebiša, Sabiša

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 396
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 49 (s.v. Dabiš(ā), Tabiša)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 220-221 (« entre Nagar et Kahat » ; anciennement transcrit Tabiša ou Dabiša ; ne pas confondre avec ces toponymes)
  • D. Charpin, Tall al-Ḥamīdīya 2, OBO SA 6, Fribourg/Göttingen, 1990, p. 69 n. 13
  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 140-141
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 184 n. 51 (« entre Kahat et Nagar »)
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 258, 259, 265 n. 101 (p. 259 : dans les environs de Kahat et Nagar ; p. 265 n. 101 : « à l’est de Nagar »)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 103
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 155-156 (s.v. Šabišā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 38 n. 78 (« ville qu’on sait proche de Nagar »)

Résumé : Localité située sur la route entre Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23) et Nagar (= Tall Brak, n° HIGEOMES 29).


Šaddu’a

Nom(s) OB : Šaddu’a

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 82 (montagnards)

Résumé : Désignation des habitants de la montagne. Il ne s'agit pas d'un ethnique au sens propre du terme.


Šaditum

Nom(s) OB : Šaditum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 126 n. 96 (canal (« Canal-de-la-Montagne »), « rive droite de l’alvéole de Mari, la lecture doit en être sans doute corrigée en ša-qí(!)-tum »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 598 (« Il ne faut plus corriger le terme ša-qí(!)-tim comme je l’avais proposé (…) » ; « dans la région de Qaṭṭunân »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 54 (« canal des environs de Qaṭṭunân »)

Résumé : Nom d'un canal situé dans le district de Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153).


Šadudu

Nom(s) OB : Šadudu

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 167 (ville de la tribu des Yahrurum)

Résumé : Localité du district de Mari. Sa population yaminite a été enrôlée pour participer à la campagne contre l'Elam. Elle est peut-être identique à Šamdadum (1).


Šagir

Nom(s) OB : Šagir, Šagri

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 216 (s.v. Šagri, Šagir)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 156 (s.v. Šagir)

Résumé : Cette localité, uniquement attestée par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), serait située à proximité de Qaṭṭara, Ra'isu et Rataman. Distincte de Šakiru et probablement proche de cette dernière.


Šahaduni

Nom(s) OB : Šahaduni

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 228 et n. 531 (sur les bords du Tigre ? ; « villes rattachées au royaume de Babylone »)

Résumé : Ville située sur le Tigre, à proximité de Mankisum (peut-être = Tall Kurr, n° HIGEOMES 726) et Upi. Hammu-rabi de Babylone y établit sa frontière.


Šakidan

Nom(s) OB : Šakidan

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 82 (il est question d’un homme de Šakidan)

Résumé : Šakidan est mentionnée comme lieu d'origine d'un sugâgum. Une localisation ne peut pas être proposée. Une identification avec Ša-Hiddan nous semble envisageable.


Šakiru

Nom(s) OB : Šakiru

Zone : F

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 217 (s.v. Šakiru)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 156 (s.v. Šakiru)

Résumé : Localité documentée par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), distincte de Šagir et probablement proche de cette dernière.


Šakka

Nom(s) OB : Šakka

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 217 (s.v. Šakkā)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 118
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 80 (« Šakkâ est du district de Mari, non de Saggarâtum, comme on l’a cru »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 30 n. 78 (« petite bourgade dans le district de Mari »)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 175 (rive droite de l’Euphrate, proche de Mari)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 39, 42, 185 (p. 39 : « ville du district de Mari »)

Résumé : Localité du district de Mari.


Šalabatum

Nom(s) OB : Šalabatum, Šalabitum

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 217 (s.v. *Šalabatum)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 227, 228, 229 n. 17, 230, 231, 232 (p. 227 : ville yaminite, en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1))

Résumé : Localité du district de Terqa (1).


Šallurriyum

Nom(s) OB : Šallurriyum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 29
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 217 (s.v. Šallurriju)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 60 n. a (centre agricole « des environs mêmes de Kabittum, appartenant au royaume de Kahat »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 156 (s.v. Šallurri’um)

Résumé : Localité du royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).


Šamdadum (1)

Nom(s) OB : Šamdadum, Šamdudum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« Dans le district de Mari : ARM XXIII 20 : 4 // 21 : 8 (Haya-Addu, sugâgum de Šamdadum)»)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 230, 231, 232 (p. 226 : ville yaminite, dans le nord « du district de Mari », « en amont de la ville d’Appân », « sur la rive droite de l’Euphrate » ; clan des Yahrurum ; proche de Mišlan ; p. 230 : plus de 400 habitants)

Résumé : Ville du district de Mari, peut-être identique à Šadudu (voir ci-dessus). À distinguer de Šamdadum (2), dans le Suhum.


Šamdadum (2)

Nom(s) OB : Šamdadum, Šamdudum
Nom(s) MA : Šandada

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • S. Lackenbacher, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 385 (commentaire b) au texte n°461 : « D’après A.3170, lettre de Habdatân, Šamdadûm était assez proche de Yabliya. »)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 362-363 (texte n°10 : 9 ; renvoi à S. Lackenbacher, ARM 26/2, 1988)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 (« dans le Suhûm, à proximité de Yabliya »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 59, 62, 63 (« ville du Suhûm, proche de Yabliya »)

Résumé : Localité du Suhum. À distinguer de Šamdadum (1), du district de Mari.


Šamdanitum

Nom(s) OB : Šamdanitum

Zone : B, E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 218 (s.v. *Šamdanītum)

Résumé : Šamdanitum est mentionnée comme lieu d'origine d'un sugâgum. Aucune localisation ne peut être proposée pour le moment.


Šaqa

Nom(s) OB : Šaqa

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 199, 200 (p. 200 : localité du triangle du Habur ou identique à Šakka (du district de Mari ?))

Résumé : Si le toponyme Šaqa est bien lu, sa mention dans le contexte de la campagne de Yahdun-Lim implique qu'il faille le chercher dans le triangle du Habur, mais on ne peut pas exclure qu'il faille lire dans FM 2 114 « ša Qa(ki) », renvoyant à la localité de Qa située dans cette région. L'identification d'un éventuel toponyme Šaqa avec Šakka dans les environs de Mari est peu vraisemblable. METTRE AKKADIEN EN ITALIQUES


Šara

Nom(s) OB : Šara

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 219
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 561 (« dans la région nord-ouest de la Haute-Djéziré » ; hapax à Mari ?)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 108 n. 269, 113, 148 (p. 108 n. 269 : « la Šur’a de A.2723 doit se trouver à proximité de Nihriya ; nous sommes tentés de l’identifier à Šara » ; p. 113 : « localisation incertaine, peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »)

Résumé : Localité de la région d'Ašihum (1). On peut la chercher, avec Qabbanum, entre Șanlıurfa et l'Euphrate.


Šaruna

Nom(s) OB : Šaruna

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. 307 n. a au n° 142 (« L’existence d’un cours d’eau à proximité de Šubat-Enlil est prouvée par le fait qu’il existe un salhum de cette ville. Les villes de Šaruna et de Hidar doivent délimiter les régions amont et aval de ce cours d’eau (…). Šaruna (la lecture n’est pas totalement sûre) (…) devrait être en amont de Tell Leilan et, pour que le terme de aqdamatum ait tout son sens, toujours sur le Wadi Djarrah. Une telle localisation expliquerait d’ailleurs assez bien une très faible occurrence. Il est possible qu’une ville de Šaruna, si cette lecture est assurée, soit à identifier avec celle dont nous avons le gentilice ša-ar-WA-na-yu. Ce dernier est attesté par M.6134 qui énumère des cités de l’Ida-Maraṣ. Il arrive après i-la-an-ṣú-ur(ki) et avant zu-ur-ra(ki), ce qui convient assez bien pour la situation géographique de Šaruna. »)
  • W. Heimpel, NABU 1996/14, 1996 (rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 (apparaît dans un itinéraire (ARM 26/1 142) : au confluent du Wadi Jarrah et du Wadi er-Radd)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 157 (s.v. Šarunā ; ≠ ŠarWAna ; ≠ Širwun)

Résumé : Localité mentionnée avec Hidar et qui doit être cherchée au nord du Djebel Sindjar.


Šaššar

Nom(s) OB : Šiššar, Šaššar    Certitude OB : 3

Zone : F

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tharthar

Propositions de localisation (historique) :

  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 248 (= Tharthar)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 139 (= Sissar ; = Tharthar)

Résumé : Nom ancien du Wadi Tharthar.


Šathuru

Nom(s) OB : Šathuru

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 301 (près d’Azamhul)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 211 (« This town in Apum is not attested outside the Leilan texts. »)

Résumé : Localité documentée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et qui doit probablement être située à proximité de cette dernière.


Šatu-Panazim

Nom(s) OB : Šatu-Panazim

Zone : D, E

Résumé : Cf. Ša-Panazim.


Šehna

Nom(s) OB : Šehna, Šahana, Šahna    Certitude OB : 3

Zone : E

N° HIGEOMES : 83

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Leilan, Tall

Résumé : Voir Šubat-Enlil.


Šehrum

Nom(s) OB : Šehrum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 220 (s.v. *Šehrum : « G. Dossin, RA 69, 30 : in der Gegend von Mari. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 116, 137 (p. 116 : bourg dans les environs de Mari)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 35-36 n. 18
  • B. Lafont, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 94, 99 (p. 99 : à l’ouest de Mari)
  • J. M. Sasson, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 303
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 178
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 128, 154 (p. 128 : rivalité avec Mari sous Yahdun-Lim ; étymologie de šehrum comme une forme PiRS de la même racine que šahurum/šuhurum ; « le premier lieu de réunion des Bensim’alites » ; p. 154 : localité sim’alite, dans les environs de Mari)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 59, 185 (entre Der (4) et Mari)

Résumé : Ville située dans les environs immédiats de Mari et lieu de culte de la déesse Annunitum. La statue de cette déesse est mentionnée dans un nom d'année du début du règne de Zimri-Lim (voir D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 258).


Šinah

Nom(s) OB : Šinah

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 74b et n. 9 (Šinah dans le Mat biritim selon le texte de vente d’esclave VS 7 53)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 222 (s.v. Šinaḫ ; « J. J. Finkelstein, JNES 21, 78 und Anm. 22 ; W. F. Leemans, Trade 110 »)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169-170, 182
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423, 638 (p. 423 : « Le nord du royaume d’Ašnakkum est, à l’époque de Zimrî-Lîm, constitué par les deux villes sœurs d’Urkiš et de Šinah, ainsi que Hurrâ, qui ont des tendances constantes à accentuer leurs particularismes. » ; p. 638 : ville jumelle d’Urgiš)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 158 (s.v. Šinaḫ [1] ; ≠ Šinaḫ [2] : Babylonie ? ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 139-142
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 133 n. 468, 240, 249
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 86 (« dans le pays d’Ašnakkum »)

Résumé : Šinah est une ville du royaume d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66). Elle est mentionnée à plusieurs reprises avec Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) et Hurra. Elle peut donc être cherchée non loin de ces dernières.


Šinamum

Nom(s) OB : Šinamum    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Šinamu

Zone : N

N° HIGEOMES : 166

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Pornak

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 122 (s.v. Šinam, Šinamum ; distingue Š. 1 à l’est du Tigre de Š. 2 sur le Haut-Tigre ; « Š. 2. kann aufgrund der nachaltbabylonischen Texte von Š. 1 getrennt und im nördlichen Mesopotamien am oberen Tigris (sö von Diyarbekir) vermutet werden, s. K.-H. Kessler, Topographie, S. 110ff. »)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 79-84
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 103 (« ville de Mésopotamie du nord »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 50 (« dans l’Ida-Maraṣ occidental »)
  • N. Ziegler, CRRAI 42, OLA 96, Louvain, 1999, p. 494-495
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 158-159 (s.v. Šinamum ; à distinguer de Šinam à l’est du Tigre)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 120, 121, 153, 163
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 79 n. 19, 83, 116, 145, 239 n. 660, 240 n. 662
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« Šinamum, dans la haute vallée du Tigre, à proximité de Tušhum » ; à distinguer de Šinam)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409
  • A. M. Bagg, RlA 12, 2009-11
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 52
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 113, 122, 141-142, 144 (p. 113 : = Pornak ? ; « sur la rive droite (sud) du Haut-Tigre » ; p. 142 : dans le pays d’Eluhut ; = Murattas/Pornak)

Résumé : Šinamum peut être identifiée avec la ville moderne de Pornak, sur le Haut-Tigre, grâce à la documentation plus récente. Šinamum est identique aux Šinamu médio-assyrienne et Sinabu néo-assyrienne. À l'époque de Samsi-Addu, la ville fut conquise et sa population déportée. À l'époque de Zimri-Lim, Nusugga est attesté comme roi de Šinamum.


Širšiphi

Nom(s) OB : Širšiphi

Zone : E, N

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Lion, Ktèma 22, 1997, p. passim
  • N. Ziegler, (AIL : collations JMD :
    ši-ir-ši-ip-hi(ki) dans M.12816+ : v 28’ et ARM 8 93+ : 23 (=> corriger ARM 16 p. 32 qui propose ši-ir-w[a-an(ki), ainsi que D. Lacambre FM 2, p. 282-283 : il n’y a pas de compagne de ZL au pays de Širwum au mois v de l’année ZL 12
    [h]i-ir-ši-i[p-hi(ki)] dans M.7332 iv 62
    hi-ir-zi-ip-hi(ki) dans ARM 7 266 : 6’
    hi-ir-z[i-ip-hi(ki)] dans A.4438+ : 28
    hi-ir-zi-ip-[hi(ki)] dans ARM 24 244+ : 52
    graphie perdue dans M.5243+: R [6’] et M.6765+ : [23’])

Résumé : Voir Hiršiphum.


Širwun

Nom(s) OB : Šerwunum, Širwunum, Širwan, Širwun, Šarwin

Zone : E, F, G

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 223 (s.v. Širwun (?))
  • J.-M. Durand, NABU 1988/71, 1988 (« puissance (sans doute hourritophone) du nord-est de la Mésopotamie »)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274, 275 n. 13 (p. 274 : Chron. épon. C3: 3’ ; p. 275 n. 13 : « situation orientale de ce pays », proche de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101))
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 347 (dans la région de « la grande boucle du Tigre entre Mossoul et l’actuelle frontière turco-irakienne »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 82, 145
  • M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 157 (commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien)

Résumé : Nom d'un royaume situé au nord-est de la Haute-Mésopotamie.


Šišhum

Nom(s) OB : Šišhum

Zone : N

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 488 (« nom d’un pays dans les montagnes hourritophones du Nord-Est » ; lecture pas sûre)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 159 (s.v. Šišḫum)

Résumé : Localité mentionnée dans la lettre ARM 28 156, d'Arriyuk, à chercher probablement dans les environs du Tigre.


Šitarbum

Nom(s) OB : Šitarbum

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (dans le royaume de Šuda (2) ; « ville située sur un oued important » de Haute-Djézireh)
  • N. Ziegler, (AIL : dans le royaume de Šuda (2), ARM 28 31)

Résumé : Ville du royaume de Šuda (2), mentionnée avec Tunda.


Šitullum

Nom(s) OB : Šitullum    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Šītula

Zone : G

N° HIGEOMES : 777

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tikrit

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 223 (s.v. Šitullum : « F. R. Kraus, SD 5, 80f. : am Westufer des Tigris ; J.-R. Kupper, RA 42, 49 : im Tigristal, oberhalb von Mankisum (…) Š. wird als Grenzgebiet (pattum) des Reichs des Šamšī-Adad bezeichnet (ARM 2, 15). »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 326, 338-339 (p. 326: sur le « cours du Tigre, en amont de son confluent avec la Diyala » ; « en amont de Mankisum », point de traversée du Tigre)
  • D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 453
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 98 (« à la frontière sud-orientale du royaume de Haute-Mésopotamie »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 221-222, 229, 235, 240-241, 242 n. 139-140 et 143, 245-246, 252, 270 (p. 240 : royaume d’Ekallatum (1) ; à « la frontière méridionale du royaume de Haute-Mésopotamie », « sur la rive droite du Tigre » ; = Tikrit)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 88-89, 120, 136 n. 492, 144, 181, 234
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 145

Résumé : Forteresse à la frontière méridionale du royaume d'Ekallatum (1), située sur le Tigre. Une localisation à l'endroit de l'actuelle ville de Tikrit a été proposée par N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.


Šubartum

Nom(s) OB : Šubarum, Šubartum
Nom(s) MA : Šubartu, Subaru, Subartu, Šubru, Mat-Šubre, Šubaru

Zone : D, E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 223-225 (s.v. Šubartum : « Vgl. RGTC 2, 175 ; in aB Zeit umfaßt das Gebiet von Š. nach B. Landsberger, RA 48, 212 nur die Gegend von Ḥarrān, nach J. J. Finkelstein, loc. cit. das Gebiet von Diyerbekir bis Nuzi. J. J. Finkelstein, JNES 21, 77 : die Bezeichnung Š. ist geographisch zu begreifen, nicht ethnisch. Š. bezeichnet das Gebiet vom Euphrat bis nach Kirkūk. Vgl. am umfassendsten die Darstellung von W. Ph. Römer, WdO 4, 17ff. »)
  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 52
  • J. Eidem, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 53, 55 (p. 55 n. e : « région à l’est du bassin supérieur du Habur »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336 (« bord du Tigre »)
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 175 n. 4
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 428
  • D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 446, 453
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 119-168 (p. 164 : Epopée de Zimrî-Lîm, col. ii, v. 44 ; correspond à la Haute-Djézireh)
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 184
  • B. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 74-75 (Riftin 46)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 201, 217-218, 225, 241, 243, 248 (p. 217 : région du Habur)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124, 144, 146, 151, 186 n. 415, 191 (p. 124 : « Kernland du royaume de Haute-Mésopotamie, allant de la vallée du Dara jusqu’au Tigre. »)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 19-20
  • C. Michel, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 49, 52-53, 58 (p. 52-53 : correspond à la zone sur laquelle Sin-tiri avait autorité à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie selon les textes M.5581 et ARM 5 35)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 77
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 112, 121, 135-137, 143
  • C. Nicolle, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 26 n. 20

Résumé : Désignation du nord-est de la Haute-Mésopotamie. Le terme peut renvoyer à une région, à une population ou à la langue hourrite.


Šubat-Enlil

Nom(s) OB : Šehna, Šubat-Enlil, Šahana, Šahna    Certitude OB : 3

Zone : E

N° HIGEOMES : 83

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Leilan, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 74
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 225 (s.v. Šubat-Enlil : « Gleichsetzung von Š.-E. mit —> Aššur nur von J. Lewy, OrNS 21, 1-11. Als Identifizierungsvorschläge sind mir bekannt : Tall Šāġar Bāzār (…) : A. Goetze, JCS 7, 58, G. Dossin, AAS 11/12, 205f., B. Landsberger, Belleten 14, 252, A. Finet, ARMT 15, 134. Tall Barāk (…) : W. van Liere und A; Mortgat, AAS 13, 120. 124. Tall Lailān (…) : M. Falkner, AfO 18, 37 Anm. 53, W. W. Hallo, JCS 18, 74 mit Lit. Tall al-Ḥamīdīya : W. v. Liere, AAS 7, 93. Vgl. 3, 10f. »)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 269-292
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 409
  • D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 129-140 (identification de Šehna avec Šubat-Enlil = Tall Leilan, capitale du pays d’Apum (1) ; p. 131 : « Šehnā est un toponyme attesté dès le IIIe millénaire. Il figure en effet dans deux documents agadéens découverts dans le palais de Narām-Sîn à tell Brak »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 106, 128
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 83 n. 213
  • R. M. Whiting, AJA 94, 1990, p. 568-579
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 111
  • B. Groneberg, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 73
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 200
  • J. Eidem, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 203, 204-206
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 237, 240, 256
  • F. Joannès, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 149
  • N. Wasserman, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 326
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 323-324, 327, 329, 331-332, 336, 339, 342-346, 348
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 389-390, 392 n. 62, 397, 399, 403-404, 405 n. 159, 413 n. 207, 414
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 424, 426 n. 39
  • D. Lacambre, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 107-110
  • B. Lafont, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 263
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 158
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 131
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 160-164 (avec bibliographie antérieure ; capitale du pays d’Apum (1))
  • J.-M. Durand, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 40
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 129
  • F. Joannès, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 177, 178
  • D. Lacambre, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 508
  • L. Marti, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 209
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 222, 233, 234 n. 84, 258-259, 269 n. 268, 270
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 22, 38, 75, 81, 108, 116-117, 116 n. 345, 120, 126-128, 128 n. 432, 131-132, 134-135, 135 n. 484
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 84, 86 n. 22
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 121 n. 53, 123, 134, 140, 146, 147, 160 (p. 146 : dans le pays d’Apum (1))
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101, 107 n. 48
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 225
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011 (= Šubat-Enlil OB ; = Tall Leilan)
  • D. Charpin, NABU 2012/11, 2012 (Šahana des textes de Leilan (PIHANS 117) = Šehna)
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 267, 269, 272
  • D. Charpin, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 65-66, 72, 74-75, 76 n. 55
  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 49-50, 53, 56
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 84, 88
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 110, 115, 122, 125, 131-132, 135
  • C. Nicolle, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 44
  • N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 181, 183-184

Résumé : L'identification de Šubat-Enlil/Šehna avec Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) a été proposée pour la première fois par D. Charpin MARI 5, 1987, puis a été confirmée par les découvertes épigraphiques et archéologiques. Šubat-Enlil est le nom donné à la ville de Šehna, probablement par Samsi-Addu qui y installa sa résidence. Avec Aššur et Ekallatum (1), Šubat-Enlil était l'une des capitales de l'empire de Samsi-Addu. Après la chute du royaume de Haute-Mésopotamie, la ville resta entre les mains de Sumiya, un gouverneur dépendant d'Išme-Dagan d'Ekallatum (1). La ville était disputée entre plusieurs puissances et fut rattachée au royaume d'Andarig. Les archives trouvées dans cette ville datent des rois Mutiya (= Mutu-Abih, fils de Halun-pi-Umu), Till-Abnu (fils de Dari-Epuh) et Yakun-Ašar, son frère. Le nom de la 23e année de règne de Samsu-iluna mentionne la ville comme étant la capitale du pays d'Apum qui fut conquise en même temps que Zarhanum, Putra et Susa.


Šubat-Šamaš

Nom(s) OB : Šubat-Šamaš    Certitude OB : 1

Zone : D

N° HIGEOMES : 440

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Bandar Khan, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 50, 1973, p. 2
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 225-226 (s.v. Šubat-Šamaš : « Š.-Š. wurde lokalisiert von A. Finet, ARMT 15, 135 und J.-R. Kupper, Nomades 253 w. des —> FN Balīḫ ; H. Lewy, OrNS 27, 5 vermutet es im “Tall Muṭabb” (Tall unauffindbar) ; W. W. Hallo, JCS 18, 76a : lokalisiert es ö des —> FN Balīḥ°. A. G¨oetze, JCS 18, 116b denkt an eine Lage zwischen dem Ğullāb-Fluß und dem oberen Euphrat. S. Smith, AnSt. 6, 36, vermutet Š. im Tall Šaġar Bāzār ; vgl. noch M. Anbar, IOS 3, 12 Anm. 37 : = Tall Qauz. Š.-Š. wird in den Texten mit —> Mammagira und —> Heššum im Lande —> Zalmaqum verbunden. In der Nähe liegt der Berg —> Asam. — Š.Š. ist 20 Doppelstunden (bērū) von —> Aššur entfernt (ARM 4, 27))
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 559, 562, 563
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336 n. 58, 337, 342, 344 (p. 336 n. 58 : « Rattachée administrativement aux districts du Balih, Šubat-Šamaš n’est pas forcément à localiser sur le cours même de la rivière : (…) il conviendrait plutôt d’en localiser le site sur l’Euphrate, entre Imâr et Karkemiš. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 131
  • M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 327
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 76-77, 321 (p. 77 : pas dans la région de Tall Abyad (n° HIGEOMES 216) comme proposé initialement ; p. 321 : « tout près de la frontière avec le Zalmaqum »)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 82, 86, 116 n. 705, 131, 158
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 164 (s.v. Šubat-šamaš ; avec la bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 83 n. 54, 99 n. 196, 103-106, 104 n. 243 et n. 246 (voir aussi : p. 110 n. 286, 124-126, 131 n. 449, 134, 147-148, 150, 152-153, 159 n. 601)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 414, 416-417
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 105 n. 35, 109
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 205-207 (= Bandar Khan ?)
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 267-272 (plusieurs interprétations possibles mais Hanzat/Šubat-Šamaš serait une ville à deux noms comme Šehna/Šubat-Enlil (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) ; Šubat-Šamaš est située entre le Balih et l’Euphrate ; = Bandar-Khan ?)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 135 n. 110
  • N. Ziegler, (AIL : 20 doubles lieues entre Šubat-Šamaš et Ekallatum (2) (= Tall Munbaqa, n° HIGEOMES 90), ARM 4 27.)

Résumé : Certainement une dénomination alternative et théophore de la ville de Hanzat, de la même manière que Šubat-Enlil fut un nom donné alternativement à Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Pour cette dénomination alternative des toponymes avec un nom théophore, voir l'étude d'I. Arkhipov BBVO 24, 2014. Pour la capitale provinciale Šubat-Šamaš et une identification hypothétique avec Tall Bandar Khan, voir N. Ziegler BBVO 20, 2009.


Šuda (1)

Nom(s) OB : Suda, Šuda
Nom(s) MA : Šudu

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 226 (s.v. Šudā ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • J.-R. Kupper, NABU 1996/133, 1996 (Distinction des deux Šuda, l’une étant une capitale du Zalmaqum [= Šuda (2)], l’autre toponyme [Šuda (1)] serait moins bien attesté et le nom d’un pays de l’Idamaraṣ ; J.-R. Kupper propose que les textes A.3796, ARM 24 52, ARM 28 80 font allusion à ce pays de Šuda de l’Idamaraṣ ; le texte A.3577 pourrait également référer à ce dernier)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 164-165 (s.v. Šudā ; = Sudā ; = Sudū ; = Šudū ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« Dans l’Ida-Maraṣ (1). Noter aussi les graphies su-da(ki) (ARM XXII 151 : 12) ; su-da-a(ki) (ARM XIV 119 : 14) ; sú-de-e-em (ARM XXVI/2 311 : 16). »)

Résumé : Nom d'une région de l'Ida-Maraṣ (1). À distinguer de Šuda (2), une des capitales du Zalmaqum.


Šuda (2)

Nom(s) OB : Šuda, Suda

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 226 (s.v. Šudā : « Identisch mit dem im aB. Itinerar erwähnten Šu-ta[-x] ? ; A. Goetze, JCS 7, 62 Anm. 76 denkt an eine Lage bei Derek ; M. Falkner, AfO 18, 29 vermutet Š. ö von Amaz und n der Linie Ḥarrān—Ra’s-al-ʿAin ; vgl. zusammenfassende Lit. bei M. Falkner, ibid. und M. Anbar, IOS 3, 24 Anm. 74 ; s. noch J.-R. Kupper, Nomades S; 48 Anm. 1. Identisch mit nA Šudā ? »)
  • J.-R. Kupper, NABU 1996/133, 1996 (distinction des deux Šuda)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 507
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 57 (« Šudâ se trouve donc entre Nihriya (un des centres du Zalmaqum) et le Yapṭurum, c’est-à-dire le pays de Talhayûm. Or, plusieurs textes attestent que le Yapṭurum se trouve le long du Habur. Il ne peut donc s’agir que du cours du Habur au-dessus des sources de résurgence de Râs El-Aîn. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 164-165 (s.v. Šudā ; = Sudā ; = Sudū ; = Šudū ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (dans le Zalmaqum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 124 (dans le Zalmaqum)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 407, 413-414 (p. 407 : proche de Mammagira)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 115, 206 (dans le Zalmaqum)
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 63
  • H. Klengel, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13
  • N. Ziegler, (l’itinéraire ouest-est Nihriya–Šuda–Ya[pṭurum] est connu par M.9541+ (NZ))

Résumé : Šuda est la plus orientale des capitales du Zalmaqum et doit être cherchée à proximité du mont Hasam (= Tektek). À distinguer de Šuda (1), dans l'Ida-Maraṣ.


Šuduhum

Nom(s) OB : Šuduhum
Nom(s) MA : Šuduhu

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 226 (s.v. *Šuduḫum : « Vgl. M. Birot, Syria 50, 7 Anm. 2 »)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169-170, 182, 190
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 266
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 425 (ville « de l’Ida-Maraṣ occidental »)
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 157
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 165-166 (s.v. Šuduḫum ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 138, 148
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 195
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 130 (dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 92 (appartient au « pays de Sûmum dans le Nord-Ouest de l’Ida-Maraṣ »)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 75, 78, 97, 99-100 (p. 75 : « dans le Triangle du Habur », proche de Nahur, un royaume de l’Ida-Maraṣ (1) ; p. 76 : proche d’Ašnakkum ; p. 78 : en « Ida-Maraṣ “occidental” » ; p. 97 : appartient au pays d’Ašnakkum ; p. 99 : proche et « à l’ouest d’Ašnakkum » ; p. 100 : a « pu servir d’étape entre Talhāyum et Mari », peu éloignée de Heššum)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 85-86, 88 (p. 86 : « Sud-Sindjar » ; p. 88 : « ville de l’Ida-Maraṣ »)
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 121, 125

Résumé : Ville dépendante du royaume d'Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66), elle fut la capitale d'un royaume de l'Ida-Maraṣ (1) dont l'histoire a été étudiée par M. Guichard BBVO 20.


Šuhpad

Nom(s) OB : Šuhpad

Zone : E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 264 n. 3 (« Toutes ces villes [i.e. Ašihum, Adallaya et Šuhpad] sont à situer dans l’Ida-Maraṣ oriental, au-dessus du Sindjar, dans la zone à forte population hourrite, traditionnellement disputée entre Kurdâ, Andarig, Razamâ, et Ilân-ṣurâ. »)
  • F. Joannès, Mél. Garelli, , Paris, 1991, p. 175
  • F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 16
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 n. 89, 352 (p. 352 : au nord du Djebel Sindjar, en Haute-Djézireh)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 486
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 166 (s.v. Šuḫpad)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 233

Résumé : Ville disputée par les royaumes d'Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) et de Kurda, probablement au nord du Djebel Sindjar.


Šuna

Nom(s) OB : Šuna

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 228-229 (s.v. Šunā : « Als Lokalisierungsvorschläge liegen vor : Tall al-Ḥamīdīya (…) : W. W. Hallo, JCS 18, 74 ; Tall Mu’azzara (…) : W. van Liere, AAS 7, 93 und Nusaybin (…) : W. v. Liere, AAS 14, 120 ; vgl. zuletzt M. Anbar IOS 3, 23 Anm. 69. Nach den Itineraren liegt Š. zwischen den Stationen —> Ašlakkā und —> Šubat-Enlil, bezw. —> Urgiš und —> Ḫarṣi. »)
  • D. Charpin, Cahiers de NABU 1, Paris, 1990, p. 118 (« l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. Chacune de ces villes avait un territoire regroupant plusieurs localités autour d’un centre (…). »)
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 181, 191 (p. 181 : « constituait une étape entre Šubat-Enlil et Ašnakkum » ; identification avec Tall al-Hamidiya (n° HIGEOMES 66) « loin d’être certain[e] » ; dans la vallée septentrionale du Djaghdjagh)
  • Y. Wu, NABU 1994/67, 1994 (entre le Wadi Khanzir et le Djaghdjagh)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343, 346 (cours supérieur du Djaghdjagh, dans les environs de l’actuelle Nusaybin)
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 777
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 88
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 457 (« à un jour de marche de Šubat-Enlil (…), entre Šubat-Enlil (Tell Leilân) et Ašnakkum (Tell Arbid ?), à en croire l’itinéraire de Yale (…). D. Ch. situe la ville, FM II, p. 181, sur le cours septentrional du Djaghdjagh, au lieu dit Tlûl Mohammed, ce qui conviendrait effectivement bien si Ašnakkum est à Tell Arbid. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 166-167 (s.v. Šunā ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 109, 114-115, 240, 275 (p. 275 : Nusaybin/Qameshli)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 146, 147, 148 (p. 147 : « à un jour de marche à l’ouest de Šubat-Enlil, peut-être sur le Djaghdjagh, à Tlûl Mohammed »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406
  • M. Guichard, NABU 2006/35, 2006 (en Ida-Maraṣ (1))
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 300, 302 (p. 300 : royaume vassal de Šehna à l’époque des archives de Tall Leilan ; apports de vin depuis Šuna ; p. 302 : Aya-abu roi de Šuna à l’époque des archives de Tall Leilan)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 85 (en Ida-Maraṣ (1))
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 122, 132-133 (p. 122 : = Nusaybin (écrit Nisibe) ; p. 132 : « Šuna et Sabbanum sont des points stratégiques de défense du pays d’Apum en Ida-Maraṣ »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 16 (sur la route nord du triangle du Habur, entre Šubat-Enlil/Šehna et Amaz)

Résumé : Šuna est mentionnée comme étape entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) par les « itinéraires paléo-babyloniens ». Elle semble avoir été une étape importante sur différentes routes puisque plusieurs textes la mentionnent comme lieu de départ d'expéditions et de caravanes. Une localisation dans les environs de l'actuelle Qameshli/Nusaybin (n° HIGEOMES 730) nous semble probable.


Šunhum (2)

Nom(s) OB : Šunhum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 229 (s.v. Šunḫum ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 167 (s.v. Šunḫum ; ≠ Šuniweḫum ; ne distingue pas entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« dans l’Ida-Maraṣ (1), à proximité de Šunâ »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 146, 148 (p. 148 : « le toponyme de Haute-Djéziré Šunhûm est un hapax, mais se retrouve pour désigner une de ces villes du pays d’Uta’um au sémantisme curieux (Pont, Citadelle…) qui semble baliser un itinéraire ; plutôt qu’un exemple de plus de la “toponymie en miroir” (…), il faut sans doute y voir la désignation concrète d’un lieu-dit. »)

Résumé : Ville appartenant au royaume de Šuna mais contestée par le sire de Kiduhhum. Elle doit donc être cherchée entre ces deux villes. À distinguer de Šunhum (1), à l'est du Tigre.


Šuprum

Nom(s) OB : Šuprum

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 167-168 (Šuprum ; ≠ Ṣuprum)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 245 (dans le pays de Numha (1))

Résumé : Šuprum est mentionnée dans une lettre, PIHANS 117 171, comme lieu de refuge des mercenaires-habbatum. Puisqu'Ewri, l'auteur de la lettre, pourrait être localisé à Tall Hadi (n° HIGEOMES 785), on peut supposer que Šuprum se trouvait à proximité de ce dernier.


Šur’a

Nom(s) OB : Šur’a

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 267 (s.v. Zurrā)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 186 (s.v. Zurrā ; = Šurrā ; ≠ Mazuramma ; ≠ Mazuratum ; ≠ Šurūm)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 108, 148 (p. 108 et n. 269 : « homonyme de la Šur’a plus proche de Šubat-Enlil et de Chagar-Bazar » ; « la Šur’a de A.2723 doit se trouver à proximité de Nihriya ; nous sommes tentés de l’identifier à Šara »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« Šur’â dans le Zalmaqum : dans ARM II 1 : 27 (coll. J.-M. Durand, MARI 5, p. 231 ; voir désormais LAPO 17 645), mentionnée en même temps que Gaššum₁ ; inédit A.2948, mentionné par J.-M. Durand (MARI 5, p. 231 ; problèmes d’Ibâl-El avec Samsî-Erah de Zalluhan) ; inédit A.2723, cité par N. Ziegler dans FM V, p. 108 n. 269. » ; à distinguer de Šur’um)

Résumé : Šur'a est mentionnée par des textes inédits rédigés dans le cadre de la campagne du royaume de Haute-Mésopotamie contre Larim-Numaha, roi d'Aparha, et doit être cherchée dans le Zalmaqum. À distinguer de Šur'um et de Zurra.


Šur’um

Nom(s) OB : Šur’um

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 231 (lecture corrigée pour les toponymes Šubum et Šunum inexistants ; à chercher dans l’Ida-Maraṣ (1))
  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 123 n. 20 (« on a fairly direct route between Leilan and Kahat on the Upper Jaghjagh »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 106
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 168 (s.v. Šurūm ; = Šur’um ; ≠ Šurrā = Zurrā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 128 n. 431
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« Šur’um dans l’Ida-Maraṣ » ; à distinguer de Šur’a)
  • M. Guichard, NABU 2005/99, 2005 (« nord-ouest de l’Ida-Maraṣ » ; ville dépendant d’Ašlakka)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 81 (« à chercher au nord de Zalluhān, sur la berge orientale du Habur, très vraisemblablement sur le territoire du Yapṭur(um) »)

Résumé : Šur'um, à distinguer de Šur'a et de Zurra, était située au nord-ouest du triangle du Habur, peut-être même dans le Tur Abdin.


Šurnat

Nom(s) OB : Šurnat    Certitude OB : 2

Zone : E

N° HIGEOMES : 784

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hadi, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, NABU 1987/37, 1987 (réédition du texte administratif découvert à Qal’at al-Hadi avec bibliographie antérieure)
  • J. Eidem, NABU 1988/9, 1988
  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 119 n. 13, 123, 129, 133 (129 : identification possible avec Tall Hadi)
  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 442
  • Ph. Abrahami, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 165
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 81
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 352 (au nord du Djebel Sindjar)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 168 (s.v. Šurnat)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 302-303 (= Qal’at al-Hadi sur le Wadi Rumeilan ; appartient à Apum ; ville fortifiée ; Kuzzuri probablement roi de Šurnat à l’époque des archives de Tall Leilan ; texte administratif de Qal’at al-Hadi documente un certain Ewri, probablement un haut fonctionnaire d’Apum qui serait l’auteur de deux lettres découvertes à Tell Leilan (PIHANS 117 110 et 171))
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 48

Résumé : Ville du pays d'Apum (1). Sa localisation à Tall Hadi, aussi connu comme Qal'at al Hadi, a été proposée par J. Eidem RA 85, 1991.


Šuruzum

Nom(s) OB : Šuruzum, Šurušum, Šurizum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 229 (s.v. Šurušum, Šuruzum : « J.-R. Kupper, Nomades 255 : w des —> FN Ḫabur in “Haute Mésopotamie” »)
  • A. R. George, Iraq 52, 1990, p. 41-42 (texte IM 113547 mentionnant Hadnum et Šuruzum trouvé à Tall al-Hawa « there can be no suggestion on the available evidence that Tell al-Hawa was called Shuruzi(m) — or, for that matter, Hadnum — in the early second millennium, but the presence in this document of the two toponyms does at least confirm the site as being in the orbit of the known centres. »)
  • A. R. George, NABU 1991/100, 1991 (dans l’ouest du bassin du Habur pour la Šuruz/šum des textes de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) ; mais peut-être deux villes différentes du même nom car il y a une Šuruzi dans les tablettes de Tall al-Hawa (n° HIGEOMES 59))
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 166 n. b (égale à Šurušum ; « à la limite de la sphère d’influence du roi d’Ilân-ṣûrâ » ; zone ouest)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 169 (Šurušum ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 197 n. 233, 223, 239 n. 655, 240 n. 667
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 99 (voisine de Nahur)

Résumé : Localité du triangle du Habur.


Šuttannum

Nom(s) OB : Šuttannum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 156 (entre Amursakkum et Ašnakkum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 169 (s.v. Šuttannu)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 86 (« a location west of Leilan is certain »)

Résumé : Localité mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), à chercher dans les environs de cette dernière.


Tadanne

Nom(s) OB : Tadanne

Zone : C, D

Propositions de localisation (historique) :

  • J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 77-78 (« Tell Azē may itself conceal the ruins of ancient Tataniya/Tadanne. At any rate, it should be somewhere in this vicinity — about midway between Birejik and Rumekale, as the crow flies — that the site of ancient Tataniya/Tadanne should be sought. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 232 (s.v. Tadanne : « M. Falkner, AfO 18, 34 mit Lit. : im Umkreis von Ḫattuša gelegen ; A. Goetze, JCS 18, 117a : nahe bei aA –> Zalpā, sicher in der w Krümmung des Euphrats anzusetzen ; vgl. J. J. Finkelstein, JNES 21, 75 Anm. 31 und S.77ff. : = “Totaine/Tat ʿAin”, Lage : 37°13’ nBr/37°53’ öL (auf modernen Karten unauffindbar) 2 km entfernt vom ö Ufer des Euphrats ; zwischen Birecik und Rûm Kale ? Vgl. RGTC 6, 413 zu –> heth. Tataniya und aA Dadania)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011, p. 251 n. 946 (commentaire sur Tataniya/Dadaniya hittite/paléo-assyriennes dans les environs de Zalpah)

Résumé : Localité dans le Mat biritim, lieu d’origine d’esclaves.


Tadum

Nom(s) OB : Taddum, Tadum, Ta’idum    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Taidu, Taida

Zone : E

N° HIGEOMES : 54

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Hamidiya, Tall al-

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 231
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 240-244 (p. 242 : « sur la route allant de Hazzikkanum à Kahat » ; p. 243 : à une journée d’Ilan-ṣura ; p. 244 : = Tall Farfara (n° HIGEOMES 284) ; ≠ Tall al-Hamidiya)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 343 (sur la voie qui relie Hazzikkannum, Tadum et Kahat)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 169-170 (s.v. Tâdum ; = Ta’idu(m) ; = Taddum ; = Taita [1] ; = Tedi ; ≠ Tabite ; ≠ Taita [2] ; ≠ Tidu ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 211 n. 380, 235
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 66 (sur le Djaghdjagh, peut-être = Tall al-Hamidiya)
  • A. M. Bagg, RlA 13, Berlin/New York, 2011-13, p. 416 (« Als mögliche Kandidaten für T. im Ḫābūr-Gebiet wurden Tall Abū Arzala (Kühne 1980, 58), Tall Brāk (Oates 1985; RGTC 12/2, 283), Tall Farfara (Guichard 1994, 244) und Tall al-Hamīdīya (Wäffler 1994, 301f.) vorgeschlagen. Die Entdeckung eines mittanizeitl. Tontafelarchivs im Jahr 2007 scheint die Identifikation von Tall al-Hamīdīya mit T. zu bestätigen, was eine lange, kontroverse Diskussion beenden würde. Diese Identifikation schließt eine Gleichstellung von T. mit nA Tīdu aus. »)
  • K. Kessler, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 35-42 (= Tall al-Hamidiya)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 16 (sur la route sud passant par le triangle du Habur)

Résumé : L'identification de Tadum (et ses variantes exceptionnelles Taddum et Ta'idum) avec la Taidu de la deuxième moitié du deuxième millénaire est très vraisemblable. Une localisation à Tall al-Hamidiya (n° HIGEOMES 54) a été proposée par M. Wäfler, Tall al-Ḥamīdīya 3, 2001.


Tagida

Nom(s) OB : Tagida

Zone : F

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 203
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 341 (entre la piste moderne appelée le « Darb as-Sultan » et Tall Rimah)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 170 (s.v. Tagida)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 261, 263, 265, 268 (« Cette localité, qui est à rechercher à une étape au sud-est de Tell ar-Rimah n’est apparemment pas attestée dans les archives de cette ville. Il s’agissait peut-être d’un lieu-dit.  Deux villes de ce nom appartenaient, à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie, au “pays” d’Andarig. (…) Tagîda-la-Petite (Tagîda ṣehrum) est également attestée [en note ref. à M.13052: 22-23]. Deux solutions sont envisageables : soit il s’agit d’une homonymie et trois villes Tagîda existaient, dont une appelée la “petite”, soit les délimitations des districts sous Samsî-Addu ne correspondent pas à la réalité politique qui s’établit à l’époque de Zimrî-Lîm, après la chute du royaume de Haute-Mésopotamie. »)

Résumé : Ville située à une étape au sud-est de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).


Talhayum (1)

Nom(s) OB : Talhayum

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 232-233 (s.v. Talḫajum [1] ; distingue T. (1) et (2) ; « T. (1) ist nicht sicher zu lokalisieren; an Lokalisierungsvorschlägen liegen vor : G. Dossin, ARMT 5, 135, 51 und A. Finet, ARMT 15, 135 : in der Gegend des oberen —> FN Balīḫ ; J.-R. Kupper, Nomades S. 5 Anm. 1 und 8 Anm. 3 glaubt, daß es nicht weit von Šaġar Bāzār gelegen haben kann ; J. J. Finkelstein, JNES 21, 78 Anm. 22 vermutet es ö des Euphratknickes ; M. Falkner, AfO 18, 35 nimmt es im Hābūr-Dreieck an, nö von —> Naḫur. Vgl. zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 29 ; J.-R. Kupper, Syria 41, 126 und zuletzt H. Cazelles, Hommages Dupont-Sommer, 19ff. — Zur Gleichsetzung von aB T. mit —> nA Talḫat s. schon E. Bilgic, AfO 15, 12 Anm. 89. T. liegt im Grenzgebiet des Reiches des Zimrilim ; (…) T. ist Wohngebiet der Hanäer. »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396 et n. 70, 403 (p. 396 n. 70 : ville de l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 170-172 (s.v. Talḫaium [1] ; « Hauptstadt des Landes Iapṭurum [1] »)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 119-168 (p. 150 : « Yapṭurum (le pays de Talhayûm) »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 275 (« ouest du triangle du Habur » ; « dans l’“Ida-Maraṣ supérieur” (avec Nahur, Qirdahat et Ašnakkum) »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« capitale du pays de Yapṭurum », différente de la Tadum dans la région de la Larsa)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 122, 123-124 125, 127, 139, 146, 195 n. 462, 196 (p. 123-124 : « dans la région du Yapṭurum inférieur » ; « il commence en outre à la rive ouest du Habur » ; ville à chercher « dans la région de Virançehir ; c’est le lieu de contact avec le Zalmaqum, toute la région autour du Harrân, dont il est séparé par le mont Tektek, (le Hasam, “Muselière”) » ; « Nord-Ouest de la Haute-Djéziré » ; p. 139 : = Virançehir ; p. 146 : extrême ouest de l’Ida-Maraṣ (1))
  • D. Sevalié, NABU 2006/95, 2006 (Talhayum (1) contrôlait le Yapṭurum (1))
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 18-21 (p. 21 : « it might point to the region north or northwest of Nagar (Tell Brak) » ; « the town, capital of Yapṭurum, was situated in the “Upper Land,” between Idamaraṣ and Zalmaqum, perhaps in the general area of Viranșehir, but this region is badly known » ; « the OA texts show that this trading and market town, whose textile products were in demand and whose traders had commercial contacts with some Assyrians, nevertheless was somewhat outside the normal range of the Assyrian caravans. For that reason and perhaps because of the composition of its population, it was considered a foreign city-state, across the Euphrates. »)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 97, 100 (p. 97 : capitale du Yapṭurum (1) ; p. 100 : « ville du sud du Yapṭur »)
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 32 (Talhayum, ville la plus importante du Yapṭurum (1))

Résumé : Capitale du Yapṭurum (1), à distinguer d'une éventuelle Talhayum (2) dans la région de Larsa.


Talzuru

Nom(s) OB : Talzuru

Zone : N

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 99 n. 18 (« Lecture à revoir. Apparemment une province de Hirbazânum. »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413 n. 49

Résumé : Village du pays de Hirbazanum, sur le Haut-Tigre.


Tappišum

Nom(s) OB : Tappišum

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 119
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 233 (s.v. Tappišam)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 172 (s.v. Tappišum)

Résumé : Localité à proximité de Šuna mais n'appartenant pas au territoire dépendant de cette ville.


Tarhuš

Nom(s) OB : Tarhuš

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 57, 63 (p. 57 : = « The most likely position is Tell Ḥumaidah »)
  • W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 73
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 234 (s.v. Tarḫuš « Im Itinerar zwischen den beiden Stationen : —> Šubat-Enlil und —> Japṭurum genannt. A. Goetze, JCS 7, 57, identifiziert T. mit Tall Humeidah (gemeint Tall el-Ḥamīdīya) und W. W. Hallo, JCS 18, 73 mit Tall Qauz oder “Tall Hamuka”. »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 339-340, 345-346
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 172 (s.v. Tarḫuš)

Résumé : Tarhuš est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape à l'est de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et à l'ouest de Yapṭurum (2).


Tarim-Hanat

Nom(s) OB : Tarim-Hanat

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 317-319 (« D’un autre côté A.2738, une lettre à très grosse écriture, certainement d’époque éponymale vu la mention qui y est faite du rôle de Mašiya dans l’attribution des rations et du fait que le même expéditeur écrive ailleurs « à son Seigneur Yasmah-Addu », émane d’un certain Yariš-Asaram (WA-ri-iš-a-sa-ra-am ; // ia-ri-iš-a-sa-ra-[am]), qui se dit résider dans une ville frontière (a-al pa-ṭì-im) et parle des rations de la garnison qui habite à « ta-ri-im-ha-na-at et à TA-ah-nim(ki) » (l. 10’-14’ : ù ŠE.BA ṣa-bi-im, bi-ir-tim ša i-na ta-ri-im-ha-na-at, ù TA-ah-nim(ki), wa-aš-bu…). Dans A.3302, lettre d’un Bunu-Ištar à Y[asmah-Addu], on parle également des troupes de Tarim-Hanat (nulle part un (ki) n’est attesté du fait des cassures, mais un NP est peu probable) et de la ville de TA-ah-ni-im(ki). Il est à la fin du texte expressément question de bateaux et de Harbu. Il est donc tentant de rapprocher les écritures HI-ih-nim(ki) et TA-ah-nim(ki) par le moyen d’une transcription ṭà-ah-nim et de postuler l’existence d’une ville de Ṭahnum (Ṭa‘num ?). Elle se trouverait dès lors à la frontière sud du Suhûm. »)

Résumé : Localité mentionnée avec Ṭahnum qui est peut-être située dans le Suhum.


Tarimti-Enlil

Nom(s) OB : Tarimti-Enlil

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 110 n. 283 (canal, peut-être une « première tentative pour permettre le déversement des eaux de l’Euphrate en crue dans le lac Ḥabbānīyah »)

Résumé : Canal situé dans les environs de Rapiqum (probablement = Tall Anbar, n° HIGEOMES 783), attesté par des textes inédits de Mari.


Tarmanni

Nom(s) OB : Tarmanni, Tarmanniwe

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 234 (s.v. Tarmānu)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 230 (correction de la lecture du texte inédit [A.482] : 23 ša-ar-ma-ne-eh(ki) de G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 117, en ta-ar-ma-ni₅-im)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104, 110 n. 106 (« la Source »)
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 168, 178
  • P. Marello, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 117, 118, 121 (p. 117 : dépend d’Ašlakka ; signifie la « Source »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345 (« à la limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 637
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 172-173 (s.v. Tarmannum ; avec bibliographie antérieure)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 195, 206
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 130, 146, 193 (p. 130 : dans l’Ida-Maraṣ (1) ; p. 146 : signifie « La Source » ; p. 193 : en Ida-Maraṣ (1))
  • B. Lion, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 217, 219-220 (p. 217 : dans le nord de l’Ida-Maraṣ (1))
  • M. Guichard, NABU 2007/57, 2007 (« Tarmanni(we) (partie occidentale du Haut-Habur) avait une frontière avec Susâ à Ṭâbâtum (II) »)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 78, 88 (p. 78 : « dans l’Ida-Maraṣ “occidental” »)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 85-86

Résumé : Ville du royaume d'Ašlakka. Le toponyme est un dérivé du mot hourrite tarmani « source », voir pour ce terme Th. Richter, BGH, 2012, p. 446.


Tarnip

Nom(s) OB : Tarnip    Certitude OB : 1
Nom(s) MA : Ternib

Zone : E

N° HIGEOMES : 770

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Tamir, Tall

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 234 (s.v. Tarnip : « E. Gordon, JCS 21, 71 Anm. 5 : im oberen Mesopotamien gelegen. »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 181
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 181, 194, 195, 196
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 336, 343
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469-470 (« La ville est assurément “au-delà du Habur”, mais certainement pas tout près de lui. » ; « aux alentours du royaume dont Tell Arbid était le centre », à l’ouest d’Ašnakkum ; « sur le cours supérieur d’un des wadis permettant de rejoindre depuis le cours du Habur le piémont Nord-Ouest du Taurus »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 173 (s.v. Tarnip ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 137
  • F. Lerouxel, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 429
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 68, 70 (p. 70 : « au confluent du wadi Zerkan avec le Habur », rive gauche du Habur, sur son cours supérieur ; = Tall Tamir)
  • J.-M. Durand, StCh 1, Wiesbaden, 2010, p. 52-53 (au confluent du wadi Zerkan avec le Habur comme proposé par D. Charpin, BBVO 20 ; grande route moutonnière des Sim’alites passait par Tarnip ; postule l’existence d’une route directe Ašnakkum–Tarnip)
  • M. Guichard, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 79-81, 84, 108 (p. 79 : voisine de Zalluhan ; p. 108 : en aval de Zalluhan, sur le Habur)

Résumé : Tarnip est mentionnée dans l'itinéraire le long du Habur, A.1053, comme dernière étape avant Zalluhan. Une localisation à Tall Tamir (n° HIGEOMES 770) a été proposée par D. Charpin, BBVO 20, 2009.


Tawakum

Nom(s) OB : Tawakum

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 173 (s.v. Tawakum)

Résumé : Toponyme uniquement attesté par ARM 28 50, lettre d'Ibal-Addu, roi d'Ašlakka, qui doit être cherché dans le triangle du Habur, probablement entre Ašlakka et Nahur.


Tazuwa

Nom(s) OB : Tazuwa

Zone : D

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 560-561 (« région nord-ouest de la Haute-Djéziré »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 174 (s.v. Tazuwā)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 113, 148 (p. 113 : « peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »)

Résumé : Localité mentionnée avec Qabbanum et Šara. Elle doit probablement être cherchée dans cette même région, entre le Balih et l'Euphrate.


Tehhi

Nom(s) OB : Tehhi

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Ismail, 1991/, Tübingen, 1991, p. 33
  • C.-A. Vincente, 1991/, New Haven, 1991, p. 310
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 174 (s.v. Teḫḫi)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 303 (première étape d’une route qui mène de Šehna à Nahur, donc pas trop loin à l’ouest de Tall Leilan)
  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 25

Résumé : Localité uniquement mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) qui doit être cherchée dans les environs de cette dernière.


Tehran

Nom(s) OB : Tehran, Tihran    Certitude OB : 1

Zone : E

N° HIGEOMES : 146

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Maqbara Ajaja

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 236 (s.v. *Tiḫrān)
  • W. Heimpel, RA 90, 1996, p. 104, 114
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 337
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710 (district de Qaṭṭunan (= Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 174 (s.v. Terḫan)
  • J.-R. Kupper, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 195-196, 198 (p. 198 : « ville située à la limite septentrionale du district de Qaṭṭunân, à l’est ou au sud-est du district de Hassakké »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 183 n. 101 (à la frontière entre le royaume d’Abi-ili et celui de Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 119, 138, 139, 149 n. 202 (p. 119 : « semble avoir été sur le coude du Habur dans la région de Hassaké » ; p. 139 : Amum de Tehran ; p. 149 n. 202 : « limite nord de la province » de Qaṭṭunan)
  • D. Charpin, NABU 2006/89, 2006 (« localité du district de Qaṭṭunân », à propos du NP Mut-Tihran de Haradum 2 16 : 5)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 42, 55 (p. 42 : « ville importante au nord du district » (de Qaṭṭunan) ; p. 55 : « dans la région de Hasséké, voire sur le Kawkab »)
  • J.-M. Durand, StCh 1, Wiesbaden, 2010, p. 55-57 (probable redénomination de la ville après l’époque de Mari ; « c’était Tell ‘Ajaja qui était appelée Therân à l’époque amorrite » ; « Tehrân était un grand centre religieux, dont l’influence s’étendait jusqu’à Saggâratum. C’était le siège du dieu Âmûm, un avatar du dieu infernal. »)
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 56 (« localité à la frontière nord du district de Qaṭṭunan » et proche de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140))
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 9-10 (au nord du district de Qaṭṭunan (= Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153), au sud de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140) ; = Tall Hirbat Gamel (n° HIGEOMES 145) ou 2 km à l’ouest de Tall Maqbara Ajaja (n° HIGEOMES 146) ou éventuellement Tall Ajaja (n° HIGEOMES 7) si à l’ouest du Habur ; en aval du Wadi Abu Fighe (= Wadi Abu Fija))

Résumé : Ville-frontière septentrionale du district de Qaṭṭunan ; important lieu de culte du dieu Amu. Une localisation à Maqbara Ajaja (n° HIGEOMES 146) (à côté de deux autres tells) a été proposée par N. Ziegler, RA 105, 2011 ; cela semble actuellement la proposition la plus vraisemblable pour des raisons archéologiques.


Terqa (1)

Nom(s) OB : Terqa    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Terqa

Zone : B

N° HIGEOMES : 16

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Ashara, Tall al-

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Thureau-Dangin & E. Dhorme, Syria 5, 1924
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 235-236 (s.v. Terqa [1] ; = Tall al-Ashara ; « Erstidentifizierung erfolgte durch E. Herzfeld, RA 11, 131ff. durch einen Tafelfund. Vgl. zu diesem Terqa J.-R. Kupper, RA 41, 149ff., A. Goetze, AJSL 55, 83f. und RGTC 2, 192. Ob Terqa (2) tatsächlich zu dieser Zeit von Terqa (1) getrennt werden kann, ist zweifelhaft, vgl. ZZB 147. S. aber zu drei in lex. Listen belegten Terqa A. Goetze, JCS 18, 118 und B. Whiting, JCS 28, 181 Anm. 20-21 (vgl. dazu jetzt MSL 11, 35, 14ff.) ; vgl. die zwei in aB lexikalischen Listen belegten Terqa in MSL 144a, 5-6. (…) S. jetzt G. Bucellati und M. Kelly-Bucellati, Syro-Mesopotamian Studies 1/3, 4, 5, 6 (1977) und 2/5, 6 (1978). »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 396, 408 n. 148 (voir carte p. 395)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (« gouvernorat du royaume de Mari »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« dans la vallée du Moyen-Euphrate (= Tell Ashara) »)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 90
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 118, 154, 160, 163, 164, 167, 169, 173, 194
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 225, 226, 227, 228, 230 (p. 230 : tous les clans yaminites étaient représentés dans le district de Terqa (1))
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 43 (= Tall al-Ashara)
  • O. Rouault, RlA 13, 2011-13
  • D. Charpin, RA 105, 2011, p. 42-53
  • D. Charpin, RA 108, 2014, p. 202 (nom d’année non officiel de Zimri-Lim commémorant la réfection des portes de Terqa (avec autre restitution de BiMes 29 8-5 : 32))

Résumé : Capitale provinciale du royaume de Mari identifiée avec Tall al-Ashara (n° HIGEOMES 16). Le site a fait l'objet d'un sondage en 1923. Il est fouillé depuis 1975 et a livré des textes paléo-babyloniens. Terqa était peut-être la capitale du royaume de Hana ; voir pour cette question D. Charpin, RA 105, 2011. À distinguer de Terqa (2), à l'est du Tigre, et de Terqa (3), peut-être à proximité d'Imar.


Terqa (3)

Nom(s) OB : Terqa

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Luciani, SAAB 13, 1999-2001, p. 87-114
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 (« non loin d’Emar, sur la rive gauche de l’Euphrate »)

Résumé : Terqa (3) n'est pas attestée par des textes paléo-babyloniens. L'existence d'une ville de Terqa à proximité d'Imar à cette époque n'est donc pas avérée.


Tigunanum

Nom(s) OB : Tigunanum

Zone : N

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 236 (s.v. *Tigunānum)
  • J. Eidem, Historisk-filosofiske Skrifter 15, Copenhague, 1992, p. 20
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 130 (« rive droite du Tigre »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 80-81, 99 (p. 80 : « proche d’Eluhut et de Huršanum » ; p. 81 : « à l’est de Diyarbekir, au débouché dans la haute vallée du Tigre de la passe de Mardin, sur la route qui rejoint Amuda-Mardin au cours du Tigre » ; « sur la rive gauche du fleuve »)
  • D. Charpin, NABU 2000/58, 2000 (sur la rive gauche du Tigre supérieur ; près de Bismil ?)
  • J. L. Miller, StBoT 45, Wiesbaden, 2001, p. 410-429
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 157
  • F. Lerouxel, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 417
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 46, 50 et n. 188, 51 n. 190, 117, 123, 148-149, 240 et n. 665, 275 (p. 51 et n. 190 : T.574 : 15 ; p. 46 : « sur le Tigre supérieur » « près de la moderne Bismil » ; p. 51 : « cours supérieur du Tigre » ; p. 240 : au nord d’Eluhut ; p. 275 : = Bismil ?)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413
  • A. Jacquet, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 113, 139 n. 131 (en rive gauche du Tigre)
  • D. Charpin, RA 109, 2015, p. 198 (« sur le Haut Tigre »)

Résumé : Capitale d'un royaume situé sur la rive gauche du Haut-Tigre. Sa localisation près de l'actuelle ville de Bismil a été proposée par D. Charpin, NABU 2000/58.


Till-Abna

Nom(s) OB : Till-Abna

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 104
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 54 (« une des villes du Hurmiš, donc dans la partie nord-ouest de la Djéziré »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 175 (s.v. Tillabnum ; ne distingue pas Till-Abna et Till-Abnim)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 235 n. 604, 276 (p. 235 n. 604 : il faut distinguer Till-Abna de Till-Abnim ; « avis contraire de J.-M. Durand, LAPO 17, p. 54 n. a) » ; p. 276 : Till-Abnim [2] = « au nord du Sindjar »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Till-Abnâ, au nord du Sindjar, dans la région de Hurwaš » ; à distinguer de Till-Abnim)
  • A.-I. Langlois, NABU 2016/6, 2016
  • N. Ziegler, (AIL : collation JMD
    ti-il-la-ab-na(ki) dans A.4438+ : 3, 10, 13, 17, 20, 26?, 30?
    ti-la-ab-na(ki) dans M.5254+ : 7, 11?
    til-la-ab-na(ki) dans M.5254+ : 16, 21, 25?
    [ti]l(?)-[l]a-ab-na(ki) dans ARM 7 266 : 3’
    til-a-[ab-na(ki)] dans ARM 24 244+ : 3
    [te]-el-la-NA₄ dans ARM 8 93+ : 19
    [ti-la-a]b-ni(ki) dans M.11866+ iv 4’
    graphie perdue dans M.12512 : [3’])

Résumé : Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hiršiphum/Širšiphi, Eqlum-bana, Ṣidqan et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l'étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997, p. 109-118. À distinguer de Till-Abnim (= Tall Qitar, n° HIGEOMES 97).


Till-Abnim

Nom(s) OB : Till-Abnim    Certitude OB : 1

Zone : B, C

N° HIGEOMES : 97

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Qitar, Tall al-

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 237 (s.v. Tillabnim : « M. Anbar, IOS 3, 25 : —> nA Til-abna (AKA 362, 55 u.ö.). »)
  • A. Archi, AnSt 43, 1993, p. 203-206
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 175 (s.v. Tillabnum ; ne distingue pas Till-Abna et Till-Abnim)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 54 n. a, 131, 152, 235 n. 604, 276 (p. 235 n. 604 : il faut distinguer Till-Abna de Till-Abnim ; « avis contraire de J.-M. Durand, LAPO 17, p. 54 n. a). » ; Till-Abnim occidentale = Tall al-Qitar ; p. 276 : Till-Abnim [1] = Tall al-Qitar)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Till-Abnim, sur la rive droite de l’Euphrate à 33 km en aval de Tell Ahmar = Tell el-Qiṭār » ; à distinguer de Till-Abna)
  • A. Otto, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 168-169, 175 (= Tall al-Qitar)
  • F. M. Fales, RlA 14, Berlin/Boston, 2014, p. 32-33 (« The Mari evidence points to two distinct sites : (a) a “western” T. (Til-abnim) […], and (b) an “eastern” one (Til-abnā) to the N of Sinğār » ; peut-être Tall al-Qitar d’où provient un document juridique médio-assyrien portant l’empreinte d’un sceau mentionnant le nom géographique ti-la-pa-nu ; « between Urfa and the Upper Euphrates, perhaps to the W/SW of present-day Süruç »)

Résumé : Localité située sur la rive droite de l'Euphrate. Une identification avec le site de Tall al-Qitar (n° HIGEOMES 97) a été proposée mais n'est pas assurée ; pour une synthèse récente, voir F. M. Fales, RlA 10, 2014. À distinguer de Till-Abna.


Tilla (1)

Nom(s) OB : Tilla
Nom(s) MA : Tille

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • W. H. van Soldt & M. Stol, JEOL 25, 1977-78, p. 45-55 (distinction de Tilla (1) et (2))
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 236-237 (s.v. Tillā ; ne connaît que cette Tilla de Haute-Mésopotamie : « T. wird im oberen Ḫābūr-Gebiet oder unterhalb des Ṭūr-‘Abdīn vermutet. W. v. Liere, AAS 13, 20 identifiziert es mit Tall Barāk ; M. Falkner, AfO 18, 30. 37 vermutet es im Tall Rumailan oder im Tall Šīl-aġā ; J. Lewy, OrNS 21, 1ff. sieht es s. von Ğazīrat ibn ‘Umar ; A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 41 sucht es in der Nähe von al-Ḥasaka ; vgl. M. Falkner, AfO 18, 26 zur weiteren Literatur ; s. dazu C. J. Gadd, Iraq 28, 181. T. ist erwähnt zusammen mit —> Kaḫat und —> Talḫajum. In ARM 1, 26 (“Itinerar des Šamšī-Adad von Šubat-Enlil nach Mari”) wird es als erste Station nach —> Šubat-Enlil genannt. Tille in Rimāḥ 116, 4 lese ich mit Kh. Nachef, WZKM 67, 29f. bēlī(ki). »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 115 (au « débouché nord de la passe de Kasapâ »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 174-175 (s.v. Tillā [1] ; ≠ Tillā [2] ; ≠ Tillazibum ; ≠ Tilum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« au nord du Sindjar, à une étape de Šubat-Enlil », à distinguer de Tilla (2), près de Larsa, attestée par AbB 4 89 et VS 13 104)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 123 (« à un endroit où on a le “contrôle du nord de la passe de Kasapâ” »)
  • D. Sevalié, NABU 2006/95, 2006
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 92

Résumé : La lettre de Samsi-Addu, ARM 1 26, mentionne Tilla (1) comme la première étape d'une route qui passait depuis Šubat-Enlil directement par la steppe vers Saggaratum. On doit donc la chercher au sud de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Une localisation à Tall Rumaylan (n° HIGEOMES 782) n'a pas été retenue. À distinguer de la Tilla (2) du Sud, dans le royaume de Larsa.


Tillazibim

Nom(s) OB : Tillazibim, Tillizibim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 35, 1958, p. 21-23 (commentaire d’ARM 9 291, un recensement de femmes du « district de Terqa » ; ces femmes proviennent de Zarri-Rabbiyum [= Zarri (2)] ; Ya’il ; Nara, Tillazibim et Nihadum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 237 (s.v. *Tillazibum)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 409 n. 151 (commentaire de l’attestation d’ARM 14 87 : « localité peut-être à identifier avec Tilla (entre Šubat-Enlil et Saggaratum, d’après ARMT XXIII p. 35) ce qui confirmerait que l’une des routes habituelles du Yamhad à Mari, passait par l’Ida-maraṣ »)
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 326-327 (« sur l’Euphrate, en amont de Terqa »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 174 (s.v. Tillā [1] est cité Tillazibum avec bibliographie)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 169 n. 327
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 44 (« du côté de l’Euphrate » ; « les deux Tells du Chacal » ?)
  • J.-M. Durand, Formation of Tribal Communities, Al-Rafidan h.s., Tokyo, 2010, p. 256 (ville importante proche de Dur-Yahdun-Lim)

Résumé : Ville du district de Terqa, située entre Dur-Yahdun-Lim et Terqa (1).


Tizrah

Nom(s) OB : Tizrah

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 238 (s.v. Tizraḫ : « J. Bottéro, ARMT 7 S. 193 : im Distrikt von Mari »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 575-576 (« bourg du district de Mari »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 272 (« lieu-dit de l’alvéole de Mari, signifiant manifestement “Lieu des semailles” »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 140, 155
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 114 (dans le district de Mari)

Résumé : Localité du district de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Tunda

Nom(s) OB : Tunda

Zone : D, E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 62
  • G. F. del Monte & J. Tischler, RGTC 6, Wiesbaden, 1978, p. 440-441 (s.v. Tunta)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 239 (s.v. Tunda)
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 257
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 346 (sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Alan et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57))
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 176 (s.v. Tunda et Turdā)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 408, 409 n. 22 (p. 409 n. 22 : = « Gölcük » ?)
  • J.-M. Durand, NABU 4, 2005 (la ville de Turda d’ARM 28 31 n’existe pas ; « La ville de Tunda (lue “Turda” par J.-R. Kupper) est en revanche abondamment documentée dans les sources hittites (“Tunta”, RGTC 6, p. 440-441), où elle est considérée comme “in Kizzuwatna oder dessen Umgebung”. » )
  • N. Ziegler, (AIL : appartient à Šuda ? ; ARM 28 31.)

Résumé : Ville du royaume de Šuda (2), mentionnée avec Šitarbum. Elle apparaît dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Palda et Kubšum.


Tupham

Nom(s) OB : Tupham, Tapham

Zone : E

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 398
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 239 (s.v. Tupḫam)
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 2, 1983, p. 83
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • D. Charpin, Mémoires de NABU 2, Paris, 1992, p. 101 n. 24
  • M. Birot, ARM 27, Paris, 1993, p. 213
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 102 n. 635 (Tapham = Tupham)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 176 (s.v. Tupḫam)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 269 n. 267-268, 270, 274 n. 301 (p. 269 n. 267 : « Tupham appartenait sans doute au même royaume que Ṣubât-Eštar et se trouvait dans la même région qu’Azuhinnum, donc à l’ouest du Tigre et au nord-est du Sindjar. » ; p. 270 : sur le trajet entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Ekallatum (1))
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 106 n. 257, 120, 149, 276 (« au nord du Sindjar »)
  • I. Arkhipov, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 269-272 (p. 270 : « était une étape sur le chemin entre Šubat-Enlil à Ekallatum, étape qui suivait Purullum » ; p. 271 : propose l’identification de Tupham avec Ṣubat-Ištar, qui fut un nom donné alternativement à cette ville ; voir aussi Ṣubat-Ištar)

Résumé : Ville située à l'ouest du Tigre et au nord-est du Djebel Sindjar, sur la route entre Šubat-Enlil/Šehna et Ekallatum (1), qui reçut alternativement le nom de Ṣubat-Ištar, selon une proposition d'I. Arkhipov, BBVO 24, 2014.


Turukkum

Nom(s) OB : Turukkum

Zone : F, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 240-241 (s.v. Turukkû, Tirukkû « Nomadenstamm ö des Tigris. Vgl. J. Laessøe, ShT 17 und 31 ; A. Finet, ARMT 15, 136. E. Weidner, AfO 16, 21 nimmt das Wohngebiet der T. wohl zu recht nö von —> Arrapḫā, ö von Assyrien an ; vgl. auch W. F. Leemans, JESHO 11, 208 Anm. 1. Einen geschichtlichen Überblick über die Turukkû bei den Auseinandersetzungen von Ešnunna mit Mari und Assyrien gibt S. Dalley, Rimah S. 1ff. »)
  • D. Beyer & D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 626
  • D. Charpin, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 214-217 (des Turukkéens se retrouvent en Babylonie suite aux déportations de Hammu-rabi)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 100
  • J. Eidem, Historisk-filosofiske Skrifter 15, Copenhague, 1992, p. 17-21
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 327
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 60
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 198
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 332, 339, 341, 343, 347, 351, 353 (p. 339 : une des « confédérations montagnardes » sous Zimri-Lim)
  • F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426
  • N. Ziegler, MARI 8, 1997, p. 790
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 59, 62, 74, 80-83 (p. 80 : population dont l’« habitat “officiel”, même s’ils en bougent sans cesse, était plutôt sur la rive gauche du Tigre »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 201
  • J. Eidem & J. Laessøe, Historisk-filosofiske Skrifter 23, Copenhague, 2001, p. 25-30
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 124
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 126
  • Ö. Tunca & D. Lacambre, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, 2002, 2002, p. 544 (« dans le présent texte, les Turukkéens viennent du Zagros et doivent franchir le Tigre »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 243
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 93, 96, 98-101, 105-107, 109, 112-117, 122 n. 380, 123-124, 134-136, 135 n. 484, 144, 148-149, 154, (p. 96 : « royaume turukkéen d’Itapalhum dont la capitale était Kunšum »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 122, 145, 146, 196 (p. 122 : nomades)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 413
  • N. Ziegler, RlA 14, Berlin/New York, 2014
  • K. Shawaly, RHM 2, Mémoires de NABU 17, Paris, 2015

Résumé : Nom d'un peuple probablement hourritophone du Zagros. Suite à des déportations et des migrations, des Turukkéens sont également attestés en Haute-Mésopotamie, ainsi qu'en Babylonie.


Tušhum

Nom(s) OB : Tušhum    Certitude OB : 2
Nom(s) MA : Tušhu

Zone : N

N° HIGEOMES : 164

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Ziyaret Tepe

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • G. Dossin, CRRAI 18, ABAW NF 75, Munich, 1972, p. 63
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 241 (s.v. *Tušḫum)
  • K. Kessler, TAVO Beih. B 26, Wiesbaden, 1980, p. 118
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 79, 222, 238-239, 241, 256-257, 336
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 117
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 50
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 176 (s.v. Tušḫum)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 153 (= Ziyaret Tepe ?)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 79 n. 19, 116 et 116 n. 341, 239 n. 660, 240 et n. 662 (p. 240 n. 662 : formait « les arrières d’Eluhut ; or Tušhum a été localisée sur le haut Tigre, à une quinzaine de km à l’est de Kerh, sur le site de Ziyaret Tepe (…) »)
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 25 (est égale à Tušhan, associée à Madara, moderne Ziyaret Tepe ou Üçtepe)
  • K. Radner, RlA 14, 2014
  • D. Wicke, RlA 14, 2014

Résumé : Tušhum est mentionnée avec Šinamum et se trouve comme cette dernière sur le Haut-Tigre. La Tušhum paléo-babylonienne correspond à la ville médio-assyrienne de Tušhu et la néo-assyrienne Tušhan. Son identification avec Ziyaret Tepe a été proposée par K. Kessler, TAVO Beih. B. 26, 1980.


Tuttul (1)

Nom(s) OB : Tuttul, Dudul, Tultul    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Tuttul

Zone : B

N° HIGEOMES : 27

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Bi’a, Tall

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 242 (s.v. Tuttul, Tultul : « Zusammenfassende Literatur und Lokalisierungsvorschläge vgl. zuletzt bei W. W. Hallo, JCS 18, 79. W. W. Hallo unterscheidet : a) Tuttul nahe dem späteren Hīt am mittleren Euphrat, vgl. MSL 11, 35, 23 ; —> Idā ; b) Tuttul der Mari-Texte nahe der Mündung des —> FN Baliḫ ; c) Tuttul oder Dudduli im oberen Tigristal ; d) Tultul des Itinerars, das Tall Aḥmar = Til Barsip sein könnte. Mit A. Goetze, JCS 7, 60 und JCS 18, 118ff. identifizieren wir das T. des Itinerars mit dem T. der Mari-Texte aufgrund des Textes RA 68, 27ff. (G. Dossin, ibid.) und vermuten T. mit G. Dossin, RA 68, 33 an der Balīḫ-Mündung, vielleicht = “Tall Bīya” (…) Zu Tall “Bi‘a” s. jetzt E. Strommenger, MDOG 109, 1977, 5ff. »)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Bi’a)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 390, 395
  • W. Mayer, UF 19, 1987, p. 121-160 (pas de Tuttul près de Hit, mais près du Balih)
  • D. Charpin, NABU 1989/16, 1989 (pas de Tuttul près de Hit, mais près du Balih)
  • M. C. Astour, BiMes 25, Malibu, 1992, p. 32-33 n. 47 (suppose encore l’existence d’une deuxième Tuttul proche de Hit (n° HIGEOMES 167))
  • A. Otto, MDOG 124, 1992 (= Tall Bi’a)
  • A. Otto, CRRAI 42, OLA 96, Louvain, 1999 (= Tall Bi’a)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (« possession mariote au confluent du Balih et de l’Euphrate »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 33 (une seule Tuttul, celle du Balih ; = Tall Bi’a « La Tuttul soi-disant proche de Hît est un fantôme, en dépit du plaidoyer de M. Astour. Il n’existe que celle du Balih₁ (= Tell Bi’a) ; voir indépendamment W. Mayer, « Grundzüge der Geschichte der Stadt Tuttul im 2. Jt. v. Chr. », UF 19, 1987, p. 121-160 et D. Charpin, « Tuttul et It d’après les archives de Mari », NABU 1989/16. Il existe cependant une deuxième Tuttul en Transtigrine ; ce serait cette ville de Tuttul qu’on trouverait dans AbB XI 193 (cf. FM V, p. 32 n. 20). »)
  • J.-M. Durand, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 42 (zone tampon « contre le Nord-Est » (entre le royaume de Mari et le Nord-Est))
  • A. Miglus, RlA 14, 2014 (histoire des fouilles et topographie)
  • C. Pappi, RlA 14, 2014 (histoire de Tuttul)

Résumé : Depuis l'époque d'Ebla, Tuttul est connue pour son temple de Dagan. L'histoire politique de Tuttul à l'époque paléo-babylonienne n'est connue que dans ses grandes lignes : Yahdun-Lim vainquit Bahlu-kullim, roi de Tuttul et de la tribu yaminite des Amnanum, et inclut par la suite Tuttul dans son royaume. À l'époque de Samsi-Addu, Tuttul resta rattachée au royaume de Mari gouverné par Yasmah-Addu. Zimri-Lim conquit la ville avant de reconquérir le royaume de Mari mais ne l'incorpora pas dans ce dernier. À distinguer de Tuttul (2), à l'est du Tigre. On situait Tuttul (1) à proximité de Hit avant que G. Dossin ne montre qu'elle se trouvait près de l'embouchure du Balih, puis W. Mayer et D. Charpin ont démontré que la Tuttul près de Hit n'existait pas. Tuttul (1), identifiée à Tall Bi'a (n° HIGEOMES 27), a été fouillée de 1980 à 1995, et de nombreux textes paléo-babyloniens y ont été découverts.


Ṭabatum (1)

Nom(s) OB : Ṭabatum    Certitude OB : 3
Nom(s) MA : Ṭabete, Ṭabatu

Zone : E

N° HIGEOMES : 140

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Taban, Tall

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 243 (s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2) : « J. Lewy, OrNS 25, 338 Anm. 3, vermutete Ṭ. in der Nähe von Nuṣaybīn ; M. Birot, Syria 41, 39, nimmt an, daß es an der Straße liegt, die von —> Nagar bis nach —> Kaḫat führt. Vgl. noch zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 17a. Nicht gesichert ist trotz Namensgleichheit und eindeutiger grammatischer Ableitung die Identität von —> aB Ṭabatum und —> nA Ṭabite ; Vgl. L. Dillemann, HMO 167, 185 und 297 ; er vermutet, ibid. S. 167, daß Ṭabite mit Tall Tartab zu identifizieren sei. S. noch zu —> nA Tabete A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 38. Ṭ. lag nach den altbabylonischen Belegen mit Sicherheit am —> FN Ḫabur zwischen Nagar und Qaṭṭunān (ARM 2, 57). Ṭ. ist auch Hafen für (Fluß)schiffe zur Zeit von Zimrilim (ARM 2, 80). »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 396 n. 69 (ville de la vallée du Habur, en amont de Saggaratum)
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 186
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 176-177 (s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Ṭâbâtum, sur le cours du Habur (1), à l’emplacement d’une saline : la majorité des références des textes de Mari (M. Wäfler, OBO SA 21, p. 176-177) renvoient à cette ville, qui avait Hammûtar comme sugâgum sous le règne de Zimrî-Lîm. Localisation à Tell Ṭaban (cf. S. Maul, « New Information about the Rulers of Ṭābētu », Al-Rafidan 20, 1999, p. 49-55). » ; à distinguer de Ṭabtum et Ṭabatum (2))
  • M. Guichard, NABU 2003/8, 2003 (étymologie « ville du sel » ; « sise sur le Habur à côté du Sindjar »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127, 130, 131, 132, 135, 138, 179 (p. 130 : « au sud de Hasseké, porte de la région de Qaṭṭunân et du chemin vers le Sindjar » ; n. 116 : « La ville est ainsi appelée suite à la localisation de salines, en bonne partie artificielles, créées par évaporation de l’eau du Habur » ; p. 131 : « doit correspondre en gros au site assyrien du Tabete » ; « la région est celle de l’actuel Tell Bderi »)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 87 n. b au n° 26 (= Tall Bderi (n° HIGEOMES 30) ; « gué sur le Habur », « en aval de Silhân » qui était « sur la rive opposée »)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 86
  • G. Chambon, Mémoires de NABU 12, Paris, 2009, p. 57 n. a (« du district de Qaṭṭunân »)
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 65 (= Tall Taban)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 7-8 (= Tall Taban ; « ville importante à la frontière septentrionale du royaume de Mari »)

Résumé : Ville constituant la frontière septentrionale du royaume de Mari. Son identification avec Tall Taban (n° HIGEOMES 140) est assurée par les découvertes des fouilles japonaises. À distinguer de Ṭabatum (2), dans le royaume de Susa.


Ṭabatum (2)

Nom(s) OB : Ṭabatum
Nom(s) MA : Tabite

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 243 (s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2))
  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 186
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 176-177 (s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2))
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Ṭâbâtum dans l’Ida-Maraṣ (1), proche de Susâ, ayant pour roi Yakûn-Dêr » ; à distinguer de Ṭabtum et Ṭabatum (1))
  • M. Guichard, NABU 2007/57, 2007 (« le petit royaume de Tarmanni(we) (partie occidentale du Haut-Habur) avait frontière avec Susâ à Ṭâbâtum (II) »)
  • N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 8 (une lettre de Yakun-Der, ARM 28 121, « mentionne “ma ville Ṭâbatum qui est sise aux abords de Susâ”. Cette homonyme est certainement identique à la “Tabite” médio-assyrienne, située sur le chemin entre Ṭâbete, Magrisi et Kahat. »)

Résumé : Localité du royaume de Susa ; à distinguer de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140).


Ṭabtum

Nom(s) OB : Ṭabtum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 187
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Ṭâbtum, dans le Suhûm, près de Harruwatum : inédit A.815, cité dans FM III, p. 187 n. 91. » ; à distinguer de Ṭabatum (1) et (2))

Résumé : Ṭabtum est à chercher entre Iddissum et Harruwatum (2), et se trouvait donc au sud de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Ṭahnum

Nom(s) OB : Ṭahnum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 97 (s.v. Ḫiḫnum)
  • J.-M. Durand, MARI 5, 1987, p. 222
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 318-319 (p. 318 : « [ARM] XVI/1 attribue (p. 15) les deux villes de Hihnum et de Tariš à la région de Mari. Une ville de “Hihnum” est cependant très faiblement attestée, ce qui n’indique pas une localité de l’alvéole (…). » ; p. 319 : « Il est donc tentant de rapprocher les écritures HI-ih-nim(ki) et TA-ah-nim(ki) par le moyen d’une transcription ṭà-ah-nim et de postuler l’existence d’une ville de Ṭahnum (Ṭa‘num ?). Elle se trouverait dès lors à la frontière sud du Suhûm. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 92-93 (s.v. Ḫiḫnum)

Résumé : Localité mentionnée avec Tarim-Hanat et peut-être située dans le Suhûm ; lue antérieurement Hihnum.


Ugar-apim

Nom(s) OB : Ugar-apim

Zone : B, E, F

Résumé : Terroir documenté par un texte provenant de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16).


Ugar-Dagan

Nom(s) OB : Ugar-Dagan

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 525, 548 (p. 525 : nom de terroir ; p. 548 : « sur les terres d’Urah », proche de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56))

Résumé : Terroir proche de Mari attesté par ARM 1 56.


Ugar-Eluttim

Nom(s) OB : Ugar-Eluttim

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 119 n. 41 (terroir agricole important avec Tehran pour centre)

Résumé : Nom d'un terroir agricole situé dans la vallée du Habur, aux environs de Tehran (peut-être = Maqbara Ajaja, n° HIGEOMES 146).


Ugar-Quṭṭan

Nom(s) OB : Ugar-Quṭṭan

Zone : E, B

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 66 n. c (la campagne de Quṭṭan ; « soit un nom propre (cf. ARM XVI/1), soit un lieu-dit analogue à Qaṭṭunân »)

Résumé : Nom d'un terroir du royaume de Mari.


Ugar-Rabasitim

Nom(s) OB : Ugar-Rabasitim

Zone : B, E

Résumé : Terroir attesté par un texte de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16) de l'époque Hana.


Ugar-turba

Nom(s) OB : Ugar-turba

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, Gladbeck, 2014, p. 64

Résumé : Localité, connue grâce à un texte des archives de Mari, appartenant au district de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l'époque du royaume de Haute-Mésopotamie. Elle se trouve peut-être non loin de Buratum.


Ugar-Urranim

Nom(s) OB : Ugar-Urranim

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 355

Résumé : Nom d'un terroir situé dans le district de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).


Ugar-Zinatum

Nom(s) OB : Ugar-Zinatum

Zone : B

Résumé : Terroir documenté par des textes provenant de Terqa (1) (= Tall al-Ashara, n° HIGEOMES 16).


Uhul

Nom(s) OB : Uhul

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 329 n. 21, 333 (p. 333 : rive gauche de l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 212-213 (commentaire au texte n° 582 : précédemment mal lu *Bît-Hul ; « il s’agit d’une ville de Babylonie, près du canal Irnina, et apparemment à un nœud important de communication » ; peut-être dans « une région de marais salants »)

Résumé : Localité du Suhum à chercher, tout comme Uninum (1), dans les environs de Rapiqum (probablement = Tall Anbar, n° HIGEOMES 783).


Ulaya

Nom(s) OB : Ulaya

Zone : N

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • A. Finet, Syria 41, 1964, p. 138
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 245 (s.v. Ulaja)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 270, 273 (capitale du pays de Sumum, « mitoyen de la région d’Urkiš » ; est équivalent à Luhaya)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 177 (s.v. Ulāium)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 89 (dans le Yapṭurum (1))
  • M. Guichard, OBO 250, Fribourg/Göttingen, 2011, p. 32 (« aux alentours du Karaca Dağ »)
  • N. Ziegler, (AIL : dans le Sumum, proche de Talhayum ARM 13 146)

Résumé : Ville du Yapṭurum (1), située dans la montagne.


Uninum (1)

Nom(s) OB : Uninum

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Dans la région de Râpiqum : ARM XXVI/2 503 : 32, 34 et n. h ; 504 : 6 ; chroniques éponymales de Mari (A.1288 : ii 23’ et M.8566 : 13’ ; cf. M. Birot, MARI 4, p. 230 B.20) ; cf. F. Joannès, Amurru 1, p. 333. »)

Résumé : Localité du Suhum à chercher dans les environs de Rapiqum (probablement = Tall Anbar, n° HIGEOMES 783).


Uninum (2)

Nom(s) OB : Uninum
Nom(s) MA : Uninu

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Dans la région de Karanâ : M. Birot a signalé qu’une localité portant le nom d’ú-ni-na était citée dans un texte médio-assyrien de Tell Rimāh (MARI 4, p. 236). Mais la lecture pourrait être šam-ni-na ; cf. RGTC 5, p. 271. »)

Résumé : Toponyme attesté par les archives médio-assyriennes de Tall Rimah (n° HIGEOMES 83). Aucune attestation paléo-babylonienne n'existe.


Uprapum

Nom(s) OB : Uprapum

Zone : B, E, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 106 et s.
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 49 et s.
  • M. B. Rowton, JNES 32, 1973
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 244 (s.v. Ubrabûm)
  • M. Anbar, Mél. Birot, , Paris, 1985
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 408-409, 412 (p. 408-409 : tribu yaminite)
  • D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 267
  • P. Marello, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 117, 122-125
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 58
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 410 n. 51 (Yamina)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 41, 42 n. 116, 103, 202 n. 288 (Yamina)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 83, 84, 86, 87, 89, 94
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 122, 158, 159, 160 n. 270, 162, 163, 164, 168 n. 314, 169 n. 323 et 326-327, 171, 172, 174 (p. 122 : « familiers de routes qui traversaient le désert de Palmyre » à l’époque de Samsi-Addu ; p. 158 : une des 5 tribus yaminites)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 230 (p. 230 : toutes les villes de ce clan se trouvent « sur la rive droite de l’Euphrate »)
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 160-202

Résumé : Nom d'une tribu yaminite. L’éthnique est parfois lu Ubrabu. Il n’y a pas d’étymologie qui permettrait de choisir l'une des deux lectures.


Urah

Nom(s) OB : Urah

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 246 (s.v. Uraḫ : « M. Birot, Syria 41, 49 : in der Gegend von —> Ḫanat und —> Jablija ? »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 117 (étymologie « route »)
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18 (proche de Mari)
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 118
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 219, 231
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 548 n. a (« dans les environs de Mari »)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 81, 83, 186

Résumé : Ville située dans les environs de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) ; lieu de culte de Dagan. Le territoire de la ville comprenait un terroir irrigué appelé Ugar-Dagan ; cf. ci-dessus.


Urban

Nom(s) OB : Urban, Hurban, Uruban, Urba

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, ARM 26/1, Paris, 1988, p. p. 147-148, n. 65 (« une des places les plus importantes du Moyen-Euphrate supérieur » ; « l’horizon géographique est représenté par les villes de Yabliya (…), de Harbû (…) et de Râpiqum (…) » ; peut-être en amont de Harbe (1), selon ARM 26/1 34 ; sur la rive gauche de l’Euphrate, selon A.2459)
  • J.-M. Durand, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 50 n. 57
  • C. Michel, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 128, 130 n. g
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 91 n. 22 (nombreuses variantes d’orthographe : (H)ur(u)ban = Uruban, « à l’amont de Râpiqum »)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 333
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 387
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 352, 361, 362 (p. 352 : en amont de Hanat (= Ana, n° HIGEOMES 196) ; n. 34 : « la localisation d’Urbân proposée par J.-M. Durand (XXVI/1, p. 147-148 n. 65 : sur la rive gauche de l’Euphrate, à l’opposé du segment Yabliya-Harbû) me semble devoir être abandonnée au vu des données de ce texte »)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 711 (« dans le Suhûm, sur le moyen Euphrate inférieur »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 17 n. i (correspond à Hurban, dans la région du Suhum ; « Place forte importante du Moyen-Euphrate inférieur, sur la rive gauche, à l’opposé de Yabliya-Harbû »)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 222 n. 479 (région du Suhum)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 154, 156 n. 242
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 126 n. 56 (« sur la rive gauche de l’Euphrate »)

Résumé : Ville du Suhum à chercher en aval de Harradum (= Diniye, Khirbat ed-, n° HIGEOMES 203) et en amont de Hanat (= Ana, n° HIGEOMES 196).


Urbat

Nom(s) OB : Urbat

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 247
  • D. Charpin, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 108

Résumé : Localité du district de Mari.


Urgina

Nom(s) OB : Urqina, Urgina

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 219 (« possibly this is a Hurrian spelling of the well-known town Urkiš »)

Résumé : Localité uniquement documentée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Il est possible qu’il s’agisse d’une écriture fautive d'Urgiš ; la copie de PIHANS 117 143 : 18 incite de fait à lire ur-ki-iš!ki, d’autant que le signe est inscrit sur la tranche.


Urgiš

Nom(s) OB : Urgiš, Urkiš, Urgis    Certitude OB : 3

Zone : E

N° HIGEOMES : 92

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Mozan, Tall

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 247 (« Vgl. zusammenfassende Lit. bei M. Falkner, AfO 18, 30 ; W. v. Liere, AAS 7, 91 ff. identifiziert mit Tall ‘Āmūda aufgrund des Fundes einer (hurritischen) Gründungsurkunde, vgl. dagegen B. Hrouda, MDOG 98, 54 ; vgl. RGTC 2, 224 ; —> Šinaḫ, s. dazu J. J. Finkelstein, JCS 9, 6f. »)
  • B. Hrouda, MARI 4, 1985, p. 595 (= Amuda ?)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Mozan ? Amuda aussi proposé)
  • J.-M. Durand, NABU 1987/14, 1987
  • D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 178, 182, 188, 189
  • M. Guichard, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 254
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 345-346
  • G. Wilhelm, Amurru 1, Paris, 1996, p. 177-178
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 384
  • J.-M. Durand, LAPO 16, Paris, 1997, p. 423, 638 (p. 423 : « Le nord du royaume d’Ašnakkum est, à l’époque de Zimrî-Lîm, constitué par les deux villes sœurs d’Urkiš et de Šinah, ainsi que Hurrâ, qui ont des tendances constantes à accentuer leurs particularismes. »)
  • B. Lyonnet, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 139
  • G. Buccellati & M. Kelly-Buccellati, BiMes 26, Malibu, 1998 (avec bibliographie antérieure)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 166, 270
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 177-178 (s.v. Urgiš ; ≠ Kurgiš ; avec bibliographie antérieure)
  • M. Guichard, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 137
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 133 n. 468, 210, 223, 240 et 240 n. 667, 249
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 406 (= Tall Mozan)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 303 (roi d’Urgiš probablement Yaṣṣib-Hatnu ; forme Urgina et Aškakkum au lieu de Urgis et Ašnakkum)
  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 86 (« dans le pays d’Ašnakkum »)
  • R. Koliński, Topoi 12, Berlin/Boston, 2014, p. 24 (= Tall Mozan)
  • G. Wilhelm, RlA 14, Berlin/Boston, 2015, p. 417-418 (localisation à Tall Mozan en raison de la découverte d’empreintes de sceaux d’individus portant le titre hourrite d’Endan d’Urgiš)

Résumé : La localisation d'Urgiš à Tall Mozan (n° HIGEOMES 92) est assurée grâce aux découvertes des fouilles américaines menées sur ce site ; voir la synthèse faite par G. Wilhelm, RlA 14, 2015. Urgiš constituait la capitale d'un royaume, dont un roi, Terru, est connu à l'époque paléo-babylonienne. Ce dernier, vassal de Zimri-Lim de Mari, semble avoir rejoint la résistance manifestée par les Anciens de la ville. Un temple, dédié à Nergal selon l'inscription de Tišatal, était situé au centre du tell. Les textes de l’époque paléo-babylonienne ne fournissent pas de renseignement sur ce sanctuaire.


Urpan

Nom(s) OB : Urpan

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, RA 85, 1991, p. 128 (dans la région de Tall Leilan)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 178 (s.v. Urpan ; ≠ Ḫurbān ; ≠ Urbān)
  • J. Eidem, OBO 160/5, Fribourg/Göttingen, 2008, p. 300 (peut-être au sud ou sud-ouest de Tall Leilan)

Résumé : Urpan est mentionnée dans la lettre PIHANS 117 10 avec d'autres villes des environs de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et devrait se trouver à proximité de cette dernière.


Ursum

Nom(s) OB : Ursum

Zone : C

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 250 (s.v. Ursum, Uršum : « U. wird von S. Smith, AnSt. 6, 35 ff. und J.-R. Kupper, RA 43, 79ff. mit Urfa identifiziert, während J. Lewy, OrNS 21, 288f. es in “‘Arsūz” sucht. N von Birecik vermuten es A. Goetze, JCS 7, 70 : zwischen Birecik und Samsat ; M. Falkner, AfO 18, 36 : zwischen Birecik und ‘Ain-ṭāb, P. Garelli, Assyriens S. 107 : zwischen Birecik und Gaziantep. A. Archi, S. Salvini, P. Pecorella, Gaziantep S; 44 und S. 111 suchen U. im “Tall Öylüm” s von Karkemiš oder aber in Gaziantep selbst. Durch die Identifizierung von aB U. mit —> heth. Waršuwa, s. A. Goetze, JCS 16, 27b, vermutet Goetze es jetzt nahe bei Samsat, vgl. zusammenfassend mit ausführlicher Literatur RGTC 6, 475f., auch M. Falkner, AfO 18, 31 ; J.-R. Kupper, Nomades S. 253 ; P. Garelli, Assyriens S. 106f. und RGTC 2, 225. — In aB Texten wird U. zusammen mit den Ländern —> Karkemiš und —> Ḫaššum erwähnt, in einem Gebiet, welches als “māt ebertim” bezeichnet wird, vgl. J. J. Finkelstein, JCS 21, 83. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 250 (s.v. Ursum, Uršum : « U. wird von S. Smith, AnSt. 6, 35 ff. und J.-R. Kupper, RA 43, 79ff. mit Urfa identifiziert, während J. Lewy, OrNS 21, 288f. es in “‘Arsūz” sucht. N von Birecik vermuten es A. Goetze, JCS 7, 70 : zwischen Birecik und Samsat ; M. Falkner, AfO 18, 36 : zwischen Birecik und ‘Ain-ṭāb, P. Garelli, Assyriens S. 107 : zwischen Birecik und Gaziantep. A. Archi, S. Salvini, P. Pecorella, Gaziantep S; 44 und S. 111 suchen U. im “Tall Öylüm” s von Karkemiš oder aber in Gaziantep selbst. Durch die Identifizierung von aB U. mit —> heth. Waršuwa, s. A. Goetze, JCS 16, 27b, vermutet Goetze es jetzt nahe bei Samsat, vgl. zusammenfassend mit ausführlicher Literatur RGTC 6, 475f., auch M. Falkner, AfO 18, 31 ; J.-R. Kupper, Nomades S. 253 ; P. Garelli, Assyriens S. 106f. und RGTC 2, 225. — In aB Texten wird U. zusammen mit den Ländern —> Karkemiš und —> Ḫaššum erwähnt, in einem Gebiet, welches als “māt ebertim” bezeichnet wird, vgl. J. J. Finkelstein, JCS 21, 83. »)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 250 (s.v. Ursum, Uršum : « U. wird von S. Smith, AnSt. 6, 35 ff. und J.-R. Kupper, RA 43, 79ff. mit Urfa identifiziert, während J. Lewy, OrNS 21, 288f. es in “‘Arsūz” sucht. N von Birecik vermuten es A. Goetze, JCS 7, 70 : zwischen Birecik und Samsat ; M. Falkner, AfO 18, 36 : zwischen Birecik und ‘Ain-ṭāb, P. Garelli, Assyriens S. 107 : zwischen Birecik und Gaziantep. A. Archi, S. Salvini, P. Pecorella, Gaziantep S; 44 und S. 111 suchen U. im “Tall Öylüm” s von Karkemiš oder aber in Gaziantep selbst. Durch die Identifizierung von aB U. mit —> heth. Waršuwa, s. A. Goetze, JCS 16, 27b, vermutet Goetze es jetzt nahe bei Samsat, vgl. zusammenfassend mit ausführlicher Literatur RGTC 6, 475f., auch M. Falkner, AfO 18, 31 ; J.-R. Kupper, Nomades S. 253 ; P. Garelli, Assyriens S. 106f. und RGTC 2, 225. — In aB Texten wird U. zusammen mit den Ländern —> Karkemiš und —> Ḫaššum erwähnt, in einem Gebiet, welches als “māt ebertim” bezeichnet wird, vgl. J. J. Finkelstein, JCS 21, 83. »)
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Tuqan ? (n° HIGEOMES 943))
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Tuqan ? (n° HIGEOMES 943))
  • H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 (= Tall Tuqan ? (n° HIGEOMES 943))
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396 et n. 71, 403, 404, 405 n. 122, 406 n. 129 (p. 396 n. 71 : ville de la région de Gaziantepe d’après ARMT XVI, p. 37. « Au vu des textes étudiés ici, une localisation plus orientale (Idamaraṣ), paraît également plausible. »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396 et n. 71, 403, 404, 405 n. 122, 406 n. 129 (p. 396 n. 71 : ville de la région de Gaziantepe d’après ARMT XVI, p. 37. « Au vu des textes étudiés ici, une localisation plus orientale (Idamaraṣ), paraît également plausible. »)
  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396 et n. 71, 403, 404, 405 n. 122, 406 n. 129 (p. 396 n. 71 : ville de la région de Gaziantepe d’après ARMT XVI, p. 37. « Au vu des textes étudiés ici, une localisation plus orientale (Idamaraṣ), paraît également plausible. »)
  • J.-M. Durand, NABU 1988/2, 1988
  • J.-M. Durand, NABU 1988/2, 1988
  • J.-M. Durand, NABU 1988/2, 1988
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 29
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 29
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 29
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 324, n. 5, 348
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 324, n. 5, 348
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 324, n. 5, 348
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 391
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 391
  • C. Michel, Amurru 1, Paris, 1996, p. 391
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 293
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 293
  • G. Ozan, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 293
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 76 n. e (« certainement au nord de Carkémish et sur la rive droite de l’Euphrate ; mais pas trop au nord, si l’on tient compte du fait que Šubat-Šamaš appartient au royaume de Haute-Mésopotamie et est une base importante contre le Zalmaqum. Tout cela convient assez bien à une identification d’Ursum avec Gaziantep (…). Si Ursum était plus proche de l’Euphrate (par exemple dans la région de Nizip), on ne parlerait pas du “pays d’Ursum”, mais de la ville elle-même. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 76 n. e (« certainement au nord de Carkémish et sur la rive droite de l’Euphrate ; mais pas trop au nord, si l’on tient compte du fait que Šubat-Šamaš appartient au royaume de Haute-Mésopotamie et est une base importante contre le Zalmaqum. Tout cela convient assez bien à une identification d’Ursum avec Gaziantep (…). Si Ursum était plus proche de l’Euphrate (par exemple dans la région de Nizip), on ne parlerait pas du “pays d’Ursum”, mais de la ville elle-même. »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 76 n. e (« certainement au nord de Carkémish et sur la rive droite de l’Euphrate ; mais pas trop au nord, si l’on tient compte du fait que Šubat-Šamaš appartient au royaume de Haute-Mésopotamie et est une base importante contre le Zalmaqum. Tout cela convient assez bien à une identification d’Ursum avec Gaziantep (…). Si Ursum était plus proche de l’Euphrate (par exemple dans la région de Nizip), on ne parlerait pas du “pays d’Ursum”, mais de la ville elle-même. »)
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • B. Lafont, Amurru 2, Paris, 2001, p. 219
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 146
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 146
  • B. Lion, Amurru 2, Paris, 2001, p. 146
  • J. L. Miller, AoF 28, 2001, p. 75 (dans la région de Samsat)
  • J. L. Miller, AoF 28, 2001, p. 75 (dans la région de Samsat)
  • J. L. Miller, AoF 28, 2001, p. 75 (dans la région de Samsat)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 88, 106, 146, 152, 206, 208 n. 353
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 88, 106, 146, 152, 206, 208 n. 353
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 39, 88, 106, 146, 152, 206, 208 n. 353
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 101
  • D. Charpin, Mél. Sanmartin, AuOr Sup. 22, Sabadell—Barcelone, 2006, p. 226 (« Si l’on considère que Hahhum est dans la région de Samsat (sans doute à Lidar Höyük), le seul gué en aval avant Karkemiš est celui de Birecik, où on devrait situer Ursum. (…) Par ailleurs, une localisation d’Ursum à Birecik et de Hahhum à Lidar Höyük près de Samsat explique que les textes de Mari mentionnent bien plus souvent Ursum que Hahhum. »)
  • D. Charpin, Mél. Sanmartin, AuOr Sup. 22, Sabadell—Barcelone, 2006, p. 226 (« Si l’on considère que Hahhum est dans la région de Samsat (sans doute à Lidar Höyük), le seul gué en aval avant Karkemiš est celui de Birecik, où on devrait situer Ursum. (…) Par ailleurs, une localisation d’Ursum à Birecik et de Hahhum à Lidar Höyük près de Samsat explique que les textes de Mari mentionnent bien plus souvent Ursum que Hahhum. »)
  • D. Charpin, Mél. Sanmartin, AuOr Sup. 22, Sabadell—Barcelone, 2006, p. 226 (« Si l’on considère que Hahhum est dans la région de Samsat (sans doute à Lidar Höyük), le seul gué en aval avant Karkemiš est celui de Birecik, où on devrait situer Ursum. (…) Par ailleurs, une localisation d’Ursum à Birecik et de Hahhum à Lidar Höyük près de Samsat explique que les textes de Mari mentionnent bien plus souvent Ursum que Hahhum. »)
  • A. Archi, Mél. Darga 2008/87-102, 2008, p. 100 (= Gaziantep)
  • A. Archi, Mél. Darga 2008/87-102, 2008, p. 100 (= Gaziantep)
  • A. Archi, Mél. Darga 2008/87-102, 2008, p. 100 (= Gaziantep)
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 13-16 ((documentation paléo-assyrienne) au sud de Zalpa)
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 13-16 ((documentation paléo-assyrienne) au sud de Zalpa)
  • K. R. Veenhof, OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 13-16 ((documentation paléo-assyrienne) au sud de Zalpa)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 199, 201-203 (p. 199 : pour certains à Birecik ; p. 201-203 : historique et propositions d’identification ; dans la région de Samsat, = Lidar Höyük ? « Die Lage der Hauptstadt ist noch nicht geklärt, aber die in Mari häufige gemeinsame Nennung der Reiche von Ḫaššum, Ursum, Karkemiš und Aleppo zu denen sich noch Erwähnungen von Zalpa/Zalba(r)/Zalwar gesellen können, ist besonders auffällig (…)
    Die Lage von Ursum ist derzeit noch unsicher. In jüngerer Zeit haben sich v.a. zwei Thesen herauskristallisiert: eine südliche Lokalisierung bei Birecik und eine nördliche bei Samsat. Beide Vorschläge stoßen sich an der großen Nähe zu anderen bedeutenden Orten. Die Identifizierung bei Birecik würde das Reich von Ursum in unmittelbare Nähe zu Karkemiš rücken, dessen Territorium demgemäß wenig ausgedehnt gewesen wäre, die Identifizierung mit Samsat hingegen in jene von Hahhum, das in Lidar Höyük lokalisiert wurde. Da Karkemiš und Birecik kaum 20 km voneinander entfernt sind, favorisiere ich in diesem Artikel eine Lokalisierung in der Umgebung von Samsat. (…) Ich vermute demgemäß, dass das Territorium von Ursum jenem des späteren Kummuḫ, der klassischen Kommagene entsprochen haben könnte, sich zu einem Teil auf der rechten Flussseite hingezogen hätte, aber auch auf der linken Flussseite Ländereien gehabt haben dürfte. Es hätte dementsprechend im Territorium des heutigen Atatürkstausees gelegen. Es erscheint mir gut möglich, dass Ursum in Lidar Höyük zu suchen ist, sofern eine Lage dieser Stadt am linken Ufer nicht ausgeschlossen werden kann. »)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 199, 201-203 (p. 199 : pour certains à Birecik ; p. 201-203 : historique et propositions d’identification ; dans la région de Samsat, = Lidar Höyük ? « Die Lage der Hauptstadt ist noch nicht geklärt, aber die in Mari häufige gemeinsame Nennung der Reiche von Ḫaššum, Ursum, Karkemiš und Aleppo zu denen sich noch Erwähnungen von Zalpa/Zalba(r)/Zalwar gesellen können, ist besonders auffällig (…)
    Die Lage von Ursum ist derzeit noch unsicher. In jüngerer Zeit haben sich v.a. zwei Thesen herauskristallisiert: eine südliche Lokalisierung bei Birecik und eine nördliche bei Samsat. Beide Vorschläge stoßen sich an der großen Nähe zu anderen bedeutenden Orten. Die Identifizierung bei Birecik würde das Reich von Ursum in unmittelbare Nähe zu Karkemiš rücken, dessen Territorium demgemäß wenig ausgedehnt gewesen wäre, die Identifizierung mit Samsat hingegen in jene von Hahhum, das in Lidar Höyük lokalisiert wurde. Da Karkemiš und Birecik kaum 20 km voneinander entfernt sind, favorisiere ich in diesem Artikel eine Lokalisierung in der Umgebung von Samsat. (…) Ich vermute demgemäß, dass das Territorium von Ursum jenem des späteren Kummuḫ, der klassischen Kommagene entsprochen haben könnte, sich zu einem Teil auf der rechten Flussseite hingezogen hätte, aber auch auf der linken Flussseite Ländereien gehabt haben dürfte. Es hätte dementsprechend im Territorium des heutigen Atatürkstausees gelegen. Es erscheint mir gut möglich, dass Ursum in Lidar Höyük zu suchen ist, sofern eine Lage dieser Stadt am linken Ufer nicht ausgeschlossen werden kann. »)
  • N. Ziegler, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 199, 201-203 (p. 199 : pour certains à Birecik ; p. 201-203 : historique et propositions d’identification ; dans la région de Samsat, = Lidar Höyük ? « Die Lage der Hauptstadt ist noch nicht geklärt, aber die in Mari häufige gemeinsame Nennung der Reiche von Ḫaššum, Ursum, Karkemiš und Aleppo zu denen sich noch Erwähnungen von Zalpa/Zalba(r)/Zalwar gesellen können, ist besonders auffällig (…)
    Die Lage von Ursum ist derzeit noch unsicher. In jüngerer Zeit haben sich v.a. zwei Thesen herauskristallisiert: eine südliche Lokalisierung bei Birecik und eine nördliche bei Samsat. Beide Vorschläge stoßen sich an der großen Nähe zu anderen bedeutenden Orten. Die Identifizierung bei Birecik würde das Reich von Ursum in unmittelbare Nähe zu Karkemiš rücken, dessen Territorium demgemäß wenig ausgedehnt gewesen wäre, die Identifizierung mit Samsat hingegen in jene von Hahhum, das in Lidar Höyük lokalisiert wurde. Da Karkemiš und Birecik kaum 20 km voneinander entfernt sind, favorisiere ich in diesem Artikel eine Lokalisierung in der Umgebung von Samsat. (…) Ich vermute demgemäß, dass das Territorium von Ursum jenem des späteren Kummuḫ, der klassischen Kommagene entsprochen haben könnte, sich zu einem Teil auf der rechten Flussseite hingezogen hätte, aber auch auf der linken Flussseite Ländereien gehabt haben dürfte. Es hätte dementsprechend im Territorium des heutigen Atatürkstausees gelegen. Es erscheint mir gut möglich, dass Ursum in Lidar Höyük zu suchen ist, sofern eine Lage dieser Stadt am linken Ufer nicht ausgeschlossen werden kann. »)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011, p. 195- 203, 411 (p. 197 : « Uršu detained a stretch of the Euphrates River between Carchemish and Zalpa. » ; p. 198 : ARM 2 131 « locates Uršu north of Carchemich and on the western bank of the river. » ; lieu de traversée à l’est de l’Euphrate vers Ursu et Mamma serait Hirašta ; autre ville sur cette route entre Ursum et Mamma serait Bulbuhum ; histoire d’Ursum ; p. 411 : = les environs de Gaziantep)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011, p. 195- 203, 411 (p. 197 : « Uršu detained a stretch of the Euphrates River between Carchemish and Zalpa. » ; p. 198 : ARM 2 131 « locates Uršu north of Carchemich and on the western bank of the river. » ; lieu de traversée à l’est de l’Euphrate vers Ursu et Mamma serait Hirašta ; autre ville sur cette route entre Ursum et Mamma serait Bulbuhum ; histoire d’Ursum ; p. 411 : = les environs de Gaziantep)
  • G. Barjamovic, CNIP 38, Copenhague, 2011, p. 195- 203, 411 (p. 197 : « Uršu detained a stretch of the Euphrates River between Carchemish and Zalpa. » ; p. 198 : ARM 2 131 « locates Uršu north of Carchemich and on the western bank of the river. » ; lieu de traversée à l’est de l’Euphrate vers Ursu et Mamma serait Hirašta ; autre ville sur cette route entre Ursum et Mamma serait Bulbuhum ; histoire d’Ursum ; p. 411 : = les environs de Gaziantep)

Résumé : Capitale d'un royaume situé à l'ouest de l'Euphrate, en amont de Karkamis (= Jerablus, n° HIGEOMES 22). Une identification avec Samsat (n° HIGEOMES 105) ou Lidar Höyük (n° HIGEOMES 84) paraît possible. Pour l'époque médio-assyrienne et les possibilités d’identification, voir MTT I/2 s.v. Kummuḫi.


Urzikka

Nom(s) OB : Urzikka, Urzakka, Urzaqqa

Zone : E, F, G

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Anbar, MARI 7, 1993, p. 394
  • Y. Wu, SJAC 1, Changchun, 1994, p. 294
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 178 (s.v. Urzika)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 233-235, 249
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 90-91 (« au nord du Sindjar »)

Résumé : Ce toponyme est peu attesté par la documentation paléo-babylonienne. Il est mentionné, en compagnie de Zurra, dans le cadre de la campagne d'Išme-Dagan contre le nord-est de la Haute-Mésopotamie.


Usuman

Nom(s) OB : Usuman

Zone : D, E

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Guichard, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 112

Résumé : L'ethnique Usumanayu pourrait être à rapprocher d'Isimum.Voir ci-dessus.


Utah

Nom(s) OB : Utah, Utahum

Zone : B

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 247 et 252 (s.v. Uriḫum et Utaḫi)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, 1994, p. 94 (district d’Iddin-Annu ; « à l’amont de Saggarâtum »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 571 (« dans la vallée de l’Euphrate entre le district de Saggarâtum et Halabît (Halébiyé) »)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 227-228 n. d (« Il ne peut s’agir ici de l’Utâ’um, dont la capitale était Šušarrâ (l’actuelle Shemsharrâ), comme le propose XVI/1, p. 37. Utâhum se trouve dans la vallée de l’Euphrate, en amont de la province de Saggarâtum et sans doute sur la rive gauche puisqu’elle fait partie du district d’Iddin-Annu. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 179 (s.v. Utāḫum ; Utaḫum : « Euphrat »)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Utâh(um) : “dans la vallée de l’Euphrate entre le district de Saggarâtum et Halabît (Halébiyé)” » ;  «“district d’Iddin-Annu” » ; à distinguer d’Utum)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 33
  • N. Ziegler, (AIL : sur la rive occidentale d’après A.3835)

Résumé : Utah est située sur la rive droite de l'Euphrate, à proximité de Dunnum (2), en face de Manuhatan, selon A.3835 ; cf. ARM 26/1 p. 126 n. 40. À distinguer d'Utum, à l'est du Tigre.


Utiyar

Nom(s) OB : Utiyar

Zone : C

Résumé : Localité mentionnée par un texte d'Alalah VII.


Utrahiya

Nom(s) OB : Utrahiya

Zone : E

Propositions de localisation (historique) :

  • J. Eidem, PIHANS 117, Leyde, 2011, p. 267 (« This GN is otherwise unattested. »)

Résumé : Localité uniquement attestée par un texte des archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) dont la lecture ne peut être contrôlée.


Wer’um

Nom(s) OB : Wer’um, Yar’um

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 254
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 179, 182 (p. 179 : clan sim’alite)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 128, n. 167 (à propos de FM 10 77 : i 7, LÚ ia-re-⸢e⸣-im ; n. 167 : « Il s’agit certainement d’une variante pour wer’um, indiquant la prononciation YA pour WA. »)

Résumé : Nom d'un clan sim'alite.


Wurqana

Nom(s) OB : Wurqana, Werqana

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Ibal-ahum habite à Wurqana ; énumération des villes du Suhum du sud au nord : Wurqana, Qaṣa, Hit, Harbe (1), Ayyabum, Yabliya)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 157 (sous-clan des Sim’alites Ibal-ahum de la division des Ašarugayum)
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 9, Paris, 2005, p. 125 (ethnie sim’alite)

Résumé : Localité du Suhum à chercher dans les environs d'Urban.


Ya’il

Nom(s) OB : Ya’il

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Birot, Syria 35, 1958, p. 21-23 (commentaire d’ARM 9 291, un recensement de femmes du « district de Terqa » ; ces femmes proviennent de Zarri-Rabbiyum [= Zarri (2)] ; Ya’il ; Nara, Tillazibim et Nihadum)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 120-121 (s.v. Jâ’il « J.-R. Kupper, RA 41, 160 : im Distrikt von —> Terqa. Am —> FN Išīm-Jaḫdunlim, oberhalb von Dūr-Jaḫdunlim ; zur Deutung des Namens vgl. H. B. Huffmon, APNMT 13, 207f. »)
  • J.-M. Durand, NABU 1987/25, 1987
  • M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 79
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 251
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 133 n. 131, 158 (p. 133 n. 131 : localité formée sur le nom d’un ancêtre ; habitat d’un sous-clan ; p. 158 : établissement yaminite formé sur le nom d’un ancêtre ?)

Résumé : Localité du district de Terqa, à chercher dans les environs de Dur-Yahdun-Lim et probablement en aval de cette dernière.


Ya’ilanum

Nom(s) OB : Ya’ilanum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 255 (s. v. Wīlānum : « J.-R. Kupper, Nomades, 53ff. und Anm. 2 : Nomadenstamm, wohl ö des Tigris, —> Haburatum, —> Turukkû, —> Qabrā ; vgl. zum Namen W. und der möglichen Lesung ia₈-i-la-nim I. J. Gelb, Lingua degli Amoriti 149 § 2.4.6. »)
  • P. Marello, MARI 7, 1993, p. 279
  • D. Charpin & J.-M. Durand, MARI 8, 1997, p. 383
  • P. Marello, MARI 8, 1997, p. 456
  • N. Ziegler, MARI 8, 1997, p. 790 (entre Qabra et Nurrugum)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 92 n. 134, 93-94, 96-97, 147 (p. 93-94 : peuple amorrite installé dans la région du Tigre moyen, vivant dans le territoire de Nurrugum et peut-être de Qabra)
  • N. Ziegler, Mémoires de NABU 10, Paris, 2007, p. 42

Résumé : RETIRER MANUELLEMENT MTT


Yabasa

Nom(s) OB : Yabasa, Yabasum, Yabusum, Yabisa

Zone : E, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 118 (s.v. Jabasî : « Hanäer-Stamm: J.-R. Kupper, Nomades 20 ; Deutung des Namens nicht bekannt, vgl. H. B. Huffmon, APNMT 177 sub BS’. » Voir aussi l’entrée s.v. Jamsa, p. 123.)
  • Ph. Abrahami, NABU 1992/29, 1992
  • P. Villard, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 138
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 344 (clan hanéen)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 32, 181 (p. 32 : clan sim’alite)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87, 94
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 127, 130, 147, 157, 179, 180, 181, 182, 184, 194, 196 n. 466 (p. 127 : bédouins sim’alites ; p. 130 : clan ; Sim’alites de Haute-Djézireh ; p. 157 : bédouins dans l’Ida-Maraṣ (1) ; certains sédentarisés dans le pays d’Apum (1) ; p. 179 : clan sim’alite ; p. 180 : en général désigné par hanu Yabasa, donc les « Bédouins du Yabasa » ; p. 182 : les Yabasa comprennent : - les Yabasu, - les Amurrum, - les Abi-Nakar, - les Kaṣum ; p. 184 : partie ouest de la Haute-Djézireh)
  • L. Marti, Mémoires de NABU 11, Paris, 2008, p. 186
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 67 (clan sim’alite)
  • L. Rovira, NABU 2012/61, 2012, p. *
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 93

Résumé : Nom d'une tribu sim'alite.


Yabliya

Nom(s) OB : Yabliya    Certitude OB : 2

Zone : B

N° HIGEOMES : 734

Identification retenue par le projet HIGEOMES : Judafia, Al-

Situation par rapport à un/des point(s) fixe(s) :

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • M. Anbar, IOS 5, 1975, p. 1 (proche de Haditha)
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 118 (s.v. Jablija ; a supposé l’existence de 2 Yabliya homonymes : « In aB Zeit ist die Lokalisierung von einem oder mehreren J. schwierig. J. (1) ist erwähnt mit —> Andarik, —> Ḫarbē und —> Tuttul (am Euphrat) ; J. (2) kommt in Texten aus Sippar und Isin vor und wird deshalb von J. (1) getrennt. — Wenn J. (1) oder J. (2) identisch ist mit —> Eblaḫ (vgl. die wechselnden Schreibungen —> Jamutbal und —> Emutbal) ist entweder J. (1) oder J. (2) zwei Tagesreisen entfernt von —> Razamā. Vgl. H. Klengel, Geschichte Syriens 258ff., J.-R. Kupper, Nomades 39 Anm. 1. »)
  • J.-M. Durand, BAH 136, Paris, 1990, p. 102 n. 2
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 67 n. 156
  • P. Villard, MARI 6, 1990, p. 574
  • D. Charpin, NABU 1991/112, 1991 (le clan des Pu-li-Ila occupe les villes de Harbe (1), Ayyabum et Yabliya)
  • P. Villard, MARI 7, 1993, p. 316, 326 n. 80
  • S. M. Maul, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 46 n. a au n° 14
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 330, 333-334, p. 393, 395, 402, 407 (proche de Haditha)
  • D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 359, 362,
  • D. Duponchel, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 217, 218, 228, 229
  • J.-M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 34
  • I. Guillot, Mém. Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 287
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 411 (région de Yabliya/Haditha)
  • B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 711 (« dans le Suhûm, sur le moyen Euphrate inférieur »)
  • J.-M. Durand, LAPO 17, Paris, 1998, p. 28-29 (en aval de Mari)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 17 (à l’opposé d’Urban)
  • P. Villard, Amurru 2, Paris, 2001, p. 80
  • A. K. Mohammad, Akkadica 123, 2002, p. 1-10 (= Shishin)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 252 (= Haditha ?)
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 23-24, 88-89, 110, 125, 146, 148, 182 n. 87, 189, 194, 204, 247 (p. 23-24 : Shishin, rive gauche de l’Euphrate)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 33 (une seule Yabliya)
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 156, 157, 192 (p. 157 : dans le Suhum ; à situer avec assurance à Shishin)
  • D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261-274 (= Al-Judafia ; Al-kapim et Yabliya forment un verrou sur l’Euphrate : Al-kapim, signifiant « la ville de la falaise », correspond à Shishin en rive gauche et Yabliya se situe donc sur la rive droite et hébergeait les embarcations mentionnées dans les textes pour traverser le fleuve ; Al-Judafia, situé à 1 km à vol d’oiseau de Shishin, sur l’autre rive, a livré des vestiges paléo-babyloniens et constitue le meilleur candidat pour y localiser Yabliya)
  • N. Ziegler, (1 jour de distance de Harbe (1) selon ARM 26/2 477)

Résumé : Ville fortifiée et chef-lieu du Suhum inférieur, Yabliya était un endroit privilégié pour la traversée de l'Euphrate. L'identification avec Al-Judafia, sur la rive droite de l'Euphrate, a été proposée par D. Charpin et A. Millet Albà, BBVO 20, 2009. La ville faisait face au site de Shishin (n° HIGEOMES 682), l'antique Al-Kapim.


Yabniya

Nom(s) OB : Yabniya

Zone : F

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Charpin, ARM 26/2, Paris, 1988, p. 216 n. b) au n°388 (ina gabîm ša Yabniya « sur la crête/hauteur de Yabniya »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 98 (s.v. Iabnia)

Résumé : La falaise de Yabniya est attestée par ARM 26/2 388 et peut être cherchée dans la région du Djebel Sindjar.


Yabuhum

Nom(s) OB : Yabuhum

Zone : B, D

Propositions de localisation (historique) :

  • P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 390, 395, 397, 404 (voir carte p. 395 ; p. 397 : sur l’Euphrate)
  • J.-M. Durand, MARI 6, 1990, p. 66, 274 (p. 66 : dans la région d’Imar, vraisemblablement à son amont ; p. 274 = Tall Ahmar, Til Barsip [?], interprétation sujette à caution)
  • F. Joannès, Amurru 1, Paris, 1996, p. 334
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 172 n. 339 (le site « devait être relativement proche de Tuttul et sur la route de Hakkulân. La ville, inconnue autrement, n’est pas autre chose qu’un anthroponyme et pourrait indiquer une halte chez des Bédouins. »)

Résumé : Localité de la région située entre le Balih et le Moyen-Euphrate, attestée dans le contexte du voyage de Zimri-Lim vers Ugarit.


Yahappi-ila (1)

Nom(s) OB : Yahappi-ila

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 119 (s.v. Jaḫ(ap)pila ; ne distingue pas plusieurs homonymes : « A. Goetze, JCS 7, 57 : in der Gegend von Sāmarrā’ ; J. Lewy, AIPHOS 13, 314 : 35 km n. von Baġdād ; W. W. Hallo, JCS 18, 70 : am Tigris zwischen —> Mankisum und —> Ekallātum; nach Itinerar zwischen Pulukkum und —> Marmenu. »)
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 238, 245 (238 : carte ; 245 : troisième station après Mankisum dans les « itinéraires paléo-babyloniens », à chercher à la même hauteur que Šitullum, sur la rive gauche du Tigre ; peut-être sur un gué)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (sur la rive gauche du Tigre, à la hauteur de Šitullum)

Résumé : Ville située sur la rive gauche du Tigre, à la hauteur de Šitullum (peut-être = Tikrit, n° HIGEOMES 777). À distinguer de Yahappi-ila (2), du royaume de Mari, et (3) de la région de Nippur.


Yahappi-ila (2)

Nom(s) OB : Yahappi-ila

Zone : B

Propositions de localisation (historique) :

  • D. Soubeyran, ARM 23, Paris, 1984, p. 410
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Dans le royaume de Mari, district de Saggarâtum et Dûr-Yahdun-Lîm : ARM XXIII 464 ; cf. le commentaire de D. Soubeyran, ARM XXIII, p. 410. »)

Résumé : Localité dans le district de Saggaratum et Dur-Yahdun-Lim, homonyme de Yahappi-ila (1), sur le Tigre, et Yahappi-ila (3), dans la région de Nippur.


Yahasan

Nom(s) OB : Yahasan

Zone : E

Éléments de localisation relative :

Propositions de localisation (historique) :

  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 469
  • M. Forlanini, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 409 n. 24
  • D. Charpin, BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 68 (lieu-dit)

Résumé : Yahasan est mentionnée comme étape de l'itinéraire le long du Habur, A.1053, après Qirdahat, donc en amont de l'actuelle ville de Hassake (n° HIGEOMES 960). Il doit s'agir d'un lieu-dit.


Yahmamum

Nom(s) OB : Yahmamum

Zone : Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 119 (s.v. Jaḫmumum: cite à côté d’ARM 14 78 deux autres références : « Dossin Mél. Duss. 986 et Habiru 19 : 20 » et commente « J.-R. Kupper, Nomades 48, 255 : zum Herrschaftsbereich von Ilanṣurā. J. sind Angehörige des Stammes der Sutû: —> Jaminā, Šurušum. »)
  • F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 408 (clan sutéen)
  • J.-M. Durand, LAPO 18, Paris, 2000, p. 67 (près d’Ilan-ṣura dans l’Ida-Maraṣ (1) ; obédience yaminite ; à l’ouest de la grande boucle du Habur supérieur, juste au sud du Zalmaqum)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 98 (s.v. Iaḫmumum ; ≠ Iaḫmamū ; avec bibliographie antérieure)
  • N. Ziegler, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 107 n. 52 (ethnique)
  • N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, Wiesbaden, 2014, p. 218-219 (mise au point de la documentation de Mari sur les Sutéens)

Résumé : Les Yahmamum sont l'une des trois tribus sutéennes connues, avec les Mehalisayu et les Almutum.


Yahmumum

Nom(s) OB : Yahmumum

Zone : D, E, F

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 119 (s.v. Jaḫmumum : cite à côté d’ARM 14 78 deux autres références : « Dossin Mél. Duss. 986 et Habiru 19 : 20 » et commente « J.-R. Kupper, Nomades 48, 255 : zum Herrschaftsbereich von Ilanṣurā. J. sind Angehörige des Stammes der Sutû: —> Jaminā, Šurušum. »)
  • M. Wäfler, OBO SA 21, Fribourg/Göttingen, 2001, p. 98 (s.v. Iaḫmumum ; ≠ Iaḫmamū ; avec bibliographie antérieure)

Résumé : Localité en Haute-Mésopotamie, à distinguer du clan sutéen des Yahmamum.


Yahrurum (1)

Nom(s) OB : Yahrurum, Yahurrum

Zone : B, G, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • D. O. Edzard, 1957/, Wiesbaden, 1957, p. 106 et s.
  • J.-R. Kupper, 1957/, Liège, 1957, p. 49 et s.
  • M. B. Rowton, JNES 32, 1973
  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 120 (s.v. Jaḫrur, Jaḫurrum ; ne distingue que Yahrur(um)/Yahrurrum et Yahrurum (2) šaplum : « J.-R. Kupper, Nomades 49ff. : nomadische Bevölkerung, die zum Stamm der —> Jaminā gehört. J.-R. Kupper, ibid. 74 : im Tigristal ansässig ; vgl. D. O. Edzard, ZZB 107. »)
  • M. Anbar, Mél. Birot, , Paris, 1985
  • M. Anbar, OBO 108, Fribourg/Göttingen, 1991, p. 83-85
  • J.-M. Durand, Mémoires de NABU 8, Paris, 2002, p. 174 (tribu yaminite)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (Yahrurum est le nom d’une des cinq tribus yaminites ; à distinguer de Yahrura et de Yahrurum (2) = Yahrurum šaplum dans la région de Kiš-Dilbat-Marad)
  • D. Charpin, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 86, 87, 89, 94
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 115, 154, 158, 161, 162, 165 n. 292, 167, 174, 177 n. (p. 158 : une des 5 tribus yaminites)
  • A. Millet Albà, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 226, 227, 228, 230 (p. 230 : les Yaminites de ce clan se trouvent sur la rive droite de l’Euphrate, sauf Dunnum (1) qui se situe sur la rive gauche du fleuve)
  • B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 160-202

Résumé : Nom d'une tribu yaminite. À distinguer de Yahrurum (2), dit « inférieur » (šaplum), en Babylonie, et de Yahrura, région proche du Tigre.


Yahrurum (3)

Nom(s) OB : Yahrura, Yahurra, Yahrurum

Zone : G

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 120 (s.v. Jaḫrur, Jaḫurrum ; ne distingue pas entre Yahrurum et Yahrura)
  • M. Bonechi, Mél. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 14
  • J.-M. Durand, CRRAI 38, , Paris, 1992, p. 117
  • S. Lafont, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 89-90
  • N. Ziegler, Mém. Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 271 n. 276, 272-274 (désigne une région proche du Tigre, dans la région de Kawalhum)
  • D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 (« Pays de Yahrura, dans la région du Tigre au niveau de Kalhu ; ce nom désigne aussi une ville, relativement proche de Karanâ. » ; à distinguer de Yahrurum (1) et (2))

Résumé : Yahrura désigne une région et une ville proche du Tigre, peut-être à proximité de l'actuelle Kalhu/Nimrud. À distinguer de Yahrurum (1) et (2).


Yakallit

Nom(s) OB : Yakallit

Zone : B, Z

Propositions de localisation (historique) :

  • B. Groneberg, RGTC 3, Wiesbaden, 1980, p. 121 (s.v. Jakalit : « J.-R. Kupper, Nomades 20 : Volksstamm der Hanäer. »)
  • D. Charpin, Mém. Birot, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994, p. 192
  • D. Charpin & N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003, p. 151
  • J.-M. Durand, CRRAI 46, Amurru 3, Paris, 2004, p. 17